Papy Rolling Stones

il y a
7 min
747
lectures
584
Finaliste
Jury
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

C’est un portrait pittoresque – d’un papy d’une autre époque ! – que dresse ici l’auteur. Il nous plonge sans difficulté dans

Lire la suite
Image de Été 2018

Papy s'appelait Jean-Antoine Garrigou. Il était né au printemps 1909 en Aveyron, et avait passé toute sa vie dans ce département. Il évitait cependant d'utiliser ce nom d'Aveyron, et préférait dire « je suis du Rouergue ». Il n'imaginait même pas une existence possible dans une autre contrée, fût-elle aussi proche et comparable que le Cantal ou la Lozère (s'il peut lire ces mots, là où il est maintenant, il doit prendre une de ses colères mémorables contre cette comparaison absolument inepte).

Sa seule infidélité à cette terre rouge qui le vit naître fut sa période de service militaire qu'il effectua à Toulouse, autant dire à l'étranger. Cette parenthèse fut cependant adoucie par le fait que les Aveyronnais se regroupaient et restaient entre eux pendant les longs mois passés sous l'uniforme. On pouvait ainsi continuer à parler en rouergat, et améliorer son ordinaire en partageant les nombreux colis de saucisse sèche, de tome de Laguiole et de fouace que les familles ne manquaient pas d'envoyer régulièrement à leurs chers exilés.
Physiquement, Papy avait tout d'une carte postale ancienne sur la vie de nos régions : pas très grand, râblé, presque basané, une partie de son visage buriné dissimulée derrière une énorme moustache grise, les joues éternellement hérissées de poils drus qui nous piquaient horriblement quand nous l'embrassions, la tête toujours surmontée d'une casquette aplatie et cartonnée par les années et l'absence de tout nettoyage. Sauf le dimanche, où il sortait sa casquette presque neuve pour aller à la messe. Il la quittait en entrant dans la chapelle et c'était alors le seul moment pour apercevoir le sommet de son crâne tout blanc et brillant, qui nous faisait penser à un énorme ver de hanneton.
Pour que le cliché soit bien complet, il exerçait au village la profession de maréchal ferrant et forgeron. Les photos de famille en noir et blanc, prises par ma grand-mère dans la forge, sont ainsi de véritables œuvres d'art rural, comme seule la technique argentique était capable de produire.
Mais ce que les photos ne peuvent pas rendre, c'est la façon de parler de Papy Garrigou.

Tout d'abord, il avait un tic de langage. Quelle que soit la question qu'on lui posait, il commençait toujours sa réponse par « tranquillise-toi ». C'était une sorte de formule introductive à laquelle nous étions habitués, mais qui surprenait ceux qui ne le connaissaient pas. À la fois à cause du tutoiement systématique et aussi parce que chaque question ne trahissait pas forcément une inquiétude, fort heureusement.
« Monsieur Garrigou, combien je vous dois pour la soudure de ma bêche ?
— Tranquillise-toi. Ça te fera 10 francs tout rond. »
« Qu'est-ce que je vous sers ?
— Tranquillise-toi. Donne moi une gentiane. »
Avec le recul, je pense que ce moment lui donnait aussi un petit répit pour préparer sa réponse.
Sa deuxième particularité était de rouler les r comme jamais je n'ai entendu quiconque le faire ! On avait l'impression, en plus de son accent chantant, que les mots comportaient bien davantage de r que ceux utilisés par le commun des mortels. Il se présentait donc comme « marrréchal-ferrrant dans le Rrouerrgue ». Dans sa bouche, les r roulaient comme des cailloux dans un torrent. C'est ainsi qu'avec mon cousin, nous l'appelions entre nous Papy Rolling Stones.
Nous avons bien essayé plusieurs fois de lui faire chanter une chanson des Stones pour nous amuser, mais sans succès. Il disait « je ne peux pas prrononcer cet anglaissse ». Il avait beaucoup de mal avec les s ou les x à la fin des mots. Il ne pouvait pas s'empêcher de les prononcer. « Gens » devenait « gense », « eux » était transformé en « euxsses ».
Un cheval lui avait donné un mauvais coup de fer à la jambe gauche juste avant la guerre de 1939, ce qui lui avait valu une claudication assez importante et une dispense de mobilisation pour aller faire la guerre loin de son Rouergue. Depuis cet épisode, il était devenu très prudent et méfiant dans son métier et nous mettait régulièrement en garde contre cet animal fourbe.
Il avait épousée ma grand-mère, Amélie, une citadine de Rodez, dès son retour de Toulouse. Mamy Lili n'a jamais travaillé de toute sa vie, poursuivant ainsi la tradition familiale. La seule différence, c'est que toute sa famille était constituée de petits bourgeois et de commerçants aisés. Alors que l'activité de Papy ne rapportait pas beaucoup d'argent. Mais tout ce qu'il gagnait était pour elle. Il voulait qu'elle s'offre de jolies robes et tout ce qu'une femme peut désirer. Hélas, elle était loin de pouvoir satisfaire toutes ses envies, d'autant qu'il lui fallait bien retrancher de quoi nourrir et habiller ses deux filles, ma mère et ma tante.
Quand la plus jeune des deux eut atteint l'âge de se marier, Mamy Lili décida de changer de vie. Elle abandonna Papy à sa forge et ses canassons, et se mit en ménage avec le quincaillier du village, qui gagnait bien sa vie et l'attendait en soupirant depuis une vingtaine d'années. Outre la quincaillerie, Oncle Jacques vendait aussi toutes sortes d'articles de trousseau, et même des blouses et des robes venues spécialement de Paris.

Les commentaires allèrent bon train autour d'eux, mais elle ne se laissa pas impressionner et mena sa vie comme elle l'entendait. Pour l'époque, dans un village de mille-cinq-cents habitants, c'était tout-à-fait extraordinaire. Devenue sinon riche, au moins aisée, elle ne sortait jamais sans revêtir ses plus belles toilettes et ne passait pas inaperçue au milieu des veuves en noir qui arpentaient le marché le matin en courbant la tête.

Pour nous, ses petits enfants parisiens, cette séparation était une aubaine. Nous avions deux maisons pour passer nos vacances d'été.
Une belle bâtisse avec de grandes chambres et une bonne pour faire nos lits et nos repas. Une maisonnette coincée entre la forge fumante et l'enclos malodorant des chevaux, avec une seule chambre pour mon cousin et moi, et des repas sommaires. « Tranquillisez-vous les garrrçons. On va bien trouver quelque chose » (Ah oui. Il utilisait quand même le pluriel pour tranquilliser plusieurs personnes en même temps).
D'un côté un magasin rempli de milliers d'articles différents avec, en plus de la quincaillerie, de la vaisselle et des ustensiles de cuisine, des objets souvenirs de la région, et des robes multicolores en vitrine. De l'autre la magie des étincelles de la forge quand Papy préparait une pièce à grands coups réguliers de ses marteaux de toutes les formes.
D'une part des histoires captivantes lues par Mamy ou Oncle Jacques, piochées dans des livres de contes régionaux. D'autre part, des histoires peut-être vraies racontées par Papy Rolling Stones avec son accent inimitable. Il avait l'air de les vivre en direct et nous restions suspendus à ses lèvres jusqu'à la chute. Il était toujours question de batailles, de duels entre amoureux de la même femme, d'interventions divines ou sataniques. Nos préférées. Toutes étaient violentes et finissaient mal. Dès le dernier mot prononcé, Papy partait se coucher sans même nous souhaiter une bonne nuit.

Sa préférée se déroulait sur le chemin de pèlerinage vers Saint Jacques de Compostelle. Satan était jaloux de voir autant de dévotion chez ces centaines de marcheurs de toutes nationalités, infatigables, oubliant leurs ampoules, les intempéries ou le soleil implacable, les chiens qui les avaient agressés, les conditions d'hébergement déplorables... Il était aussi excédé par leur façon de se saluer avec un air benêt quand ils se rencontraient, leurs conversations insipides les soirs lors des veillées qui se terminaient par une prière. Sans parler de leur détestable habitude de s'extasier sur la moindre croix romane avec un christ aux traits mongoloïdes, grossièrement figuré dans la pierre par un sculpteur à peine amateur : « Ah ! quelle poésie et quelle émotion dans cet art naïf... »
Il décida donc d'intervenir pour gâcher un peu toute cette mièvrerie exaspérante. Déguisé lui-même en pèlerin, il fit halte à Conques où la ferveur autour de l'Abbaye Sainte-Foy l’écœura au plus haut point. Le soir venu, il rejoignit un hébergement collectif et se mêla aux autres pèlerins de toutes nationalités. Après avoir fait semblant de participer à la dernière prière (heureusement que personne ne pouvait entendre ce qu'il disait réellement !), il prit une des six places disponibles dans un grenier plein de toiles d'araignées et de courants d'air. Lorsque tout le monde fut endormi dans un détestable concert de ronflements, il se glissa hors de son sac de couchage et, à la seule lumière de la lune à travers l'unique lucarne, entreprit d'égorger les quatre hommes et la femme qui partageaient son dortoir. Papy ne nous épargnait aucun détail dans sa narration, nous garantissant une nuit pleine de cauchemars. Mais nous aimions tellement avoir peur. Nous étions malgré tout rassurés de rester ensembles dans la même chambre.
Il mimait les gestes d'égorgement, et les ombres que la lampe de chevet créait sur son visage lui donnaient un air diabolique. Il imitait aussi chaque bruit, pour davantage de réalisme. Nous entendions la lame du couteau pénétrer dans les chairs, le sang gargouiller dans la gorge et s'échapper à grands jets réguliers de la carotide déchirée. Le paroxysme était atteint quand Satan plongeait son couteau dans la poitrine de la femme pour arracher son cœur encore battant. Il nous semblait entendre ses derniers soubresauts désespérés. Le pèlerin assassin ne fut évidemment jamais retrouvé, pas plus que le cœur manquant. Papy en tirait la morale que nous ne devions pas nous fier à l'air gentillet de tous ces pèlerins qui inondaient la région dès le printemps venu. Le Diable était peut-être encore parmi eux, avec un cœur sanguinolent dans son sac à dos.
Bien entendu, à notre retour de vacances, nous taisions soigneusement les terribles histoires de Papy auprès de nos parents. Nous n'aurions peut-être pas dû.

Quand Papy Rolling Stones atteignit l'âge de soixante-dix ans, il perdit soudainement la raison. De façon totalement inexplicable, il perdit aussi son accent. Ne gardant que son habitude de commencer à parler en disant « tranquillise-toi », il se mit à hurler les paroles de « Sympathy for the Devil », sans rajouter le moindre esss ni rouler le moindre r. On aurait dit qu'une autre personne s'était emparée de son corps. Un passage surtout revenait en boucle : « Pleased to meet you, hope you guess my name, but what's puzzling you is the nature of my game* ».
Les villageois, ne comprenant pas l'anglais, ne s'inquiétèrent pas outre mesure. Après tout, il n'était pas rare de voir des personnes changer de comportement avec l'âge, et le père Garrigou n'avait-il pas toujours été un peu original ? Alors l'entendre chanter à tue-tête dans sa forge n'avait rien de bien alarmant. Croyait-on.

Un soir que l'orage grondait et que les éclairs illuminaient le Lot paresseux, Papy quitta la forge avec un marteau à boules à la main. Il se rendit tout droit au magasin d'Oncle Jacques. Quand il arriva, l'oncle faisait la fermeture en accrochant sur sa vitrine un panneau « fermé jusqu'au 18 août ». Dès le lendemain, Mamy Lili et lui devaient à leur tour entamer leur chemin pour Saint-Jacques-de-Compostelle. Ils en rêvaient depuis tant d'années en écoutant les récits émerveillés des pèlerins qu'ils hébergeaient régulièrement. Oncle Jacques le fit entrer avant de fermer l'entrée aux éventuels derniers clients derrière lui. La petite clochette suspendue qui avertissait de l'ouverture et de la fermeture de la porte eut à peine retenti, que Papy lui asséna un grand coup de son marteau, qui lui fracassa le crâne en faisant un poc sinistre. Pour faire bonne mesure, un deuxième coup bien ajusté lui enfonça le front presque jusqu'à l'oreille.
Papy resta un moment hébété et ne fut tiré de sa stupeur que par les hurlements de Mamy Lili à l'étage. Elle était au téléphone avec les gendarmes, mais la terreur l'empêchait de leur donner des explications cohérentes. Elle ne pouvait que crier son appel au secours.
Papy Rolling Stones monta lentement l'escalier en chantant « I can't get no satisfaction, cause I try and I try and I try ». Sous sa grosse moustache, sa bouche avait pris la si célèbre forme de celle de Mick Jaegger. Mamy Lili ne pouvait détacher ses yeux de cette horreur, tout en continuant à hurler. Le premier coup la fit taire instantanément en lui arrachant le nez. Tandis que le sang inondait sa jolie robe bleue, le second coup lui décrocha la mâchoire. Le troisième s'enfonça profondément entre ses deux yeux. Les sept suivants transformèrent sa tête en une immonde bouillie de cervelle et d'os.
Les gendarmes arrivèrent enfin et enfoncèrent la porte, ce qui fit à nouveau tinter gaiement la petite cloche. Papy Rolling Stones, écumant et couvert de sang, se rua vers eux du haut de l'escalier en brandissant son marteau. Le jeune sous officier en face de lui n'eut d'autre choix que de l'abattre de deux balles en pleine poitrine.

Même après toutes ces années, Papy n'avait jamais vraiment pardonné à Mamy Lili sa trahison. On supposa donc que la démence n'avait fait qu'exacerber son ressentiment envers elle et l'avait poussé à commettre cet assassinat abominable.

Mais nous, encore aujourd'hui, pensons que notre Papy n'est en rien responsable de ces événements.
Satan est toujours bien présent dans le Rouergue. Il déteste les pèlerins, et il aime les Stones. Nous aussi.

__

Enchanté de vous connaître, j'espère que vous devinez mon nom, mais ce qui vous intrigue c'est comprendre en quoi consiste mon jeu.

Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

C’est un portrait pittoresque – d’un papy d’une autre époque ! – que dresse ici l’auteur. Il nous plonge sans difficulté dans

Lire la suite
584
584

Un petit mot pour l'auteur ? 192 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de LES HISTOIRES DE RAC
LES HISTOIRES DE RAC · il y a
Voilà un auteur qui connaît ses classiques et sait aussi mettre les textes en musique ! Please go on !
Image de Pierre PLATON
Pierre PLATON · il y a
Un petit pélerinage à Conques, et Papy sera absous, post-mortem ! Bravo Sem §
Image de Cétacé
Cétacé · il y a
Applaudissements! Bravo, bravo, bravo. Ah! combien j'aurais aimé rencontrer votre Papy Rolling Stones. Je l'adore! Un vote tardif et admiratif Cé.
Image de Mandy Rukwa
Image de Noël Sem
Image de Mandy Rukwa
Mandy Rukwa · il y a
c'est mérité...j'ai lu et re relu !
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Très belle histoire bien narrée j'ai beaucoup aimé découvrir une telle plume short à bien fait de vous recommander j'aime. Puis-je vous inviter à me lire dans la catégorie des nouvelles (Ma petite histoire écrite en vers rimés et si cela vous plait, de voter) ?
https://short-edition.com/fr/auteur/assmoussa

Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
Merci. Je cours découvrir votre texte
Image de jc jr
jc jr · il y a
J'ai aimé " Jean-Remy du Nord " et je découvre ce village aveyronnais avec Antoine Garrigou, emblématique, qui prend vie sous votre plume et sert de fil rouge à toute votre histoire. J'ai tout aimé chez lui, son aspect brut, son caractère,les histoires, qu'il raconte, jusqu'à sa démence et cette fin tragique. Merci et une invite à découvrir " l'essentiel "...
Image de Francis Sapin
Francis Sapin · il y a
Comment construisez vous un tel récit ? Avec quelques notes et une écriture à l'instinct ? Ou bien grâce à une structure ciselée et un fignolage de chaque formule, chaque mot ? Merci à vous.
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
D'abord l'instinct, l'imagination, l'appel à quelques figures (mon cousin de l'Aveyron commence ses phrases par "tranquillise toi", mais c'est son seul point commun avec Papy rolling Stones). Puis un retravail du texte pour essayer de le rendre plus fluide, enlever les scories, les maladresses, les incohérences.
Bonne journée

Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
J'aime beaucoup
Image de Gerard Hicés
Gerard Hicés · il y a
Belle histoire, Noels !
Bravo.

Image de Polotol
Polotol · il y a
Je détestes te les stones, calmes toi! A+
Image de Mandy Rukwa
Mandy Rukwa · il y a
de quoi se méfier d'un monsieur qui commence par "tranquillise-toi.. " ! très bon texte mais...du sang ou la la !
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Je relis votre texte pour la deuxième fois, et toujours aussi conquise. Merci de ce partage Noels !
Si le cœur vous en dit, n'hésitez pas à venir me découvrir, je concours dans la catégorie faites sourire jeunesse https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/souquez-souquez-egypte-en-vue Merci d'avance, au plaisir !

Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
"Recommandation" et SATISFACTION sont deux mots qui vont très bien ensemble ... Mais c' est une autre chanson ☺☺☺ !
Image de SakimaRomane
SakimaRomane · il y a
Confirmé Noels :)
Image de Ernestinemontblanc
Ernestinemontblanc · il y a
La vengeance a dévalé le torrent du temps. Implacable.
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
merci Ernestine
Image de Dranem
Dranem · il y a
Je ne comprends pas ce texte complétement Stone, cette caricature du monde rural ! pour l'avoir lu...
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
Ce n'est pas une caricature, c'est un conte... Je n'ai aucune envie de caricaturer le monde dont je suis issu.
Image de Dranem
Dranem · il y a
j'ai lu tous les textes en compétition , j'irai donc vous relire pour essayer de comprendre " ce conte rural" - je suis pour la liberté d'expression - y compris la caricature !
Image de Djany Bonnard Parolière
Djany Bonnard Parolière · il y a
un mélange de Satan et des Stones... Fallait oser.... Tous mes votes Merci pour votre passage sur ma page
Image de Noël Sem
Image de Robert Haïtam
Robert Haïtam · il y a
J'ai adoré, quelle fin après une narration plein de tendresse.
Image de Noël Sem
Image de Emsie
Emsie · il y a
Au début, je m'inquiétais un peu de ce récit-souvenir trop tranquille, mais je me suis dit qu'avec un titre pareil, ça valait le coup de continuer… Et bingo, coup de théâtre, tout bascule ! Bien joué, Noels, vous m'avez joliment embarquée. I know, it's only a short story, but I like it, yes I do !
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
Très content de vous avoir surprise ! Merci pour votre passage.
Image de Sophie Debieu
Sophie Debieu · il y a
Quelle histoire! Ça chante dans ma tête, c'est normal? Le temps de redescendre de cette folie ;-) bravo
Aimerez vous "choc" poème finaliste été?
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/choc-2

Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
Chantez, chantez... et faites attention à Satan. Merci pour votre passage. Je vais voir votre texte de ce clic.
Image de JACB
JACB · il y a
"Tranquillise-toi" j'ai tout bien aimé de cette pittoresque histoire Noels!
Image de Noël Sem
Image de Freddy Potec
Freddy Potec · il y a
très émouvant le portrait de ce grand-père, personnage bien attachant, bonne chance pour la finale.
Image de Noël Sem
Image de Nicolas Juliam
Nicolas Juliam · il y a
un soutien en mode gimme shelter. Bon je suis fan des Beatles mais ça n'empêche pas.
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
C'est bien d'être éclectique. En fait moi aussi, je suis plutôt Beatles. Peut-être parce que j'avais peur de Satan...
Image de Aurelae Tiergau
Aurelae Tiergau · il y a
Belle histoire à la fois triste : la fin et drôle : le portrait du grand pere.
Image de Sylvie Neveu
Sylvie Neveu · il y a
Nom d'une pipe en bois de hêtre, c'est pas de la gnognotte, cette histoire !!!!
Bravo pour le mélange de tout et la terre rouge et la mémoire qui fait des ricochets dans les ruisseaux de la vie.
Sylvie

Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
Joli commentaire! Merci
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Mon soutien pour la finale, j'ai adoré votre texte, merci pour ce partage Noels !
Image de Noël Sem
Image de Martine Chantelauze-Sem
Martine Chantelauze-Sem · il y a
Tranquillise toi, a voté !
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Un Papy très tranquillisant en effet, il est pour le repos éternel ! Croustillamment glaçant !
Image de Noël Sem
Image de Thierry Schultz
Thierry Schultz · il y a
Peut-être fallait-il toutes ces années pour que la vengeance s'accomplisse ? Une histoire bien de chez nous, quoique aujourd'hui on recherche plus de maréchal-ferrants que de quincaillers. Les temps changent vite. Mes voix jaegerienes Noels !
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
Merci beaucoup Thierry pour ces voix d'une nouvelle sorte...
Image de Flore A.
Flore A. · il y a
Bravo pour cette nouvelle choisie par le jury, bonne chance, mes voix pour ce partage et merci de m'avoir donné l'occasion de faire votre connaissance.
Image de Noël Sem
Image de Hermann Sboniek
Hermann Sboniek · il y a
Bonsoir Noels. Il fallait oser le mix Stones/Rouergues !!! Sympathy for the devil est ma préférée des Stones ( la version live de "Get Yer Ya-Ya's Out !")
Image de Noël Sem
Image de Lyne Fontana
Image de Noël Sem
Image de jusyfa *** Julien
jusyfa *** Julien · il y a
mon soutien avec plaisir, +5*****
Je vous invite à lire et donner votre avis sur mon poème en lice du G.P automne 2018. Merci.

