Rencontre avec une femme d'exception

il y a
9 min
22
lectures
0
Cette histoire pourrait se révéler très banale , et pourtant
c'est loin d'être le cas
Notre rencontre fut pour moi une illumination, des étoiles
plein les yeux, un cadeau du ciel
Une amitié naissante allait voir le jour, et depuis perdure
à ma grande joie
Mon bonheur était intense , la fébrilité me gagnait, le sang
glaçait mes veines
Je me revis des années auparavant, quand adolescent ,je
vivais mes premiers émois amoureux
La sensation était la même. Sincèrement, je n'avais jamais connu
une telle fièvre, une telle ferveur, qui puisse ressembler a une
autre __
Des les premiers instants , j'ai senti une amitié qui
grandissait , qui s'installait et, peu a peu, s'est révélée être
de l'amour, l'amour fou, passionnel
Un amour si fort que mes nuits furent souvent interrompues
par le désir de la voir, de la toucher, de vibrer avec elle
je voulais la sentir tout près de moi , la caresser , lui
parler d'amour
Combien de nuits blanches ais-je passé ? Je l'ignore
Mes pensées se focalisaient sur elle. j’espérais , chaque
minute que le téléphone allait sonner , et, enfin entendre
le son de sa voix


Chaque jour qui passait me rendait encore plus nerveux
plus amoureux
Le jour de notre rencontre restera gravé dans ma mémoire
à jamais
Impossible de l'oublier. Une voix , la haut, me chuchotais ,
ne la quittes pas , cette femme vaut la peine d'être connue
C'était sans doute une prémonition, ou un signe divin
On ne choisit pas sa destinée , et malgré des écueils ,
des situations préoccupantes , voire improbables , l'amitié
reste présente
L'amour a quelque peu disparu, il faut le dire, et l'amitié
a repris le dessus
La solitude est pour moi une source d'inspiration
Rêver de cette femme . que je vais appeler Jeannine est
devenu obsessionnel
Est-ce un défaut ? Je n'en crois rien
Comment ne pas se mettre a genoux pour lui parler d'amour
La tendresse peut-elle suffire à séduire une femme de cette
classe ?
Avec un brin de crédulité , de naïveté dans ses paroles ,
elle était encore plus charmante , plus déroutante



Elle incarne la gentillesse même. ll m'est difficile , voire
impossible de lui résister , elle m'attire comme un aimant
J'ai pris mon courage a deux mains , et j'ai osé lui demander
son numéro personnel
.l'ignorais quel accueil elle allait me réserver , et après tout
rien ne l'obligeait à me le communiquer
Sans que cela ne lui pose un problème , je l'obtenais
Je faisais un premier pas vers la facilité de pouvoir
correspondre. En effet , il devenait, dès lors , plus aisé de se
parler. Les messages tapés sur un clavier , derrière un écran
sont sans saveur, sans intonation , presque impersonnels
Notre relation allait s'en trouver simplifiée , plus humaine
Après avoir décidé du jour de la semaine et de l'heure qui
lui convenaient, je devais attendre ce moment qui me fasse
basculer dans un monde moins virtuel
Une voix allait se graver sur un visage
Les jours qui suivirent furent très angoissants
Quelle voix allais-je découvrir, ?
Après avoir composé le numéro , Jeannine a décroché
J'étais pétrifié, le sentiment de peur me dominait
Peur de ne se savoir quoi dire , peur de la décevoir
J'avais tout misé sur cet instant
Avoir consenti autant d'efforts pour un piètre résultat ne
pouvait me convenir



Il me tardait , chaque semaine , de la retrouver , pour
partager ces instants de bonheur à l'état pur _ J'étais
impatient , j'arpentais la maison dans tous les sens
tel un cabri qui courre autour de sa mère , la nervosité
me gagnait, un vrai gamin quoi !!!
Quand l'heure fut venue , je décrochais le téléphone pour
l'appeler . Quelle joie A chaque fois , I’ émotion avait
raison de moi et faisait mouiller mes yeux
Sa voix douce et mélodieuse me ravissait. Je m'essuyais
les yeux et la folle épopée pouvait débuter. Elle me parlait ,
tantôt de ses petits malheurs de la semaine qui venait de
passer
Son métier était très exigeant , et demandait une
concentration et une surveillance de tous les instants
Un métier très prenant , mais qui la comblait. Elle était
investie dans ce qu 'elle entreprenait et les résultats s'en
ressentaient -
Jeannine évoquait aussi ses soucis personnels . Nous étions
devenus intimes en quelques mois _ Nos confidences
étaient bien gardées
Je regardais souvent l'horloge , et j'aurais voulu arrêter les
aiguilles, arrêter le temps qui s'écoulait inlassablement
inéluctable , la fin du temps imparti approchait
Je fermais les yeux , je l'écoutais et le paradis s'ouvrait
devant moi et dans ses paroles se dégageait une sérénité
Depuis notre ligne de conduite n'a pas varié d'un iota
Respect et confiance



Une agréable surprise , assurément. La voix douce , monocorde ,
emplie de timidité peut-être, mais cela suffisait a mon
bonheur . .je l'avoue j'étais très fébrile
La prise de contact fut pleine d'émotion, je sanglotais ,
sans être trop démonstratif, bref je m'en menais pas large
Je tremblais , tel un adolescent connaissant sa prime amourette
J'avais des difficultés a former des phrases , les mots se
mélangeaient dans ma bouche
Jeannine était aussi un peu perturbée , elle devenait
hésitante . Au fil des minutes , les esprits reprenaient le dessus
et la conversation prenait tout son sens
Les sujets abordés furent divers et variés , sans aucun tabou
il faut une bonne dose de confiance pour se confier à un ou
une inconnu (e)
J'ai ainsi obtenu des réponses quant à son métier, ses loisirs
et ses priorités dans la vie, ses préférences dans divers domaines
Le courant est bien passé entre nous , et pourtant pour
gagner ma confiance, il faut du temps , parfois beaucoup
de temps
Je ne me confie pas facilement, mais avec Jeannine tout fut
différent
Elle savait employer les mots justes , au moment opportun
avec un timbre de voix délicat , suave



il faut dire également que la la jalousie , une jalousie
maladive me rongeait
La savoir dans les bras d'un autre homme m'était
insupportable. Je la voulais pour moi , que pour moi ,
surtout ne pas la partager , la garder auprès de moi
la serrer dans mes bras , la câliner
Je pouvais lui donner tout mon amour , elle ne manquerait
de rien _ Il suffisait qu'elle me le demande et j'étais prêt
a tous les sacrifices
Je n'ai jamais autant désiré une femme , et vivre avec
Jeannine aurait été l'apothéose
Quand elle m'a annoncé qu'un homme partageait sa vie
j'ai 'pleuré de dépit
Jeannine ne comprenait pas la raison pour laquelle je
pleurais , pourtant la cause me paraissait évidente
Ce jour là , j'ai fondu en larmes , ma déception était
terrible
Des heures durant , j'imaginais le pire et Jeannine ne
se doutait certainement pas de quoi , par amour
un homme est capable
Heureusement ses messages m'ont fait entendre raison
et peu à peu j'ai repris mes esprits
Néanmoins je la sentais nerveuse , au bord de la peur
panique, et je me disais qu'elle tenait a moi , malgré tout
Mais que cette journée fût longue et stressante
Les nerfs avaient été mis a rude épreuve et Jeannine
me sauvait d'un naufrage
Je lui en serai toujours reconnaissant
Deux années plus tard on en reparle encore



Sa manière d appréhender la vie devait la satisfaire , mais je
pense pas complètement
Avait-elle le choix ? Pourtant son mode lui convenait
A tort ou a raison , j'imaginais que d'autres solutions
pouvaient être envisagées , encore fallait -il oser et franchir
le pas
Pourquoi tout bousculer, tout changer quand cette façon
d'exister s'adaptait ?
Comment lui en tenir rigueur ?
Une vie normale , en somme , ou presque normale
Pour faire face aux dépenses , aux factures , au loyer,
à l'alimentation, elle devait, après avoir exercé son métier
avec talent ,et dévouement, assurer durant quelques heures
une garde d'enfants
Ce complément de salaire n'était pas négligeable et selon
Jeannine et la formule consacrée mettait du beurre dans les
épinards
En hiver, sous la pluie, dans le vent parfois glacial , le retour
paraissait interminable , et sa priorité , quand le seuil de
l' appartement fut franchi, était de se glisser sous la douche
pour se décontracter
Dans une ville de province , cela ne poserait pas de problème
particulier, mais en région parisienne , peut se transformer
en calvaire , de transports en commun , en attente dans les
gares pour prendre les correspondances, c'est très *compliqué
et très stressant




Mais un épisode peu glorieux est venu entacher cette
relation qui se déroulait , ma foi, de façon plutôt correcte
dans l'ensemble
J'avoue que j'ai eu très peur de perdre une amitié qui me
tenait a cœur
Une grosse frayeur s'est emparée de moi , et je me suis
demandé comment je pourrais m'en sortir, sans dommage
Je ne savais plus quoi faire , j'étais désemparé
Durant quelques minutes j'ai réfléchi , et la solution devenait
urgente, sous peine de perdre mon amie que j'aimais tant
Autant qu’il m'en souvienne , cette situation que je pensais
inextricable , s'est déroulée un dimanche, en fin de journée
Il est vrai que les messages que je lui adressaient ne furent
pas clairs , peut-être maladroits et teintés de sous-entendu
Nonobstant, il me semblait que le ton et mon écriture
furent correctement employés, du moins le pensais-je
Sans doute , me suis -je mal exprimé . Il est vrai aussi qu'elle
se trouvait en famille , et je voulais me l'accaparer , que pour mon
Mon égoïsme ne me quittait pas. j'étais encore et toujours
resté un véritable incorrigible '
Ce jour là , nous étions au bord de la rupture , du gouffre.
Une journée abyssale , comme jamais je n'en ai connu
auparavant et je peux le dire ce fût une salle journée



Je sentais que Jeannine me fuyait, qu'un retour était devenu
impossible , un retour que je souhaitais très profondément
Je devais user de subterfuges savamment étudiés mais dans
un laps de temps assez court
J'ai fait profil bas plusieurs minutes , pendant lesquelles
Jeannine ne m'a adressé aucun message
Le début de l'enfer allait-il commencer ?
Et soudain , mon téléphone a sonné et un message venait
de s'afficher
Jeannine ne l'entendait pas de cette oreille et me l’avait fait
bien comprendre en posant ses conditions pour tenter de
recoller les morceaux ou ce qui pouvait encore l'être
Elle était exigeante , mais pouvais -je refuser ?
Assurément non et je me suis plié a ses volontés , tout
penaud
J'ai senti monter en moi une chaleur intense , comme on
peut en connaître durant l'adolescence
Avec sa gentillesse et son flegme habituels , son sens du
compromis , et après des messages plus loin, notre entente ,
notre amitié se sont renforcées
A raconter ses maux ,souvent on les soulage
Pierre Corneille



Je suis passé a côté d'une catastrophe , perdre cette amie
cette amitié aurait constitué , a mes yeux un échec
personnel
Il était inconcevable qu'une telle relation finisse de cette
manière ,je voulais la conserver, lui dire , et lui écrire de
belles poésies enflammées
Je me suis mis a l'ouvrage , avec le syndrome de la page blanche
que je redoutais
En fin de compte les mots , les vers se sont enchaînés
Je lui ai composé de jolies proses , ou des poèmes rimés
en essayant de la mettre en valeur , de lui faire comprendre
qu'elle le ,méritait et j'ignore si Jeannine a bien saisi le sens
des mots , mais les mots que je voulais entendre ne venaient
pas , sans doute par pudeur , ou par peur de ne pas froisser
La vérité , sa vérité me fuyait
Mais peut-être Jeannine ne souhaitait pas , ou ne pouvait pas
écrire ce qu'elle avait sur le cœur , c'est regrettable , et après
tout elle avait le pouvoir d'en décider, et je devais respecter
son choix
Le respect mutuel était devenu primordial , une amitié
sincère était a ce prix , et chacun de nous l'avait bien compris
Petit a petit les confidences devenaient plus ouvertes , plus
franches , décomplexées, nous nous disions tout sans juger
l'autre , en totale transparence '
Notre relation ne datait que depuis quelques mois , et chacun
d'entre nous avions l'impression que l'on se connaissait depuis
notre adolescence , en réalité un sentiment étrange , commun
tant la complicité était forte
C'est une sensation difficile a expliquer et nos goûts en commun
corroboraient l'inexplicable



Mais que cette femme était énigmatique , jamais dans la
démesure. Ses réponses parfois me désarçonnait
Comment lui en vouloir _ Sans doute un conflit de
génération , entre l'écriture manuscrite a laquelle j'étais
habitué et l'ère du numérique qu 'elle maniait avec tant de
dextérité et d'habileté
Mes poèmes pensés et écrits uniquement pour elle
furent , je pense plutôt réussis
J'imaginais les situations , pour les transposer sur le papier
J'ai rêver des moments de bonheur en toute délicatesse
Je nous voyais , main dans la main , nous promenant sur
les sentiers côtiers , une légère brise iodée caressant nos
visages
Une balade romantique , les yeux remplis de lumière et
avec un sourire éclatant qui en disait long , refaisant
le monde avec des projets utopiques , loin du tumulte
des cités urbaines
Nous nous assîmes sur un banc de pierre , qui devait être
posé là depuis plusieurs décennies et contemplâmes
les magnifiques couleurs irisées du ciel , un instant magique
Nous voulions vivre ces minutes qui n'appartenaient qu'a
nous , inoubliables
La passion l'emportait souvent , la frénésie nous guettait
mais comment pouvait-il en être autrement
Je voulais lui faire découvrir des paysages sublimes , la nature
avec un regard différent. .
Avec un sourire qui me captivait et ses yeux de braise ,
elle m'intimidait parfois
Dans ce halo de lumière elle était resplendissante , tel un
tableau de Rubens ou de Rembrandt
J'aurais pu la contempler et lui parler pendant des heures
sans que l'ennui ne me gagne
Mon rêve était presque parfait et si doux que je voulais



l’achever. Mais ne dit -on pas que l’avenir est un long passé
Les rêves sont seuls les réalités de la vie
Xavier Forneret



Des semaines , des mois se sont écoulées.
Quelques petites anicroches sont venues troublé
notre entente , mais rien de grave , rien d'important
et après une explication et un mea-culpa tout est
rentré dans l'ordre . Certes il y eut un épisode un peu
plus virulent, pour des broutilles , je dois le dire , mais là
aussi j'ai du baisser pavillon afin de ne pas envenimer
une situation que je ne parvenais pas a maîtriser
Une dispute de vieux couples en somme , dans laquelle
personne ne veut céder
Tout ceci est du passé et , en adulte nous nous sommes
réconciliés



Depuis la confiance s'est installée et nous continuons à
s'avouer des petits secrets , parfois intimes sans trop
dévoiler, il faut savoir raison gardée pour que cette amitié
perdure, je l'espère pour encore très longtemps
Mais je dois avouer que Jeannine est véritablement une
femme comme on en rencontre rarement dans une vie
Je ne regrette pas un seul instant d'avoir fait sa
connaissance
C'est pour cela que je voulais raconter cette histoire, notre
histoire ,et le titre n'a pas été choisi par le fait du hasard
Merci encore à Jeannine qui a voulu et je dirais même
insisté afin que je mette a l'écriture
Michel, modeste poète amateur
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !