10
min
Image de Arno

Arno

631 lectures

115

Qualifié

Cela fait une heure que Petit Pierre est penché sur la page de son cahier. Il doit rendre son devoir d'arithmétique demain. Il est depuis toujours, fâché avec les chiffres. Il n'aime pas ça ! Pour lui c'est une corvée... Hélas, cela fait partie des tâches que doit accomplir tout écolier.
Sa maman Ludivine, essaie de lui venir en aide. Parfois, elle baisse les bras.

Il faut, cependant, que notre jeune élève affronte la réalité de son apprentissage scolaire et fasse le travail qui lui est demandé, sinon, gare à la punition demain ! Il se gratte la tête, mâchonne le bout de son crayon... Crrrac... Zut ! La mine vient de casser.

— Maaamaaaan... Maaamaaan... Viiiieeennns voir... La mine de mon crayon est cassée !
Et maman d'accourir, laissant choir ses occupations.
— Ne crie pas comme ça... Ta mine de crayon est cassée ! J'ai entendu ! Je vais la tailler pour la cinquième fois...Tout de même !
— Et bien sûr tu n'as encore rien fait...
— Mais maman je n'y comprends rien ! murmure penaud, Petit Pierre.
— Tu ne veux pas comprendre ! J'ai passé des heures à t'expliquer comment faire ce devoir d'arithmétique... Je me demande même si tu as écouté ce que j'ai dit ! Maintenant.. .J'en ai assez... Débrouille-toi ! Si tu ne fais rien, eh bien ! tu auras un zéro... Et tu l'auras mérité !

Devant tant d'incompréhension maternelle, Petit Pierre, se renfrogne. Il fixe avec attention la page de son cahier.
Il est concentré, tendu vers un seul objectif : terminer ce satané devoir afin d'aller jouer dehors ! Le temps passe... Toujours rien !

Soudain, au centre de la feuille quadrillée de son cahier.... Le jeune garçon, voit quelque chose bouger... et... il entend... clairement :
— Ehh... Eeeeh...Eeeeh... Pssst... Pssst...
Il aperçoit... là... sur les lignes... Une sorte de minuscule insecte en train de s'agiter.
— Hoooo ! Qui es tu ? Minus ?
Et l'étrange animation de lui rétorquer.
— Pour l'instant, mon p'tit gars... le minus, c'est toi !... Incapable que tu es de résoudre une simple opération ! Mais je me présente... Je suis le Un... Le plus petit des chiffres... Il y a bien mon ami le Zéro, mais lui... Bon ! C'est un cas à part ! Veux-tu connaître mon univers ? Voir où j'habite et comment je vis ?

Petit Pierre, qui est un aventurier dans l'âme ne se fait pas prier, c'est avec enthousiasme qu'il accepte l'invitation du Un.
Mais, il est trop grand pour entrer dans la page, et visiter ce Monde des chiffres.
— Qu'à cela ne tienne, réplique le Un... Répète cette formule magique après moi... Math et Mastique coucou le colibri...
Petit Pierre, surpris, rétorque au chiffre :
— Mais ça ne veut rien dire ton truc là !
— Répète te dis-je...Tu es un peu têtu toi... Non ? grogne le Un.
— Bon... Voilà... Je répète... Math et mastique coucou le colibri...
Comme dans un conte... La magie opère...Notre jeune aventurier-explorateur, se retrouve dans la page de son cahier. A côté du Un
— Ah ben ça alors... dit Petit Pierre... Je suis dans la page et je suis aussi grand-petit que toi ! C'est génial !
— Eh oui mon ami, c'est toute la magie des chiffres... Comme je te l'ai déjà dit... Je suis le Un et je suis heureux de t'accueillir chez moi... Comment t'appelles-tu ?
— Petit Pierre... lui répond, le rétif aux chiffres.

