5
min

Suzanne et Lucien

Image de Argan

Argan

56 lectures

6

C’est la rentrée des classes... Nous sommes le 1er septembre 2015. Lucien entre en classe de CM2. Il est terrorisé... Il vient juste d’emménager avec ses parents. Ils habitaient Paris. Son papa gendarme a été muté à la caserne Marguerite de Rennes. Il déteste cette ville... Il a perdu tous ses copains et sa sœur l’embête continuellement. Il pleure tous les soirs depuis qu’ils sont arrivés et aujourd’hui, c’est encore pire. Sa maman, Marie, l’a réveillé à 7h30 ce matin.
- Lucien, c’est l’heure ! Vive la rentrée !
- J’veux pas y aller maman... C’est trop naze !
Il met la tête sous ses couvertures et boude.
- Lucien... C’est le premier jour d’école et il ne faut pas arriver en retard... Tu vas te faire des amis dans cette nouvelle école. Tu verras demain tu seras très content d’y retourner !
- Tu m’as dit ça quand on est arrivé à Rennes maman ! Et j’ai horreur de cette ville et de cet appartement pourri !
- Lucien ! Ne parles pas comme ça ! Allez lève-toi et ne discute pas !
Lucien finit par sortir de son lit. Il se dirige vers les toilettes puis prend son petit déjeuner. Il ne parle pas quand sa sœur les saoule de paroles, lui et sa mère.
- Moi j’aimerai trop avoir un portable maman ! Mes copines en ont toutes un et c’est trop génial car j’aurai internet et Facebook ! Pitié maman ! Je t’aiderai à faire le ménage si tu veux ?
- Bois ton chocolat... On en reparlera dans deux ans avec ton père si tu veux...
- Quoi ?
Lucien a failli sourire.
Sarah a 12 ans, elle rentre en 5ème. C’est une pré-adolescente qui ne jure que par les fringues, le maquillage et les réseaux sociaux. Elle s’est même créée un compte Facebook chez sa copine Léa sans le dire à ses parents.
- Lucien, ça va ?
- Il est où papa ?
- Il est partie ce matin... Tu sais, il travaille tôt cette semaine.
- Cette semaine ? Il n’est jamais là pour nos rentrées... Mes copains à Paris me demandaient toujours si tu étais divorcée ou si mon père était mort...
- Lucien ! C’est terrible ce que tu dis !
- C’est pas moi qui le disais, ce sont les autres !
- Ton père travaille dur et...
- On connait la chanson maman ! Lucien a raison ! Ce n’est la peine de nous refaire le même couplet à chaque fois ! s’exclame Sarah.
Sarah quitte la cuisine, prend son sac et sort de la maison en claquant la porte pour prendre son bus.
Lucien reste seul avec sa mère dans un silence très pesant.
Marie est désemparée par la réaction de ses enfants, consciente de l’absence chronique de son mari pour les grands évènements familiaux.
Installé à l’arrière de la voiture, Lucien regarde la cime des arbres et les nuages qui volent dans le ciel bleu pâle. Il voudrait être ailleurs... Dans une forêt, à la mer, sur une montagne, sur un oiseau pour voler loin. Sa mère lui prodigue les dernières consignes qu’il n’écoute pas. Lucien se promet que quand il sera grand, il vivra en pleine nature, libre !
Marie n’a pas vu le camion Il passe de justesse à un centimètre de la voiture. Elle a freiné brusquement, Lucien a crié !
- Ça va mon grand ? Je suis désolé...
- C’est bon... J’ai eu peur Maman... On peut repartir car je vais être en retard à l’école.
Marie tremble de partout... Elle redémarre lentement.
Suzanne a les poings bien serrés dans les poches de son blouson. Tête baissée, elle jette des regards alentours dans la cour d’école. Elle est seule.
Ses cheveux bouclés, coupés courts au carré masque son visage. Ça l’arrange bien, elle a l’impression que personne ne peut la voir. Du bout de sa chaussure, elle fait rouler un minuscule caillou.
Les enfants pour la plupart se retrouvent en chahutant, certaines filles s’embrassent en parlant fort, heureuses de se retrouver après deux mois de vacances d’été. Les garçons se tapent dans la main et se poussent comme des idiots.
Suzanne voit arriver un jeune garçon. Il a l’air renfrogné et marche en regardant le bitume de la cour. Elle se reconnait en voyant cet élève et cela l’a fait sourire.
- Tu as un problème ?
- Non pour quoi ?
Lucien poursuit sa route et Suzanne est toute gênée de cette altercation. Elle a horreur de se donner en spectacle. Elle va se cacher sous le préau en attendant la sonnerie annonçant l’entrée en classe.
Une heure plus tard Suzanne est assise à une table. C’est drôle mais elle aime l’odeur de l’école. C’est un mélange subtil de crayons de couleurs, de colle, de poussière, et de désinfectant. Elle adore !
A sa gauche, la fenêtre qui donne sur la cour, des arbres, quelques jeux : cage à poule, panneau de basket, une marelle définitive sur le ciment. A sa droite, un garçon qui remue sans cesse. Il fait des mimiques de personnage de dessin animé, c’est marrant ! Suzanne cherche à qui il lui fait penser.
Monsieur Martineau écrit son nom au tableau et dispense les premières consignes.
- Chalut, comment tu t’appelles ? Moi ch’est Chacha, et toi ?
- Sid ! Tu me fais penser à Sid dans l’Âge de Glace !

- Silence dans la classe !

- Ch’connait pas ! Ché un héros ?
- Ouais, un super héros ! J’m’appelle Suzanne et toi ?
- Chacha !
- Cha quoi ? s’exclame Suzanne en pouffant de rire.
- Les deux là-bas ! Vous vous séparez ! Tenez mademoiselle, venez ici à côté de ce jeune homme très sage.

Suzanne se lève et elle sursaute en reconnaissant le garçon qui l’a humiliée dans la cour.

Lucien ne la regarde même pas quand elle s’assoit.
Suzanne est tendue et se pousse le plus loin possible de cet idiot.

Les élèves doivent remplir le document qui renseigne la profession des parents, ce que l’on aime faire de son temps libre, et le métier que l’on souhaite faire plus tard.
Suzanne ouvre sa trousse en regardant son voisin avec méfiance.
Suzanne Mandrin
Profession du père : Magicien
Profession de la mère : Acrobate dans un cirque
Ce que j’aime faire : Jouer au poker
Futur métier : Assistante sociale chez Carrefour
De son côté, Lucien remplit sa feuille...
Lucien Verquin
Profession du père : absent
Profession de la mère : dépassée
Ce que j’aime faire : glander
Futur métier : chômeur
- Au fait Mademoiselle, quel est votre prénom s’il vous plaît ?
- Suzanne, Monsieur...
- Merci ! Suzanne, pouvez ramasser les feuilles de vos camarades ?
- Bien Monsieur Martineau...
Elle se lève. Lucien fait tomber sa fiche en la tendant à Suzanne. Elle se penche pour la ramasser mais Lucien, regrettant ses bêtises, se penche brutalement pour la récupérer. Ils se percutent et s’étalent de tous leur long dans la classe. Un éclat de rire général s’en suit !
Monsieur Martineau sourit mais considère que la plaisanterie a assez durée et demande à un autre élève de relever les fiches.
- Sacha ! A votre tour !
- Oui, Monchieu !
Dans la bousculade Lucien et Suzanne ont inversé leur fiche.
Ils se rendent compte de leur maladresse mais jettent un œil curieux sur la fiche de l’autre... Dans la classe, c’est le brouhaha.
- C’est vrai que ton père est magicien ?
- Ben ouais ! Enfin, j’aurai bien aimé mais je ne l’ai jamais connu... Mes parents m’ont abandonné à la naissance. Je suis dans une famille d’accueil depuis ma naissance... J’imagine ce qu’ils pourraient être. Chaque année je leur donne de profession que j’aime bien ! Dompteur, Roi, marchande de livre, Chocolatier, romancier... Et toi, ton père est mort ?
- Non... Il est flic...
- Flic ! Les boules !
- Ben ouais... Mais j’le vois jamais... Je crois qu’il n’est jamais venu dans une de mes écoles.
- Ah bon ? Enfin, il ne perd pas grand-chose !
- Si... Il perd des souvenirs... Je ne me souviens plus depuis quand on n’a pas joué ensemble tu sais...
-Tu sais...
- Lucien, je m’appelle Lucien...
- C’est joli Lucien... Tu sais Lucien, moi j’aurai bien aimé que mon père ne vienne pas m’accompagner à l’école mais je ne supporterais pas qu’il m’ignore... J’ai jamais eu d’amour... J’ai jamais dit papa, ni maman... Il paraît que les prisons sont remplies de gosses de l’Aide Sociale à l’Enfance... Moi, J’ai pas envie de finir dans un trou noir... Tu devrais lui dire à ton père. Il comprendrait j’en suis sûr. J’ai l’impression qu’on se connait depuis toujours ! J’te raconte ma vie !
- Suzanne... Je te remercie...
- C’est la première fois que je parle de ma vie sans mentir... Ça fait drôle !
- Oui Suzanne... Moi, c’est la première fois depuis ce matin que j’ai envie de vivre ici... Tu sais, c’est tellement beau dans le ciel... Tu m’apprendras des tours de magie ?
- Ouais, je t’apprendrai à jouer au poker aussi, Lucien... Tu verras, c’est génial !
- Cool... Je vais peut-être rester encore alors...
- Rester où ?
- Ben sur terre !
La cloche sonne la récréation. Lucien et Suzanne se donne la main pour sortir... Deux petites boules de papier traînent sous une table d’écolier.

6

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Des souvenirs remontent à la surface grâce à l'histoire de ces deux enfants qui joignent leur solitude.
Image de Rejane
Rejane · il y a
toujours plein d'émotion, quel que soit le sujet.
Image de Argan
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
C'est mignon tout plein ! Mon vote.
Image de Argan
Argan · il y a
Merci Dolotarasse ! Tiens j'ai un nouveau projet ? http://www.gwen-le-tallec.fr/la-grande-guerre-un-roman-jeunesse Argan
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
Lu ! Tu me diras si tu postes une suite. Bien aimé. Belle journée.
Image de Argan
Argan · il y a
Ok avec plaisir ! Merci ! Argan
Image de Maud Garnier
Maud Garnier · il y a
Ah toujours de l'émotion, Argan !... et des personnages cabossés par la vie... c'est toi le magicien... avec tes mots tu nous fais voyager, et tu sais nous montrer les failles et les forces des gens simples, comme personne d'autre !.... j'aime te lire.... et j'aime quant tes personnages ne meurt pas !....;-) . A te lire, encore et encore.... tiens, j'ai un nouveau texte en publication libre, il s'appelle "esses" une coquinerie que je me suis amusée à écrire ! si le cœur t'en dit !.... ;-)
Image de Argan
Argan · il y a
Avec plaisir Maud ! Argan

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

NOUVELLES

Je prends un troisième ris dans la grand-voile après avoir hissé mon tourmentin à l’avant. Il semble bien ridicule sur ce grand voilier de 16 mètres tout en bois vernis, flamboyant. C’est ma ...