Perdus corps et âmes

il y a
3 min
33
lectures
7

Je suis un grand père... 8 petits enfants, mes 3 enfants, 2 garçons et une fille, ont quitté le nid depuis longtemps... Alors je m'occupe... et je leur écris mes aventures les plus plaisantes et  [+]

Je n'étais assoupis que depuis quelques minutes, que déjà je sentis que mes forces revenaient. Cela, d'autant plus aisément que j'étais emporté dans les airs par Pégase, ou un de ses descendants, magnifique cheval ailé, doux comme une peluche et rapide comme le vent. Du haut de ma position, je voyais défiler les paysages chatoyants que m'offraient les splendides couleurs de l'automne, mais je m'aperçus rapidement qu'elles changeaient. Les roux, les ocres jaunes reverdissaient. Les blés mûrs redevenaient de l'herbe, et très vite, les preuves de l'activité de la végétation disparaissaient, c'était l'hiver! Mais, il ne durait pas plus que les autres saisons et les couleurs de l'automne réapparaissaient aussitôt. Je devais l'admettre, sur mon incroyable destrier volant, je remontais le temps! Et la remontée était d'autant plus rapide que mon cheval allait plus vite. Où m'emportait-il? Je ne savais même pas si j'avais des pouvoirs sur lui. Je n'avais aucun moyen de contrôle. J'étais un simple passager, un peu inquiet tout de même. Manifestant mon anxiété par une crispation des jambes, je transmis mes craintes à mon coursier ailé qui s'arrêta aussitôt. Comme je lui flattais l'encolure, il repartit de plus belle, je serrais les jambes, il s'arrêta. J'étais devenu Maître du temps passé. Je pouvais à ma guise, remonter à l'époque que je voulais, mais je m'aperçus rapidement que, si j'étais témoin des évènements, je ne pouvais pas en être acteur. C'était bien beau de retrouver certains moments qui avaient comptés dans ma jeunesse, mais tout cela restait sans intérêt si je ne pouvais y apporter aucune correction. Et du coup, je fus saisi d'une peur panique, comment faire pour revenir à aujourd'hui ? Peur doublée d'une lueur d'espoir, si j'arrivais à suivre le cours du temps, pourquoi ne pas le dépasser, aller au delà, vers demain, l'année prochaine et plus loin encore.

J'en étais là de mes réflexions, lorsque je réalisai qu'il me suffisait de jeter un coup d’œil en arrière pour voir le chemin parcouru. D'un bond, je me mis à califourchon le regard vers la croupe de mon Bucéphale qui ne présenta aucune difficulté à prendre le chemin du futur. Il filait à une vitesse vertigineuse qui m'amena bien vite au-delà d'aujourd'hui. Je lui fis comprendre de s'arrêter et aussitôt je me retrouvais au milieu d'une foule hurlante. Où étais-je? Qui étaient tous ces excités qui vociféraient des slogans incompréhensibles? Ma monture avait disparu. Je courais comme les autres, tout en essayant de m'écarter de la puissance du flot humain. J'avisai une stèle à la gloire d'un célèbre inconnu, je m'en approchai et réussis à grimper à un niveau qui me permettait, évitant le flot, d'échapper à ma condition de rampant. Nous étions dans une grande ville, au vu de la taille et du style des immeubles qui nous entouraient, au ressenti de la chaleur et du ciel sans nuages, à la lecture des enseignes et des panneaux indicateurs, j'en conclus que je me retrouvais dans une métropole du sud de la France. Pourquoi tous ces gens couraient-ils? Vers quel objectif inconnu de moi, employaient-ils leurs forces? A moins que ce soit l'énergie du désespoir, hurlants, gesticulants, blêmes, les yeux exorbités, ils ne couraient pas, ils fuyaient! La peur était-elle leur seul mobile? Qu'est-ce qui pouvait provoquer cette panique? Je voulus en arrêter un pour le questionner, essayer de comprendre. Je m'aperçus alors qu'il était insaisissable, autant que son voisin d'ailleurs, ils me passaient littéralement à travers le corps: j'avais à faire à des êtres virtuels, j'étais entouré d’hologrammes!

Heureusement, mon Pégase, ayant pressenti mes interrogations, mes inquiétudes, revenant vers moi, me permit, une fois sur son dos, de prendre de la hauteur pour analyser la situation. Plus je m'élevais, plus je m'apercevais que le fleuve humain s'élargissait, il était intarissable. Impossible de remonter à la source! Vus de plus haut d'ailleurs, je n'eus plus le sentiment de voir des hommes, ils paraissaient des rats, des cafards, des asticots, par millions, par milliards, ils se répandaient à la surface du globe ne laissant plus un centimètre carré de libre. Rien ne semblait pouvoir les arrêter, arrivés au bord de la mer, ils continuaient d'avancer, poussés par ceux de derrière. Je m'élevais encore pour voir qu'il n'y avait plus de frontières, la terre entière était recouverte. Partout, ça grouillait, aucun de ces individus ne semblait se soucier du voisin. Ils ne répondaient qu'à un seul objectif: avancer! Dans une scène apocalyptique, on en voyait plusieurs qui tombaient et qui essayaient de se relever, mais ils étaient inexorablement bousculés, renversés, piétinés!

Les endroits les plus inaccessibles étaient envahis, les sites les plus remarquables étaient dégradés, cassés, détériorés, vandalisés. Les plus belles œuvres des hommes souillées, détruites, ignorées. Les plus beaux sites naturels anéantis, disparaissaient sous les immondices. Et le flot qui continuait d'avancer, s'enfonçait dans la mer, s'engloutissait sous les vagues dont le niveau s'élevait dangereusement. Bientôt toutes les zones côtières seraient submergées. Le niveau montait inexorablement et l'eau purificatrice allait tout nettoyer!... Moi aussi, j'allais être noyé! Je me sentis inondé de sueur et je m'éveillai.
7
7

Un petit mot pour l'auteur ? 7 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Tnomreg Germont
Tnomreg Germont · il y a
Rêve prémonitoire ? ou pas...Très bien écrit
Image de Nonno de Saint-Malo
Nonno de Saint-Malo · il y a
Merci.
Image de Evy
Evy · il y a
rassuré que se ne soit qu un rêve ; et pourtant cela serait bien nécessaire dans ce monde égoïste
Image de JACB
JACB · il y a
OUF! C'était pour de faux! J'ai eu peur!
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Quel cauchemar que ce retour dans le futur ! Brrr !
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Une cavalcade qui n'a rien de bucolique, comme un cauchemar prémonitoire …
Et le printemps est là. Pourtant demain il sera déjà trop tard pour ensemencer " L'âme en friche ". (Derniers jours de finale).
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/lame-en-friche

Image de Mohamed Laïd Athmani
Mohamed Laïd Athmani · il y a
Ah que je suis content d'être le premier à tendre ma main!
Je viens de découvrir.
J'ai aimé et je me suis abonné.
Très joli voyage dans un imaginaire des plus fructueux
qui arrive à créer un monde à la mesure de son narrateur.
C'est vraiment poétique!
Je t'invite à ton tour à soutenir:
"" DIGOINAISES CORPS ET ÂME"