Magma

il y a
3 min
617
lectures
21
Qualifié

Parfois, quelques mots, quelques lignes vous accompagnent, vous encouragent une vie entière. J'espère que la petite musique de mes mots, elle, vous transportera quelques minutes.

Image de Grand Prix - Automne 2021
Image de Très très courts

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Les capteurs étaient depuis quelques jours en alerte. Les aiguilles oscillaient comme un métronome. Plutôt allegro que moderato.
Chaque jour, toutes les 2 heures, elle faisait état de tous les paramètres géophysiques et géologiques à l'Unité de Recherche du continent. Elle maintenait ce rythme comme une ascèse. Vigilance absolue. Tension optimale. Un mois, que face aux ordinateurs, elle décryptait les données des capteurs des bornes géodésiques qu'elle avait implantés sur le flanc est de l'Anakulitaava.
Deux siècles que l'île n'avait pas grondé. Deux siècles que les forces telluriques avaient retenu leurs colères loin des hommes. Des hommes, de toute façon, il ne restait plus rien ici. Comment survivre à une nuée ardente ?
Elle ravage tout, brûle tout. La coulée meurtrière avait tout emporté ou presque.
Laure se rappelait la fin tragique de ses amis, les Kraft, bien loin d'ici, au Japon, sur le Mont Unzen. Les Kraft étaient les plus passionnés, les plus brillants de ses collègues volcanologues. Unis par l'amour et les cratères en fusion. La peur ne les surprenait jamais. Et pourtant...
Elle avait sacrifié bien des choses pour sa passion. Pour mener une carrière, être reconnue, viser l'excellence. Elle n'avait pas été tendre avec elle-même. Beaucoup de discipline, d'austérité aussi. Son visage en témoignait. La rondeur de ses joues, sa jeunesse, s'étaient envolées. La dureté avait volé dans chaque ride ce que les rires y avaient jadis déposé. Les longues marches, sentir dans son corps les vibrations de ces terres volcaniques, avaient comme minéralisé chaque muscle.

Le temps a passé. Trop tard pour rêver d'une autre vie. Pas d'amant, pas d'enfant, peu d'amis. Tout avait trouvé exil ailleurs. Les recherches, les voyages ont, comme des sédiments, déposé en strates, un sentiment de solitude triste.
Plongée dans ses calculs, ses tableaux, ses expertises, ses explorations dans le vent froid de la nuit ou la moiteur du jour, l'abyssal retranchement à l'intérieur de cette île et d'elle-même la désagrégeait. Elle se désintégrait.

Le flanc de la montagne avait beau palpiter, son cœur à elle était en perdition. La seule humanité pouvant la réconforter encore, c'était Victor. Avec son hélicoptère, c'est lui qui lui apportait les vivres. En 6 mois, il avait souvent affronté les pires conditions pour ne jamais louper le ravitaillement du jeudi. Plusieurs fois, elle demandait qu'il renonce à l'approvisionnement à cause des vents trop violents ou des pluies diluviennes. Rien n'était jamais vital. Pour l'alimentaire, elle gérait bien son stock. Elle pouvait tenir plus d'une semaine. Cela pouvait juste devenir un problème, si elle rencontrait un souci informatique, un dysfonctionnement du matériel de mesure ou une panne avec le 4x4.
Elle le sait, elle le sent, Victor est un homme bon. Lumineux, généreux. De ceux qui se trouvent exactement à leur place. Il ne lutte contre rien. Il laisse la vie l'habiter, comme une rivière qui coule tantôt agitée, tantôt calme. Son sourire la réconforte. Elle ne l'a jamais vu s'en départir en sa présence.
Il reconnaît à Laure beaucoup de qualités : la ténacité, l'intelligence, l'endurance, et surtout le courage. Car il en faut, lui répète-il, pour rester seule ici. Sur cette terre assassine. La terre aux mille âmes parties en cendres.
Elle y pense souvent. Et comme pour se relier à ce monde perdu, elle préserve le seul bâtiment de l'île, vestige du temps d'avant l'apocalypse, d'avant le nuage de feu. C'est à se demander comment ces quelques murs tiennent encore debout. Elle en a fait son temple. Y convoque ses démons, ses peines, ce qu'elle garde en elle, toutes les tristesses, les joies, les exaltations, les peurs de chaque territoire traversé. Elle y espère encore aussi. Elle invoque les forces de la Terre, invisibles, mais si puissantes, vivantes, éternelles, qui font de chaque matin, un renouveau.
Comment avec le soleil, la lune, les étoiles, les océans, la mère Nature, comment les ténèbres pouvaient l'entraver encore ? Elle serait une Eurydice invaincue, victorieuse des mondes souterrains. Sur le chemin du retour vers la lumière, elle ne devait plus regarder en arrière. Plus jamais...
21

Un petit mot pour l'auteur ? 27 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
J'aime beaucoup ces deux vies complémentaires, qui se guettent, se surveillent. Deux vies en attente d'éruption. Laquelle cèdera la première et libèrera les forces qu'elle contient ?... Un bon texte. Je vote et m'abonne à votre page.
Image de Florence Charo
Florence Charo · il y a
Merci Patrick!
Image de Norsk Fra Norge
Norsk Fra Norge · il y a
J'aime beaucoup l'ambiance générale et le caractère bien trempé de l'héroïne. On imagine bien ce monde !
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
un joli texte d'actualité.
Image de Florence Charo
Florence Charo · il y a
Merci beaucoup !
Image de Daisy Reuse
Daisy Reuse · il y a
Un beau texte sur la solitude d'une scientifique et le magma intérieur qui coule en elle.
Image de Florence Charo
Florence Charo · il y a
Merci beaucoup !
Image de Anne K.G
Anne K.G · il y a
Le parallèle entre la vie de l'île et celle de la scientifique est vraiment bien trouvé et ne rend que plus vivace la solitude ressentie par le personnage. On ne peut que lui souhaiter une fin heureuse.
Image de Florence Charo
Florence Charo · il y a
Merci beaucoup! A chacun d'imaginer la suite des aventures de Laure sur cette île sans repos!
Image de Isabelle Arquès
Isabelle Arquès · il y a
Je voudrais la suite... c'est captivant. Très beau texte !
Image de Florence Charo
Florence Charo · il y a
Merci Isa! Tu sais que mes histoires restent ouvertes pour que chacun en imagine la suite... Un instant de vie et mille possibles !
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Beau texte sur la force destructrice et fascinante des éruptions volcaniques et les scientifiques qui les explorent (ici l’hommage au couple Krafft, disparu lors d’une éruption) . L’évocation de « Victor » est fugitive, il n’en est pas fait état après un petit paragraphe, piste non suivie. J’ai cherché le nom du volcan « l'Anakulitaava », c’est étrange que je ne l’aie pas trouvé sur Internet, avez-vous inventé ce nom ?
Merci pour ce bon moment de lecture évocatrice.

Image de Florence Charo
Florence Charo · il y a
Merci Fred ! Et, oui, le volcan Anakulitaava n'existe pas ! J'en ai inventé le nom!
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Bien joué 👍🤗
Image de Ivan Maurer
Ivan Maurer · il y a
Très beau texte, animé, vivant, rythmé, austère comme un combat déloyal contre les forces de la nature. Cette sélection en finale est amplement méritée. Bravo Florence !
Image de Florence Charo
Florence Charo · il y a
Merci Ivan de tes précieuses appréciations!
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Bien écrit mais je m'attendais à un texte plus explosif à cause du titre ♫
Image de Isabelle Robene
Isabelle Robene · il y a
Très bien écrit et évoque bien en quelques lignes le travail passionné , solitaire et rude du vulcanologue . Le magma en fait coule en profondeur à l’intérieur du personnage , et nous allons à sa rencontre .. bravo florence
Image de Florence Charo
Florence Charo · il y a
Merci Isabelle ! J'espère que j'aurais de nouveau l'occasion de marcher sur les pentes du Piton de La Fournaise
!

Vous aimerez aussi !