5
min

Miroir, mon beau miroir dis moi qui est le plus beau ce soir ?

Image de LaureneG

LaureneG

20 lectures

0

Après une période de no man’s land, je finis par recevoir dans mes messages, celui d’un jeune homme vraiment très beau. Si j’ai déjà des réserves à répondre aux messages qui viennent de personnes que je trouve un peu louches, répondre aux messages d’hommes trop beaux ne signifient rien de bon pour moi non plus. En règle général, je me dis qu’il se sont soit trompés de fille soit ce sont des amateurs de tableaux de chasse. Quoiqu’il en soit, vu que mes deux dernières tentatives ont été vaines pour ne pas dire désastreuses, je me dis qu’après tout, ça ne mange pas de pain.
Le type est cadre chez IBM (oui je sais fake profil à tous les coups) mais je continue à écrire. Loin de m’inventer un personnage pour paraitre un peu plus intelligente (cela m’est arrivée de me faire passer pour un cadre commercial), je continue de bavarder gentiment. Assez même très rapidement l’heure du premier rendez-vous a sonné. Etant donné que je n’ai plus rien à perdre, je me décide à y aller en « moi de tous les jours ». Cheveux lavés certes mais pas d’épilation, pas de jolie petite robe, niette !!! Jean, pull et ballerines, maquillée mais pas remaquillée


Finalement ce n’est pas que la troisième sera la bonne c’est que c’est jamais deux sans trois.
La photo du site était trait pour trait ce que j’ai trouvé à la sortie du métro poissonnière. Un type élégant, propre sur lui et terriblement attirant.
Et là je me dis waouh ! Si ce n’est pas lui l’homme de ma vie en tout cas sur le plan physique il lui ressemble vachement.
Soyons réalistes, sur le plan intellectuel ce n’est pas encore ça mais rien de trop grave encore. Je me dis qu’il ne faut pas que je me braque s’il ne connait pas Jane Austen.
En explorant d’autres sujets de conversation je me rends compte que oui incroyable, nous avons plus de points communs que je ne le pensais. Nous aimons tous les deux sortir. Certes lui plus dans les bars le soir où il y reste vers 3-4 heures du matin et moi plus dans les musées, restaurants, les balades mais nous aimons le grand air tous les deux. Nous adorons restés sous la couette, moi plus lorsqu’il pleut dehors ou qu’il fait trop froid et lui parce qu’il décuve. Mais surtout nous nous aimons tous les deux tels que nous sommes. En effet je m’aime bien comme je suis même si je devrais sérieusement songer à arrêter de m’empiffrer de McDo un peu trop souvent. Lui, ah si nous avions l’Elu un peu plus haut je me retrouvais désormais à la même table qu’Adonis. Je devais me sentir privilégiée vu le nombre de demandes sur le site qu’il avait dû décliner.
Il faut bien comprendre qu’il ne pouvait pas répondre à tous les messages et c’est presque un coup de chance qu’il ait vu le mien tellement il devait en recevoir par jour que dis-je par heure !

Il faut tout de même souligner le fait que depuis qu’il était tout jeune, sa mère, forcement sa mère, avait décelé qu’il serait très beau garçon et avait entreprit de l’inscrire comme modèle dans différents spots publicitaires. Si les petits garçons de son âge allaient jouer au football lui se coiffait et s’habillait pour aller prendre la pose devant un objectif. Si bien qu’il ne s’est pas fait que des amis au collège ni au lycée me confiât-il. On l’avait souvent jugé trop sévèrement à cause de la profession qu’il exerçait. Ses camarades le traitaient volontiers de « pédé » mais c’était parce qu’ils ne comprenaient pas encore ce que c’est vraiment de travailler. Enfin c’est vrai, lui du haut de ses 15 ans, qui vivait encore confortablement chez ses parents savait pertinemment comme la vie vous traitait mal sorti du collège. Il avait tout de suite compris l’enjeu qui se trouvait devant lui, il devait faire preuve de beaucoup de courage pour se lever chaque matin et aller se faire prendre en photo, contre quoi il obtenait des vêtements, souvent pour lesquels il posait.
Mais attention il ne se considérait pas comme quelqu’un d’important même s’il lui était arrivé de faire quelques campagnes pour Benetton ou Gap. Alors on l’avait regardé d’un autre air dans les castings. Oui il se sentait un peu plus supérieur par rapport à ses concurrents dans les salles d’attente. Il sentait une confiance émaner de lui comme de la sueur. Une odeur corporelle qui faisait fuir ses concurrents à toutes jambes. Certes il n’avait pas pu se concentrer beaucoup sur ses études. Il avait donné tellement d’énergie pour se construire un CV modèle qu’il en avait même oublié ses études. Il avait fini par rater son Bac mais il avait très bien compris pourquoi : les études ne lui convenaient pas. Donc le profil cadre chez IBM était bien un fake ? Oui mais uniquement parce qu’il s’était rendu compte que le titre de mannequin ne lui amenait que des filles moches.