Image de Noël Sem
Image de jusyfa *** Julien
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Je re, bonne chance.
Image de Noël Sem
Image de Paul Thery
Paul Thery · il y a
Pleased to meet you, papy Stone
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
Thank you, Paul
Image de Nadine Gazonneau
Nadine Gazonneau · il y a
J'ai relu et re - vote avec plaisir . Bonne chance .
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
Merci pour la re-lecture et le re-vote!
Bonne soirée

Image de François Duvernois
François Duvernois · il y a
Désolé d'avoir tardé à revoter pour ce texte. Voilà qui est fait et bonne chance, Noels.
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
merci beaucoup François
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Me revoici avec le plus grand des plaisirs !
Et à cette occasion, je te présente mon "aïeule" ... https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/laieule

Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
Merci pour le vote. Je suis allé faire la connaissance de l'aïeule... et j'ai voté.
Image de Marie Lacroix-Pesce
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
Merci Pascaline
Image de Laureline Maumelat
Laureline Maumelat · il y a
je reviens en effet, bonne finale !
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
merci Laureline
Image de Marsile Rincedalle
Marsile Rincedalle · il y a
Bonne chance pour la finale, Noels :-)
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
Merci pour votre vote et vos voeux.
Image de Michel FLORANE
Michel FLORANE · il y a
Tranquillisez-vous, Ajoutez quelque part 'Comme une odeur de sang' et vous pourrez la reposter pour le concours du noir...
Bravo et bonne chance à votre Papy diabolique.

Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
Merci pour votre commentaire. Je ne peux pas reposter pour le concours du noir car les textes sont limités à 8000 caractères...
Image de Michel FLORANE
Michel FLORANE · il y a
Il fallait faire des coupes, avec le couteau de Papy
Image de Jacqueline Chantelauze
Image de Jennyfer Miara
Jennyfer Miara · il y a
Vous venez de pousser l'expression "La vengeance est un plat qui se mange froid" à son paroxysme! Mes votes pour ce papy pas comme les autres!
Sur le même ton décalé, peut-être aimeriez-vous savoir en quoi consiste "Le crime parfait", en lice pour le prix Court et noir?

Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
Merci pour ces votes. Je vais aller prendre connaissance de votre texte.
Image de Alexandre Legrand
Alexandre Legrand · il y a
Bonsoir,
Pfff! je pensais qu'on allait sur un épisode de "la Bovary" avec la grand mère, j'avais oublié papy...
qui (je préfère) se la joue à la "Raskolnikov"
Perso j'aurais arrêté le texte sur "en pleine poitrine"
Dommage que je n'ai qu'une voix à vous offrir

Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
Merci pour cette voix et votre commentaire;
Image de Robert Grinadeck
Robert Grinadeck · il y a
Follement baroque (au sens littéraire du terme), cette histoire de Papy qui fleure bon l'accent du sud-ouest. Mes voix vous accompagnent.
Image de Noël Sem
Image de Diamantina Richard
Diamantina Richard · il y a
J'avais aimé, j'aime toujours
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
Merci Diamantina
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
j'aime beaucoup cete région der l'aveyron , que j'ai découvert grâce à des émissions de télé comme " des racines et des ailes "

notamment Rodez !!
j'ai bien apprécié votre texte et j'ai apporté mon bulletin de soutien dans ce concours
grand merci à vous !!
les souvenirs ,il n'ya que cela de vreai d'authentique !!

Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
Merci pour votre soutien et bonne soirée
Image de Marie
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
merci à vous et bonne soirée
Image de Maya Bellamie
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
merci pour ce soutien et bonne soirée
Image de Marie
Marie · il y a
Je réitère mon vote.
Si vous avez un peu de temps pour la lecture, viendrez vous soutenir mon TTC en finale ?. D'avance merci de votre passage
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/loin-des-yeux-loin-du-coeur

Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
merci pour votre vote. je vais voir votre TTC de ce clic...
Image de Marie
Image de Eliza
Eliza · il y a
Mes voix renouvelées
Image de Noël Sem
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Une horrible histoire fort bien racontée…
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
merci pour vos compliments
Image de Elisabeth Marchand
Elisabeth Marchand · il y a
5 voix confirmées...
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
merci pour votre soutien
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
J'apprécie toujours autant. Alors, revote
Image de Serge Debono
Serge Debono · il y a
J'aime toujours ;-) Good luck !
Image de Noël Sem
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Bonne chance pour votre finale . Je vous invite à découvrir mon texte " le prix de la mort " qui est en lice en ce moment .
Image de SakimaRomane
SakimaRomane · il y a
J'adoreeeeeeeeeee votre Papy Rolling Stone ...Bravo :)
Image de Randolph
Randolph · il y a
Superbe texte, bravo !
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
merci infiniment.
Image de Randolph
Randolph · il y a
Infiniment ça fait beaucoup ! !
Je vous propose de découvrir "allégresse "

