Matt, Emma tique !

il y a
1 min
152
lectures
3
Emma et Matthieu se voient tous les mois, dans le même bureau.
Lui doit faire des efforts surhumains pour empêcher ses yeux de sombrer dans le décolleté vertigineux. Elle ne semble pas avoir remarqué son attirance.
Lorsque le son de l'alarme retentit, il déclare avec assurance : « Ce n'est qu'une alerte, restons ici ».
Déjà debout, Emma s'arrête près de son siège.
« Vous avez raison. »
Sans réfléchir, Matthieu se lève, et prend sa main. Elle tremble légèrement. Il pose un index sous le menton, et les lèvres s'approchent, irrémédiablement aimantées. Les langues s'observent, se touchent, s'enroulent, mélangeant des goûts subtils. Les lèvres attendries trouvent des dents joueuses et mordantes.
Les mains de chacun glissent sur les vêtements, qui tombent un à un.
D'un mouvement de danseur, il l'invite à pivoter vers le mur.
Elle se tourne, et se cambre.
Il pose la main droite sur la nuque, les cheveux bouclés s'enroulent entre ses doigts. Il pose la main gauche sur la hanche. Et il avance, doucement. Lorsque leurs peaux entrent en contact, chacun tressaille.
Les deux sexes se touchent, se trouvent, s'attirent, s'embrassent et s'embrasent, en quelques secondes. Les nervures de la fleur, stimulées, délivrent des frissons chauds dans tout son corps.
Elle vient chercher le sexe, gourmande, pour mieux le sentir vibrer dans ses entrailles. Chaque va-et-vient est accompagné de soupirs maintenant. La main de l'homme descend le long de l'échine, griffant légèrement la douce peau.
Ses mains à elle, et son visage, sont en appui contre le mur, et sa peau rougit, à chaque assaut.
Le membre viril gonfle, jusqu'à explorer en elle, dans un orage de chaleur et de glace, qui se répand dans toutes ses cellules.
Elle a joui si fort que ses jambes se sont dérobées. Elle n'a gardé l'équilibre que par la force du désir de l'homme.
Essoufflés, rougis, ils ne bougent plus. Les corps ne se détachent pas l'un de l'autre. Il témoigne encore de son désir pour elle, et elle palpite de plaisir, autour de lui. Ils semblent illuminés, merveilleusement beaux dans l'accomplissement de l'amour.

3
3

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Clarissa Rivière
Clarissa Rivière · il y a
Très belle étreinte !

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

La Bretagne

Wynn

15 août 1606, Combrit, Bretagne, dans un champ de blé
La terre est lourde, le soleil cogne contre sa nuque. Encore et toujours, inlassablement, dans cet immense champ. C’est... [+]


Nouvelles

La dernière cigarette

Valoute Claro

II y a quinze ans, mon mari et moi prenions toujours une semaine de vacances au mois d’août. Depuis cinq ans, trois jours semblent nous suffire.
Cette année ce sera… une nuit.
Ça me va. Il me... [+]