Mat en cavale

il y a
4 min
127
lectures
8
Qualifié

Ecrire ? Un besoin impérieux. Ecrire ? Ecouter le vide se remplir et... Vous dites ?"Si on ne l'entend pas" ? Tendre l'oreille. Et suivre la plume...

Image de Très très courts
En cavale... Mat est en cavale... L'idée tourne dans ma tête alors que j'ai fait le mur y'a une heure...
Mat c'est moi. Maman voulait pas que j'mange une quatrième tranche de pain au Nutella avec mon chocolat c'matin. Elle m'a passé un d'ses savons ! A moins que ce soit à cause des fringues que j'ai laissé traîner partout. Ou de la BD que j'arrivais pas à quitter. J'déjeunais les yeux sur le livre, papa s'y est mis aussi. Y m'grondait pace que ça s'faisait pas de lire à table. Alors là j'me suis dis « Trop c'est trop ! ». J'ai donc fait le mur ce dimanche. La f'nêtre de ma chambre était ouverte. J'avais besoin de rêve.
Chuis un héros moi, super même. Bon, d'accord, la fenêtre de ma chambre est au rez de chaussée mais quand même, j'ai osé hein... Alors, à moi l'aventure ! J'ai mis mes baskets, j'y ai glissé ma plus belle paire d'ailes et hop je cours. Je vole. Le ciel est pas loin. Faut que j'vous dise, j'ai pas mal d'imagination. Et...j'ai une amoureuse ! Pour de vrai ! Je vous ai pas dit ? Au bord du lac hier, elle m'a pris la main et mon cœur de super zéro s'est mis à fondre comme du beurre. Du coup, j'ai des ailes et pas que sur mes baskets ! Pourvu qu'elle casse pas lundi matin, qu'elle choisisse pas de se mettre à côté de mon meilleur copain dans le car... Chuis pas très costaud pour le moment mais attendez que je grandisse un peu et vous verrez c'que vous verrez. Dans quelques années j'mettrai des lentilles et j'aurai plus d'appareil dentaire. Et puis papa y dit toujours « qu'la beauté ça s'mange pas en salade » alors... Vous voyez !
Là, j'ai arrêté de courir. Trop essoufflé. Mes ailes marchent plus... Presque arrivé en plus. Maman doit m'chercher...Vous savez où j'vais ? Au stade de foot. Non... pas pour faire du foot, j'aime bien aller là bas pour lire... Et j''y ai fait une sacrée découverte l'autre fois, au stade. Faut que j'vous raconte.
Y'a un ruisseau et, quand y'a pas d'eau j'me cache dans son lit pour bouquiner pénard. Y'a trois jours chsuis allé dans la buse donc (ça fait comme un petit tunnel) pace qu'il pleuvait et que j'voulais absolument finir mon chapitre avant de rentrer et, devinez ce qui s'est passé quand chuis passé de l'autre côté ? Vous allez pas me croire... Le décor avait changé ! J'étais plus au stade ! J'étais... dans une forêt !!! Des arbres, partout, des arbres...Mais, si j'vous jure... Et... non... mais... Vous allez m'dire « impossible »... Une fois remonté sur le terrain j'ai vu.... des cabanes dans ces arbres. Et aussi les petits êtres minuscules qui y habitaient... J'ai voulu nettoyer mes binocles, voir si je rêvais mais... j'avais plus de lunettes ! Un peu paniqué (chuis encore un petit super héro) j'ai passé ma langue sur mes dents et... Oh ! plus d'appareil dentaire non plus !!! Quand j'ai regardé mes pieds, les baskets avaient elles aussi disparues... Si, si. A la place, des bottillons pointus et à ma taille, une épée ! Une cape aux épaules. Là, j'ai commencé à transpirer sérieusement... Mais c'était que le début. Mes bras avaient doublé de volume, mon torse était plus fort aussi...
C'est là, qu'un petit personnage est descendu de sa maisonnette et m'a dit : « ah, tu es là. Tu as fais bon voyage ? Viens avec moi je dois te montrer quelque chose ». « Pardon c'est à moi qu'vous parlez ? » « Ben oui, tu crois que je parle tout seul ? » « heu non... J'arrive... ». Je devenais fou ou quoi ?
Il m'emmena en sautillant au pied d'un arbre, un géant, avec des belles feuilles vertes brillantes. A y voir de plus près, au creux du tronc y'avait un trou. Le lutin me d'manda de mettre ma main dedans. Au point où j'en étais ! Un, deux, trois. J'ai plongé mes cinq doigts au fond du bois sans respirer. Dans le creux de ma paume j'ai tout de suite senti quelque chose se glisser. Et j'ai sorti une petite poupée, jolie, souriante. Elle ressemblait à mon amoureuse en modèle réduit. Ma mini copine m'a dit doucement : « Bienvenue dans le monde merveilleux des enfants qui deviennent grands ».
« Heu... Oui... et... qu'est ce que j'fais là ? ». « Tu es dans l'Univers Magique. Si tu es ici, c'est que tu as peur de quelque chose ». Bombant le torse, j'lui ai dit « nan même pas vrai... » Mais déjà j'me dégonflais, comme toujours. « Enfin... J'ai p'tetre bien peur de quequ'chose... J'ai peur.. de...pas être.. un super héros. Un vrai costaud. Avec des pouvoirs. Magiques ». « Eh bien, cette forêt est un endroit unique où tu peux venir quand tu ne te sens pas encore assez grand et que tu as peur ou que tu es énervé contre la terre entière. Un monde dont tu es le héros. Ici, quoiqu'il arrive, tu es brave et courageux. Tu es déjà fort. Comme l'homme que tu sera plus tard. Avec nous tu peux vivre toutes les plus grandes aventures dont tu rêves pour apprendre à être grand. Jusqu'à ce que tu sois prêt à être adulte. C'est pas de la magie ça ? C'est pas déjà avoir un super pouvoir ? ». Là c'était trop pour moi, j'me suis précipité dans le lit du ruisseau, j'ai refait l'chemin à l'envers. D'un coup, le terrain a repris sa place, les cages de foot étaient là. Ouf ! la VRAIE vie. Je r'trouvais mon appareil dentaire, mes lunettes, décidé à rentrer à la maison...Ça c'était y'a une semaine. Depuis, j'avais presque oublié.
Mais ce matin, maman m'a énervé, j'ai pas bien dormi et j'ai peur aussi que ma cop's soit pas assez amoureuse. Alors voilà pourquoi chsuis en cavale. Voilà vers quoi je cours.
Il faut que j'y r'tourne. Prendre des forces. Vivre des trucs palpitants, merveilleux. Le temps de vous raconter ça ; chuis arrivé. Je glisse dans le ruisseau. Y'a toujours pas d'eau pas de pluie depuis des mois. Je traverse le tunnel. Hop... Si j'ai pas rêvé les aventures vont commencer. Maman doit vraiment me chercher maintenant. Chuis pas assez grand pour faire l'mur, je sais et je sais aussi que c'est pas bien mais... Si ma toute petite amoureuse avait raison, si elle est toujours dans l'tronc de l'arbre, je vais pouvoir apprendre tout ça. A être sage, à devenir fort. En vivant la magie...
8

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,