.— Eh bien ! si tu le permets, je vais te présenter mes amis, sourit le Un en tendant le bras.
Le jeune garçon saisit le bras tendu, un peu étonné. Le Un remarquant sa surprise ajoute :
— Comme tu le constates, en tant que membre de la famille des Un, j'ai un bras et une jambe, chez nous, nous sommes tous comme cela. Ce n'est ni monstrueux, ni handicapant, nous sommes faits comme ça, c'est tout ! Tout le monde nous respecte, nous respectons tout le monde !
Prenant la main de Petit Pierre, le Un lui dit, tout guilleret :
— Tu es mon premier ami humain ! Je suis heureux... parce que moi aussi, tous ces chiffres... rien que des chiffres ! J'en ai un peu assez ! Suis-moi ! Mais reste bien entre les lignes bleues, ne les dépasse pas et surtout, ne franchis jamais la ligne rouge que tu vois là-bas, au loin... Au-delà, se trouve la marge... Zone Interdite ! Sauf pour la maîtresse qui y met les notes ! Allez, en route !

Nos deux amis commencent leur voyage.
— Nous voici chez mon voisin le Deux, dit avec emphase le Un... Il a un long cou recourbé et un arrière-train en parenthèse, il ressemble à un cygne, un oiseau de chez toi !
— Bonjour Monsieur le Deux ! Dit avec un grand sourire Petit Pierre.
— Bonjour jeune étranger, répond en souriant le Deux qui est en train de fabriquer une table de multiplication dans son atelier.

Tirant son ami par le bras, le Un arrive devant une autre maison.
— Là, habite Monsieur Trois... Chuchote le Un.
— Le Trois ? reprend d'une voix encore plus basse, Petit Pierre
— Oui, il est d'aspect bizarre, il a deux bosses sur le dos... Il est un peu grognon... mais gentil tout de même. Allons voir plus loin !

— Nous voici chez Mademoiselle Quatre... Une vieille demoiselle, toujours pimpante... Qui monte encore les marches à toute vitesse... Quatre à quatre comme vous dites chez les humains. Elle confectionne également des gâteaux succulents, des... quatre-quarts !

Tout en devisant, nos amis approchent d'une jolie maison à moitié finie.
— Voici la demeure de Monsieur Cinq, Il a toujours la tête dans les nuages et les pieds sur terre... C'est un indécis... Monsieur Cinq... Il se situe au milieu de notre belle lignée... Il hésite toujours entre se rapprocher de nous, chiffres de la base ou bien fréquenter les gens de la haute société des chiffres.

Petit Pierre commence à trouver tout cela bien, ces chiffres qui ont chacun leur personnalité.
— Ah ! dit le Un, nous voici chez notre magicien, Monsieur Six, Il possède le pouvoir de se transformer quand il le souhaite, en Roi des chiffres !
— Roi des chiffres ? Interrompt Petit Pierre.
— Ouais m'sieur !... Le Roi des chiffres... le Neuf ! Monsieur Six est le seul d'entre nous à pouvoir le faire... Il se met le ventre en l'air et Hop ! Le voilà transformé en Roi Neuf ! C'est fantastique non ?
— Ou... Ou... Oui... répond, admiratif, notre découvreur d'Univers.

Mais déjà ils arrivent devant une autre demeure.
— Ici, habite Mademoiselle Sept... Elle est grande et très belle, Mademoiselle Sept... Elle se promène toujours avec une petite barrette fixée à la taille... Afin de ne pas grossir... Car elle veut rester svelte et mince ! Elle veut faire du ciném le septième art comme elle dit !
— C'est extraordinaire, le Sept qui ne veut pas grossir et qui veut faire du cinéma ! s'exclame Petit Pierre.


La visite continue, nos deux amis arrivent devant une tente de cirque... Petit Pierre est ravi.
— Un cirque ! dit-il à son ami le Un.
— Non ! ce n'est pas un cirque, c'est le chapiteau qui abrite Monsieur Huit, c'est un gros joufflu rigolo. Toujours prêt à faire des farces. Parfois, il nous prend sur son dos et nous fait monter et descendre en tournant en rond... Je crois que dans ton univers, vous avez une attraction foraine qui ressemble à notre jeu... vous l'appelez si je ne me trompe, « le Grand Huit ».

