Mon avare de mari (partie 2)

il y a
7 min
10
lectures
0

Jeune ecrivaine Camerounaise passionné par la retransmission des faits sociaux et des réalités existentielles  [+]

#DadaStories #courtrécit
#MON_AVARE_DE_MARI #suite_et_fin

Corinne raconte...

Le lendemain Monsieur mon gars se réveilla ayant complètement oublié l’incident de la veille... Il était d'une politesse et d'une gentillesse bizarre... Le genre qui te pousse à te poser des questions... Heureusement j'avais déjà mon plan en tête et mon neveu Onana serait la pièce maîtresse de ce plan...

-chérie tu as bien dormi ? Tu as quoi comme ça au front ? Qui t’a fait ça ?

Que les hommes ont la mémoire courte.. Ils oublient vite Seigneur mais je me rappelais encore bien des échanges que j'ai vu dans son téléphone avec sa go du dehors... Et il était là à me regarder innocemment... j'avais décidé de ne plus me plier en quatre pour lui... Dorénavant j’allais me consacrer uniquement à l’éducation de mes enfants telle une veuve...

-c'est rien t'inquiète je me suis cognée sur la porte

-mince.. Vraiment chérie trouve moi 10000frs la s'il te plaît... Tu sais que tu es mon ministère des finances

(Tout flatteur vit au dépens de celui qui l’écoute mais Essomba m’avait déjà vacciné... Il me degoutait... Quand je pense que j’allais souvent emprunter de l’argent dans mes cotisations pour soi-disant le soutenir alors que probablement c'est sa maîtresse qui en profitait... J'ai mal au cœur)

-je n'ai rien désolée... Eh puis il est temps que tu apprennes aussi à apprêter tes enfants pour l’école...

-non c'est que... Aujourd'hui..

-quand tu as l’argent on ne te voit pas a la maison... C'est quand ça fini que tu reapparais

-weerh bébé

-Ryan! Dylan! Venez dire bonjour à papa !

Les deux petits avaient uriné au lit la veille... Ça me plaisait qu'ils viennent dans cet état monter sur les genoux de leur père... Qu'il sente aussi ce que ça fait...

-orh les enfants ci ont pissé !

-oui jète les à la poubelle nor... Voilà les enfants que tu me suppliais à genoux pour que je conçoive... Aujourd'hui tu fais comme s'ils n’existent pas...

Je suis sortie passer un coup de fil puis vu que c'était mon jour libre je suis allée derrière la maison faire la lessive non s'en avoir donné le déjeuner à mes enfants en cachette loin de leur avare de père...

Celle qui nous trahissait toujours c'était Fifi.. On dit essuie toi la bouche avant d'arriver au salon devant ton père.. Elle sort carrément avec l’huile du haricot et des beignets sur les mains et la bouche..

-Fifi !

-papa !

-viens ici ! Tu as mangé ?

-Hmm non

-n’est-ce pas ta mère a dit qu'il n’y a rien à manger

-oui

-et c'est quoi sur ta bouche ?

-papa c'est ma...

Heureusement que Papou mon sauveur était dans les parages...

Papou : papa elle était chez la voisine Maa Tere... C'est là-bas qu'elle a mangé...

Bijou : papa on a faim

Essomba : dégagez de ma vue avant que ma ceinture ne s’abatte sur vous !

Tout ça je suivais étant derrière la maison sans rien dire... Pour voir l’argent de mon mari il fallait aimer la boisson comme lui... Avant même je fouillais les poches de ses vêtements avant de les laver et je trouvais parfois quelques billets mais maintenant.. Plus rien massa !

Essomba ! Ou on l'a gâté ooo ! J'ai déjà prier pour cet homme à tel point que même un musulman ne me peut pas en matière de prière... Souvent je dis à Dieu que si c'est pas pour moi éloigne le de moi... C'est même en ce moment que monsieur arrête de sortir et reste cloîtré à la maison... la dernière fois que lui et moi avons parlé d’aller voir monsieur le maire était le jour où il avait porté les gallons... Tellement il était de bonne humeur... Après ça ein pfff dossier classé...

Intimité inexistante... Pour démarrer même au quart de tour cest un problème... Ejaculation précoce et Monsieur refuse de se soigner... J'ai moi peur des maladies... J'ai donc refuser qu'il me touche dorénavant.. Quand je ressasse tous ces souvenirs, j'ai un goût d’amertume dans la bouche on dirait l’aloès Vera... Je sais que je mérite mieux et que je dois partir d'ici... Oui... un jour... Mais il me faut assez d'argent... Beaucoup même... pour prendre un nouveau départ...

----dada-----dada-----dada-----dada-----Dada---

Deux semaines plus tard,

Essomba :allo bébé... Heheheh

Inna :oui mon cœur

Essomba :tu es où ? J'ai une surprise pour toi

Inna : je suis à l’amphi mais juste pour toi je peux laisser les cours d’aujourd’hui

Essomba : alors retrouvons nous chez toi dans ta minicité là

Essomba était comme ça devant la banque... Il venait de prendre un gros crédit... Et qui appelait-il !? Inna ! Malheureusement pour lui ou heureusement pour nous autres, quelqu'un le suivait...

Lorsqu'il prit le taxi cet individu prit une moto et se mit à le filer...

#DadaStories

-oooh mon cœur... Bisous.. ???

-salut mon bébé (lorsqu'il senti quelqu'un lui retirer son arme dans le dos).. Euh

-shhttt restez où vous êtes... Ne bougez pas

La personne avait le visage cagoulé et était vêtu tout de noir...

Pétrifiée de peur, Inna voulu crier...

Onana: tais toi... Ce n’est pas toi qui m’intéresse

Alors s'en suivit une vive bagarre entre Onana et Essomba ce qui donna la possibilité à Inna de s'enfuir... elle eu beau crier presque toute la cité était vide car les étudiants étaient en cours en ce moment de la journée.. Du coup personne ne s’intéressait à ses appels de détresse croyant que c'était deux de ses gars qui s'étaient tamponnés chez elle...

Heureusement que l’arme d’Essomba n’était pas chargé... Il avait beau forcé sur la main de son adversaire pour appuyer sur la gâchette mais rien n’y fit...
Finalement Onana assoma son beau sur la tête et lorsqu'il s’ecroula, le jeune profita pour lui fouiller les poches... Il retira une enveloppe kaki qui contenait une grosse liasse de billets... il fouilla également les tiroirs d’Inna et retira des bijoux, montres, des cartes de crédit, perruques et même son écran plat neuf qui sortait à peine du carton... Il emporta tout et fit un gros bond par la fenêtre de derrière après avoir passer l’écran plat à son acolyte... Ils demarrerent en trombe...

#DadaStories

Corinne avait fait ses sacs et ceux de ses enfants... Ils étaient tous habillés et attendaient au salon... Lorsque quelqu'un cogna... Papou en digne fils aîné alla ouvrir

Papou : Onana Onana ????

Onana : yes mon petit... J'étais à la chasse !

Corinne : (les larmes aux yeux) Onan...

Onana : la big ne cry pas...papa God est là.. Il voit tout.. Voilà les ways que je t'ai bring

Corinne était dépassé par ce que son neveu lui rapportait...

Onana : le studio de la petite la était meublé comme les ways de Coco Emilia... big rese (grande sœur) no pity! Ton man est mauvais tu ya nor!

Bilong : resse motive nous seulement pour le work qu'on a fait... C'était dur

En tout et pour tout, Onana et son ami avaient pu collecter plus de 700000frs en plus des accessoires beauté De Inna... Même les huiles corporelles et parfums de luxe (lancome, Gucci, Kenzo, Nina ricci, etc) ils ont récupéré...

Onana : on a vendu l’écran plat en business chaud chaud à 150000frs... On ne pouvait pas apporter ça ici

Corinne : c'est pas grave mes petits je vous remercie... gardez les 150000frs c'est votre récompense

Bilong : merci la done rese... Yess... Le coup a payé

Corinne : vous ne l’avez pas trop tapé j'espère ?

Onana : la bagarre était de taille, j'étais prêt avec mes coups... Je l’ai laissé couché chez sa copine là-bas

Bilong : rese faut partir.. Il va envoyer ses collègues à notre poursuite donc de grâce quittez d'ici

Onana : heureusement que j'ai shoa son Phone j'ai cassé la puce

Bilong : oui le diman derrière le lac là a buy ça un tour sans réfléchir

Onana : un mboutman

Bilong : ???? man on go

C'est ainsi que Corinne s'est enfuit avec son nouveau butin... Elle ne pouvait aller chez sa mère car Essomba irait la chercher là-bas... Une de ses amies qui vivait à Douala était prête à l’héberger en attendant qu'elle reçoive son attestation pour commencer à exercer dans la capitale économique...

#DadaStories

Dans le bus, avec ses cinq enfants, ils avait pris trois places : une place pour elle portant Ryan sur ses cuisses, une place pour Papou portant Dylan sur ses cuisses et une place où les deux sœurs Fifi et Bijou allaient se serrer...

Vu que c'était deux places face à face, il restait donc une place libre et, lors de l’embarquement des passagers, voilà donc un monsieur qui s’approche d'elle...

-excusez moi cette place est libre ?

Elle répondit sans lever les yeux : oui prenez place...

-vous allez en vacances avec les gosses ?

-(toujours en regardant hors de la fenêtre) réunion de famille...

-moi c'est Édouard... Édouard Bessengue

C'est à ce moment que ce nom fit un tic dans sa tête... Édouard... Édouard qui eeh.. Elle le regarda..

-mais je vous connaîs.. On était au lycée Engelbert De Mveng ensemble

-Corinne !? C'est toi ?!

-???mon intello d’Édouard.. Le rat de la bibliothèque alors c'est comment !?

-mais je te vois avec ta marmaille

-ah oui ein c'est ma force, ma raison d'être, mon pillier ces enfants...

-salut mes petits

-répondez même quand on vous salue

Les enfants regardaient juste cet homme raffiné en lunettes sans piper mot...

-alors ton petit ami de toujours... Essomba

-on a rompu

-dommage pour lui... Mais vois tu... Depuis le lycée tu me plaisais mais je ne savais comment l’exprimer et c'est toujours le cas

-j'en suis flattée.

-tu descend où ?

-chez une amie à Logbessou

-avec cinq gosses ? Je trouve que c'est un peu trop... surtout pour celle qui vous attend...

-jai pensé à cela aussi

-vu qu'elle t'attend déjà, honore son rendez-vous puis deux jours après je t'invite loger dans mon immeuble d’appartement meublés...

-faut pas te gêner

-je suis sérieux... Tu y seras plus à l'aise.. Je te réserve l’appart que je met souvent à la disposition des membres de ma famille donc tu n'auras pas à payer quoi que ce soit

-tout ça pour rien Édouard ?

-Corinne... Laisse moi prendre soin de toi

Fifi : (la pie) mama accepte nor !

-heu ferme ta bouche !

-ce n’est qu'une enfant Corinne

-oui mais elle bavarde trop..
Édouard voilà mon contact... Je te fais signe

-j’en serais ravi

#DadaStories

-Essomba sors de chez moi, donc ta surprise c'était d'amener les bandits m’agresser ?!

-non Inna je t'en supplie

-fou le camp je ne veux plus rien n’entendre... Dehors... Impuissant! Tu penses que ton cure dent que tu as entre les jambes me faisait quoi ? C'était l’argent qui m’intéressait ntumbap ! Dehors

-quoi ?! Moi qui croyais que tu m’aimais

-je sors avec un pétrolier maintenant.. Tu ne me sers plus a rien !!!

C'est ainsi qu’Essomba fut chasser de l’appart de Inna tel un malpropre... Il rentra chez lui tout triste et malheureux avec la tête qui faisait hyper mal vu le coup que lui avait porté Onana...

#DadaStories

Une fois à la maison. Tout était calme et vide...

-Corinne !!!

-...

-Papou! Bijou ! Fifi ! Ryan! DYLAN!

-...

Plus personne pour le répondre... La maison était laissée à elle même sans habitants... Essomba éclata en sanglots et pleura amèrement... La valeur de quelqu'un c'est lorsqu'elle n’est plus là qu'on la constate...

Quinze ans que Corinne avait supporté son type mais elle en avait eu ras le bol... C'en était de trop... Il fallait agir !

-Corinne je vais t'épouser ?????je t'aime Coco... J'aime mes enfants... Reviens ????

Les gens du quartier s'étaient regroupés chez Essomba pour sympathiser avec lui tandis que d'autres connaissant ce que Corinne traversait avec ce type s'en moquaient...

Trop tard Essomba... Il devint un plus grand ivrogne... Il n’avait plus de retenue.... Il dormait dans les caniveaux et urinait sur lui même...

C'est en ce moment que mama Marthe se mit à pleurer Corinne... Elle pleurait sa belle fille car elle même n’avait pas d'impact sur son fils... Cest en ce moment qu'elle se rendit compte de l’importance et du grand rôle que cette fille jouait dans la vie de son fils...

Essomba payait les conséquences de ses actes... Quelle déchéance !

#FIN

#DADASTORIES
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Gynoïde

Albanne Riboni

Mireille a toujours été laide.
Enfant, déjà, elle était différente. À l’âge des joues rebondies que l’on prend plaisir à croquer, Mireille affichait un visage triangulaire et anguleux... [+]