3
min

Point of no Return - Chapitre 3 (Part. 2/2)

Image de Normanbates83

Normanbates83

149 lectures

51

Vendredi 21 novembre – 15h49 (2/2)



« Vas-y. Fais-le. C’est tout ce qu’ils méritent. Et c’est tout ce que tu mérites, toi ! » me soufflait une voix intérieure.

J’avais l’impression que ce moment était hors du temps. Comme irréel. Comme un rêve, où la notion de temps est distordue.

« Lève-toi et fais-toi plaisir. Prends le temps de les tuer. Que chacun comprenne bien ce qui lui arrive et pourquoi ça lui arrive. »

Oh oui, j’avais hâte de voir dans leurs regards leurs regrets pour toutes les saloperies qu’ils m’avaient faites. J’imaginais Patrick me suppliant de l’épargner, le visage défait.

Le Smith & Wesson était quasiment sorti de ma sacoche. J’ouvris les yeux. Tout le monde s’en était retourné à ses occupations, chacun à son bureau. Aucun ne se souciait de moi et de ce que je projetais de faire.

Je déposai délicatement le flingue dans la poche droite de mon imper et reposai ma sacoche sur le sol. Je les dévisageais toujours. Chacun avait l’air si concentré sur son travail. C’était presque trop facile.

« On s’en fout que ce soit facile ou pas. Pense à la putain de sensation que tu auras au moment d’appuyer sur la détente. Pense au bruit de cette fichue détonation. Pense à la cervelle de Patrick qui redécorera le bureau. »

Cette fichue voix intérieure avait raison.

Je me suis levé.
Ma respiration devenait toujours plus rapide, comme quand j’étais ado et que je devais présenter un exposé devant toute ma classe. Le même stress. Je pouvais sentir mes mains qui se mettaient à trembler un peu. Je les fourrai dans les poches de mon imper. Ma main droite entra en contact avec le flingue. Je l’empoignais à nouveau et expirai discrètement ma tension. De ma main gauche, je vérifiai une dernière fois ma coiffure, replaçai mes lunettes qui commençaient à tomber. Elles avaient toujours tendance à tomber un peu en avant sur mon nez quand je transpirais.

Je me suis avancé, lentement, dans la pièce, en direction du bureau de Patrick. Personne ne faisait encore attention à moi.
J’avançais vers Patrick, en le fixant du regard. Mon index droit se positionna sur la détente.
Je n’étais plus qu’à trois mètres de lui.

« Vas-y. Fais-toi plaisir. Eclate-lui sa gueule !!! »

Je me mis face à Patrick. Au bout de quelques secondes, il saisit ma présence et releva la tête.

« T’as besoin de quelque chose ? »

« Oh oui, j’ai besoin de quelque chose. J’ai besoin de me sentir bien et tu vas y contribuer. »

Je le dévisageais, mais je ne dis rien. Je me contentais de le fixer du regard.

« Sors ton flingue. »

Patrick paraissait emprunté.

« Simon ? T’as besoin de quelque chose ? »

C’était horrible. Je bouillonnais en moi. Je n’avais qu’une envie, sortir mon flingue et le descendre. Mais... Mais c’est comme si mon corps ne répondait plus à ce que ma tête ordonnait.

J’étais figé.

Debout devant le bureau de Patrick, les mains dans les poches de mon imperméable, tenant un flingue chargé, je ne pouvais plus bouger.

« Simon, ça va ? »

Il fallait que je trouve quelque chose à faire ou à dire. Le moment me sembla interminable. Mes lèvres commencèrent à bouger et j’ai eu la sensation que quelque chose allait enfin sortir de ma bouche.

« J’ai bien compris votre message, commençai-je. »

A ce moment-là, je ne savais absolument pas où allait me mener cette phrase, mais j’avais réussi à attirer l’attention de tout le monde.

« Donc, votre idée, c'est de me faire virer ? C'est ça ? Je parie que vous vous persuadez de faire ça pour mon bien. »

Je prenais bien soin de les regarder l’un après l’autre pendant que je débitais mon speech.

« Je tiens juste à vous dire que si je perds ce boulot, je perds mon appart. Si je perds mon appart, je me retrouve à la rue. Je veux pas me retrouver à la rue, dis-je avant de faire une pause. J'ai besoin de ce travail pour exister. »

Sur ce, je rejoignis mon poste, pris ma sacoche et quittai la boîte. Sans me retourner.

J’appelai l’ascenseur. Je leur tournais le dos, mais, mâchoires serrées, je dus me retenir pour ne pas craquer. Je me sentais terriblement nul de n’avoir pas eu les couilles d’aller au bout, de sortir ce putain de flingue et d’exiger le respect de mes collègues.

Je ne suis qu’un loser.

En ce moment, une idée me trotte dans la tête : lever mon cul de cette chaise, m’emparer de ma sacoche, sortir le Smith & Wesson, le fourrer bien profond dans ma bouche.

Et tirer.

Thèmes

Image de Nouvelles
51

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Odile Duchamp Labbé
Odile Duchamp Labbé · il y a
ah non, pas déjà!
·
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
j'ai bien aimé les moments d'hésitations du personnage qui prend son temps on dirait, puis le revirement de la fin m'a un peu surpris, vivement la suite pour mettre fin à ce suspens intenable
·
Image de Paul Thery
Paul Thery · il y a
C'est le moment idéal pour une page de publicité avant d'attaquer le prochain chapitre :-)
·
Image de Gladys
Gladys · il y a
J'adore ce chapitre très réussi , même si l'ensemble a quelques faiblesses, un chapitre comme celui-ci relance l'aventure
Je vais de ce pas lire la suite si elle est écrite

·
Image de Jenny Guillaume
Jenny Guillaume · il y a
J'ai bien aimé ce chapitre et le revirement à la fin :)
·
Image de André Page
André Page · il y a
Il a réussi à leur parler en face, c'est déjà une victoire, mais il voulait beaucoup plus.. :)
·
Image de Leméditant
Leméditant · il y a
Beau travail psychologique qui donne vie à ce personnage effrayant. On respire un peu à la fin... SOS "Esprits Criminels"....
·
Image de Maggydm
Maggydm · il y a
Bon ben je suis mordue à l'hameçon de votre histoire. S'il tire, c'est fini et je ne veux pas que cela soit fini. Pas maintenant, pas déjà. Comment allez-vous rebondir maintenant? J'ai hâte de lire la suite... merci
·
Image de Lammari Hafida
Lammari Hafida · il y a
Toujours prenant .... la suite ...
·
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
Pas facile de passer à l'acte ! À bientôt pour la suite...
·