Image de Alain Derenne

Alain Derenne

17 lectures

2

Tiens, pour changer un peu, un petit voyage dans l'Algérie chéri par nos
peintres orientalistes, peintres que j'adore, alors à mes pinceaux euh !!!
non, mon clavier devrais-je dire.
D'ordinaire à sec, ils le sont souvent me direz-vous, l'oued grossit ce jour-là,
par les premières pluies de l'automne, il courrait vite, avec même des
allures de torrent.
Sur la rive, un chemin romain, dépavé en partie et semé de lentisque pistachier *
ce chemin escaladait les premiers échelons qui conduisaient à la Bouzaréah,
petite commune, à l'ouest au-dessus d'Alger.
Je gravissais donc (c'est une image, je n'y suis pas allé) l'antique voie lorsque
mon attention fut attirée par des rires mêlés de petits cris et qui partaient du
ruisseau, je me retournai, et là, une petite caravane, composées de deux mules
portant chacune une femme assise à la turque, sur un large bât franchissait le
ruisseau, derrière elles, un nègre allant et venant, de l'eau jusqu'à mi-jambe
fouettait les bêtes hésitantes, le passage du gué ne s'était pas fait sans
éclaboussures et quelques gouttes d'eau avaient même jailli jusqu'aux bas des
pantalons bouffants des femmes, de là, l'explosion d'hilarité qui avait frappé
mes oreilles...
Les mules venaient de retrouver un sol ferme, et les deux femmes silencieuses,
sur leur dos juchés passèrent près de moi, et comme nous le savons, toute
femme possède en elle un atout majeur, la coquetterie, la plus jeune des deux
trouva le moyen sous prétexte de mieux l'assujettir, d'écarter un instant, le voile
qui lui cachait le front et les tempes, le reste de son visage restant masqué.
Ses yeux, ses yeux noirs comme les ailes du corbeau, ses yeux noirs dont je
n'avais entraperçu une seconde avant, que le reflet du soleil sur le blanc de
ceux-ci, m'apparurent immenses et d'un éclat merveilleux, les sourcils,
superbes, se rejoignaient, soudés au-dessus du nez par une ligne de Khôl, sur
son front, tombaient une mèche de cheveux d'un blond ardent, chose rare chez
une Mauresque.
Je fus ébloui, mais déjà, les mules avaient escaladé la pente et passaient
maintenant sous un arc verdoyant que formaient les fameuses lentisques, puis
elles disparurent soudain à mes yeux dans l'azur, qui plus haut, faisait comme
une trouée dans l'espace.
Le joli tableau...Il resta longtemps gravé sur ma rétine, dans mon esprit, vingt
trente fois, je voulus le fixer sur une toile, la vision entière de ses deux femmes
traversant la petite rivière, l'une impassible et mystérieuse et l'autre, livrant en
un instant fugace, toute la poésie de sa beauté, les mules attentives à la pose de
leurs sabots sur des galets glissants et la fuite du chemin vers le ciel...
Je ne voyais que le visage de la jeune inconnue, le reste pour moi, n'était que
flou et entièrement éclipsé...
Faire ce portrait, celui de cette jeune musulmane entrevue sur la voie romaine
devint pour moi une obsession, mon désir s'irritait déjà devant la présence des
difficultés que représentait sa réalisation, je ne pouvais pas aller frapper à la porte
de sa famille, car ce serait une folie sachant combien est rigoureuse la loi qui
n'autorise l'entrée dans un harem, qu'à l'époux, le seigneur ou le maître...
Enfin, je m'emballe, elle ne vivait pas dans un harem, ses parents étaient de
braves gens, simple, ayant juste une petite fortune que leur procuraient quelques
acres d'orangers, alors ils acceptèrent que je fasse un tableau, un portrait de
leur fille, le temps passa, plus longs que je ne l'imaginais, nous apprîmes à nous
connaître, puis un beau jour ne pouvant plus résister, je demandais à mes hôtes
la main de leur fille, j'étais face à une personne d'une beauté rare, d'une éducation
parfaite, ma femme aujourd'hui, qui continue de porter fièrement ses pantalons
bouffants, elle est exquise ainsi, c'est la grâce et le charme...
C'est aussi la tendresse de ma vie...

* Lentisque pistachier, appelé aussi arbre à mastic, et dont on
peut tirer une huile essentielle, il pousse sous les climats
méditerranéens.

Thèmes

Image de Nouvelles
2

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Loodmer
Loodmer · il y a
En panne de superlatifs, je me rallie au commentaire de Sylvie
·
Image de Alain Derenne
Alain Derenne · il y a
Merci du passage Loodmer, bonne fin de journée
·
Image de Sylvie Franceus
Sylvie Franceus · il y a
Peintre, poète et amoureux. C'est beau. C'est une toile vivante qui dit tes émotions et que je sens aussi.
Merci Alain

·
Image de Alain Derenne
Alain Derenne · il y a
Merci à ma petite lectrice favorite...
·