5
min

Pas de pot

0 lecture

0

Ce qu'est pénible depuis son départ,c'est cette odeur. J'ai beau coller et scotcher tout autour les portes des placards,ça sort quand même et ça imprègne tout Tiens, j'mange des oeufs au plat. La friture,ça devrait faire partir l'odeur...Ben non.Je jette mes mouillettes sur un coin de table,écoeuré. J'attrape la chopine de postillon.Un grand verre de rouge,y'a qu'ça pour remettre les tripes à l'endroit. même dans mon lit, ça pue tellement qu'ça me réveille. c'es vrai que j'dors dans la pièce ou j' mange et ou je m'lave- pas trop-j'prendrais froid- le poële y marche plus.J'ais pas c'qu il a celui_la aussi.Tout m'lâche dans les doigts,j'ai la poisse quoi,la schkoumoune. _"et ou qu'elle est vot' femme," qu'elle a dit la boulangère."ça fait un moment qu'on ne la voit plus.elle est pas malade au moins?" _"Mais non,mame Barbeau, elle est repartie chez ses parents, en Yougoslavie.pour l'accouchement..." "Dans ces moments-là ,on a besoin de sa mère,pas vrai m'sieu Julien?" -"Pour sur mame Barbeau." Déjà à 'l école ,les ceusses qu'étaient pas doués, y s'arrangeaient au moins pour copier sur les ceusses qui savaient; Ben, moi,Julien je m'faisais toujours piquer. Pas d'pot quoi.

Mon premier emploi: apprenti plombier. Je m'suis fait jeter à cause d'un putain d'papier qu'a pris feu sous l'chalumeau. Est-c'quen ai du papier,moi, sur les murs?...Et dans la salle de bains, encore!..;J'ai même pas d'salle de bains , alors...Les riches, les nantis ont tout à leur naissance,moi, j'suis né du mauvais côté,sûr!... Non,mais c'que ça schlingue ,c'te piaule!...Allez,un p'tit coup d'picrate.Y'a plus d'place pour mettre du scotch autour du placard de toutes façons.

Et aut' chose.Les fous qui veulent tout faire sauter en construisant des centrales nucléaires. Y disent,c'est pour faire dl'énergie, quand on aura plus d'électricité.mon cul! Le bien des autres, ils s'en tapent. Y fabriquent des bombes pour mettre le feu partout.Et y sont tellement cons qu'y pensent même pas qu'y vont cramer avec..Avec un bande de copains, on a fait une manif, banderoles,défilés et sittings, comme ils disent. En relais, pour protester, avec mon fion habituel, j'tombais toujours de nui t.Ca m'a r'filé des rhumatismes et une sacrée sinusite.Mon duvet, y prenait l'eau de toutes parts, une vraie passoire. Ben, c'est quand même là que j'ai connu Nicole.Une nana assez gironde avec un bandeau autour de la tête et une large robe à fleurs.Le coup d'foudre.Tout c'que j'disais ,, elle était pour. La vraie moitié d'moi-même..J'ai mariée aussitôt ,,j'croyais qu'le vent avait tourné.
Et un p'ttit coup d'picrate:pensez,y'avait qu'elle qui rapportait d'l'oseille- vendeuse au prisu- pas l'Pérou- mais des avantages . Les paniers qu'elle rapportait à la piaule!,c'était pas dl''amour,ça!...

C'est quand l'gynéco m'a dit "mais non,ce n'est pas un prématuré" que j'ai compris que j'étais fait couillonner. Décembre- janvier-février-mars-avril-mai- juin- j'ai compté sur mes doigts.J'avais connu Nicole en décembre, vu qu'on s'les gelait dur à croupetons dans les duvets.Alors un gosse,faut neuf mois, ça faisait qu'six quoi. J'y ai dit, à Nicole.J'ai r'compté devant elle,j'y ai montré les six doigts, des fois qu'elle m'prendrait pour un con. Ca y'a pas plu,à la môme.Elle s'est tirée avec le lardon.Bon vent!...J'venais d'être embauché chez Domergue, l'entreprise de maçonnerie. Ah!'C't'odeur! Même le picrate,ça finit par lui donner un goût. _Des jumelles qu'elle a eu Jor dana , on leur a donné un nom yougoslave et un nom français" -"Quand c'est qu'elle revient?" _ben ,y'a des complications avec les autorités, mame Barbeau, pour le visa des petites..; C'est ça, on vous les aménera dés qu'elle re viendra..." Ce Domergue, un obsédé de l'équerre.C'est pas d'équerre,c'est pas d'équerre.Y savait dire que ça.

