Musique de chambre

il y a
1 min
150
lectures
4
Finaliste
Jury
La nuit blanche a engendré une nuit d’encre, dans laquelle je me plonge avec délectation. Bill Evans caresse les touches de son piano et me susurre « Like somebody in love ». Assoupie, je sens mon homme venir s’étendre près de moi. Je glisse tout naturellement mes doigts sur son torse soyeux, inlassablement, et son irrésistible odeur mêlée au santal, entraîne mon visage vers ses paysages. Ma peau s’enflamme à son contact pour se fondre avec la sienne. Tourbillon des corps exhalant, enveloppant, enivrant. Je descends tout doucement vers son ventre et enroule ma langue autour de son sexe dressé, assoiffé. Prosternée devant son vit et en position impie, plus rien n’existe que mes sens surexcités. Je bats la mesure avec ma bouche et mes fesses, envahies par une soudaine chaleur au son de « The two lonely people ».Tiens, d’où viennent ces frappes sur mon derrière ? Accueillies, rêvées, désirées, encouragées... De mains rugueuses, inconnues ? Un frisson irradie mes tétons. Ne pas penser, seulement sentir, ressentir. Sentir que ces mains saisissent fermement mes hanches et qu’un second sexe vient ondoyer sur mon dos. Dilatation du temps, de l’espace et des sensations. Une mesure à deux temps, à trois temps, à quatre temps, donnée par une baguette charnelle et enchantée. Et alors que je goûte à toutes les saveurs du sexe de mon aimé, je sens se faufiler subrepticement en moi ce sexe inexploré. Comblée par tant de désir, je laisse ces mouvements saccadés venir aiguiser mon plaisir jusqu’alors défendu. Le trio continue à jouer pour mon plus grand bonheur et entame « Waltz for Debbie ». Je ne suis plus que jouissance, vibrations, extase. Quand, sur mon ventre, je perçois une étonnante douceur légèrement humide me chatouillant. Une nouvelle odeur, vanillée, me distrait un instant jusqu'au choc de mes seins tendus sur d’autres mamelons. Passé la surprise, le plaisir redouble, perdant tout contrôle. Très habilement des lèvres féminines viennent embrasser mon petit bouton érectile. Je sens alors les ondes du plaisir m’envahir jusqu’à pousser un long cri... qui réveille mon amoureux. Il me prend aussitôt dans ses bras pour me sauver, pense-t-il, des griffes de la nuit. Vite, blottie contre lui, je me rendors, sourire béat, bercée par le merveilleux « Peace piece ».

4
4

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Superbe et agréable à écouter ! Bravo ! Mon vote ! Vous avez voté
une première fois pour “Soleil automnal” qui est en Finale. Merci de
revenir confirmer votre soutien si vous l’aimez toujours ! Bonne soirée !

Image de Eihpos
Eihpos · il y a
Musique de chambre s'écoute, se lit, se boit...comme du p'tit lait!

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

La Terrasse

Hermann Sboniek

C’est une terrasse en bois au-dessus de la jungle Birmane. Elle ceinture une maison construite à flanc de colline. Sa partie la plus large semble posée sur des frangipaniers en fleurs. Puis le... [+]


Nouvelles

La Bretagne

Wynn

15 août 1606, Combrit, Bretagne, dans un champ de blé
La terre est lourde, le soleil cogne contre sa nuque. Encore et toujours, inlassablement, dans cet immense champ. C’est... [+]