— Oui... C'est cela... Un !... Chez nous, nous avons le grand Huit ! répond Petit Pierre, émerveillé par tout ce qu'il découvre.

Nos deux aventuriers arrivent en bordure d'un château aux tours élancées, aux donjons mystérieux.
— Devant toi dit fièrement le Un, voici le Palais de notre souverain, le Royal Neuf... c'est le plus fort d'entre nous... avance... doucement... et salue sa Majesté.
Après avoir passé le pont-levis, traversé une grand cour, les deux amis pénètrent dans la majestueuse salle du trône.
Petit Pierre que plus rien ne surprend, se retrouve à demi courbé devant le grand Neuf. Il salue le royal chiffre de la manière dont il l'a vue faire par les trois mousquetaires dans un film, à la télé, lorsque ceux-ci se présentent devant le Roi de France.
— Majesté, permettez-moi de vous présenter mes humbles hommages, dit avec respect Petit Pierre, se remémorant les leçons de savoir-vivre que sa maman lui a inculquées.
— J'accepte tes hommages mon petit, répond avec emphase le Seigneur des chiffres. Assis sur son trône d'or, serti de magnifiques pierres précieuses.
— Ainsi, tu viens de l'autre univers, celui des humains... nous le connaissons, puisque vous utilisez nos pouvoirs de chiffres pour assurer vos progrès et vos connaissances...

— Majesté, votre pays des chiffres, jusqu'à aujourd'hui, pour vous dire la vérité, je le détestais... je n'y comprenais rien. Mais là, je l'avoue, depuis que je connais mieux votre peuple, je l'apprécie... mais j'ai une question à vous poser... Si vous me le permettez Sire...
— Pose ta question, mon garçon répond avec un sourire bienveillant le Roi des Chiffres.
— Eh bien... Sire... j'ai vu beaucoup de vos sujets depuis que Un m'a fait découvrir votre royaume, mais je n'ai pas vu le... Zéro...

— Sache... mon jeune ami... que le Zéro est un chiffre que nous utilisons souvent... Il s'agit là d'un secret, mais comme tu as été invité par le Un qui est mon Grand Conseiller, à visiter notre pays... et que tu es devenu son ami, je peux te le confier... Le Zéro est le chiffre qui nous donne de la force à nous les chiffres... Prends par exemple le Un... Ton ami. Si le Zéro l'accompagne... Ils forment à eux deux, un nombre Dix... décuplant ainsi, la force du Un. Si le Un se promène avec deux Zéros il est encore plus fort et ainsi de suite, mais il faut toujours que le Zéro soit placé à notre droite ! Mais... Chut !... le Zéro est notre force... c'est pourquoi, nous le protégeons et nous le gardons au secret dans un endroit connu de nous seuls. Ces chiffres, ronds comme des billes, sont nos gardes, nos soldats à nous... Peuple des chiffres... Et là, mon petit, je ne puis déroger à notre loi, tu ne pourras rencontrer le Zéro.
— Ça ne fait rien Majesté... Je suis déjà heureux d'avoir pu être accepté dans votre bel univers de chiffres ! Et je... vvv...


Une sirène stridente retentit soudainement.
Une grande agitation gagne tout le palais royal. Un Zéro, tout chamarré d'or et d'argent, surgit en gesticulant et en criant dans la grande salle du trône.
— Sire... Sire... L... L... Les Lettres nous attaquent une fois d... d... de... Plus !
Le Roi Neuf blêmit en entendant la nouvelle. C'est avec anxiété qu'il demande au Zéro d'or.
— Quoi ?... Ils recommencent ? Voilà des siècles que cela dure.
Soudain soucieux et très préoccupé, le souverain ordonne d'un ton sans réplique :
— Va ! Chef de la garde, sonne le branle-bas de combat, rassemble nos troupes ! Où se situe l'ennemi à cette heure-ci, mon brave Zéro ?
Le Zéro encore tout essoufflé par sa course, répond prestement au monarque.
— Ils sont massés tout le long de la ligne rouge... Leurs soldats sont en ordre de bataille dans la marge Sire !
— Bien ! Que tous les généraux fourbissent leurs troupes. Je les retrouverai sur le front, près de la ligne rouge, en bordure de marge.

La mobilisation est générale. Bien entraînées les troupes de Zéros, commandées par les généraux chiffrés sont très rapidement en position de combat, prêtes à en découdre avec les hordes de lettres.
Petit Pierre, mêlé malgré lui, à cette lutte séculaire, se cache derrière une grosse ligne bleue, d'où il peut observer, la bataille que vont se livrer les antagonistes. Devant la violence des assauts... Il ferme parfois les yeux. La bataille fait rage pendant quatre jours... d'une lutte sans merci et sans quartier.

Au terme de ces quatre journées terribles, le champ de bataille, tout le long de la marge est jonché de lettres et de chiffres, unis dans la mort, pour l'éternité des Braves.
Confronté, une fois de plus à ce grand malheur, le Roi Neuf est anéanti, face à un tel désastre. De l'autre côté... chez les Lettres c'est le même constat de désolation.
Timidement... Petit Pierre s'approche du Roi Neuf, avec une profonde tristesse au fond des yeux... car il a aperçu tout à l'heure, sur le champ de bataille, son ami le Un, gravement blessé.

— Sire, cette guerre est absurde... Je suis certain qu'entre les lettres et vous, les Chiffres, il y a moyen de trouver un terrain d'entente. Mettez de côté vos orgueils respectifs. Ne cherchez pas à imposer une vision unique de l'avenir... mêlez vous, mélangez vos qualités, combattez ensemble vos défauts... ainsi vous éviterez le spectacle affligeant de vos discordances qui ensanglante la marge en ce jour funeste.
Le roi écoute avec attention les propos de Petit Pierre. Après une longue réflexion, il lui répond :
— Tu as mille fois raison mon jeune ami... de quel droit nous considérons nous supérieurs aux lettres ? Quels dieux auraient donné aux lettres la mission de nous dominer ? Tu as raison ! répéta le sage souverain.
— Je vais mandater sur le champ un émissaire de Paix auprès du Roi des Lettres, le Roi Zed !

Le Roi des Chiffres tint parole. La mission se déroula sans incident. Des accords furent signés, accordant aux Lettres le droit de parcourir à leur aise le territoire des Chiffres. Il en fut de même pour les Chiffres dans le pays des Lettres. Une grande fête eut lieu pour célébrer la paix entre les deux peuples.
Durant les festivités, Petit Pierre retrouve son ami le Un qui sort, tout juste, de l'hôpital où il a été soigné pour ses graves blessures. Il claudique encore un peu, mais il est là! participant à la fête. Une béquille soutenant son unique jambe de Un!!!

Petit Pierre s'approche de son ami. Rassuré sur son état de santé, Pierre lui dit :
— Un... Il faut que je m'en aille, maintenant... Je ne suis pas d'ici, ma maman doit être inquiète, il faut que je la rassure.
— Je comprends, dit le Un convalescent en essuyant une larme.
— Je veux te remercier Petit Pierre, pour tout ce que tu as fait pour nous. La paix et la tranquillité sont, je le crois, établis pour longtemps dans notre pays, grâce à toi qui as su si bien conseiller notre souverain. Merci mon ami, rentre chez toi... tu as raison... ta... Maman... doit être inquiète... Va... va... retrouver les tiens.
Dit entre deux hoquets de chagrin le brave Un.

Petit Pierre, la gorge serrée, avec des larmes plein les yeux lui aussi, quitte son ami. Il s'approche de la ligne rouge, il la franchit. Il se retourne... Fait de grands signes de la main au Un. Celui s'avance un peu, et en utilisant son unique bras de Un, comme un porte-voix, il crie en direction de Petit Pierre.
— Au fait... Pierre... Nos Peuples ont donné un nom à nos accords... ce sont les accords d'ALGEBRE... à bientôt... mon ami.

