Mme Galaxy Samsung, fille de Balthazar et Premièreu Ministreu.

il y a
1 min
9
lectures
3

Charles Dubruel grand-père, passionné de littérature et particulièrement de Maupassant  [+]

Quatrième point de sa politique :

Je vends dare-dare
Et de toutes parts,
-C’est d’une simplicité biblique-
Les appartements de fonction
Des employés de la République,
Les locaux désertés par l’Administration,
Les musées nationaux, régionaux,
Départementaux, cantonaux,
Les châteaux du national patrimoine,
Et tous les bâtiments idoines.
Je cède au Vatican
Tous les Centres de pratiquants :
Cathédrales, monastères,
Chapelles, lieux de prières,
Ce, en vertu de la loi sur la
Séparation de l’Église et de l’État.
Je vends aux autres mystiques
Les temples, les synagogues,
Les mosquées et les gogues
Aseptiques.



Cinquième et dernier point

Sans tergiverser, sans ambages
Faut davantage,
Plus énergiquement,
Et plus rapidement
Récupérer les capitaux
Planqués dans les paradis fiscaux.

J’irai en Suisse mettre mon nez
Dans les comptes bancaires gratinés
Et faire des niches
Aux nababs qui trichent.

Je vais encore ruer dans les brancards !
Je n’aime pas les boss peinards.
Ceux qui disent à quoi bon réagir,
C’est la crise. Laissons pourrir.
Pourquoi entamer une reconversion,
Une diversification, une adaptation ?
Le personnel, on s’en balance.
On le balance ! Vive la haute finance !
Moi, fille de Balthazar,
Je vais tailler dare-dare
Dans le lard
Des lascars
Qui prennent leurs entreprises
Pour des marchandises
Achetées et vendues n’importe comment.
Je vais rappeler à ces minables businessmen,
À ces énergumènes infâmes
Que leurs sociétés étant des communautés
D’hommes et de femmes.
Doivent être correctement traitées.

Honte
Aux pontes
Bidons !
Leurs parachutes dorés
Me donnent des boutons.
En grande colère,
Je déclare la guerre
A ces parachutistes
Dont la réussite
S’est soldée par une déconfiture
...Dont d’ailleurs ils n’ont cure.

Quand ils ont fait capoter
Leur société, qu’ils ont tout fait rater,
Ils devraient se retirer discrètement.

Avant, c’était il y a bien longtemps,
Les patrons avaient pour objectifs :
Le bien-être de leurs effectifs,
L’excellence de la gestion
Et des résultats d’exception.
Eh oui, fallait que les affaires prospèrent.
Sinon grand ’ouvert
Était le portail de sortie
Sans un merci.
Sans un cadeau.
Carrière à l’eau.

Aujourd’hui, les big chiefs
Sont reconnus shérifs
S’ils savent licencier,
Délocaliser,
Enrichir leurs actionnaires
Et devenir milliardaire.
Alors, on les honore, on les décore.

Ils ne sont débarqués puis châtiés,
(Et encore !)
Que s’ils commettent un délit d’initié.

Malgré tout, hélas, ils rebondiront
Et recommenceront.
3

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Skimo
Skimo · il y a
De la politique à la Charlie hebdo. C'est plaisant.
Image de Duje
Duje · il y a
La loi prépondérante de l'argent roi aux détriments des kleenex !

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Rêves

Pingouin

DIMANCHE
Bleu strié de vert,
Un chien,
Faisant tintinnabuler ses boucles d'oreilles-flacons de parfum,
Dévale l'avenue sur ses pattes arrière,
Pensif il médite sur la proposition de... [+]