1
min

Petite Martine de notre enfance,

Image de Alain Derenne

Alain Derenne

23 lectures

6

Quand nous étions gamins pendant les vacances chez mon grand-père à
côté de Montluçon, un endroit qui s'appelait «la peille».
Avec les cousins, nous courions les champs, nous courions les bois, mais
pas toujours seuls, quand la promenade n'était pas longue et que le temps
était beau, elle venait avec nous, notre si belle petite-cousine avec ses jolis
yeux rieurs, sa petite frimousse au teint rosé, ses cheveux bruns et soyeux
avec des reflets d'or tout au bout, et qui sautait les fossés, plus légère que
nous, avec des cris de joie ou de peur, on ne savait trop, comme les alouettes
qui se sauvaient des hautes herbes à notre approche, nous la protégions contre
les épines des ronciers, nous l'aidions lors de passages difficiles, nous posions
pour elle des pierres dans les courants d'eau, et nous lui demandions souvent
si elle n'était pas trop lasse de toutes ses courses.
Elle ne l'était jamais, et nous avions fini par décider qu'elle eût dû naître
garçon, je crois même que je l'avais nommée mousse du bateau à fond plat
dont mon frère ainé était l'amiral.
Mais les années sont venus, et notre jolie petite-cousine est partie, le bateau a
disparut sous les saules, il s'est empli de feuilles mortes, ne glisse plus entre les
nénuphars, et n'emporte plus à sa proue le mousse aux yeux rieurs et à la robe
claire, qui nous indiquait d'un doigt la route libre entre les rives buissonneuses.
Si vaillante qu'elle fût, nous évitions donc pour elle les fatigues des grandes
expéditions, notre protection s'opérait de mille façons et nous semblait de
haute courtoisie, venant de cousins et de frères aînés, et que la jeune sœur de
coeur nous rendait en sourires de jeune princesse heureuse.
Nous libérions régulièrement les oiseaux pris au piège, nous piquions nous-
mêmes les mouches et les sauterelles à l'hameçon de sa ligne, et, quand
l'herbe était trop mouillée dans l'immense prairie qui s'étendait derrière les
corps de bâtiment, nous allions jouer dans le foin du hangar ou avec les vieilleries
du grenier, nous étions alors les découvreurs de trésor, les marchands du temple,
le temps passait sur nous insouciant petit de la vie du monde...
Puis le vent emporta nos joies, nos rires et nos rêves, la vie du monde nous à
séparés comme les feuilles mortes en automne, de-ci, delà, et ne reste de ces
instants de bonheur que des souvenirs empreint d'une nostalgie heureuse, je revois
nos visages, les lieux où nous avons joué, et grandis...
Le temps, celui qui nous blanchit les cheveux, nous donne des rides, mais celui
aussi qui embellit nos souvenirs.
Merci la vie.

Thèmes

Image de Nouvelles
6

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
Votre texte a réveillé des souvenirs dans ma tête. Comme vous dites '' Merci la vie''....
·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Quelle poésie dans cette description d’une belle vie d’enfant à la campagne. J’ai eu moi aussi la chance de connaître les étés aux jeux d’enfants dans les champs et à cueillir des mûres et grimper sur les « maisons de paille » pendant les moissons. Souvenirs souvenirs !
·
Image de Alain Derenne
Alain Derenne · il y a
Oui Fred que de souvenirs ...merci de ton passage sur le chemin de mon histoire.
·
Image de Geny Montel
Geny Montel · il y a
Cette petite avait beaucoup de chance de partager de si bons moments avec ses cousins... De beaux souvenirs qui ne s'effaceront jamais.
Un joli texte.

·
Image de Alain Derenne
Alain Derenne · il y a
Merci Geny de ton passage, oui, et nous alors, elle était pour nous comme un rayon de soleil, les balades à vélo sur les chemins de l'Allier su côté de Montluçon, une campagne si belle...des souvenirs toujours vivants.
·
Image de Manita
Manita · il y a
Ce texte fait remonter tant de souvenirs ! Nostalgie quand tu nous tiens. Dehors le temps est triste. Vogue le vague à l'âme. Merci pour ce joli texte. Bonne fin de week-end.
·
Image de Alain Derenne
Alain Derenne · il y a
merci de votre passage, bonne fin de WEnd à vous aussi.
·
Image de Sylvie Franceus
Sylvie Franceus · il y a
Oui, Alain, merci la vie. Qu'ils sont touchants tous tes souvenirs d'enfance ! Je me rappelle, j'allais au centre aéré " Les Bosquets " qui se trouve tout près de cet endroit... oui, je connais cette végétation et les lieux de jeux mille fois répétés et ce que tu écris me va droit au cœur. Garde tout dans ta mémoire, Alain. C'est précieux.
Merci
sylvie

·
Image de Alain Derenne
Alain Derenne · il y a
Ah les bosquets...joli nom pour un centre aéré. Je garde tout dans ma mémoire.
·