Image de James Osmont
James Osmont · il y a
Je reviens poser mes 5 voix ici ! bravo pour cette sélection de finaliste ! En espérant, que mes "filles de Recouvrance" vous plairont toujours autant !
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
revu revoté pour les filles...
Image de Zouzou Z
Zouzou Z · il y a
A nouveau mon soutien !
si vous aimez ' Adieu léthargie '

Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
merci pour votre soutien. Je vais aller voir votre texte
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Mes voix par plaisir.
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
merci fidèle votant !
Image de Alain Lonzela
Alain Lonzela · il y a
Allez Papy, encore un effort, la finale est au bout.... Bravo
Image de Noël Sem
Image de Romane González
Romane González · il y a
Ravie de trouver Papy Garrigou en finale! Bonne chance! Vous avez mon soutien!
Image de Miss Free
Miss Free · il y a
Bonne finale à votre papy Rolling Stones !
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
merci pour votre soutien
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une œuvre fantastique et sanglante bien racontée, Noels ! Mes voix !
Image de Christian Guillerme
Christian Guillerme · il y a
Belle découverte ! Bravo. Toutes mes voix !
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
Merci beaucoup Christian
Image de Jenny Guillaume
Jenny Guillaume · il y a
Merci pour votre invitation, j'ai beaucoup aimé votre histoire ! Je n'ai pas été gênée par la tournure des évènements, ça m'a plu ^^ Peut-être juste la position finale des narrateurs. Le "nous aussi". J'aurai pensé qu'ils allaient essayer d'exorciser leur papy plutôt :))
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
Merci beaucoup d'avoir pris le temps de passer et de laisser un commentaire.
Bonne soirée

Image de Serge Debono
Serge Debono · il y a
Un aveyronnais, vrai de vrai, qui se mue en Mick Kagger et chante "Sympathy for the devil", c'est terrible ! Je trouve votre récit et votre personnage très crédibles. La chute est vraiment bien amenée et effectivement, au bout du compte, dément ou possédé, on s'attache à Papy Rolling Stone. Merci pour ce très bon moment de lecture. Pour tout vous dire j'étais venu voir où en était ma nouvelle "Woodstock et le Géant vert" et juste en dessous je vois "Papy Rolling Stone". Comme si c'était une compéte à thème :-) Je me suis dis, que ce soit lié aux Temptations (Papa was a rolling stone) ou aux Stones, ça m'interesse ! Bravo en tout cas et bonne chance !
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
Merci beaucoup et bonne chance à vous aussi (je vais aller voir)
Image de Maya Bellamie
Maya Bellamie · il y a
Beau portrait et complètement inattendu. Bravo
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
Merci Maya et bonne journée
Image de Silvie DAULY
Silvie DAULY · il y a
Jubilatoire jusque dans la cruauté! Vous êtes assuré de mon soutien, Noël. Quel plaisir de lecture! Je vous suggère aussi de découvrir "la bergère et le satire", mon dernier conte. A bientôt. Silvie, qui persiste et signe avec ses deux i.
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
merci pour votre soutien, Silvie avec se deux i. Je vais découvrir votre conte de ce clic.
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Un agréable moment de lecture et une belle découverte de ce qui se passait du côté de l'auberge rouge ! Bravo, Noels ! Vous avez mes cinq votes et un ticket pour visiter mon site http://jean.calbrix;free.fr/
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
Ah. Le lien ne fonctionne pas...
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
J'ai mis un point virgule à la place d'un point. C'est http://jean.calbrix.free.fr/
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
ça y est, j'ai consulté. Merci et bonne soirée
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
Merci. Je pars en visite aussitôt.
Image de Robert Pastor
Robert Pastor · il y a
Petites coquilles :
Piquer une colère plutôt que prendre une colère
Il avait épousée (épousé) ma grand-mère
mais ce qui vous intrigue c'est (de) comprendre en quoi consiste mon jeu.
sa bouche avait pris la si célèbre forme de celle (on peut supprimer de celle) de Mick


L'histoire est originale. Mais il nous manque quelques clés. Comment il réagit à la séparation. Rien. Cette histoire de pèlerins qu'il déteste. Quand il raconte l'histoire , nul n'est dupe qu'il se cache sous les traits de Satan. La mièvrerie ne suffit pas à expliquer ce rejet.

Il y aurait un problème de format. Plus de matières pour ajouter les raccords au montage. Pour rendre la vengeance crédible, elle aurait pu venir le narguer. Mais rester dans le patelin est déjà une provocation. On nous dit pas pourquoi elle le quitte, on imagine que seule l'aisance que lui procure le quincaillerie suffit. Le papy aurait pu verser lentement dans la folie. Faire que la folie se déclenche le jour anniversaire de ses soixante ans, cela me paraît faible.

Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
Merci beaucoup pour cette lecture très attentive et vos observations.
Pour le déclenchement de la folie, toutefois, ce n'est pas le jour anniversaire de ses soixante ans, mais "quand il atteignit l'âge de soixante-dix ans", sans que cela ne corresponde pour autant à son anniversaire.

Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Bonsoir, il y a deux ans, Keith Richard dégustait un Whisky japonais au bord de ma piscine après avoir déjeuné avec son amie au château de Villarceaux. Vous voulez que je lui transmette votre texte?
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
avec plaisir...
Image de Gladys
Gladys · il y a
Ah je l'adore ton papy, non papi pardon! quelle tristesse de le laisser pour un triste quincailler incapable d'imprimer ses sous lui-même. Beurk! que lui a-t-il pris à la mami, retour de fesses enflammées, non pas possible enfin si tout est possible en ce bas monde.Pour toi, bravo, quelle écriture, une petite merveille, je découvre une perle d'esprit, de savoir dire et plein d'autres qualités à découvrir. Merci Noels merci beaucoup!
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
Merci merci pour ces commentaires dithyrambiques !!
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
Une belle histoire fantastique. Et bien contée. Un bon moment de lecture.
Image de Noël Sem
Image de De l'encre sur les doigts
De l'encre sur les doigts · il y a
Une histoire diablement bien menée, je me demandais quand Papy allait partir en vrille. Splendide! Que Dieu protège le Rock n' roll!
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
Merci et que Dieu le protège en effet
Image de Eliza
Eliza · il y a
Vraiment bien raconté et quel décalage entre le début de la nouvelle tout empreint de la bonhommie de Papy et la fin satanique qui déroute complètement.
Une belle imagination !

Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
merci Eliza pour votre commentaire
Image de Guy Bellinger
Guy Bellinger · il y a
Yes, when the Satanic Majesty Requests, how could Papy, who was a Rolling Stone resist the Temptations ?
Ce qui est sûr, c'est que vous venez d'inventer un genre à part entière, la littérature rock satanique rouergate !

Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
merci pour votre commentaire. Je ne suis pas sûr que ce nouveau genre fera beaucoup d'émules...
Image de Guy Bellinger
Guy Bellinger · il y a
Davantage pourtant que la littérature dévote meusienne.
Image de Bertrand Gille
Bertrand Gille · il y a
Fichtre ! Diablement tourné! :) +5 pour vous!
Et je vous souhaite d'atteindre au moins 666 ;)

Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
Merci beaucoup pour votre vote. Quant au souhait d'atteindre 666, j'ai un peu peur...
Image de Randolph
Randolph · il y a
Quelle histoire !!
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
merci pour votre passage en Aveyron...
Image de M BLOT
M BLOT · il y a
Sourire... Moi qui suis un papa du Rock..
Vous me comblez!!
Merci pour cette histoire merveilleuse.
N'hésitez pas à venir me lire
Dans le langage des signes.

Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
merci papa du Rock
j'irai vous lire
bonne journée

Image de Julia Allègre
Julia Allègre · il y a
Bravo Noël !!! Encore une histoire étonnante... c’est drôle car Papy Rolling Stone me rappelle le grand-père de ma meilleure amie de Florac. Mais lui est mort tranquille, sans trucider sa famille...
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
merci pour ton passage
Image de Marie
Marie · il y a
Ça commence très tranquillou, gentille balade dans la campagne ancienne mais Papy-Loup n’a en fait jamais oublié ! Alors quand le prend la démence du grand âge...Terrible fin d’un bon récit.
Si vous passez par là, j’ai aussi une histoire rouge et noire avec « Louison ». À vous lire, je me dis que j’aurais pu rajouter des précisions dans les détails...

Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Un texte enjoué et plein d'action qui raconte une belle tranche de vie. +5
Je vous invite "A l'horizon rouge" en finale dans le Prix lunaire. Merci.

Image de Nadine Gazonneau
Nadine Gazonneau · il y a
Voila une belle découverte et un bon moment de lecture dont il aurait été dommage que les grands n'y accèdent pas.. +5. Permettez-moi de vous faire partager "en route exilés" en finale du prix lunaire.https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/en-route-exiles
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
merci. Je vais voir votre texte. Bonne soirée.
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Cette histoire, "en fait", n'était pas pour les enfants. je ne vote pas, mais ♥♥♥. J'ai employé le mot qui remplace désormais le 'Tranquillise toi" du grand-père et qui m'énerve au plus haut point
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
ce texte a été classé dans "famille - instant de vie" par short édition et je le regrette car effectivement, il est loin d'être pour les enfants. Pour le mot "qui remplace désormais" celui du grand-père, je n'ai pas compris : quel est-il ???
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Ben "en fait" qui sert d'accroche à toutes les réponses désormais
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
Ok merci pour la précision. C'est un tic qui m'agace aussi.
Image de Diamantina Richard
Diamantina Richard · il y a
Une histoire captivante,j'aime beaucoup votre style et si c'etait la faute de satan, alors pauvre papy hein, pas de sa faute ! Il était écrit son destin, il ne portait pas le pseudo de Rolling Stone pour rien
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
Merci pour votre appréciation et bonne soirée
Image de Elisabeth Marchand
Elisabeth Marchand · il y a
Plusss 5... rrrien à rrredire... j'ai bcq aimé.
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
Merrrci Elisabeth, et bonne soirée
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
J'aime aussi les Stones, l'Aveyron, et les 100 kms de Millau que j'ai courus pendant dix années consécutives. Et ta nouvelle également ☺☺☺ !
Image de Zouzou Z
Zouzou Z · il y a
Attention ! Un diable ( bougre ) peut en cacher un autre...mon vote
Si vous aimez ' À la ravigote ' et Dans la Grèce antique ' poésie Été

Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
j'ai vu la ravigote.
J'irai faire un petit tour en Grèce plus tard
Bonne soirée

Image de Jacqueline Chantelauze
Jacqueline Chantelauze · il y a
Bravo ! Et tranquillise toi ... Tranquillisez vous, nous avons bien ri !
Image de Noël Sem
Image de James Osmont
James Osmont · il y a
bien joué, j'ai été cueilli ! bravo ! effectivement la classification ne rend pas hommage aux puissant ressort narratif dont vous avez su user ! bonne chance à vous !
ma participation "Les filles de Recouvrance", si cela vous tente...
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/les-filles-de-recouvrance

Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
je suis allé voir et j'ai voté.
Merci pour votre passage chez Papy

Image de François Duvernois
François Duvernois · il y a
J'ai été vraiment captivé par votre histoire. Le portrait de Papy Rolling Stones est particulièrement réussi. Cette vieille rancœur remâchée pendant des années. Mais est-ce bien Papy ou le diable ? Votre texte ne manque pas d'humour.
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
Papy ou le Diable, la question n'est pas tranchée...
Merci pour votre soutien et bonne journée.

Image de François Duvernois
François Duvernois · il y a
Mais de rien. Si cela vous dit, je vous invite à découvrir "Maréchal, nous voilà !"
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
J'ai découvert et aimé (et voté bien sûr !)
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
V'là de la belle ouvrage ! Tous mes voeux.
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
Merci Jarrié et bonne journée.
Image de Marsile Rincedalle
Marsile Rincedalle · il y a
Un récit à la Stephen King qui vous endort d'abord par un portrait champêtre, presque idyllique. Et puis l'horreur survient provoquant stupeur, frissons et extrasystoles. J'ai adoré le détail de la clochette qui tinte gentiment quand les gendarmes entrent dans la boutique :-)
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
Merci pour votre commentaire et bonne soirée.
Image de Guy Richart
Guy Richart · il y a
Nous tenons là une chronique familiale qui se termine par un massacre digne des films de possession les plus gores. C'est une excellente prestation.
Il faudrait peut-être corriger les deux conjonctions de coordination qui s'imbriquent : la tête toujours surmontée d'une casquette aplatie "et" cartonnée par les années "et" l'absence de tout nettoyage, cela choque dans un texte aussi bien écrit dans son ensemble. Je donne toutes mes voix.

Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
Merci pour vos compliments !
Hélas je ne peux plus modifier le texte maintenant qu'il est publié. Et désormais, je ne vois que cette répétition mal venue !!!

Image de Paul Thery
Paul Thery · il y a
Grandpa was a rolling stone ! Excellent texte qui apporte des éclaircissements sur la vie antérieure de Mick Jagger ;-))
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
On l'aime quand même !
Merci d'être passé et bonne soirée.

Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
J'adore votre papy, moi qui n'en n'ai pas eu. Votre réponse à Carmilla éclaire la fin. Mon vote de soutien. Peut-être aimerez-vous "Dimanche" ou "Derrière l'écran".
Image de Romane González
Romane González · il y a
Bonjour Noels! Pour ma part, j'ai beaucoup aimé votre nouvelle! Même si je ne m'attendais pas du tout au retournement de situation du dernier quart de votre récit, au vu de la classification "famille", "instant de vie". J'y aurais rajouté "suspense"!! J'ai commencé la lecture pas forcément très emballée parce que je ne suis pas une grande fan des récits de souvenirs sur des familles, mais votre papy rolling stones était divinement dépeint, et je suis peu à peu rentrée dans votre histoire, grâce à tous ces petits détails qui le rendent si particulier (mon préféré est le tic de langage, "tranquillise toi", que je trouve vraiment très bien trouvé!!). Je ne sais pas trop quoi penser du brusque changement dans la narration (passage où papy devient fou), à la fois je trouve l'idée géniale (j'aime quand un texte passe brutalement au noir), à la fois votre texte était déjà tellement bien qu'à mon sens ce n'était même pas "la peine" de rajouter ce passage plus sombre. En fait, le seul petit reproche que je pourrais faire, c'est le même que 970, à la fin le narrateur (qui est donc le petit fils) semble soudain très détaché de ce qui s'est passé, et cela contraste avec le début où on sentait son attachement pour le grand-père. Ma seule explication est que le petit fils est peut-être lui aussi diabolique? Mais dans ce cas, il ne l'est pas depuis le début du texte, ce qui est étrange! Enfin bref, un texte avec un énorme potentiel selon moi, qui ne laisse pas indifférent du tout!!
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
Merci d'avoir pris du temps pour ce commentaire détaillé. Le petit-fils est surtout adulte et, s'il ressent une certaine nostalgie pour son Papy, il reste sidéré par la fin. Cette fin violente accrédite les histoires concernant le Diable, racontées par son grand père.
Merci encore pour votre attention et bonne soirée.

Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Je n'ai pas accroché. Pour le plus : vous avez donné des particularités à votre papy, et j'aime beaucoup ce genre de détails, cela épaissit un personnage. Pour les moins : des détails inutiles, par exemple “Ah oui. Il utilisait quand même le pluriel pour tranquilliser plusieurs personnes en même temps“, on le sait déjà, car la ligne de dialogue précédente nous l'indique. À la fin également, trop de descriptions. Pour moi, il n'est plus question du point de vue du petit-fils dans cette partie de votre récit. Un crâne faisant poc, un sourire s'emparant des lèvres du vieux. Je ne comprends pas comment ces informations ont atterri dans l'oreille du narrateur pour qu'il puisse nous les révéler. En bref, tout est une question de bons dosages dans les détails. Une voix.

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

La pêche au vif

Noël Sem

Je vous recommande chaudement cette activité si vous trouvez que les poissons ont bien mérité de souffrir quelques heures avant de rendre leur petite âme à Poséidon.
Vous ne connaissez... [+]