1
min

14 lectures

1

"Sire la princesse se meurt,Sire,il vous faut assister aux derniers sacrements, avant qu'il ne soit trop tard!".Le Roi ,face à la fenêtre, ne répondait pas, aucuns tressaillements aucuns mouvements de sa part. Son long manteau de fourrure tombait jusqu à ses pieds. Les campagnes étaient en trêve, Noël approchait le Roi et son cousin se déchirait le royaume.L'hiver trop rigoureux ,allait emporter sa fille adorée ,la princesse ,l 'unique héritière ,car il n'avait pas eu d'autre enfant. La Reine s'approcha un peu plus de lui ,pour lui réitérer sa demande,sur un ton, plus doux encore."Sire je vous prie ,venez dans les appartements de la princesse ,lui faire vos adieux."Soudainement le Roi se retourna ,et fixa son épouse la Reine droit dans les yeux,il lui dit non.Alors la Reine se sentit défaillir ,devant ce refus si abrupt.De grosses larmes coulèrent sur ses joues,la Reine lui demanda alors de se retirer, le Roi accepta ,elle pénétra dans la chambre de la petite princesse ,son souffle était court , ses yeux clos,la fièvre perlait sur son front.La Reine,lui appliqua un linge humide sur les lèvres, et lui baisa le front.Soudain,alors que la Reine veillait son enfant,le prêtre donnant l'extrême onction, le Roi fît son entrée, accompagné d'une fort vieille femme,courbée, en haillons,qui ressemblait à un spectre.Ses mains étaient déformées et sa longue chevelure blanche ,auréolait son visage ridé.Le Roi fît sortir de la chambre tous ceux qui s 'y trouvaient,à l'exception de la Reine,et la vieille femme put s' approcher du lit de la jolie princesse.Elle sortit de sa besace ,des herbes,fit venir de l'eau chaude, et,de nouveaux linges.Puis elle confectionna l'onguent,qu'elle fît penetrer sur les poignets, et la plante des pieds de la. Princesse.La reine était si fragilisée par le tourment ,qu'elle ne disait mot,regardant la vieille femme ,enduire le corps de sa fille bien aimée. Deux jours et deux nuits passèrent. La Reine et la vieille femme ne quittait pas la jeune princesse ,elle gardèrent le chevet ,nuit et jour. Pendant ce temps le Roi très pieux se rendit à la chapelle du château, implorant le seigneur d 'épargner son adorable enfant.Quand il revint deux jours plus tard dans les appartements de la princesse, toutes les cloches de l'église sonnaient ,c 'était le jour de Noël. Le Roi s'approcha du lit de la petite princesse ,Aurore lui sourit, tendit ses petites mains vers son père, cet homme si puissant qu'elle adorait ,la fièvre avait disparu .L 'enfant pouvait de nouveau manger,et se tenir assise .Alors le Roi sortit de son manteau une bourse pleine de pièces d 'or, et l'offrit à la vielle femme aux longs cheveux d'argent.

Thèmes

Image de Nouvelles
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Coraline Parmentier
Coraline Parmentier · il y a
Très bon écrit, vous avez mon vote !
A présent, si vous voulez lire mon royaume embrumé de Haute Egypte en lice pour Imaginarius, c'est par ici...
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-royaume-dans-la-brume

·