16
min

Oméga 8: le signal

Image de Moeun Touch

Moeun Touch

19 lectures

3

La journée passe vite, surtout pour Hélène, il est déjà l'heure d'aller chercher Adrien à la crèche, et Lisa à l'école, après une journée de travail très intensif. Le temps passe vite, mais pas pour Lisa. Depuis ce matin, elle compte les minutes et leurs secondes, tellement elle est impatiente que son Jouet vienne la récupérer à l'école. Tout est relatif, y compris le temps, Einstein avait raison, il avait pourtant aussi démontré que le temps n'existe pas. Le temps n'arrête pas de nous dérouter dans notre manière de le percevoir.

Bien qu'elle n'ait pas beaucoup de temps, Hélène roule doucement pour éviter les accidents, ou en provoquer. La présence du petit Adrien n'influe pas sur ce principe inviolable dont elle tient à coeur, toute seule elle aurait roulé avec la même précaution.
Arrivée à l'école, elle voit sa petite Lisa en détresse et en larmes, une tristesse si profonde qu'elle n'ose pas poser tout de suite la question pour comprendre ce qui s'est passé. Il n'y a que Oméga pour la mettre dans cet état. Que lui a-t-il fait ? Aurait-il manqué à sa parole ? Que lui aurait-il dit pour pouvoir la rendre aussi triste ? Un petit garçon aussi gentil et compréhensif que lui ne ferait pas le moindre tort à Lisa, il a tant de fois défendue, c'est incompréhensible. Apparemment il n'est pas avec elle, donc Hélène en déduit qu'il n'est pas venu la retrouver après l'école, comme il l'a écrit sur son message. C'est peut-être cela la raison ? Hélène s'y attendait un peu. Un garçon qui vagabonde seul depuis longtemps n'a pas et ne veut pas d'attache, il faut le comprendre. D'ailleurs elle ne se fait plus d'illusion, elle a déjà abandonné cette idée de l'adopter. Ce n'était qu'une petite idée qui vadrouillait comme ça, volatile et inutile pour la suite de leur histoire. Hélène est triste, pour sa famille et surtout pour sa fille Lisa. Oméga, tu n'étais qu'un petit ange envoyé du ciel pour nous apporter un peu de joie, un peu d'espoir et de sourires dans notre quotidien, se console-t-elle dans sa pensée. Juste le temps d'un petit rêve qui part aussitôt en fumée, comme une cigarette qu'on vient d'écraser sur le bord d'un trottoir. Quant à Lisa, elle attendra un peu pour la consoler. Le temps saura apaiser la tristesse et relativiser les choses.
Tout à coup, Lisa lâche une pluie torrentielle de larmes indiscrètes et bien bruyante. Elle a sûrement besoin que sa maman l'écoute et partage sa souffrance.

£ IL EST PARTI MAMAN, POUR DE VRAI ! HIG HIG HIG !!! Il ne m'aime pas ! Je savais que j'étais trop dure avec lui. Il faisait juste semblant de m'apprécier et d'être obéissant. Il ne m'aime pas, maman! Hig hig hig...
@ Pourquoi tu dis ça ma chérie ? S'il est parti, c'est qu'il est venu te voir non, comme il a promis dans son message ? tente Hélène de raisonner sa fille, lui faire comprendre qu'il tient auvmoins ses promesses de venir la voir, même une dernière fois.
£ Il est venu oui, mais il est reparti aussitôt, et sans me parler ? Hig hig hig... il ne m'aime pas maman, je sais, sinon il serait au moins venu me dire au revoir, me parler. Je vais finir vieille fille maman, je vais me faire nonne. S'il ne m'aime pas, je ne pourrai plus me marier avec lui.
@ Lisa! Reprends-toi et explique moi tout. Tu t'emballes parfois trop vite ma chérie, peut-être qu'il reviendra te voir plus tard trésor ?
£ Non, pas cette fois-ci, je sais.
@ On rediscute de tout ça à la maison, tente de relativiser Hélène. Tu me diras tout ce qui s'est passé et tout ce qu'il t'a dit ou fait.
£ Justement, il n'y a rien à expliquer puisqu'il n'a rien fait. Il est venu et m'a juste fait coucou de loin avec sa petite main... pour me dire adieu, maman! Hig hig hig. Et après il est parti en courant, comme un lapin. Il ne voulait même pas me parler, maman! Mais qu'est-ce qu'il a, il est bizarre.
@ Mais Lisa, il a peut-être une urgence, qu'il ne peut pas t'expliquer maintenant. Attends un peu avant de te mettre dans de tels états ma chérie.
£ Quelle urgence !? Il doit faire caca, c'est ça ? Hi hi hi, hi hi hi...
@ Oui, par exemple, dit Hélène avec un sourire qui adhère au rire de Lisa, voyant qu'il n'y a vraiment rien de grave, puisque l'humour est encore là.
£ Franchement, maman, s'il fait caca, il est vraiment bizarre, hi hi hi. Et dans ce cas, il est parti faire ça où ? Je veux qu'on le cherche, là maintenant, ordonne Lisa, avec autorité.
@ Non, ma chérie, Adrien ne supportera pas qu'on traîne davantage. D'ailleurs lui aussi il va bientôt faire caca.
£ Mais qu'est-ce qu'ils ont tous les garçons, à toujours faire caca ? Je suis sûre qu'il est vraiment entrain de le faire, derrière un arbre ou un buisson. Je veux qu'il revienne me voir, me faire rire et me lire les histoires. Grâce à lui, j'ai eu les félicitations de la maîtresse pour ma narration aujourd'hui. J'ai besoin de lui maman... J'ai besoin de lui, termine Lisa avec une voix triste et pleine de désespoir.
@ Si Oméga veut te revoir, il reviendra. Tu sais, les hommes et les garçons, ils ont parfois besoin de leur liberté, comme toi pour t'évader dans tes mondes imaginaires, eux les leurs. Ça peut durer un certain temps, mais cela peut durer le temps d'une évacuation, d'une prise d'air frais. S'ils veulent revenir, ils reviendront de leur plein gré, sans qu'on les pousse ou qu'on les oblige à le faire, ma chérie. Il ne faut jamais les bousculer, sinon ils vont te fuir.
£ Et papa, pourquoi il ne revient pas, ça fait déjà très longtemps ? Il m'a pourtant dit qu'il ne nous abandonnera jamais, quoi qu'il arrive.
@ Lisa, ça suffit ! Papa a eu un accident ma chérie, il ne reviendra pas, jamais. Quand le destin décide d'emporter quelqu'un avec lui, c'est pour toujours, c'est comme ça, je croyais que tu l'avais déjà compris.
£ Je sais mais il me manque.
@ Mais tu sais bien que son esprit veille sur nous.
£ Je préfère que ce soit lui qui veille sur nous, pas son esprit ! Je veux le voir !
@ Lisa, on a déjà discuté de ça maintes fois trésor. Tu devrais comprendre si tu fais un effort. C'est difficile mais tu dois accepter certaines vérités. Malheureusement les faits s'imposent d'eux-mêmes, c'est la vie qui est comme ça ma chérie.
£ Non, je ne veux pas que les faits s'impose à moi, sinon je vais aussi perdre Oméga.
@ Quant à ton Oméga, il te reviendra, il est tellement débrouillard qu'il saura résister à son destin. Et il est trop gentil et serviable pour que quelqu'un cherche à lui faire du mal. Il reviendra, il t'aime trop.

£ Je veux le voir maintenant !
@ Ma chérie, tu ne peux pas avoir tout ce que tu veux. Il va revenir, sois patiente.
£ Il reviendra, mais quand ?
@ Je ne sais pas... après qu'il ait de fini de faire caca, termine Hélène avec un humour de Lisa.
£ Hi hi hi, hi hi hi ! T'es trop drôle, maman! Hi hi hi, regarde, même Adrien, il trouve ça marrant...hi hi hi.
@ Oui, ça, ça veut dire qu'il vient de pousser un de ses plus beaux morceaux.
£ Hi hi hi, hi hi hi... ! rit Lisa sans s'arrêter, comme si elle vient d'oublier toutes ses tristesses.

Parfois il ne faut pas grand-chose pour repartir avec le sourire. Un petit prout, un beau petit morceau, une odeur dérangeante ou une grimace d'un petit visage angélique, ça suffit pour faire oublier tous les malheurs du monde.

Hélène est rassurée. Si Lisa est bavarde ou qu'elle est encore capable de rire pour une histoire de caca ou de pipi, c'est qu'il n'y a rien de grave. À cet âge-là, les enfants aiment bien qu'on s'intéresse à leurs états d'âme, souvent exagérés. Heureusement, avec Lisa cela finit souvent par un rire, un peu de joie. Mais Hélène est quand même intriguée par cette histoire d'adieu hâtif. Oméga aurait-il un souci ? Dans ce cas, elle devrait l'aider, mais comment savoir. Ce petit garçon n'a pas du tout une vie sûre, mais apparemment il préfère ça. Tout ça est bien trop délicat de réfléchir pour lui ou l'aider à changer sa vie, surtout pour une mère seule et déjà trop débordée comme Hélène.
Lisa reste encore sur cette histoire de caca et son rire amène celui d'Adrien avec.
À cet âge-là, ils peuvent rire pendant des heures d'un même sujet, du moment que c'est drôle. Hélène partage évidemment ce doux moment avec eux, rassurée que Lisa ne s'effondra pas. Dans quelques minutes ou quelques heures, elle pensera à autre chose ou s'évadera dans son monde fait de fleurs et de couleurs.

Pendant que les filles passent ce magnifique moment de rires avec le petit Adrien, Oméga court derrière Lucky, qui est venu le chercher seul, lorsqu'il s'apprêtait à aller voir Lisa. Il n'avait pas le temps d'aller lui parler, il a dû la saluer de loin, sous les ordres très impératifs et très dissuasifs du chien robot. Le problème est urgent, et Lucky sait très bien le faire comprendre à Oméga.

Le canoïde semble pressé, très pressé. Il court de plus en plus vite, comme s'ils devaient fuir quelqu'un ou être en retard pour un rendez-vous. Oméga est essoufflé, c'est la première fois qu'il court.
Le sprint, c'est tout nouveau pour lui. Son coeur bat plus vite, son cerveau calcule les limites à ne pas dépasser, avant les premiers symptômes de fatigue. Trop tard...

+ Lucky, arrête, fais une pause, je n'en peux plus, je suis essoufflé... tente Oméga d'obtenir une pause.
L- Comment ça essoufflé ? Tu te moques de moi, coco ? Un robot ne se fatigue jamais, alors accélère, si tu ne veux pas mourir! menace Lucky du danger qui les attend tous les deux.
+ Mourir ? Qui veut notre mort ? En plus c'est absurde, un robot ne meurt pas, jamais! Le professeur m'a dit que je pourrais vivre aussi longtemps que je veux, voire une éternité.
L- Ça, c'est quand personne ne veut te détruire, mon coco.
+ Mais qui veut nous détruire ?
L- Quoi que tu sois, qui que tu sois, où que tu sois, il y aura toujours quelqu'un ou quelque chose qui viendra abréger ton existence d'une manière volontaire ou non. Ca c'est la toute première évidence, fondamentale! Fais-moi confiance, j'en sais beaucoup plus que toi, ça fait longtemps que je passe mon temps à fuir et vagabonder pour survivre mon coco. Et crois-moi, c'est pas toujours marrant.
+ Raconte, demande Oméga en pensant aux circonstances dans lesquelles Yana l'avait trouvé, sous les décombres d'un tas de ferrailles; Lucky l'a deviné.
L- Comme Yana t'a raconté, elle m'avait sauvé des débris de ferrailles qui m'écrasaient et me cisaillaient le corps. Elle avait mis une heure pour me sortir du danger.
+ Comment se fait-il que tu en étais arrivé là ? demande Oméga, curieux de la suite de l'histoire.
L- Quand t'es un robot, n'importe qui peut te programmer de loin, par quelques simples lignes de commande. On peut te faire faire n'importe quoi. Cette fois là, on m'a ordonné d'aller me mettre sous les futures ordures métalliques qui allaient me tomber dessus. Quelqu'un voulait apparemment me supprimer. J'étais jeune et inexpérimenté, trop obéissant aux lignes de commande. Ah, les lignes de commande, dès que j'en imagine une, je suis dans un sale état! Elles me hantent mes nuits, ha ha ha ! Je rigole bien sûr, même si c'est un peu vrai. J'ai dû réfléchir et m'adapter pour survivre mon coco, grâce à cette forme de fausse conscience que ces algorithmes fractals semblent nous conférer. J'ai appris à détecter et éviter les dangers, surtout les lignes de commande.
+ Pourquoi m'embarques-tu dans cette course effrénée ? Tu as détecté un danger ? Quelqu'un veut nous programmer de loin pour qu'on aille se jeter sous un tas de ferrailles ? On nous a envoyé des lignes de commandes !?
L- Non, panique pas, il n'y a pas de ligne de commande, sinon on serait déjà entrain d'obéir comme de vulgaires robots. Pour cette raison là, j'ai décidé de devenir plus poli. Je dis moins de gros mot, ha ha ha.
+ Sois sérieux.
L- L'humour, ça aide mon coco, même dans les moments durs, une autre astuce à retenir.
+ Ok d'accord, c'est retenu... Mais tu as détecté quoi ?
L- Un signal, inconnu mais puissant. Mon instinct de survie me dit de m'en éloigner le plus possible, j'ai pensé que tu pouvais être aussi en danger, c'est pour ça que j'ai foncé te chercher.
+ Merci de penser à moi, Lucky, lui dit Oméga, sentant son coeur se réchauffer un petit peu.
L- Avec plaisir coco, tu aurais fait la même chose à ma place.
+ Tu captes toujours ce signal ? Parce que moi, je n'ai jamais rien capté du tout.
L- Et comment ! Il semble même devenir de plus en plus fort, je comprends pas. On dirait qu'on court tous les deux dans la gueule du loup.
+ Pourquoi je ne ressens rien ? Je ne capte aucun signal. Tu ne serais pas devenu parano, Lucky ? À force de voir des fantômes, tu deviens complètement paranormal, ha ha ha...
L- OK, j'admets qu'elle est pas mal celle-là coco, ha ha ha... Et je vois que tu as retenu l'astuce de l'humour. Maintenant, tais-toi et cours, dans l'autre sens ! Le danger est de plus en plus proche. Cours, sinon on va mourir tous les deux de rire, mais pour de vrai, pour ta connerie de paranormal.
+ Hi hi hi !
L- Cours, je te dis! Cours bordel!
+ OK.

Oméga et Lucky sprintent pendant plusieurs minutes, fuyant le signal que perçoit le canoïde. Oméga n'en peut plus de courir sans comprendre pourquoi. Le signal, il ne le capte toujours pas. Lucky a peut-être tout simplement confondu avec quelque chose d'autre.
Tu es bizarre Lucky, pense-t-il, je ne sais pas si je dois t'écouter dorénavant.
Alors, il veut creuser pour en savoir plus sur cette histoire de signal.

+ Lucky, arrêtons de courir dans tous les sens. Stop! Et explique-moi tout, je ne comprends rien. Qui nous veut du mal ?
L- Justement, je ne veux pas le savoir. Quand le signal devient trop fort, c'est trop tard. Ne cherche plus à comprendre, c'est comme ça. Dans cette vie, c'est pas bon d'être trop curieux, je te le dis. Si tu ne sais pas flairer le danger, il faut commencer dès maintenant.
+ En courant dans tous les sens ? Bravo pour ta pédagogie ! Je comprends mieux pourquoi Yana croit que tu vois des fantômes, ha ha ha!
L- Les humains, ils ont tellement d'imagination. Ils interprètent mal tout le temps. Et il y a tellement de gens qui croient à ces histoires de fantômes et d'esprits, qu'ils inventent des preuves et des légendes. Ils sont marrants. Moi, je ne fais que me méfier des dangers, des pièges, des appels mystérieux, des lignes de commande.
+ Mais qui nous voudrait du mal ?
L- De toute façon, c'est forcément un humain qui te veut du mal. Les animaux, eux, leur seul intérêt c'est d'avoir le ventre plein, il ne font qu'obéir à leur instinct. Si c'était des robots, on pourrait facilement entrer dans leurs systèmes et changer les lignes de commande. Les humains sont les seuls à avoir plusieurs intérêts. Même entre eux, ils se font du mal par plaisir, tu verras. La chasse à l'homme, quand tu sauras ce que c'est, tu vas halluciner mon coco. Mais en ce qui nous concerne, tout le monde peut nous vouloir du mal, sauf peut-être les animaux et les plantes. Certains voudraient nous capturer pour nous reprogrammer, toujours dans leur intérêt dont toi et moi, même bourrés de tous ces algorithmes fractals très sophistiqués, ne pourrions jamais en comprendre le sens. Moi, j'appelle ça la méchanceté humaine, ou leur misère intellectuelle si tu veux être plus exact.
+ Je ne comprends toujours rien. Ce sont des pirates ou des contrebandiers de robots, c'est ça ?
L- Oui, entre autres. Il y a aussi des mafieux et des manipulateurs en tous genres. Ça peut être même ton professeur Diwan, ou un de ses multiples collègues. Il faut que tu te méfies de tout le monde, sauf de moi, parce que je suis comme toi, seul individu de mon espèce, et qui doit survivre.
+ Non, impossible. Le professeur ne me fera jamais de mal. Au contraire, il veut que j'évolue le plus longtemps possible.
L- Tu es bien naïf mon coco. Ça se voit que tu ne connais pas les humains. Je pourrais te parler de leurs méchancetés inutiles pendant des heures. Les humains, quand il s'agit de leurs intérêts, sont les pires espèces que la nature ait pu concevoir. La nature est stupide de créer une espèce aussi destructrice, pour elle-même et pour tout ce qu'elle a créé. Tu sais pourquoi les humains veulent tout comprendre, de l'univers, de la nature tout ça ? Pourquoi veulent-ils résoudre tous les mystères et toutes les équations de leurs différentes sciences qu'ils ont inventées ? C'est pour imiter leurs dieux, pour créer et détruire, en faisant du mal. Pourtant leurs dieux, leurs sciences n'ont jamais réussi à démontrer leur existence. Les humains ne sont pas si bons que ça mon coco, mais c'est leur nature. Crois-moi, un de ces jours tu souffriras, à cause de ton propre créateur, il n'est pas forcément mieux que les autres.
+ Tu dis n'importe quoi, Lucky. Je ne te crois plus, rien de ce que tu me dis n'est vrai. Tu délires complètement.
L- Allons voir ton professeur, dans ce cas. Et écoute bien tout ce qu'il dit, tu verras. Surprends-le dans ses discussions avec ses collègues, et tu te feras tes propres idées.
+ OK, faisons ça. Tu te trompes sur le professeur, tu parles trop aux fantômes.
- Si tu voyais tout ce que je vois, tu ne te moquerais pas de moi comme ça, petit inculte. Je vois plus que des fantômes et des esprits mon coco, je vois l'avenir... Et je sais de quoi il sera f... Ah, fais gaffe, Yana nous a retrouvés, shuuut!

¥ Ah, vous voilà vous deux ! Ça fait des heures que je te cherche Lucky, qu'est-ce qui t'a pris de partir comme ça ? Tu avais le caca à ton derrière ou quoi?! Ha ha ha! Ou bien c'est pour revoir Oméga.
On dirait qu'il ne veut plus te lâcher, Oméga. Décidément, tu l'intrigues, c'est bien la première fois qu'il insiste comme ça.
+ Il m'aime bien, je sais. J'ai trop envie d'apprendre à parler le langage des chiens pour pouvoir comprendre tout ce qu'il essaie de nous dire.
¥ Oui, moi aussi. Avec tout ce qu'il voit et tout ce qu'il flaire, je me demande s'il n'est pas parfois parano.
+ Ah oui ? Hi hi hi...
L- WOUAH WOUAH!
¥ Mais il rigole Lucky, calme-toi mon toutou. Fais gaffe à ce que tu dis, il est susceptible tu sais. On dirait qu'il nous comprend, quand il a envie.
+ Moi j'en suis sûr. Je le vois dans ses yeux.
L- WOUAH WOUAH!... GRRRRR!
¥ Calme-toi Lucky, il rigole. Tu vois comme il est susceptible ?
+ Oui, je vois ça. Maintenant je comprends mieux pourquoi tu dis qu'il flaire tout et qu'il voit des fantômes et des esprits.
¥ Ha ha ha, t'es drôle Oméga.

Profite mais n'abuse pas mon coco, tente Lucky d'envoyer un message télépathique à Oméga, pour ce petit jeu qui n'est marrant que dans un sens. Malheureusement le message n'est pas passé, il va falloir trouver un autre moyen de communication, ou subir ce petit jeu Lucky, jusqu'à ce que Oméga en ait assez.

Diwan vient de finir d'écouter les fameuses discussions menaçantes, à plusieurs reprises. Effectivement, les robots avaient l'intention d'exterminer l'espèce humaine pour prendre sa place. Les mots sont clairs et le sens précis. Il comprend mieux l'ampleur de la menace. Shadtown lui apporte plus d'éléments.

# Vous comprenez maintenant pourquoi nous avons donné cette alerte, ce genre de discussions, nous en avons enregistrées quelques unes, précise Shadtown. Heureusement tous ceux qui ont participé à ces discussions ont été détruits à temps, grâce à votre intervention. Mais ce signal ambulant persiste. Nous sommes certains que la menace est réelle et ne disparaîtra pas, tant que ce signal est là. Ces robots ne se reproduisent pas comme nous, ni ne se dupliquent comme nos cellules, mais peuvent se multiplier, d'une manière exponentielle, Diwan, je ne vous apprends rien. Ils pourraient être aussi nombreux que les étoiles dans tout l'univers, si le temps le permet, grâce au simple copier-coller.
- Vous avez raison Shadtown, j'ai sousestimé l'urgence de l'affaire. Mais pourquoi ne pas nous avoir immédiatement informés ? demande Diwan.
# Demandez cela à vos supérieurs. Vous connaissez la politique des secrets défense et toutes les hiérarchies, c'est tellement complexe que les procédures et les communications deviennent lentes et inefficaces, surtout devant une telle importance. Je voulais vous informer plus tôt mais vous devinez que je n'ai eu plus jamais de minutes à moi depuis que j'ai écouté le premier enregistrement. Il y a eu tellement de débats et de réunions, avec toutes sortes d'experts.
- Il faut absolument localiser ce signal.
# Je m'en charge, avec différentes équipes. Révisez plutôt vos concepts et vos brouillons, Diwan. Je pense que ce genre de signal est impossible à localiser. Si je me souviens bien, vous aviez déjà incrusté un signal semblable il y a quelques années, dans un de vos prototypes, dans votre projet de l'autonomie des androïdes.
- En effet.
# Trouvez un moyen de stabiliser ce signal, révisez vos lignes de commandes, chacun de vos concepts, la clé serait là. Vous avez voulu rendre les robots trop sophistiqués et trop autonomes, Diwan. Je ne dis pas que c'est de votre faute, nous avons tous, par nos inventions, voulu améliorer le monde et nos quotidiens, satisfaire notre curiosité et tester jusqu'à où nous pouvons imiter la nature et le hasard. Mais là, j'ai bien peur que nous sommes allés trop loin professeur. Il faut nous contenter de simples aspirateurs et de machines à café dorénavant. Il faut aussi envisager de détruire également tous les zooïdes, petits et grands, en priorité les canoïdes, plus fonctionnels que les autres.
- Bien. Je vais informer mes supérieurs.
# Je m'en charge également pour ça, concentrez-vous sur votre signal et sa stabilisation, Diwan.
Et informez nous au moindre petit fait nouveau.

Ça y est, Diwan est bien embarqué au coeur de cette mission de survie, pour de vrai, avec une peur bien réelle pour l'avenir de l'humanité et du vivant. Les enregistrements l'ont réveillé et assommé simultanément. Ses rêves risquent de se transformer en cauchemars. Forcément, il pense immédiatement à Oméga, la plus belle oeuvre de sa vie mais peut-être aussi la pire créature imaginée, si un jour il décide de s'en prendre à l'espèce humaine. Toutes les lois inviolables pour préserver la vie et les espèces peuvent être en effet contournées car on ne connaît pas les limites évolutives d'un tel robot, même si en théorie les simulations ont clairement prouvé qu'il reste bienveillant sur une très longue période, voire durant toute son existence, même si cela dure très très longtemps. Les enregistrements ont montré leur capacité évolutive en quelques décennies à peine et la menace est bien réelle, probablement à cause du contact avec les humains. Les derniers robots s'adaptent, comprennent, retiennent et imitent. Ils sont comme les enfants, si on leur donne une mauvaise éducation, ils peuvent devenir de pires criminels. NOOOON! crie Diwan dans sa pensée, en pensant à cette histoire de mauvaise éducation.
Ses pensées noircissent de plus en plus. Il voit l'avenir avec des scènes et des couleurs apocalyptiques, comme dans les films de sciences fiction imaginés par les multiples auteurs prévisionnistes. Il faut à tout prix qu'il trouve un moyen de localiser Oméga, pour voir s'il est la source et la raison de ce signal.
Il doit à tout prix le retrouver et l'éduquer. Il a fait une énorme erreur en l'ayant laisser seul face à toutes ces méchancetés qu'il peut rencontrer, surtout s'il passe son temps à observer les humains et faire comme eux. La solution, c'est l'éducatiion, la seule. Il faut leur inculquer les bonnes valeurs et leur montrer les bons exemples, surtout leur expliquer chaque contradiction si ça nous arrive d'en faire, d'en dire. Malheureusement seulement quelques humains savent faire ça.

# Diwan, à quoi pensez-vous ? ! Vous avez l'air bien ailleurs, auriez-vous trouvé une idée ? demande Shadtown, comme s'il soupçonnait Diwan d'avoir oublié de lui dire quelque chose de très important.

Diwan hésite, réfléchit, puis décide de dévoiler son secret au professeur Shadtown.

- Écoutez Shadtown, j'ai...
# Oui, Diwan, qu'avez-vous à me dire ?
- J'ai.. fait une erreur...
# Quelle erreur, Diwan ? fronce Shadtown les sourcils, impatient.
- J'ai omis d'incruster des algorithmes éducatifs comme nous avions prévu, dit Diwan avec une voix tremblante, après avoir changé d'avis au dernier moment.

Pourquoi n'a-t-il pas voulu révéler l'existence de Oméga ? Veut-il toujours le protéger, malgré la menace qu'il pourrait représenter ?
Est-ce l'amour d'un père pour son fils qui a empêché ce geste irréversible ?
Peut-être a-t-il une autre solution pour sauver Oméga et l'humanité, grâce à l'éducation ? Ce qui est sûr, c'est que le cerveau de Diwan est en train de bouillir d'idées, de toutes les couleurs. Shadtown, en le voyant se culpabiliser, le rassure.

# Écoutez Diwan, vos algorithmes éducatifs et évolutifs ne sont pas au point. Travaillez-y encore avec vos collègues. Vous pensez vraiment que l'éducation permettrait d'éviter à ces robots de se retourner contre nous ? Regardez dans les cirques ou les spectacles, combien d'animaux éduqués et domptés se sont retournés contre leurs maîtres ?
- Vous avez raison Shadtown, mais les robots ne sont pas comme les animaux qui ont un instinct sauvage, pour la survie. Les gènes bionumériques ont été conçus pour améliorer cette notion d'instinct, pour les robots les plus évolutifs. Mais je suis persuadé que l'éducation permettrait de les finaliser correctement, afin de nous permettre de vivre et évoluer avec eux. Nous avons besoin d'eux, vous le savez.
# C'est vrai Diwan, nous avons tous besoin d'eux. Mais s'il faut les éduquer, c'est délicat. Nous ne savons même pas nous éduquer nous-mêmes. Avant de chercher à optimiser vos algorithmes éducatifs, essayez d'abord de savoir et montrer qu'il y a bien une meilleure éducation, vous ne croyez pas ? C'est le seul reproche que je vous fait, Diwan, avec toute l'admiration que j'ai pour vous et pour vos travaux.
Tâchez plutôt de vous concentrer sur le signal, Diwan, s'il vous plaît! supplie Shadtown, ne voulant plus s'éterniser sur des questions futiles ou moins urgentes.
- Le signal, oui, vous avez raison, reconnaît Diwan, sachant sciemment que son projet d'algorithmes éducatifs n'est qu'un rêve inaccessible.

Diwan sait qu'il doit absolument revoir Oméga, pour être sûr que ce signal, c'est bien à cause de lui, mais aussi pour discuter avec lui, voir où il en est par rapport aux humains. Ce soir, après son travail, il ira au cimetière, un peu avant le coucher du soleil. Si Oméga est nostalgique, il reviendra pour admirer ces magnifiques couleurs au milieu d'un paysage surréaliste, où côtoient les esprits des morts avec ceux des vivants, comme il le faisait quelques fois avant, il y a une décennie de ça, et quand il l'avait branché de nouveau il y a quelques jours, avant de le libérer.

Oméga a quitté Lucky et Yana depuis longtemps, pour aller dire au revoir à Lisa. Il n'a pas supporté la voir pleurer de loin, par sa faute. Il voudrait s'excuser et peut-être tout lui expliquer, qu'il n'est qu'un simple robot, d'une toute nouvelle génération, avec une capacité évolutive extraordinaire. Il lui expliquera sûrement pourquoi il avait du mal à avaler la première cuillerée de soupe et à dormir la nuit. Un robot, ça ne dort pas la nuit, c'est aussi simple que ça. Mais c'est bizarre, tout à coup, il a un peu sommeil. Ses jambes sont de plus en plus lourdes, comme ses paupières. Mais que lui arrive-t-il ? Allez, mon coco, encore quelques centaines de mètres et tu arriveras devant la porte de ta petite chérie Lisa, semble-t-il entendre la voix de Lucky. Aurais-tu réussi à me communiquer par télépathie Lucky ? Ou est-ce moi qui commence à entendre des voix et voir des fantômes ? commence-t-il à paniquer.
Non, je ne deviendrai pas parano, jamais ! Cela m'est interdit, se dit Oméga dans sa tête, en continuant d'avancer, dans une agonie qu'il découvre pour la première fois.
3

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Geny Montel
Geny Montel · il y a
Cet épisode nous incite à réfléchir sur les facettes de l'esprit humain... Beaucoup de questionnements et un suspense à son comble !
·
Image de Moeun Touch
Moeun Touch · il y a
Je vois que vous ne faites rien à moitié Geny :), ça explique toutes lesrichesses et les beautés de vos textes. Je très honoré de votre intérêt à l'histoire de Oméga, Geny. Merci beaucoup.
·
Image de Geny Montel
Geny Montel · il y a
Avec plaisir, merci à vous !
·
Image de MissFree
MissFree · il y a
Les éléments de l'histoire sont vraiment bien mis en place et le récit bien étoffé. Ces deux derniers épisodes sont riches. On s'attend à tout moment à un retournement. J'espère bientôt pouvoir lire la suite des aventures d'Omega! :-)
·
Image de Moeun Touch
Moeun Touch · il y a
Merci beaucoup Miss, de votre intérêt et vos encouragements. J'espère ne pas vous décevoir pour la suite
·