4
min

Quand le chat n'est pas là...

Image de Pagineuse

Pagineuse

349 lectures

127

Qualifié

J'avais six ans. Je passais encore mes vacances chez ma grand-mère à la campagne, loin de tout.
Sa maison avait plusieurs pièces, mais après la mort de mon grand-père et le départ à la ville de ses enfants, ma grand-mère ne les utilisait plus toutes.
Ma grand-mère vivait surtout dans la grande cuisine qui était mieux chauffée. Il y avait même un divan où elle faisait parfois la sieste.
La salle à manger, et surtout le salon, étaient particulièrement sombres car les fenêtres avaient de grands rideaux épais à cause des courants d'air ; ils étaient le plus souvent fermés et ma grand-mère n'avait vraiment pas la force de les ouvrir tous les matins.
Et pourquoi faire ? Personne n'y allait plus.
Sauf un chat aux longs poils argentés qui me semblait briller dans l'obscurité.
Il faut dire que la salle à manger m'effrayait un peu et je n'aimais pas y entrer toute seule. Alors, j'attendais l'arrivée de Bonhomme pour l'explorer car, lui, n'avait peur de rien.
Il se faufilait le long du mur aux rideaux fermés. Il avait peut-être l'impression de pénétrer dans une forêt profonde... Je guettais sa sortie et, petit à petit, j'ai essayé de deviner d'où il allait resurgir, car ce sacré Bonhomme restait parfois caché assez longtemps, comme s'il partait à l'aventure.
Peut-être grimpait-il sur l'un des rebords des fenêtres cachées par les rideaux ? Peut-être regardait-il dehors comme sur un écran de télévision ?
Peut-être dormait-il...
Moi, je n'osais pas tirer sur ces rideaux bleu nuit, en plus il y avait parfois une araignée, ou des choses rampantes qui y vivaient et des mites s'y étaient installées. Elles s'envolaient à mon approche et j'avais l'impression qu'elles m'attaquaient. Bonhomme s'en fichait complètement. Il marchait d'un pas lent et assuré en se dandinant comme un gros malabar.
C'est moi qui l'avait nommé Bonhomme. Ma grand-mère ne l'appelait pas, elle ne l'appelait jamais d'ailleurs et elle le chassait aussitôt quand elle s'apercevait de sa présence. Elle lui faisait des espèces de kss, ksss, kssss d'un air méchant.
Lui faisait semblant de s'éloigner et, quand elle s'était retournée, il filait mine de rien se camoufler vers son endroit secret.
Un soir, je ne l'ai pas vu ressortir. Mais, malin comme il était, je l'avais sans doute manqué.
Le lendemain, il n'est pas réapparu. Je me suis inquiétée mais je ne pouvais pas en parler à ma grand-mère puisqu'elle le délogeait.
Je suis sortie de la pièce et puis je l'ai un peu oublié parce qu'il a fait tout-à-coup une belle journée, et j'ai joué dehors jusqu'au soir.
Après le dîner, j'ai juste entrouvert la porte, mais je l'ai aussitôt refermée car il m'a semblé entendre des petits cris bizarres ! Et s'il y avait des fantômes quand Bonhomme ne venait pas ?
Ou c'était peut-être les insectes qui s'en donnaient à cœur joie et faisaient la fête ?
Le surlendemain, toujours personne. Ma grand-mère avait peut-être renvoyé définitivement Bonhomme... comme un élève pas sage ?
À midi, comme grand-mère était dans la cuisine, j'ai à nouveau entrebâillé la porte, parce qu'elle aurait le temps de me sauver la vie si un fantôme apparaissait.
J'ai timidement tendu l'oreille... Rien.
J'ai bravement fait un pas... Rien. Deux pas, trois, quatre... et là encore j'ai entendu de tous petits cris... J'ai voulu reculer, mais je ne voyais rien bouger, et j'ai attendu.
J'ai eu raison.
Un instant plus tard, la tête de Bonhomme a soulevé un rideau. Il m'a regardé, droit dans les yeux... comme s'il me voyait pour la première fois !
Moi aussi, je l'ai regardé ! Je lui ai rendu son regard ! Il a fini par baisser la tête et a disparu sous le rideau. Je me suis avancée doucement vers lui, mais il a senti que je m'approchais et il est revenu, cette fois l'air carrément mauvais, le poil hérissé !
Je ne l'avais jamais vu dans cet état ! il jouait vraiment au vilain bonhomme !
C'est à ce moment-là que les petits cris sont devenus plus forts, et j'ai fui sans demander mon reste, illico presto dans la cuisine .
J'ai demandé tout bas à ma grand-mère si elle avait déjà vu un fantôme. Elle a haussé les épaules, je me suis sentie vexée et n'ai pas insisté.
J'ai eu tort.
Je sais maintenant qu'il faut discuter des choses inconnues qui font peur, mais j'avais six ans et ne connaissais rien de la vie.
J'ai quand même bien dormi cette nuit-là, sans faire un seul cauchemar. Et je me suis bizarrement réveillée en super forme, comme pour un jour de fête, un anniversaire, une bonne nouvelle, une lettre que le facteur déposerait sur la table de la cuisine en criant d'abord  : « Madame Michèèèle ? » pour prévenir ma grand-mère.
Je me rappelle avoir senti l'odeur d'un gâteau. Mais j'ai rêvé, c'était bien trop tôt pour que ma grand-mère ait déjà fait cuire une tarte, un clafoutis ou du pain perdu, que j'adorais.
Je m'étais trompée, il y avait bien une odeur, mais c'était celle d'une omelette ! Ma grand-mère était déjà allée au poulailler chercher des œufs fraîchement pondus et je l'ai dévorée comme si je n'avais pas mangé depuis cent ans. Puis, comme le soleil s'était lui aussi levé de bonne heure, j'ai courageusement poussé la porte de la salle à manger : j'ai été une deuxième fois récompensée car il faisait presque clair malgré les rideaux ! Comme si les rayons du soleil passaient par dessous et par dessus.
Et là, miracle, j'ai vu une toute petite tête pointer de dessous le rideau, les cris ont recommencé, de petits cris comme ceux d'une souris de dessin animé ! La tête de Bonhomme est apparue à son tour, il a attrapé dans sa gueule la sorte de chose qui s'agitait sous le rideau et l'a faite disparaître.
J'ai crié moi aussi, ce qui a fait venir ma grand-mère (et j'avais dû crier fort pour qu'elle vienne aussi vite !). Elle n'a pas été effrayée du tout, elle a, au contraire, poussé un soupir en disant :
— C'est vrai qu'elle avait grossi, j'aurais dû y penser...
Elle est aussitôt repartie mais vite revenue avec une boite et un vieux torchon dedans, elle a soulevé le rideau, et j'ai vu, moi aussi, plein de petits chats qui avaient l'air affamé, effrayé, perdu !
Je lui ai demandé :
— Mais où est Bonhomme ? Tu l'as chassé ?
— De quel bonhomme tu parles, ma jolie, tu veux plutôt parler de Miss ? m'a demandé ma grand-mère tout en ramassant les chatons pour les installer dans la boîte.
C'était donc Miss... et pas Bonhomme !
Une sacrée bonne femme, cette Miss ! Elle m'avait bien eue... Mais le lendemain, quand je l'ai appelée Ms, Mss, Msss... elle a eu l'air de me faire un sourire complice.
Sauf que... ma grand-mère avait descendu la boîte avec les chatons dans la cave où il faisait vraiment très sombre, où la porte grinçait, où l'escalier était raide, et où il faisait froid...
En fin de compte, j'ai appris à ne plus avoir peur du noir. J'avais trop envie de les voir ces bébés chats.
Quelques jours plus tard, quand les chatons ont commencé à escalader les marches de l'escalier en se cassant la figure, j'en ai choisi un qui avait l'air plus riquiqui que ses frangins, et j'ai décidé de l'appeler pour de bon Bonhomme, avant de l'annoncer fièrement à ma grand-mère.
C'est drôle, elle aussi m'a souri et a esquissé un pas de danse...

PRIX

Image de Hiver 2019
127

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Samia.mbodong
Samia.mbodong · il y a
Une histoire très mignonne, c'est presque un conte. L'écriture est agréable à suivre et les états d'ames de la filette bien retranscrit.
J'ai aimé ce beau récit de fantomes et de chats..
Bravo et merci
Samia

·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une histoire bien écrite, charmante et adorable ! Mes voix ! Une invitation à découvrir “Le Vortex” qui est en FINALE pour la Matinale en Cavale 2019, et vous ne serez pas déçu ! Merci d’avance et bon week-end! https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/le-vortex-1
·
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Une jolie petite histoire à hauteur d' enfant, à raconter au moment du coucher ...
·
Image de Chateaubriante
Chateaubriante · il y a
ici, je suis Zaza et j'aime chat !!! merchi
·
Image de Lyriciste Nwar
Image de JACB
JACB · il y a
C'est trop mimi ! On ne peut que craquer devant ce récit félin vu par les yeux d'un enfant, en ça le ton est juste.*****
Ma cavale est en bleu et jaune mais il me tiendrait à coeur d'avoir votre soutien pour:
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-femme-est-l-avenir-de-l-homme#
Merci et bonne chance à vous.

·
Image de Jusyfa
Jusyfa · il y a
Bonsoir Pagineuse, je découvre avec plaisir, une nouvelle de qualité portée par une plume, elle aussi de qualité. Je vous souhaite bonne chance pour ce prix. Bravo,mon soutien et mon vote +5*****
Julien.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/pour-un-dernier-sourire
Si ce n'est pas encore fait, ce texte est en finale, merci de bien vouloir le soutenir.

·
Image de AKM
AKM · il y a
Je vous laisse mes voix et m'abonne !
Je vous invite à lire ma nouvelle et à apporter vos critiques :
« ...- Il m’a embrassé par surprise, je me suis laissée faire comme pour voir jusqu’où il voulait aller, il m’a déshabillé mais avant que le pire ne se produise je me suis sauvée.
Au fur et à mesure qu’elle me décrivait la scène, une peur grandissait en moi, la peur de l’entendre sortir les mots : « J’ai couché avec un autre homme », et à la fin elle laissa bientôt place à des suspicions... »
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/les-mots-du-coeur-1
Merci et bonne chance !

·
Image de Myla Flickinger
Myla Flickinger · il y a
J'adore lire les histoires de chats alors j'ai bondi sur celle-ci. Bonne chance !
·
Image de La Plume
La Plume · il y a
Adorable. J'adooore les chats ! J'aime beaucoup... ;):)
·