4
min

L'Ombre

Image de Blandine_lt

Blandine_lt

219 lectures

68

Qualifié

Dans la pénombre de la ruelle, la jeune fille se relève. Elle tremble, son corps lui fait mal et son maquillage a coulé. Sa respiration est saccadée, sa tête remplie d’images et pour elle, le monde semble s’être arrêté de tourner. Elle est brisée jusqu’au plus profond de son être, son âme s’est envolée, laissant son corps errer sans but. Si vous l’aviez connue quelques années auparavant, cette jeune fille représentait la joie, le bonheur, le pardon. Mais aujourd’hui, elle n’est plus que l’ombre d’elle-même...

Ce qu’il s’est passé dans cette ruelle, vous ne le saurez jamais. Personne ne le saura jamais. Elle a arrêté de parler il y a bien longtemps. Son corps et ses cicatrices parlent pour elle-même. Avez-vous remarqué ? De nouvelles plaies sont apparues le long de ses bras et de ses jambes... Hier soir encore, sa lame a incisé ses veines, laissant couler à flots son sang durant de longues minutes. Et elle était là, comme fascinée par ce rouge écarlate. Ce n’est que lorsqu’elle s’est sentie étourdie qu’elle a pansé ses plaies.

Je suis sûre que vous vous demandez, pourquoi ? Et comment ? Qu’est-ce qui a bien pu se passer pour qu’une jeune fille pleine de vie devienne le fantôme de cette ruelle ? C’est la vie tout simplement. La vie cruelle et dure. La vie et son injustice, sa solitude, son malheur. La vie qui ravage comme un cyclone et n’épargne personne, même les plus forts... Non, elle n’a jamais été spécialement malheureuse, ni seule, ni ravagée. Non, elle n’a pas connu la pauvreté, le rejet ou la perte d’un être cher. Elle n’a pas non plus subi d’attouchements, de viols, elle n’a pas été battue... Elle a vécu normalement.

Voilà ce que vous penserez, « Elle n’a aucune raison d’être malheureuse, elle ne fait ça que pour se rendre intéressante, il y a des personnes qui ont vécu des choses graves, bien pires qu’elle, et qui n’en sont pas là. » Vous la jugerez, vous la critiquerez, vous vous moquerez. Mais vous ne la connaissez pas. Vous ne savez pas ce qu’il s’est passé durant ces années de décadence, vous ne savez pas ce qu’il s’est passé la semaine dernière dans cette cour, vous ne savez pas ce qu’il s’est passé dans cette ruelle.

Regardez, elle a vu que vous l’observiez, elle a senti le jugement que vous étiez en train de lui porter. Elle s’en va maintenant. Elle va chercher un nouvel endroit où se cacher. Un endroit où personne ne la verra, personne ne l’entendra, personne ne la jugera... Elle sait ce que vous pensez, elle n’a pas besoin qu’on le lui dise. Elle sait qu’elle est bête, inutile, mal-aimée. Elle sait qu’elle est une erreur, qu’elle est nulle, qu’elle est quelqu’un qui ne vaut pas la peine d’être vu. Elle sait qu’elle ferait mieux de sauter du haut d’un pont, de se pendre au bout d’une poutre ou de s’intoxiquer avec des médicaments. Elle n’a pas besoin que vous lui disiez, elle le sait déjà.

Elle pleure, elle ne comprend pas ce qu’elle a fait pour mériter une telle méchanceté, un tel dédain, une telle solitude. Elle ne comprend pas ce qu’elle a fait pour mériter une telle vie. Elle avait pourtant de grands projets pour son futur. Elle voulait devenir artiste. Elle avait travaillé dur pour y arriver. Elle avait pris des cours de piano, de guitare, de chant... Elle avait du talent, puis, du jour au lendemain, elle a tout arrêté. Aujourd’hui, elle ne chante plus, elle n’a plus touché à une seule corde de guitare ni effleuré une seule touche de piano depuis des années. Si vous lui en parlez, elle vous dira qu’elle n’avait plus le temps, qu’elle devait se concentrer sur autre chose de plus important, de plus concret, quelque chose qui assurerait vraiment son futur. Mais la vérité, c’est que pour elle, elle n’avait aucun talent et ne réussirait jamais. Alors pourquoi continuer ?

Son futur ne l’intéresse plus. Elle n’en veut pas, elle n’en veut plus et de toute manière, elle n’en a pas. À quoi bon ? Pour continuer à être jugée, critiquée, moquée ? Non, elle ne veut pas de tout ça. Elle en a déjà eu assez. Elle ne veut plus souffrir, elle ne veut plus vivre. Elle a dépassé un stade duquel on ne revient pas. