Oméga 10 : le cimetière

il y a
8 min
24
lectures
4

Soyez les bienvenus dans mon multivers! Si le hasard vous guide jusqu'ici, peut-être trouveriez-vous quelque chose qui ne vous soit pas indifférent  [+]

Diwan est là, à la même place où il était la dernière fois qu'ils ont discuté ensemble au cimetière. Oméga s'approche doucement de lui, content que ce lieu semble devenir aussi un lieu de réflexion pour son concepteur.

+ C'est très beau n'est-ce pas professeur ?
- Oui, je comprends pourquoi tu aimes venir te recueillir ici Oméga, répond Diwan se retenant de le serrer dans ses bras, comme il l'aurait fait avec un fils perdu de vue depuis longtemps.
+ Vous saviez que je viendrai ici professeur ?
- Je l'espérais oui, mais je n'étais pas vraiment sûr. Je remercie le ciel que tu sois venu. Tu me manques Oméga, alors je viens moi aussi me recueillir ici, dans ce cimetière, pour me souvenir de toi. Et bien sûr, j'ai prié le Seigneur pour que tu sois encore en vie et que tu reviennes de temps en temps par ici. Et tu es là.
+ Vous m'aviez pourtant dit de vivre ma vie. Pourquoi vouloir me revoir aujourd'hui ? Seriez-vous venu ici tous les jours, à m'attendre ? enchaîne Oméga, attentif aux réponses de son créateur.
- J'y ai pensé mais je voulais aussi que tu vives ta vie, libre comme l'air et je le veux encore. J'ai besoin de savoir que tu ailles bien, et je prie tous les jours pour qu'il ne t'arrive rien.
+ Seriez-vous devenu croyant maintenant, professeur ?
- C'est vrai, on peut dire ça comme ça. Tu comprendras ce qu'est l'amour d'un père pour son fils, quand il a peur pour lui, il est prêt à tout, même à devenir croyant et prier Dieu en lequel il n'a jamais vraiment cru. Enfin j'espère que tu comprendras. Je ne saurais te l'expliquer, dit Diwan avec une petite tristesse qui n'échappe pas à Oméga.
+ Cela voudrait dire que je ne pourrais jamais comprendre certains sentiments que les humains ressentent, c'est ça professeur ?
- L'amour paternel, seul un père peut le comprendre. De l'amour naît une grande responsabilité qui oblige à faire beaucoup de sacrifices.
+ Je vois, c'est comme l'amour d'une mère pour son bébé, c'est très fort, confirme Oméga, prêt à parler de sa rencontre avec Hélène, Adrien.
- Oui, une mère est prête à tout pour ses enfants, même à se sacrifier. Un père c'est pareil, affirme Diwan, en regardant Oméga avec douceur et amour. Aurais-tu rencontré quelqu'un Oméga ? demande-t-il, attendant la suite de l'histoire. Raconte...
+ Oui, professeur. Elle s'appelle Hélène...

Oméga résume rapidement ses bons moments de joie et de rire avec Adrien et surtout avec Lisa, son caractère autoritaire spécial, la gentillesse d'Hélène, le visage angélique d'Adrien, son nouveau surnom "Jouet". Il a aussi parlé du message qu'il leur a laissé. Diwan le félicite pour cette initiative. Oméga veut clarifier un point important, au moment du dîner, lorsque Lisa lui parlait de croissance.

