4
min

Retour à l’anormal

63 lectures

17

Je m’appelle Eva et j’ai 10 ans. J’ai décidé d’écrire un journal, parce que j’ai trop de pensées en tête, et il faut que je les écrive. Sinon, elles m’obsèdent et le soir, je n’arrive pas à m’endormir. « Arrête de penser à des choses tristes, Eva, pense à des choses gaies et endors-toi », me dit papa. Facile à dire...

Je pense à ce que je voudrais faire plus tard, quand je serai grande. D’abord je voudrais être médecin. Ou bien météorologue. Ou même présidente de la république. Il paraît qu’en France, il n’y a encore eu aucune femme présidente de la république, alors, je pourrais être la première ? Et j’ai encore plein d’idées ! « Tu as trop d’idées », me dit papa. « Tu es une rêveuse... »

Moi, je ne crois pas que je sois une rêveuse. Parce que j’ai de très bonne raisons d’avoir envie d’être médecin, météorologue, ou encore présidente de la république.

Évidemment, j’ai le temps de rêver, ou simplement de penser à beaucoup de choses. J’ai le temps de lire aussi. C’est que je suis souvent malade. Le médecin dit que j’ai de l’asthme. C’est pour ça que je voudrais être médecin plus tard : pour soigner les enfants qui ont de l’asthme, pour qu’ils puissent respirer correctement, vivre normalement, ne pas être obligés de rester, comme moi, confinés dans leur chambre quand il y a trop de pollution au dehors. J’aimerais aussi être météorologue pour comprendre comment le temps fonctionne, pourquoi il y a ces fameux « pics de pollution » dont on parle régulièrement à la télévision et qui sont, paraît-il, dus à la météo.

Mais peut-être que le plus important serait que je devienne présidente de la république : parce que finalement, c’est moi qui pourrais empêcher les gens de faire des choses mauvaises pour le climat et mauvaises pour les enfants. Par exemple, je leur dirais de moins utiliser leur voiture, j’obligerais les usines à ne plus rejeter autant de fumées nocives dans l’atmosphère, j’irais voir les autres chefs d’états partout dans le monde pour leur expliquer qu’il y a des enfants qui ne peuvent pas sortir de chez eux à cause de la pollution, je les obligerais à prendre des mesures pour éviter la pollution... Je ne sais pas très bien comment je ferais pour les y obliger, d’ailleurs... Parce que la France n’est quand même qu’un tout petit pays, alors qu’il y a de très grands pays, avec beaucoup de population. Forcément, s’il y a beaucoup d’habitants, ils consomment beaucoup, ils polluent beaucoup, ils ont besoin de beaucoup d’énergie. J’ai lu sur internet qu’en Chine, on construit des centrales à charbon à tour de bras... Ce n’est pas rassurant du tout ! Leurs habitants ont envie d’avoir des voitures comme nous : pourquoi ils n’auraient pas le droit alors que nous, on en a ? Bref, je crois que ça serait difficile. Mais si personne ne s’y met, qu’arrivera-t-il ? Il y aura de plus en plus de gens malades à cause de la pollution. Et les humains ne sont pas les seuls à être touchés : il n’y a qu’à voir certains arbres, et aussi les espèces animales qui disparaissent...

Moi j’habite à Grenoble, et d’après ce qui se dit, c’est une des villes les plus polluées de France. D’ailleurs, quand on va en montagne avec papa et maman, en redescendant, on voit souvent un chapeau de brume marronnasse qui plane comme une menace sur la vallée. La rocade est embouteillée tous les matins et tous les soirs. Pas très loin de chez moi, il y a une usine d’incinération des déchets, avec une grande cheminée : la plupart du temps, cette cheminée semble inoffensive, aucune grosse fumée noire n’en sort. Mais j’ai remarqué que parfois, le soir, il en sort une légère fumée jaune, transparente et presque invisible, et surtout, il se répand dans l’air une odeur écœurante qui me donne mal à la tête et gêne ma respiration : c’est le moment où maman me dit de rentrer, elle ferme les fenêtres et les portes, même si c’est le plein été et qu’il fait très chaud.

La semaine dernière, à la télévision, on a parlé, une fois de plus, de « pics de pollution » dans plusieurs grandes villes de France. Dans ces moments-là, tout le monde semble s’affoler... comme si c’était un phénomène rare ou nouveau ! Les transports en commun sont gratuits pendant quelques jours, pour inciter les gens à prendre les bus, les trams, les métros, plutôt que leurs voitures pour aller travailler ou faire leurs courses. Je me demande si c’est vraiment utile et je me pose beaucoup de questions... « Tu te poses trop de questions » me dit papa. Mais moi, je crois que j’ai raison de me poser ces questions, puisque les adultes ne semblent pas se les poser !