Pour démolir, j'étais le roi.faut abattre la cloison...C'est parti,msieu Domergue...Vlan!Vlan!Vlan! Trois coups de pioche et c'était en l'air...Trois coups de pelle et j'en mettais partout dans le jardin. Après j'en suais pour empiler ces damnés parpaings...Et pis mal au dos,courbatures, les mains en sang. Pour m'entendre dire:"pas d'équerre mon pauv' Julien..à refaire!!"
Ce type!Jamais content! Un jour,j'y ai flanqué la truelle dans le bac à ciment. -_"Et ça,c'est d'équerre?" que j'lui ai dit.Ah! La tête qu'y faisait! J'm'en étrangle encore dans le Postillon! Mais j'avais encore paumé mon énième boulot! Au garage,les écrous s'barraient dans l'huile de vidange,on m'filait des mécaniques tellement compliquées que j'montais tout à l'envers.Aucun sens du comique ces enfoirés!..;
Quand j'ai sculpté des éléphants dans les buis du square municipal,y ont dit que vu les bosses, ça faisait plutôt chameau et que de toutes façons, on m'avait dit d'aller droit. Pas ma faute,tout d'même si le taille-haies partait de travers et si j'avais rattrapé en sculptant l'éléphant-chameau.Ca aurait plu aux enfants, non? Ben si, une fois, j'ai eu du bol.Personne n'y croyait.Moi non plus-14-10-9 Le tiercé gagnant, ma date de naissance que j'joue au café du commerce tous les dimanches avec des potes en m'en j'tant un p'tit derrière la cravate. A propos d'canon d'rouge, j'mangerai bien un d'ces gâteaux secs à tëte d' animal..;;J'aime bien les ,tirer d'la boite: un lion..;J'avale...:un chien...j'avale.....un canard...j'avale...et un gorgeon de rouge pour faire passer. Oui mes ces fichus gâteaux, Jordana les planquait dans le haut de la penderie. Quelle idée!..;Maintenant,dans quel état ils doivent être!...Ca doit faire un an qu' y sont scotchés là dedans.Doit bien y'avoir un peu de leur odeur de pourri dans la puanteur qui sort de là.
Allez,,tant pis pour les gâteaux encore un coup d'rouge!...14-10-9! Comment qu'on a arrosé ça!Jordana, j'la connaissais déja,mais elle voulait rien savoir.Quand j'ai touché les onze briques,là, elle a bien voulu habiter avec moi.

Qu'est-ce qu'elle disait dé'jà?;;;Ah, oui...Elle voulait que j'agrandisse la maison,qu'on fasse une terrasse, qu'on mette du carrelage, du papier à fleurs, des rideaux... Un tas de conneries de gonzesse..La tire que Nanar m'a fourguée, j'ai pas eu d'veine...Elle m'a lâché au bout d'cent km...J'm'etais toujours dit que j'réparerai...Mais elle est toujours lâ devant la cabane, à rouiller sur cales....La chaîne stéreo et les disques...Faut pas croire les pubs..C'est pas éternel..;Elle est tombée un un jour Ce boucan qu'elle fait maintenant....J'supporte plus!.. Y'a qu'la télé..Elle marche à grands coups d'lattes dans l'buffet, mais elle marche- quand elle veut- c'que j'aime, c'est l'catch à quatre....Grand Steack contre King-Kong le velu...Alors là, j'me poile...quand c'te putain d'télé fait pas exprès des'brouiller au meilleur moment. En c'temps-là,j'étais aide brancardier à la clinique.Tiens, ça m' revient comment qu'on m'a j'té d'là.Puisque c'est le passé,on peut bien en rigoler maintenant.Sur le moment, j' ai bien reconnu ma poisse habituelle. Un samedi soir, on va chercher un type "pour brûlures au deuxième degré" qu'y disaient..Quatre étages dans un achélème tout biscornu....ce mal aux reins!..;et aux épaules!..;à soulever ce gros lard dans les tournants de l'escalier! _" Vous pouvez pas vous met' su'l' dos,...ce s'ra plus commode" que j'lui dis. Sont pas arrangeants ces malades, faut tout leur faire et y gémissent par d'sus l'marché.
_"C'est que j'me suis brûlé l'derrière" qu'y m'dit _" En quoi faisant,,? " _"Ma femme a jeté l'huile bouillante de la fondue bourguignonne dans les w.c et j'ai la sale manie de lancer mon mégot pas éteint dans la cuvette après mon besoin"
On peut pas se retenir dans ces cas-là.J'me suis tordu de rire et j'ai lâché l'brancard. Cette dégringolade, le mec!...Il restait encore deux étages!Quand il est arrivé en bas:fractures internes et externes,fermées et ouvertes...J'ai arrêté de m'poiler quand il a fallu ramasser les morceaux...C'qu'y gueulait, ce mec!...J'pouvais plus supporter. C'que ça schlingue!...No, mais j'vais pas pouvoir dormir!....et pis c'est la fin d'la bouteille...Allez, der des der. Que j'aie encore perdu mon emploi, elle a pas aimé, Jordana .Déjà que les onze briques avaient disparu sans qu'elle s'en aperçoive;;;moi non plus d'ailleurs  ;

On nageait pourtant dans l'extase..l'grand jeu tous les soirs...Superman j'étais pour la tringlette...ça ,elle m'inspirait Jordana..mê.me, qu'on attendait un gnare. Un quinze du mois_on avait déjà bouffé sa paye.Pas croyable,elle est entrée dans une rage!...Moi j'suis un doux,,mais faut pas me chercher; Et qu'est-ce qu'elle m'dit pas,? Vous auriez vu rouge, vous aussi,non? Que l'môme,il était pas d'moi...qu'elle allait s'tirer avec son Jules....parce que moi,j'étais un raté,un minable...C'est même pas vrai.J'ai pas d'chance,voilà tout...Deux fois qu'on m'faisait l'coup! Quand elle s'est baissée pour attraper son sac...dur,dur,à cause de son gros ventre,j'me suis plus connu.Tant d'poisse sur la même personne,ça a débordé!...J'ai attrapé l'litron sur la table et j'lui ai tapé sur la nuque.Crac,ça a fait- le coup du lapin- elle a pas souffert, Jordana.
C'était pas facile d'fourrer c'corps inerte dans un sac poubelle et d'le traîner jusqu'à la penderie!...et puis c'est justement là que j'mets le balai.J'ai pas pu passer un coup par terre depuis c'temps-là.La crasse où j'crapahute, j'vous dis pas.Mais le pire, c'est l'odeur.
Demain, j'fais mes paquets et j'me tire J'vais chez ma grand -mère. C qu'elle va être contente de m'voir!
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,