2
min

Madeleine trempée: partie 2.

Image de Vinvin

Vinvin

35 lectures

5

Le cours de théâtre se déroulait au sein d'une salle qui servait pour toute activité culturelle. Saint-Thomas avait beau être un établissement privé ,on sentait les limites de moyen; trois tables,une dizaine de chaises et un triste paravent noir qui prenait la poussière. Deux larges fenêtres de part et d'autre éclairaient l'ensemble, l'une d'elles donnait sur la cour intérieure et dominait deux bâtiments provisoires en algéco depuis un temps indéfinissable. Le premier vendredi fut pour l'essentiel consacré à nous présenter. Pour cette séance pas de traditionnel papier plié en trois avec son prénom dessus, ni de questionnaire plus ou moins intrusif à remplir. Non, il nous fallait nous présenter oralement,devant tout le monde. Du coup je ne me sentais plus aussi sûr de suivre toute une année deux heures de théâtre par semaine pour une hypothétique représentation de fin d'année. Je n'en étais pas là, je pouvais aussi bien lâcher l'affaire.

Nous étions neuf. Que des filles. J'étais le seul garçon. Parmi elles une fille de ma classe dont je remarquais seulement l'existence et qui donnait l'impression de se sentir de trop. Ses yeux bleus, ses longs cheveux blonds et éléctriques. Sa silhouette m'évoquait une branche de bois sur le point de casser.
Elle s'appelait Fabienne, s'exprimant en de courtes phrases ,sa voix trahissait quelque chose de forcée. Moi non plus je n'étais guère plus à l'aise et n'étais pas pressé de déballer mon peu de vécu face à tant d'inconnus.

Tout au long de la séance Constance resta à mes côtés,je dois avouer que sans elle je n'aurais pas donné suite. Elle se présenta juste avant moi, si bien que je me retrouvais avant-dernier pour me prêter à l'exercice.
Elle avait dix-sept ans, revenait de deux années dans un institut sur l'Agglomération. Elle avait grandit et passé une large partie de son enfance en Normandie et adorait l'équitation.
Sa voix était dégagée, son élocution claire. Je me sentais impressionné, tel un gamin dont la grande soeur serait un exemple et qui devrait fournir encore beaucoup d'effort.

Une dizaine de minutes agréables à écouter sans même parler du langage corporel. Ce corps qui n'en finissait pas de s'exprimer, déployait devant mes yeux son éventail de sensualité. Ces mains accompagnaient ses lèvres en toute harmonie.

Puis...ce fut mon tour. Je ne me rappelle guère de la qualité de ma prestation ,il me semble que ce ne fut pas si mauvais mais il n'est pas impossible que j'arrange quelque peu les choses. En tout cas je garde cette sensation particulière de sortir de moi et de m'entendre parler comme si je n'étais pas vraiment ce lycéen de terminale en train de se présenter et tenter de faire saisir aux autres combien il m'était important de participer à ce cours de théâtre.

Dix-neuf heure. Fin de cette première séance. Le soleil se cachait maintenant derrière les hauts bâtiments et la chaleur de la journée avait laissé place à une douceur enveloppante. Déjà officiellement l'automne. Hâtivement je prenais congé et quittais les lieux précipitamment. Mes jambes m'ordonnaient de rejoindre la rue. Les rues. Les parcs emplis d'une végétation aux odeurs chaudes. Les boutiques alignées des grandes artères. Un tout qui me procurait soudainement une immense sensation d'enthousiasme.
5

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Une deuxième jeune fille pour cet acteur en herbe…
·
Image de Eric Chomienne
Eric Chomienne · il y a
second épisode, vivement la suite
·
Image de Vinvin
Vinvin · il y a
Des suites ont été publiées...
·
Image de Vinvin
Vinvin · il y a
Oui j'écris en plusieurs parties
·
Image de Mary Benoist
Mary Benoist · il y a
C'est chouette.
·