Il avait décidé de s’envoler pour LA, prononcé « ellaye », pour parfaire son parcours de mannequin parce qu’il sentait qu’il pouvait percer comme mannequin surf. Le marché était en plein boum et les marques de surf cherchaient des profils de jeunes bruns, l’air cool et avec un regard qui ferait défaillir n’importe quelle fille, un profil exactement comme le sien.
C’est d’ailleurs ça qui l’avait attiré chez moi en regardant mes photos de profil. Le fait que j’ai des yeux bleus car c’est d’après lui ce qui définit une personne. Il éliminait d’office toutes les filles avec les yeux marrons car c’est beaucoup trop banal et entre nous c’est même un peu moche.
Dus-je lui rappeler que les siens étaient marrons aussi, il me répliqua d’un ton sec qu’ils n’étaient pas marrons cochons mais noisettes. On pouvait même y voir des reflets ambres et nacrés. Je fus subjuguée de voir que l’on pouvait distinguer tan de nuances dans d’aussi petits orifices.

Heureusement sa mère avait finalement insisté pour qu’il termine au moins le Bac. Obéissant comme il était, il avait retenté sa terminale et était sorti du lycée Bac en poche décroché de justesse.
Une fois sorti du lycée il avait commencé à enchainer quelques contrats pour des marques mais passer après Gap et Benetton était un coup dur. Il ne trouvait aucune marque assez bien. Il commençait à se faire exigeant car il connaissait sa valeur sur le marché et il l’entretenait. Ce corps d’athlète ne s’était pas fait tout seul : 2 heures d’entrainement sportif tous les jours au minimum accompagné d’un régime alimentaire très stricte : légumes, blanc de poulet et poisson, thés vert et muesli non sucré et dégraissé. Bien sur les protéines étaient autorisées mais hors de question de prendre des lipides. C’est vraiment que sur le coup je n’avais sans doute pas réalisé jusqu’à ce que je regarde mon verre de vin face à sa tasse de thé vert matcha.

D’ailleurs, s’il pouvait se permettre, le vin rouge n’aidait en rien ma complexion épidermique. Il avait très bien noté que j’avais rougi en arrivant et s’il pouvait me donner un conseil c’était d’arrêter tous les aliments et boissons de couleur rouge. Cela aller diminuer le rouge de mes rougeurs jusqu’à les diminuer complétement. Il avait une amie qui avait tester cette méthode pour un contrat qu’elle avait décroché avec Chanel et qu’elle ne pouvait pas refuser et cela avait fonctionné au bout de deux jours à peine. Désormais non seulement elle ne rougit plus du tout mais en plus elle a décroché un contrat d’exclusivité pour Elie Saab. Légèrement jaloux de son succès il avait rendez-vous avec elle dans la semaine pour lui demander son secret magique.

En d’autres termes, je devais m’estimer flattée d’être assise à la même table que lui et qu’il m’ait invité. Il n’avait pas eu beaucoup de créneau de libre cette semaine car il devait se préparer pour la Fashion week de Milan. Non il n’y allait pas mais il fallait se prépare psychologiquement pour l’effervescence que la sphère de la mode allait subir. Et sa mère dans tout ça ? Elle était immensément fière de lui évidemment. Elle avait toujours rêvé d’avoir un fils célèbre, c’était l’homme parfait pour n’importe quelle fille qui le mériterait c’est-à-dire aucune.
Il était beau, intelligent et terriblement gentil et attentionné. C’est fou ce que certaines qualités arrivent à bien se cacher parfois.

Après 2 heures d’exposé sur les bienfaits du mannequinat et ses effets bénéfiques sur la santé, le corps humain et la confiance en soi je me décide à braver les bonnes manières que mes chers parents m’ont enseignées et à couper court au carnage.
Je prétexte une envie pressante, à petite foulée me dirige vers les toilettes, en profite pour me passer de l’eau sur le visage et remonte. L’air angoissée et vraiment bouleversée je raconte avec une force de conviction que je ne me connaissais pas comment j’ai pu oublier mon rendez-vous chez le médecin. Il faut donc m’excuser parce que je dois partir sur le champ. Allez la bise et hop j’y vais.
Je n’ai jamais poussé un soupir de soulagement aussi libérateur que celui-là. Finalement oui les types trop beaux sont aussi craignos que les types trop moches.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Marie-aude Salomon
Marie-aude Salomon · il y a
Bravo Laurène, très agréable à lire, très belle chronique, continue !
·
Image de LaureneG
LaureneG · il y a
Merci c'est adorable
·