À Paris, le maire a décidé qu’il y aurait la circulation alternée lors du récent pic de pollution : selon que la plaque d’immatriculation de la voiture se termine par un chiffre pair ou impair, on circule un jour sur deux en alternance. Ça, c’est plutôt une bonne idée : normalement, ça devrait diviser par deux le nombre de voiture qui roulent. Mais bon, je crois que la pollution n’est pas due uniquement aux voitures. Il paraît que le chauffage en produit beaucoup aussi. Par moments, tout ça me démoralise : parce qu’à cause de la pollution, entre autres, pas mal de gens ont choisi d’habiter à l’extérieur des grandes villes. Alors pour aller travailler, ils prennent leur voiture, donc ils polluent... Et tout ça tourne en rond...

Pour en revenir à la circulation alternée à Paris, j’ai été horrifiée d’entendre des automobilistes interrogés dire que de toutes façons, ils avaient deux voitures, et qu’ils allaient s’arranger et finalement ne pas changer leurs habitudes. Bon, malgré cela, le journaliste du JT a dit, le soir de cette mémorable journée, que la situation s’était bien améliorée, que le pic de pollution était passé – grâce surtout à une météo plus favorable d’ailleurs – et que le lendemain, chacun pourrait reprendre sa voiture comme avant : il a dit que ce serait le « retour à la normale ». C’était même écrit en gros sur l’écran : « CIRCULATION À PARIS : RETOUR À LA NORMALE ».

Et là, je ne comprends plus ! « Tu cherches trop à tout comprendre » me dit papa. Mais moi, je crois que c’est naturel de ne pas comprendre ces choses-là. Parce que moi, j’aurais eu envie de parler de « RETOUR À L’ANORMAL ».

Est-ce normal que je sois obligée de restée enfermée quand il y a trop de pollution ? Est-ce normal que ces pics de pollution se répètent au point qu’on s’y habitue, comme un mal auquel on ne peut rien ? Est-ce normal, lorsque je peux quand même sortir, que les yeux me piquent et la gorge me gratte, que je sente l’odeur de gaz d’échappements et que j’aie l’impression de suffoquer ? Est-ce normal que lorsqu’il fait beau, le ciel reste pâlot, laiteux, voilé d’une brume suspecte ? Et puis il y a aussi la pollution provoquée par les usines un peu partout dans le monde, les produits chimiques utilisés par les agriculteurs mais aussi pour fabriquer tous les objets dont on se sert quotidiennement, les plastiques jetés à la mer... et ce « continent » quelque part dans le Pacifique, formé de déchets et notamment de plastiques. Je pourrais continuer la liste, malheureusement...Tout cela, est-ce normal ou anormal ?

Finalement, ce qui est anormal, tout le monde est en train, peu à peu, de considérer que c’est normal ! Normal de polluer à qui mieux mieux ! Normal que les gens soient malades à cause de ça ! Normal qu’on continue alors qu’on sait qu’en plus, le climat change à cause de cela ! Et même lorsqu’une grande agitation se crée à cause d’un pic de pollution ou d’une catastrophe écologique particulière, tout retombe rapidement et les habitudes changent peu, et pas assez vite.

Et papa voudrait que je m’endorme paisiblement le soir dans mon lit, en me racontant des histoires de fées qui font des miracles ou de princesses et de princes charmants qui furent heureux et eurent beaucoup d’enfants ?

[Refusé]
17

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de jusyfa ***
jusyfa *** · il y a
Beaucoup d'enfants se sont engagés pour la défense de LEUR terre, ils savent tenir la dragée haute aux grand de ce monde, c'est pourquoi on nous en parle ou on nous les montre avec parcimonie... Bravo pour ce texte Françoise !
Julien

·
Image de Françoise Mornas
Françoise Mornas · il y a
Merci beaucoup Julien de votre lecture et de votre commentaire. Et l'espoir pour la Terre ne peut venir que des jeunes générations...
·
Image de Françoise Mornas
Françoise Mornas · il y a
Merci Annick de votre passage et de votre commentaire. Ce texte a pourtant été refusé par le comité de lecture. Mais il est vrai qu'il n'est pas facile de faire parler un enfant et de trouver le ton juste entre celui de l'enfance et la gravité de ce qui est décrit. Le miracle, je n'y crois pas, mais par contre des prises de conscience pouvant conduire à des évolutions "dans le bon sens" de nos sociétés pourries par le pouvoir de l'argent et la cupidité de quelques-uns qui agissent au détriment de tous, et sans aucune pensée pour l'avenir. Un espoir raisonnable, sans plus...
·
Image de Annick
Annick · il y a
En lisant votre texte, si lucide quant à la situation actuelle, je songeais à un éventuel futur de désolation, d'apocalypse, où les archéologues trouveraient cet écrit et comprendraient mieux ce qui nous aurait perdus. La pauvre petite n'a pas fini de se poser des questions. Espérons que le miracle soit la seule réponse.
·
Image de Françoise Mornas
Françoise Mornas · il y a
Merci Annick, réponse à votre commentaire ci-dessus, j'ai fait une erreur de manip !
·
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Quand les enfants ont des rêves d'adultes...
Je suis pour ma part sur mon 31, en finale du Prix Ô, et je vous invite à aller le lire. Merci.

·
Image de Felix CULPA
Felix CULPA · il y a
Quel monde, quel avenir allons-nous léguer à nos enfants. Les adultes sont trop bornés pour voir, une enfant leur ouvre les yeux, et le coeur. J'aime beaucoup votre texte Françoise, il mérite d'être lu par le plus grand nombre.
·
Image de Françoise Mornas
Françoise Mornas · il y a
Merci beaucoup Félix de votre commentaire.
·
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Présidente de l' Utopie ... Un rêve qui de jour en jour s'éloigne un peu plus de l'accessible.
·
Image de Françoise Mornas
Françoise Mornas · il y a
Merci Miraje.
·
Image de Emma A
Emma A · il y a
C'est vrai que c'est une bonne idée de donner la parole à une enfant. Mais il est tellement difficile de trouver le ton d'un enfant. Du point de vue littéraire ! J'imagine que cette nouvelle devait être à la limite de passer. Ce qui a dû coincer c'est le ton du texte. Qui n'est pas tout a fait celui d'une enfant. Quoique parfois les enfants s'expriment plus gravement que les adultes. Pas tout à fait assez de ressenti. Ou plutôt les ressentis rationnels d'une adulte. Mais c'est facile de "critiquer". C'est tellement compliqué d'écrire les ressentis !
Peut-être en allant plus directement au fait. Sans penser à la construction de la nouvelle. Partir du cœur de l'indignation ?

·
Image de Françoise Mornas
Françoise Mornas · il y a
oui pas facile de donner la parole à un enfant dans un écrit et de trouver le ton qui convient. Merci en tout cas de vos commentaires constructifs.
·
Image de Elisabeth Marchand
Elisabeth Marchand · il y a
L'idée qu'une enfant donne son ressenti sur l'actualité - circulation alternée, pollution etc... - est très bonne. D'autant plus que la gamine est directement touchée dans sa santé...
toutefois, je me suis ennuyée à la lecture, monotone, monocorde ... à mi-parcours de la lecture, j'avais hâte du mot "fin".
Mis à part ça, le titre est vraiment super .

·
Image de Françoise Mornas
Françoise Mornas · il y a
Merci Elisabeth de votre franchise. en fait je cherchais justement à créer un effet de contraste entre le côté "banal" et "monocorde" du récit face à la gravité et l'urgence du sujet. Visiblement ça n'a pas trop fonctionné !
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Trop banal ; en fait essayez de le réécrire avec plus de colère. C'est la fin du monde. L'Inde a soif et les ours polaires ces dieux de la banquise deviennent des mendiants des villes. Fâchez -vous plus fort. Plus fort !
·
Image de Françoise Mornas
Françoise Mornas · il y a
Je suis tout à fait d'accord que sur ces sujets, il faut se fâcher très fort ! Cela dit, dans ce petit récit, il s'agissait plus de mettre en évidence l'incompréhension d'un enfant devant l'incapacité des adultes à changer quelque chose. Merci de votre lecture et de votre commentaire.
·
Image de Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
L'asthme est peut-être en progression suite aux pics de pollution mais j'avais remarqué il y a une vingtaine d'années, quand j'organisais des échanges
scolaires, que cette maladie était déjà très répandue, et de plus en plus, en Grande-Bretagne. Je me demande si elle n'est pas encore renforcée par l'humidité et le froid. La pollution n'est pas la seule cause : mon asthme à moi a presque totalement disparu depuis que j'ai acheté un nouveau traversin anti acariens. Mon vieux traversin était bosselé, ce qui prouvait que les acariens en avaient dévoré les plumes et proliféraient. Je devais faire un asthme d'allergie à eux.

·
Image de Françoise Mornas
Françoise Mornas · il y a
Oui bien sûr, les causes de l'asthme peuvent être multiples. Des études médicales ont quand même mis en évidence une progression de l'asthme et d'autres maladies respiratoires chez les enfants en particulier dans les zones très polluées. Et dans ce récit, l'asthme n'est qu'un exemple. Merci en tout cas de ta lecture.
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur