REFLEXIONS MOROSES

il y a
1 min
3
lectures
0

Passionné d'écriture. Je partage avec vous cette passion insatiable et dévorante dans l'espoir de mettre en place des ponts de communication. Cordialement  [+]

REFLEXIONS MOROSES
Nous sommes un pays du tiers monde certes. Nous aspirant a un avenir meilleurs mais avec des outils obsolètes. Nous indicateurs dans presque tous les domaines ne sont pas reluisants. Toutes les potions ont été inoculées à ce corps souffrant, mais le mal persiste. D’où vient cette résistance au traitement prescrit ?
Notre organisme est devenu rebelle à toute thérapie. Il a développé une immunité contre la justice et la transparence. Dans une léproserie seuls survivent les lépreux, c’est notre cas. Nous composant avec les gens aux moralités douteuses, ceux aux scrupules peu recommandables. Notre légendaire tolérance nous permet de vêtir d’une étoffe de respectabilité les pires larcins, les spoliateurs et les véreux de tout bord.
Certains disent que pour combattre ce fléau de corruption et de malversation, il faut mettre des outils pédagogiques, des organismes de lutte et de prévoyance, une batterie de mesures pour assurer la transparence. Qu’il soit ainsi. Mais cela fait des lustres que cette stratégie est à l’antenne. Les auditeurs ont développés une surdité manifeste. Avec cette approche nous sommes en train de noyer le poisson. Notre code pénal dont la porosité est surdimensionnée permet aux charognards qui dépècent les fonds publics de traverser sans inquiétude le filet.
Nous vivons une période critique de notre histoire, caractérisée par le brouillage des repères idéologiques, moraux et sociaux. Cette situation engendrera inéluctablement un regain des particularismes, une effervescence des fondamentalismes religieux, une exacerbation des racismes et une exaltation de l’identité ethnique. Ces démons trouveront un point d’ancrage dans l’injustice, les inégalités et l’analphabétisme. Autant d’abcès qu’il faut mettre à plat.
-Sommes nous obliger de consommer ces articles luxueux que nous important ?
-Ce luxe ostentatoire peut-il se justifier dans un pays ou la pauvreté est criante ?
- Avons-nous le droit d’euthanasier l’enseignement public ?
- Avons-nous le droit de sacrifier notre santé publique ?
- Sommes-nous condamner à vivre la peur au ventre à chaque coin de rue d’une éventuelle agression ?
Et j’en passe. Y’ A-T-IL UN PILOTE DANS L’AVION ?
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !