2
min

Pianiste en cène

38 lectures

6

Les rires roulent sur la grande table en chêne, parée d'assiettes de porcelaine au décor suranné, de couverts d'argent hérités d'un autre siècle et de verres au cristal le plus pur, dans lequel le vin fait miroiter sa robe sanguine. Rien ici ne parait moderne aux yeux des convives. Ni le papier peint aux arabesques complexes, ni l'immense buffet sculpté dont Rimbaud aurait pu s'inspirer. Mais, aucune poésie n'a jamais traversé leur cœur, songe Irène. Ils ne voient, autour d'eux, que des vieilleries, quand elle-même y voit la vie, sa vie. Chaque objet lui rappelle son passé. La lampe à pétrole lui vient de sa propre grand-mère et, quand elle était enfant, jamais elle n'aurait osé se moquer de cette femme charmante, dont chaque ride ressemblait à un sourire. Mamie Sourire, c'est ainsi qu'elle l'appelait. A ses côtés, elle a grandi, appris. Pleuré chaque noël l'absence de ses parents, morts là-bas, à cause de la haine des autres.

Savent-ils, eux, ce que c'est de devoir vivre sans l'innocence de l'enfance ? De savoir, dès le plus jeune âge, qu'il faut combattre pour survivre ? D'avoir gravé, dans l'âme, le sentiment de peur que la vie peut s'envoler, parce que d'autres l'ont décidé ? Leur corps a grandi, emmitouflé dans un égoïsme qui a étouffé jusqu'à leur cœur. Ils sont des machines à dépenser. Ils n'ont jamais connu la faim, la privation. Ils ne voient, en elle, qu'une vieille femme, usée jusqu'aux os déformés par l'arthrite. Irène les regarde rire, comme si elle n'existait pas. Comme si elle ne les entendait pas débattre du prix qu'ils pourront obtenir avec ce buffet, son buffet. De sa maison qu'un notaire viendra estimer dès le lendemain. Ils agissent, comme si elle était déjà morte. Mais, ce qu'ils ignorent, c'est que la douleur qui paralyse, parfois, presque complètement son corps épuisé, lui hurle qu'elle est encore bien vivante.

Elle lève un bras et pousse un râle, en voyant un de ces petits monstres s'approcher du piano à queue, qui gise tel un roi, mort sur un champ de bataille. Mais, ce roi-là ne mérite pas que des mains poisseuses d'enfant mal élevé s'abatte sur ces touches et lui arrache des cris, quand il est capable de faire chanter les anges. Ce piano a été sa vie, son unique amant, son unique amour. Que de jours et de nuits passés, le corps ployé vers lui, ses doigts caressant le clavier ! Combien d'hommes et de femmes ne sont pas pressés pour les voir, pour les entendre !

Irène Del Cantos ! La pianiste que le monde entier a adorée, que les critiques les plus farouches ont encensée ! Irène Del Cantos, réduite, par les siens, à n'être qu' une vieille carcasse pleine aux as ! Elle songe à Mamie Sourire, qu'elle a choyée jusqu'à son dernier soupir.

Irène a toujours pris soin des siens. Chaque fils, chaque neveu, chaque cousine a bénéficié de ses largesses. Elle a offert à chacun, ici, tout ce qu'il voulait. Et, comment la remercient-ils ? En décidant de l'envoyer dans une maison de retraite ! Loin de chez elle, loin de son piano, loin de sa vie ! Elle les a implorés, maudits, haïs. Mais, qu'ont-ils à craindre du venin d'une vieille femme rongée par l'arthrite ? Elle observe ses doigts grossis, déformés, à peine capables d'effleurer les touches blanches et noires, puis les observe, eux. Leur face blanche devenue noirâtre sous l'effet du poison. Leurs râles meurent aussi vite qu'eux, mais, eux, elle en est certaine, ne joueront jamais avec les anges...
6

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Véronique Théry
Véronique Théry · il y a
rectification : "Mais, ce roi-là ne mérite pas que des mains poisseuses d'enfant mal élevé s'abatteNT sur ces touches et lui arracheNT des cris, quand il est capable de faire chanter les anges" / EST-IL POSSIBLE DE FAIRE UNE RECTIFICATION SUR SON PROPRE TEXTE ET QUELLE EST LA MANŒUVRE ?
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Je me suis laissé avoir! Chute à la dernière phrase et puis surtout une très belle écriture ! Mon vote.
·
Image de Véronique Théry
Véronique Théry · il y a
Merci pour le compliment
·
Image de Maud Bernex
Maud Bernex · il y a
Super cette nouvelle! Il me semblait avoir déjà voté et fait un commentaire mais sans doute sur un autre site!
Je répète ce que j'y ai déjà dit : j'ai connu une personne de la famille qui se comportait de la
même façon cependant elle n'est pas morte empoisonnée mais de maladie !!!...

·