Réunion de famille

il y a
3 min
1 018
lectures
170
Finaliste
Public

Parfois je ressens le besoin de coucher sur le papier, les histoires qui prennent vie dans ma tête.

Image de Grand Prix - Printemps 2016
Image de Très très courts
J'ai toujours détesté les réunions de famille. Supporter des personnes avec qui l'on est uniquement lié par le sang ou les alliances est une chose, mais prétendre que l'on est heureux de les revoir, simuler un intérêt quelconque pour leurs petits tracas et leur faire la conversation en est une autre.

Je l'avoue, il m'est arrivé de mentir pour éviter de me rendre à certaines d'entre elles. Au cours des cinquante dernières années, j'ai dû simuler une vingtaine de migraines, deux ou trois grippes, et même une intoxication alimentaire. Mais il y a certaines réunions de famille que l'on ne peut éviter.

J'ai trouvé un certain avantage à prendre de l'âge : on peut se permettre quelques fantaisies pour mettre fin à une conversation insignifiante ou faire fuir les importuns. Se tromper de prénom, rétorquer une phrase totalement inadéquate ou encore ne rien dire et focaliser son attention ailleurs. J'ai beaucoup utilisé ce genre de stratagèmes ces derniers temps. Il faut dire qu'ils en veulent tous à mon argent ces jeunes. Je veux bien que les temps soient difficiles, mais il n'y a pas écrit « compte épargne » sur mon front !

Oh, ce n'est pas très charitable, je le reconnais volontiers. Mais comment peut-on en vouloir à une vieille femme ? Mes proches mettent simplement ça sur le compte de la sénilité. Ils se sentent gênés et laissent Mémé tranquille dans son coin. Je dois bien admettre que j'y trouve même un certain amusement.

Les festivités du jour sont organisées en mon honneur, aussi je n'ai pu y couper. Pour l'occasion, je porte une robe rouge, cadeau de mon défunt mari. Il me l'avait rapportée de Milan. Un très beau cadeau, certes, mais je préfère l'autre : la bleue que nous avions achetée lors de notre voyage à Vienne. Sobre et chic, elle met ma silhouette en valeur et se marie à merveille avec la couleur de mes yeux. Chantal le sait. Je lui ai dit des centaines de fois. Mais elle a insisté pour m'enfiler la rouge. Elle est aussi entêtée que son père !

Être contrainte de subir des mondanités affublée de cette affreuse robe qui me boudine m'a rendue maussade. Les convives viennent tous me voir un par un, même si je n'adresse la parole à personne. Ils semblent un peu tendus et ne savent pas quoi dire. Alors ils lancent quelques banalités et s'en vont discuter en petit comité un peu plus loin. Certains ont même l’outrecuidance de m'embrasser sur le front. Comme s'ils se souciaient de moi ! Les petits-enfants sont tous présents il me semble. Ils ont l'air de s'ennuyer. De toute façon, ils sont venus pour mon argent.

Francis m'a apporté des fleurs. C'est drôlement aimable de sa part. Je l'aime bien Francis. Mais il n'a pas l'air en forme. Et puis le fiston a fait un beau discours en mon honneur. C'est un bon orateur, le fiston. Il m'aurait presque arraché une larme. Maintenant c'est la Martine qui veut dire quelques mots. Quelle hypocrite celle-ci ! La pire de mes brus !

Quelqu'un a eu l'idée de mettre de la musique. Ce n'est pas de très bon goût. Quelle ambiance ! Ah si vous m'aviez connue à vingt ans ! Je mettais le feu à la piste de danse !

Tiens, la musique s'arrête. Je crois que cette petite sauterie touche à sa fin. Ce n'est pas trop tôt. Oui, c'est ça, au revoir tout le monde ! Voilà Germaine qui pleure maintenant ! Qu'est-ce qu'elle peut faire comme cinéma la Germaine ! Elle ferait mieux de s'occuper de son diabète. Ne t'en fais pas ma vieille, on se revoit bientôt !

Finie la comédie, le rideau tombe. Tandis que les convives quittent lentement la salle, j'attends patiemment qu'on me fasse monter en voiture. Il ne reste bientôt plus que moi dans mon horrible robe rouge. Je leur ai pourtant dit cent fois que je préférais l'autre. Une femme ne peut-elle pas être coquette le jour de ses funérailles ?

170

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

La Soupière

Chris B

Je rentre.
Je lui ai dit que je rentrais à sept heures et demie comme chaque jour.
Elle sait qu’il faut une demi-heure, depuis le quai aux fleurs.
Elle sait que ce n’est pas toujours que ... [+]