Sales draps

il y a
4 min
3
lectures
0

Je passe le plus clair de mon temps à écrire lorsque je ne voyage pas. Et même si je voyage! J'ai été quatre fois finaliste du Prix Hemingway, publiée par les Editions du Diable Vauvert. J'ai  [+]

Ma tête, ma pauvre tête, gémissait-il, plongé dans le noir, sans pouvoir bouger avec de la fièvre. Il était sûr d’avoir de la fièvre maintenant et carabinée encore. Si seulement elles carillonnaient en sourdine, il pourrait dormir. Mais non, ça tape, ça cogne, ça crie, n’en finit plus de résonner toujours plus fort dans sa tête. Ding! Ding! Ding!
-Dans de sales draps, voilà où j'en suis!
Il se souvînt que la musique avait été sa première vraie passion. Le violon avait toujours été plus qu’un instrument pour lui, son âme est la sienne ne faisait qu’une. Ou qu’un, il ne savait plus trop comment il fallait dire. Là, tout de suite, il lui semblait que s’il en jouait, cette saloperie qui le déglinguait reculerait, et finirait par le quitter. Et surtout, les violonades couvriraient ces satanées sonnettes qui déchiraient son crâne. Ding! Ding! Ding!
-Un violon, qu’on m’apporte un violon, nom de dieu!
Si seulement on lui donnait des vêtements, pas son habit, non, juste des fringues civiles, celles de tout un chacun, alors, ils verraient, on verrait ce qu’on verrait. Il se lèverait, s’habillerait, mettrait ses chaussures et il irait, s’il le fallait, oui, il irait le chercher, il irait lui-même chez lui là-bas de l’autre côté pour le ramener et en jouer, comme seul il était capable d'en jouer. Mais peut-être que tout ceci n’était qu’un rêve après tout. Peut-être même rêvait-il qu’il rêvait. Et donc qu’il allait se réveiller d’un moment à l’autre, forcément. Et tout ce bastringue cesserait comme il était arrivé; ces sonorités, l’immobilisation de ses bras, de ses jambes, de sa tête, ces sensations de pisse sur lui, tout rentrerait dans l’ordre dès qu’il rouvrirait les yeux quand il se réveillerait.
Là, maintenant ça lui revenait. Ça fait comme la fois où il avait tiré la main de son père de toutes ses forces pour voir des fanfares de près. Il s’en souvenait comme si c’était hier. Il avait tiré, tiré, à tel point que ça avait fini par lâcher. Leur mains s'étaient dénouées, son élan l’avait emporté, il était allée heurter l’arête d’un ferraillage fiché dans le sol, sa tête avait presque rebondi comme une balle. Soudain le sang avait jailli, la peur aussi. Il avait bien cru qu’il allait mourir. Dans un halo de lumières, il avait vu sa mère aux contours incertains se pencher sur lui. Son visage souriait. C’était sa vraie mère! et non la Vierge Marie. Il s’était dit qu’il avait juste dû mourir un peu mais pas vraiment, pas trop, pas assez en tous cas, puisqu’il n’était pas au paradis, malgré la lumière éclatante, que ce n’était pas la Vierge, mais sa mère qui était là, à ses côtés. Elle lui avait parlé, déposé des baisers sur son nez, donné un bonbon tendre à suçoter en murmurant près de son oreille intacte des mots d’amour. Des mots que seules savent prononcer les mères dans la peine de leur enfant.
-Ah ça oui, j’avais eu peur, la première grande putain de trouille de ma vie.
Il croyait à l’époque qu’on pouvait mourir un peu pour quelques gouttes de sang quand on s’écorchait les genoux. Alors, quand il l’avait vu couler à grands flots de son oreille coupée, il avait hurlé, maman, je veux ma maman.
Mais aujourd’hui, ça rimait à quoi tout ça, nom de dieu de bordel de merde? Evidemment qu’il le regrettait ce blasphème! Dans l’état où il était, il pouvait toujours essayer de se signer. Et de se re-signer. Tu parles, Charles. Il avait envie d’envoyer tout le monde chier. Mais qu’on lui envoie une jeunette, tiens, une bien chaude, bordel, ils verraient s’il ne pourrait pas lui donner son compte encore. Il lui ferait voir le paradis, hein, tu veux bien qu’on s’envoie en l’air, au septième ciel, il lui promettrait en la chopant à la taille et les seins, allez viens, fais moi confiance, laisse-toi faire, oh mais c’est qu’elle résisterait la coquine?! Et merde, voilà ce que c’était de s’exciter, il avait des vertiges maintenant. Une envie de dégueuler. C’était ça bien-sûr! on l’avait entubé! C’était pour ça. Sa respiration encombrée, mécanique, les halètements de sons rauques au fond de sa gorge, le souffle artificiel qui gonflait sa poitrine. Il était oxygéné, au bout d’un tuyau d’air chuintant, régulier, d’une pureté enivrante. Puis il eut cette sensation. Une chaleur apaisante, irradiante qui s’introduisait en lui, un rayonnement qui ne venait pas seulement de l’injection de produits chimiques, des lampées euphorisantes d’oxygène, non, à cet instant, ce qu’il sentait c’était une chaleur. Chaude comme le bonheur de vivre. La chaleur d’une voix de femme comme celle qu’il avait entendue après qu’on l’eût endormi à l’éther le jour de ses six ans.
Tout en parlant d’une voix aimante, elle venait de lui poser un linge humide sur le front, l’avait caressé d’une main légère. Il est au bout, s’était-elle dit, en se signant. Les yeux révulsés de l'homme roulaient maintenant dans tous les sens, la bombe d’oxygène ne faisait plus effet, sa tête dodelinait, il suait du sang, était tout gris, enflé, sa dernière pisse, il venait de faire sur lui, était couleur de rouille. La fièvre des marais était en train de l’emporter. Au dehors, les carillons de la petite chapelle monacale redoublaient, stridents, leur tintement faisant vibrer jusqu’aux fenêtres vitrées de la petite chambre au mobilier claustral où il reposait.
Soeur Mathilde en était toute retournée. Se pouvait-il que le Padre, son directeur de conscience, cet homme de foi qu’elle vénérait par dessus tout, et qui avait tant fait fait pour la communauté indigène de San Féliz rende son âme à Dieu dans les pires tourments? Comme si le malin en avait fait l’incarnation de son triomphe.
- Sainte Marie, Mère de Dieu.
Devant tant d’obscénités, ces accès de fureur, les blasphèmes, ses divagations, ses façons de s’agripper à elle, de vouloir l’embrasser de force, l’empoigner par la taille, de mettre la main sous sa robe de serge, de chercher à l’arracher, de réclamer un violon à corps et à cris, elle préféra, même si elle savait à quel point il délirait, l’ignorer et se signa.
- Le Seigneur est avec vous...
Se pouvait-il que le Père Jean eut pu entretenir quelque relation coupable, un commerce démoniaque, mener double vie depuis son ordination, dans le mensonge et le péché? Elle s’avoua impuissante à percer ce mystère. Et se re-signa, au moment même où il rendait son dernier soupir et trouvait enfin la paix auprès de son créateur.
- Priez pour nous pauvres pêcheurs.
Elle ne saurait jamais que le Père, il y a très longtemps, bien avant qu’il n’ait rejoint cette Mission amazonienne, bien avant même sa vocation, avait été un de ces jeunes prodiges virtuoses promis au plus grand avenir. Et qu’il avait toujours souffert, dans le secret de sa conscience, de n’avoir pas été au bout de ses rêves.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,