Tout aussi brusquement qu'il est entré dans la page de son cahier, Petit Pierre se retrouve accoudé sur son bureau dans sa belle chambre multicolore. Tout joyeux, malgré un soupçon de tristesse posé au fond du cœur, notre aventurier s'attelle avec entrain et une ardeur nouvelle pour lui, au devoir d'arithmétique donné par la maîtresse.
Une fois celui-ci terminé, il saute dans ses « baskets », et se dirige vers la porte qui donne sur le jardin. Sa maman Ludivine, l'interpelle :

— Hep là ! Petit Pierre as-tu fini tes devoirs ?
— Oui maman ! répond celui-ci, avec un zeste d'ironie au coin de la bouche.
Inquiète devant tant d'assurance, la maman lui demande de montrer son cahier.
Elle parcourt les exercices, calcule les opérations, compte et décompte, recompte. Pas de doute. Tout est correct, les solutions trouvées, les calculs parfaits ! Elle se tourne vers son fils et lui adresse un grand et éclatant sourire.
— Bravo... mon chéri... aucune erreur... aucune rature... c'est un travail parfait... Tu as bien mérité de faire tes tours de bicyclette dans la cour, mais avant, prends une grosse part du gâteau au chocolat que j'ai confectionné pendant que tu travaillais !
Très bonne journée ! pense Petit Pierre.

Le lendemain, à l'école, la maîtresse, ramasse et corrige les cahiers d'exercices. Elle est étonnée de voir, l'excellent travail fourni par son élève. Elle lui demande de passer au tableau, afin qu'il explique à ses camarades, les mystères de l'arithmétique.
Petit Pierre s'acquitte avec la maîtrise d'un grand professeur de la tâche confiée par la maîtresse et cela, sans trahir le secret de son étrange voyage aux pays des chiffres. Il conclut sa démonstration en ajoutant qu'un accord a été passé entre les chiffres et les lettres et que cela s'appelle l'Algèbre. Madame Lepic, n'en revient pas, un élève de sa classe qui sait que l'algèbre existe et en plus, comment cela fonctionne.. un génie!...

La maîtresse est fière, Petit Pierre aussi ! Après avoir regagné sa place dans la salle de classe, il ouvre le cahier d'exercices rendu par l'institutrice et entend, très distinctement :
— Pssst... Pssst... C'est moi le Un... je te fais un petit coucou... tu vois... nous ne sommes pas si... « Méchants »... nous les chiffres... à bientôt... quand tu le désires tu viens nous rendre visite... tu es chez nous, comme chez toi... Petit Pierre ! Cela me ferait tellement plaisir de te revoir mon très cher ami... « A plus »... comme dit ma copine... l'addition.
Notre héros, referme le cahier... A-t-il rêvé ou tout cela a-t-il bien eu lieu ? Toujours est-il qu'il a, enfin compris, les calculs et l'arithmétique.
Madame Lepic et Maman et Papa... et les copines... et les copains, sont fiers de lui, quel délice cette vie de... star !

PRIX

Image de Hiver 2018 - 2019
115

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Cino
Cino · il y a
Chouette histoire !
·
Image de Arno
Arno · il y a
Merci Cino d'avoir aidé "Petit Pierre" à dompter les chiffres.
Arno

·
Image de Alain Lonzela
Alain Lonzela · il y a
Un joli compte pour enfants ;-)
Et au passage, un réflexion sur la guerre.... Très bien joué...

