Moyen

il y a
2 min
2
lectures
0
Ma tante Elodie disait que j’étais moyen. C’était souvent lors des réunions de famille où l’on prenait deux minutes pour évoquer les résultats scolaires des enfants.
Paul ? il est moyen, disait-elle.
Et l’on passait à autre chose.
Moyen, que dire de quelqu’un qui est moyen ? Rien ! Moyen, voilà tout.
Le bon, comme mon frère ainé Louis, il y a de quoi polémiquer. Louis était le meilleur de sa classe. Louis avait obtenu le tableau d’honneur. Louis envisageait une carrière d’Avocat. Ma tante, Elodie, était intarissable, fière de cet enfant le premier de la fratrie dont elle avait participé à l’éducation. Moyen, j’étais le second, donc moyen. A croire que l’ordre établi l’avait été même avant ma conception. Moyen, la place me convenait tout à fait. Je n’aurais pas supporté cette place de premier, se retrouvant inlassablement au centre des conversations. Moyen, j’étais celui dont on ne parlait pas ou peu. Moyen, moyen en tout. En sport, je n’étais jamais le dernier à la course, mais pas le premier non plus. Le premier, il a les éloges, les lumières, le feu des projecteurs. Et le dernier, idem, il subit les moqueries, on parle autant de lui que du premier. Les moyens, c’est comme s’ils n’avaient pas participé à la course, on n’en parle jamais ! Moyen, moyen en tout. Je ne causais aucun souci, même dans la maladie. Très peu malade ou malade très discret. Dieu sait si la maladie était au centre des conversations dans notre famille ! La maladie était au centre de notre vie. Maman était malade, je l’avais toujours connu malade. C’est pour cela que la tante Elodie vivait avec nous. Moyen, je me faisais aussi discret que possible, je ne voulais causer aucun souci, c’était une place tellement confortable et tellement confortable pour ma famille. Jeannot, était le dernier de la fratrie, le petit dernier inespéré. On se demandait même comment il avait pu être conçu. Le dernier, souffreteux, qui était le centre de toutes les attentions. Maman épuisée lors de l’accouchement avait eu les plus grandes difficultés à le mettre au monde. Il était souvent malade, lui- aussi, pas comme maman, mais suffisamment et régulièrement pour attirer l’attention sur lui. Et cela me convenait à merveille. Jeannot était le dernier, et le dernier en tout. Ratant la classe régulièrement ses résultats scolaires s’en ressentaient. Il était le dernier de la fratrie et le dernier de sa classe.
Ouf, l’ordre était bien établi !
Moyen, quel régal d’occuper cette place équilibrée. Pourtant, un jour, ayant relâché mon attention, j’obtenais trois bonnes notes, en mathématique, français et histoire. Trois bonnes notes, les meilleurs de la classe. C’était lors du Bac blanc, Je ne sais comment cela avait pu se produire, un excès de révision, des sujets m’ayant passionné en histoire et en français.
La catastrophe, la destruction de l’ordre établi. La remise des copies fut douloureuse, les enseignants n’en tarissaient pas d’éloges. « Vous voyez Paul, quand vous le voulez ; Si vous faites idem à l’examen, c’est la mention Bien assurée ! » La mention ! Et Bien en plus, il n’en était pas question, Louis avait péniblement obtenu l’année précédente la mention passable, il était hors de question que je le devance. Tout l’équilibre familial en serait remis en cause. Moyen, il faut rester moyen. Et je redoublais d’effort pour regagner cette place. Je redoutais, cependant, l’arrivé du dernier bulletin. Mais, je réussis à subtiliser celui-ci dans la boite aux lettres. A cause de cette erreur, j’avais même obtenu les félicitations du conseil de classe. Nous avions frôlé la catastrophe ! Ma tante Elodie, s’inquiéta un temps de la non réception de ce bulletin. Inquiétude vite effacée par les résultats de Louis aux derniers partiels qui étaient excellents, il venait d’avoir sa première année de droit. Et comme j’étais Moyen, ce dernier trimestre ne pouvait-être qu’identique aux précédents.
Ma place de Moyen était sauve.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !