Nique l'air

il y a
1 min
207
lectures
190
Qualifié

Contemplatif qui aime la mer et les ressacs.

Image de Faites sourire - 2017
L’humeur au réveil fut au diapason du ciel azuréen pour Jean-Eudes de la Fléchère de Beauregard. Le reflet d’une ride inédite sur son visage dans un ruisselet en bordure de forêt, alors qu’il aérait son fidèle Affenpinscher Robert Louis Stevenson, avait fait germer en lui la résolution d’offrir un avenir à ce corps exceptionnel quoique visiblement ici ou là dévié de la pureté de sa ligne originale par les coups indélicats de la gradine du sculpteur Temps. Une demi-heure de gymnastique quotidienne allait désormais être le préalable à toute esquisse de journée.

Jean-Eudes s’affubla d’une tenue légère et chercha distraitement à mettre à ses pieds une paire de baskets légères lorsque soudain, il réalisa que ces dernières n’allaient être commercialisées que deux siècles plus tard et que par conséquent, il ne pouvait s’en servir dans son entreprise de rénovation.

Robert Louis Stevenson s’ébrouait cependant et semblait par l’entremise de ses mouvements saccadés railler l’inconséquence de son maître dont il était par ailleurs follement épris (sans anthropomorphisme aucun, il était aisé de déduire des tendances psychanalytiques très nettes de la fruste personnalité de Robert).

Les deux comparses partirent d’un grand éclat de rire carthartique qui devait les aider 15 minutes plus tard à l’instant précis où ils comprirent que leur existence même était anachronique et le fruit de l’imagination tortueuse d’un auteur un brin sadique.

En proie à des sentiments belliqueux envers leur bienfaiteur, ils s’emparèrent des baskets, que par pitié l’auteur avait in fine consenti à leur céder, les jetèrent violemment au travers du prisme de la conscience de ce dernier, qui, surpris, ne put réprimer une moue d’agacement. Les chaussures terminèrent leur sinistre course sur la plume bientôt brisée du créateur, contraignant la chute d’un récit en plein devenir.
190

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,