·
Image de Arno
Arno · il y a
Merci Alain pour votre passage en pleine ... guerre!
Arno

·
Image de Alain Lonzela
Alain Lonzela · il y a
Comme quoi il en faut guère pour que cesse la guerre ;-)
·
Image de Magalune
Magalune · il y a
Oh qu'il est frais ce texte ! j'aurais bien aimé visiter le pays des chiffres moi aussi, parce qu'eux et moi, nous ne nous comprenons absolument pas :-) J'ai adoré.
·
Image de Laurence Bourgeois
Laurence Bourgeois · il y a
Mes voix *** pour votre texte qui m'a transportée dans un monde... oublié ! Je cherchais ce soir quelque chose qui me déconnecte, c'est chose faite. Merci, et à bientôt pour de nouvelles oeuvres ! Si d'ici-là, vous avez le temps d'aller faire un tour à "La piscine" (https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/la-piscine-4), vos commentaires m'intéresseront . Merci, Laurence
·
Image de Dominique Alias Suna Descors
Dominique Alias Suna Descors · il y a
Tout simplement génial ce conte... vous devriez en faire un petit livre pour les enfants... je me suis mise à la place de petit Pierre et je suis entrée dans la magie du monde des chiffres. Excellent... conquise. Je vous espère en finale et à la lumière des yeux des enfants perdus en maths. Félicitations. Joli dimanche.
·
Image de Arno
Arno · il y a
Je vous remercie Dominique, pour tous vos commentaires, ici et chez vous sur ce site.
J'ai essayé Dominique , vainement, de faire publier mon "petit Pierre", mais ces messieurs et dames de l'Edition ne l'ont pas trouvé à leur goût et m'ont fait comprendre que je n'étais pas "bankable" pour parler dans l'air du temps, je préfère "rentable"... donc n'étant pas un nom connu, ni une signature de renom... "petit Pierre"..." circule! y a rien à voir chez nous"... Alors j'ai circulé et je trouve... enfin... des gens qui aiment les mots pour les mots et non pour faire du "fric"... sans vergogne!... Je suis peut-être... niais, bête... c... mais je préfère de loin ces échanges à leurs bibliothèques en tiroir-caisse. Encore merci à vous et à tous ceux et celles qui me font le grand honneur de lire mes modestes écrits.
Arno

·
Image de Vivipioupiou77
Vivipioupiou77 · il y a
toutes mes voix pour ce conte enchanteur. Bravo
·
Image de Arno
Arno · il y a
Merci vivipioupiou77, vos voix sont précieuses à "Petit Pierre".
Arno

·
Image de Zouzou
Zouzou · il y a
Au sudoku , j''ai toujours préféré les mots croisés .
+5 , Arno !

·
Image de Arno
Arno · il y a
Oui Zouzou, croisons, décroisons les mots, sans feux rouges, ni sens interdits, pour la beauté de leur envolée.
Arno

·
Image de Daniel Nallade
Daniel Nallade · il y a
Une histoire charmante! *****
·
Image de Arno
Arno · il y a
Merci Daniel d'être tombé sous le charme de mon"petit Pierre".
Arno

·
Image de Chantal Noel
Chantal Noel · il y a
J'adore, pourquoi n'ai-je point eu cette petite magie dans mes cahiers de maths ?
·
Image de Arno
Arno · il y a
Merci Chantal, mais hélas, moi aussi je n'ai découvert cette "magie" que sur le très tard de ma vie. Les maths pour moi, ce n'étaient que "Stupeur et tremblements"... c'étaient Dracula, Frankenstein, les sorcières de Salem, Alien etc... réunis dans un même bouquin... Quelle horreur!!!!! Aujourd'hui, je ne sais toujours pas compter... j'essaie péniblement de... "conter"!
Arno

·
Image de Chantal Noel
Chantal Noel · il y a
20 ans en comptabilité pour moi, le hasard est parfois étrange... Puis-je vous inviter à découvrir mon tout petit poème en lice pour le grand prix ? https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/automne-77
·
Image de Arno
Arno · il y a
Je suis heureux Cendrine, si j'ai pu te soustraire quelques instants à ton labeur et je te remercie encore une fois pour tes encouragements. je connais Patrick Durville, mais je n'ai pas lu le 'jeu de la peur".
Arno

·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

Du même thème