Racine Tarée

il y a
4 min
80
lectures
26

Toute ma vie a été bercée par la littérature, la poésie, et le théâtre. J'ai pris la plume très tôt, et bien que légère elle donna du poids à mes mots, qui devinrent des récits, des  [+]

La théorie du cercle :

J'ai toujours été persuadé de l'influence des formes sur notre vie quotidienne.
Un jour, quelqu'un m'a fait remarqué, en regardant un disque vinyle :

— N'as-tu jamais fait attention à ça ?
— À quoi ?
— Pourquoi tout est si rond ?
— Comment ça ?
— Regarde, ce disque est rond, l'assiette est ronde, les chiffres ont des formes arrondies, les lettres aussi.

Et le déclic s'est produit en moi, suite à cette réflexion.
Effectivement, dans l'univers entier, tout est rond. L'univers privilégie le cercle, l'homme a découvert les autres formes géométriques, en reliant les étoiles entre elles, par exemple.

Tout est si rond dans l'univers : les étoiles, les planètes, les anneaux autour des planètes, la voûte céleste. Les rayons lumineux et le temps lui-même finissent par se courber devant l'infini.

Si un astéroïde a une forme différente, c'est parce qu'il s'est produit une explosion, c'est-à-dire un " traumatisme " qui a détaché une parcelle d'une unité. Les satellites tournent en rond autour des planètes.

Si un satellite artificiel, suite à une déviation, se trouve en orbite elliptique, alors il chute. Lacan assimilait la spirale à la schizophrénie. Ne parle-t-on pas de sphères mentales, de tourner en rond, de penser en rond, d'empêcheur de tourner en rond, de tourner autour du pot, de cercle familial, d'être encerclé, de cercle de protection magique, de contourner, de détourner, de faire demi-tour, de rondeur chez la femme et chez l'homme, de ronds quand il s'agit d'argent.

Les mathématiques se sont envolées vers l'infini depuis l'invention du zéro, au début du VIème siècle en Inde. Le zéro a comblé et a permis de chiffrer la séparation qu'il y avait entre deux nombres. Par analogie, la séparation qu'il y a entre deux nous et notre univers et la spiritualité, le corps et l'esprit.
Que se passerait-il si le cercle n'était pas fermé, si la boucle n'était pas bouclée ?

L'univers est-il un cercle en expansion constante, telle une vessie que l'on gonfle, ou est-il un cercle fini ?
Lorsque vous jetez une pierre dans un lac, l'onde qui se propage ensuite est bel et bien fermée. L'éclaboussure provoque des gouttes qui sont rondes.
Lorsque l'on parle de révolution, il s'agit bien d'une boucle déjà en train d'être bouclée afin de servir d'unité de mesure temporelle ou historique, s'il s'agit du soulèvement d'un peuple. Ces analogies me permettent de réfléchir plus loin, et me démontrent à quel point nous sommes prisonniers d'un système, et à quel point ce système peut, lorsque l'on ne le comprend pas, opérer des troubles pouvant influer négativement sur le psychisme. Là où il y a un psychisme, il y a forcément un déséquilibre, plus oui moins grave.

L'homme a ensuite inventé d'autres formes géométriques, qui ont bâti toute notre histoire et notre civilisation. Les formes ont de tout temps influé sur notre condition et notre bien ou mal être.
Ne parle-t-on pas, au sens " spirituel " du terme de " roues du destin ? "
Les formes géométriques ont ensuite inspiré les symboles qui jalonnent notre histoire et nos vies. Un symbole est un souvenir matérialisé, c'est un objet ou un signe qui nous permet de canaliser un ou plusieurs souvenirs dont l'être humain pourrait se passer. C'est une façon de dire : " j'y étais. "
Une vie bien réglée, pour le commun des mortels, est une vie ronde, sans recoin, pas plate non plus, car le rond est éternel recommencement et peut-être éternelle lassitude.

Il existe des lois auxquelles nous obéissons aveuglément sans savoir pourquoi ni pour qui elles sont faitesLa connaissance est la clef de la liberté.
Vous avez assisté à la construction de deux théories, découlant de deux lois :
La loi de Murphy et la loi du cercle, et tout cela n'était que purement basé sur l'observation et la déduction. Voici maintenant une autre théorie.


La théorie du puzzle :

Nous allons continuer ensemble et pousser plus loin dans le raisonnement par les formes géométriques, car elles sont le reflet de notre civilisation et les métaphores de nos existences. Un psychanalyste me dit un jour :

" Tu es quelqu'un de supérieurement intelligent, et cette intelligence a fragmenté ta personnalité, conduisant tes idées à leur propre autodestruction. Tu es comparable à un puzzle qui n'aurait jamais été assemblé. Le jour où tu réussiras à remettre en place tous les différents éléments du puzzle et à le monter, tu deviendras un orateur de qualité, et personne ne t'enlèvera plus jamais la parole. En quelque sorte, tu es une maquette, tu as été livré en kit. Construis-toi et ensuite tu feras partie d'une meilleure collection et tu seras admiré et tu aideras les autres à se construire."

Ce conseil est valable pour tout le monde. Le mot " puzzle " m'a longtemps fait réfléchir. Et si l'univers matériel et la réalité étaient des puzzles que nous devions psychiquement assemblé? Et si tout ceci nous a été livré en kit ?
Après tout, la nature a horreur du vide, et à chaque fois qu'une idée n'est pas trouvée, qu'une invention n'est pas découverte, elle laisse un vide qui passe inaperçu, tant nous baignons avec délectation dans notre propre médiocrité.
Cette réflexion m'a conduit à la théorie du chaos et des fractales, mises à jour par le mathématicien Benoît Mandelbrat. Pour une fois, les mathématiques n'ont rien de cartésien. Il découvrit une nouvelle géométrie de la Nature, élaborée à partir d'objets qu'il a appelés fractales. Cette géométrie n'a rien de linéaire. Bien qu'aléatoire, elle révèle un monde mystérieux ou une ordre caché jaillit du désordre le plus innommable.

Cette théorie pourrait être appliquée à l'esprit et au psychisme.
Au fil de mes recherches, je m'aperçus qu'il existait sur un lien entre le paranormal et mes préoccupations.

L'idée m'est venue qu'il existait forcément une autre réalité, une réalité psychique, qui expliquerait les moments d'extase et les visions béatifiques vécus par certains artistes, en excluant toute hypothèse chimique endogène ou exogène.

Certains artistes, et je les prends en exemple car ils sont plus réceptifs que la majorité des individus, ont éprouvé ce que les psychologue américain William James appelle des " melting moods " (phases de béatitudes) au cours desquelles tout dans l'univers vous paraît si magnifique que pour rien au monde vous ne voudriez disparaître.

S'ensuivit une dépression, le lendemain, au réveil des artistes en question qui s'interrogeaient sur le pourquoi et le comment de leurs expériences euphorisantes.La plupart d'entre eux mirent un terme à leur vie, se sentant piégés dans une réalité entrecoupée de brefs aperçus de liberté.

À contrario, il existe des lieux enchanteurs où, étonnés par la surprenante beauté d'un merveilleux paysage, d'un ciel étoilé, d'une chute de neige, d'un coucher de soleil, on souhaiterait mourir tant sont insoutenables la splendeur et la béatitude que l'on ressent. Toutes les conditions idéales sont réunies, et ce début de Grâce suffit à nous transcender au point que, percevant l'imminence d'une autre réalité spirituelle ou psychique derrière tant de perfection, on souhaiterait s'éparpiller dans la fraîche beauté et ne faire qu'un avec le tout, préludant une nouvelle alchimie spirituelle.



26

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !