Mon créateur

il y a
2 min
267
lectures
16
Finaliste
Jury
Le crissement des roues sur les rails me tire mesquinement de mon sommeil. Le train exerce un soubresaut et une voix de femme retentit autour de moi.

« Vous êtes arrivés à destination. »

Je rassemble mes affaires et me hâte de sortir de la gare de Seattle. La douce brise de la nuit me caresse le visage. Mon nez est chatouillé par une faible bourrasque d'air. Je m'enivre de l'odeur de la peinture fraiche. Tout en respirant l'air frais, j'attache mes cheveux en queue de cheval. Je tends l'oreille pour entendre le bruit de la circulation et des Klaxons au loin. Le parking est plongé dans la pénombre, excepté quelques lampadaires à la lumière intermittente. Comme toujours, je me dirige vers la maison de ma grand-mère. Je marche d'un pas vif dans les rues commerçantes. Elles grouillent de gens saouls ou de touristes. Après de longues minutes, j'arrive dans la ruelle sombre et humide qui mène à la grande avenue. L'odeur de moisissure m'assaillit. Je laisse échapper une grimace sur mon visage. Les bars sont fermés à mon grand étonnement. Nous sommes vendredis. Ils devraient être ouverts. Quelque chose ne va pas. Je sens un danger imminent. Je peux entendre sa respiration. Un frisson me parcours du bas du dos jusqu'à la nuque. Les poils de mes bras se hérissent. Je tremble presque. J'aimerais courir mais je ne peux pas. Je reste bloquée au beau milieu de cette inquiétante ruelle. Je ne distingue que l'obscurité. Je me tiens immobile cherchant la moindre source de mouvement ou de danger. Un son régulier de gouttes d'eau qui s'écrase sur le sol rugueux résonne dans l'allée. Un bruit extérieur parvient à mes oreille. Des pas. Je prends soudainement peur. Je commence à courir quand je percute quelque chose d'extrêmement dur. Je suis propulsée sur le mur. Une forme humaine se déplace à toute vitesse vers moi. Ses pupilles rouges sang luisent dans l'ombre. La faim se lit dans ses yeux. Ils sont donc réels. Je vais être des leurs. Je vais être une vampire. Vampire, ce terme que je croyais être un mythe. Le buveur de sang fond sur moi. Ma vision se brouille peu à peu tandis que ses crocs perce une des veines de mon épaule. Je sens ma source vitale se vider. Puis, je tombe sur le sol rugueux et la lumière tamisée de la ruelle fait place au noir.

Je me réveille en sursaut. Mes vêtements trempés de sueur. Je me force à effacer ce cauchemar mais il subsiste. C'est une réalité. Ce cauchemar n'était qu'un flashback de ce qui s'est passé. Je me suis retrouvée dans une maison spacieuse mais inconnue à mon égard en plein milieu de la forêt du Tennessee. Je sens la soif prendre le dessus de mes émotions. Je sors de chez moi et m'enfonce alors dans les bois. Je ferme les yeux et respire une bouffée d'air en tentant de sentir des présences. Après quelques instants, je perçois une odeur animale. Une biche. Je la vois sautiller au-dessus des buissons avec une vitesse fulgurante. Une parfaite proie. Une énergie revigorante s'installe dans mon être. Mon instinct animal se réveille progressivement. Je m'élance dans les bois. Mon visage fend l'air. Je prends appuie sur un pied et me propulse dans les airs. Je vole dans les airs. Ma vue surplombe toutes la forêt, je distingue des masses rocheuses. Pendant quelques instants une sensation de légèreté transporte mon corps. Je ressens une certaine adrénaline. J'atterris délicatement. Je me poste derrière un arbre et regarde ma proie gambader entre les masses d'arbres. Je la scrute et au moment où elle baisse sa garde, je saute dans les airs. Mes crocs se dévoilent et j'enfonce mes canines dans sa chair tendre. J'abrège aussi vite que possible ses souffrances et me nourris suffisamment pour tenir plusieurs jours d'affilé. Je me relève vivement et une main glaciale se pose sur mon épaule. Je me retourne brusquement. Un homme aux cheveux noirs mi-long et aux pupilles rouges se tient devant moi. Sa peau laiteuse s'étire légèrement tandis qu'il sourit. Il porte une grande cape noire qui tombe sur ses pieds.

« Bonjour Bella. Heureux de te voir en si bonne santé. Mon nom est Aro. Ton créateur. »

16

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,