+ Vais-je grandir professeur, comme un enfant humain ?
- Peut-être mon petit, je l'espère. Si tu as réussi à manger la soupe, à l'apprécier, c'est que ton organisme s'est adapté. Je ne veux pas te donner de faux espoir, mais il y a de forte chance que tu grandisses, mais à ton rythme. La taille n'est pas importante. Ce qui est sûr, c'est que tu vas évoluer très vite Oméga, beaucoup plus vite que les humains, vers une très grande responsabilité, que l'homme n'aura jamais. Tu es un être unique Oméga, souviens-toi.
+ Un être professeur !? s'étonne Oméga, que le professeur le considère comme tel. Ne suis-je pas un robot, conçu pour vous protéger, vous servir et vous aider à résoudre certains de vos mystères ?
- Non, Oméga, tu es un être à part entière, je te l'ai déjà dit, confirme Diwan, pas du tout surpris que cette information ait été oubliée par Oméga. Tu le découvriras petit à petit.
+ Oui, mais je suis seul professeur, seul individu de mon espèce. Vivre seul toute son existence n'est pas la pire chose, professeur ?
- Non, Oméga. Tu n'es pas seul, il y a des humains, et puis il y a les autres espèces, qui vont aussi évoluer avec le temps, à leur rythme, autour de toi. Tu vas évoluer tellement vite que la solitude ne sera pas un calvaire pour toi. C'est vrai que nous les humains, on est fait pour vivre avec d'autres humains, mais il y en a certains qui préfèrent vivre isolés loin de la civilisation. De toute façon, en tant qu'individu, on est seul quelque part, même dans une soirée bondée d'amis. Tu es compréhensif et très réceptif Oméga, tu ne te sentiras pas différent des autres, tu verras. Et en plus tu adores communiquer, ce qui va beaucoup t'enrichir. Tu comprendras plus vite le monde et ses mystères, beaucoup plus vite que nous les humains. Peut-être même que tu inventeras ou découvriras des choses nouvelles que les humains ne pourront jamais réussir à le faire.
+ Est-ce que tout cela a été programmé, professeur ?
- Non, voyons Oméga! Pourquoi tu me demandes ça ? Tu n'es plus un robot, il n'y a aucun programme qui te contrôle de manière à deviner ce que tu vas dire ou faire. Tu es complètement libre et autonome, mais responsable. Il y a tellement de fonctions aléatoires qui se créent et qui s'exécutent dans ton cerveau que tu es aussi imprévisible qu'un être humain ou qu'une autre espèce. Tu n'es plus un robot, Oméga.
+ Que suis-je alors ? insiste Oméga.
- Une sorte d'extraterrestre bienfaisant et universellement responsable, si tu veux, si quelqu'un te le demande. Enfin bref, personne ne saurait te décrire d'une manière précise et satisfaisante.
+ Une fille de mon âge m'a justement traité d'extraterrestre, elle aurait raison alors ? dit Oméga en souriant. Elle s'appelle Yana.
- Oui, si tu veux, confirme Diwan en rendant le sourire. Je vois que tu as fait de belles rencontres, Oméga. C'est magnifique et c'est très bien, continue ! Je suis fier de toi. Je sais que tu ne pourras pas me raconter toutes tes rencontres mais méfie-toi de ceux qui tenteraient de te transformer, avec des idées bizarres. Que ce soit des humains, des livres, des vidéos ou tout ce qui peut encore communiquer d'une manière ou d'une autre, comme un vieux robot ayant été reprogrammé par exemple. Avec des idées, on peut te faire faire n'importe quoi, jusqu'à faire du mal aux autres voire te détruire toi-même. Quoiqu'il arrive tu dois rester toi. Tu ne dois pas changer, tu m'entends mon petit ?! insiste Diwan pour vérifier si l'information est encore incrustée dans ses algorithmes.
- Je sais, professeur, confirme Oméga en souriant légèrement, n'ayant pas l'intention de lui parler de Lucky, qui correspond pile poil à cette description du laveur de cerveau, et qui est sûrement entrain d'écouter leur conversation, quelque part.
+ Ce petit sourire signifie-t-il quelque chose Oméga ? demande Diwan en espérant plus de détails. Aurais-tu une anecdote à me raconter ? veut savoir Diwan.

Oméga réfléchit rapidement et raconte une curieuse rencontre avec un individu bizarre, la nuit où il a quitté la chambre de Lisa, pour se promener et découvrir la vie nocturne en ville.

+ Oui, professeur. L'autre nuit un homme solitaire me disait que la fin du monde est proche et que je devrais quitter la Terre, pour aller me trouver un autre refuge ailleurs, sur une autre planète. Il était ivre et drôle en même temps. Après, il m'a ordonné de lui acheter quelques bouteilles alcoolisées, parce qu'il était fauché. Comme je n'ai pas d'argent, il m'avait dit d'aller voler son copain quelques rues plus loin. Mais je ne l'ai pas fait car c'est pas bien de voler. Dites-moi, professeur, est-ce que des rencontres comme ça, je vais beaucoup en avoir ?
- Oui, malheureusement. Les humains sont complexes, et tu peux même dire bizarres. Je pense que tu as dû le remarquer. Chaque individu est si différent qu'on ne peut pas généraliser. On est des milliards, donc je te laisse imaginer tous les comportements que tu peux rencontrer. Mais est-ce que tu en as rencontré des agressifs ? demande Diwan pour entrer dans le vif du sujet, car avant tout il voudrait savoir si des idées conflictuelles ont émergé du cerveau de Oméga, ce qui lui est strictement interdit par des algorithmes puissants qui gèrent les lois inviolables.
+ Non, professeur, au contraire, ils m'apprennent tous plein de choses, rassure Oméga avec spontanéité. Il y en a même qui m'ont appris à me nettoyer mon derrière, lorsque j'ai fait caca. L'odeur est très désagréable, enfin vous le savez mieux que moi.
- C'est super, Oméga. Ton corps est entrain de se métamorphoser, grâce à ton ADN bionumérique. Tes circuits et tes organes biologiques vont fusionner et fonctionner ensemble comme s'ils étaient naturels, petit à petit. Je ne pensais pas que le processus pouvait s'accélérer aussi rapidement. Tu es sur la bonne voie Oméga, mieux que ce qu'on a imaginé.
+ Je suis ravi que vous soyez contents de moi, professeur. Jamais je ne vous décevrai, je ferai attention aux idées malveillantes qui pourraient me transformer, rassure Oméga.
- Oui, cela te protégera mon petit. C'est que comme ça que tu deviendras toi-même et sauras vraiment qui tu es et ce que tu es, conclut Diwan, avec une formule qui devrait orienter et garder son petit humanoïde sur la bonne voie.
+ Merci, professeur, de m'aider à comprendre ce que je suis.
- Allez, va mon petit. Je vais devoir aller me coucher, il se fait tard. Je suis fier de toi.
+ Je sais, les humains ont besoin d'une certaine dose de sommeil pour être en forme et avoir des idées claires. Au revoir professeur.
- Au revoir mon petit Oméga. Fais attention à toi, termine le professeur avec une sorte de regret, de devoir encore le laisser partir... Attends, Oméga!
+ Oui, professeur !?
- Laisse-moi te serrer dans mes bras.

Diwan serre son petit androïde dans les bras. Oméga est surpris mais content de ce geste d'amour. Serait-ce ça les petits gestes d'amour paternel ? se demande-t-il sans s'apercevoir que Diwan vient de dissimuler un nanocapteur qui se fond immediatement dans sa nuque.

- Tu vas terriblement me manquer, mon petit, dit Diwan en versant une larme discrète.
+ Je reviendrai ici de temps en temps, professeur, au coucher du soleil.
- Allez, va ! Va multiplier tes belles rencontres, et souviens-toi que tu as une grande responsabilité.
+ Oui, professeur. Au revoir.

Oméga s'éloigne sous le regard bienveillant de Diwan, qui quitte un peu plus tard les lieux à la fin du crépuscule.
Le champ est libre pour Lucky, de prendre la relève.
Il court doucement avec ses petites pattes derrière Oméga et commence à lui parler dès que le professeur s'éloigne.

L- Qu'est-ce que je t'avais dit ? Il veut que tu deviennes ce que lui et ses collègues veulent. Tu n'as aucune responsabilité.
+ On a tous des responsabilités, Lucky, toi aussi. Il veut que je devienne moi, ce que je devrais être par mon ADN. Il ne veut pas que je tourne mal. C'est pour ça que je dois me méfier, des êtres comme toi par exemple, hi hi hi.
L- Tu crois que c'est de l'éducation tous ces conseils c'est ça ? Sois sérieux.
+ Oui, c'est ça et je suis très sérieux. C'est comme Lisa et sa maman. Une bonne mère doit forcément sévir sinon les enfants font ce qu'ils veulent et grandissent sans valeur ni repère.
L- Ok, tu as marqué un point. J'ai oublié que ça ne sert à rien de discuter avec toi, parce que de temps en temps tu vas sortir des formules qui sortent de nulle part et qui vont d'emblée me faire taire. Tu as raison. Mais reste méfiant de ton professeur coco, les plus gentils peuvent avoir des intérêts plus grands, ce qui les rend plus patients. Je connais mieux que toi les humains. Tu es naïf pour un robot bourré de fonctionnalités.
+ Le professeur a dit que je ne suis plus un robot.
L- Oh pardon mon petit coco! Tu es une sorte d'extraterrestre bienveillant ! Ha ha ha... tu parles! Même une machine à café n'est pas aussi obéissant et crédule que toi. De temps en temps, elle déconne. Je me demande si je ne ferais pas mieux de discuter avec elle! râle le canoïde.
+ Ha ha ha! Ha ha ha !
L- Pourquoi tu ris comme un abruti, coco ? S'énerve Lucky.
+ Tu es trop marrant, hi hi hi. On dirait presque que t'es humain. Je t'imagine entrain de discuter avec une machine à café, et pourquoi pas avec un rocher. Ha ha ha! Yana a raison, tu es bizarre. Et tu voudrais que tout le monde soit comme toi, hi hi hi. Tu te sens seul parce que tout le monde est normal, hi hi hi.
L- C'est ça, moque-toi, avec ton rire de fille. Un jour, tu me supplieras pour que je t'apprenne plein de choses que tu connais pas. Et pourquoi tu ne m'as pas raconté cette rencontre avec ton ivrogne ? C'était avant de nous rencontrer Yana et moi, c'est ça ?
+ Oui. Tu t'entendrais bien avec lui, vous êtes bizarres tous les deux, ha ha ha. Toi, tu vois des fantômes et des esprits partout, et lui la fin du monde tout le temps, c'est n'importe quoi. À vous deux, vous pourriez créer une secte. Mais malheureusement, personne ne vous croira, ha ha ha.
L- Allez moque-toi, coco, mais sache qu'un jour tu me remercieras de t'inculquer la méfiance des humains quand tu comprendras à quel point ils peuvent être méchants.

Oméga ne dit rien, laissant le petit chien avoir les mots de la fin, sans lui donner forcément raison. Pour lui, les humains sont bons, et il doit les protéger, ainsi que les autres espèces, quitte à se sacrifier. C'est peut-être ça la responsabilité dont parlait son professeur. Elle était déjà conçue et imprimée dans ses circuits et dans son ADN au tout début de sa conception, il ne lui reste plus qu'à la découvrir et la comprendre, petit à petit.

Lucky doit rentrer, avant que Yana ne le cherche. Oméga profite pour aller voir Lisa, s'excuser et lui expliquer pourquoi il est parti sans être allé lui parler.
Il sait maintenant que s'il veut revoir son créateur, il lui suffit de jeter un oeil au cimetière, du coucher du soleil jusqu'au crépuscule.
Avant de quitter entièrement le cimetière, il y cueille quelques fleurs pour sa petite patronne Lisa, pour lui faire retrouver plus rapidement le sourire. De temps en temps, il jette un oeil sur la silhouette ambulante de Lucky, qui court au loin retrouver Yana.
4

Un petit mot pour l'auteur ? 4 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Geny Montel
Geny Montel · il y a
Aïe ! Petit Omega s'est fait piéger...
Image de Moeun Touch
Moeun Touch · il y a
Oui en effet,
je vois que rien ne vous échappe Geny, merci beaucoup pour votre lecture précieuse et attentive.

Image de Miss Free
Miss Free · il y a
Oméga n'a pas fini d'apprendre et d'évoluer en espérant qu'il ne rencontre pas trop d'obstacles sur sa route...
Image de Moeun Touch
Moeun Touch · il y a
Oui, pour l'instant.. merci Miss, merci beaucoup.

Vous aimerez aussi !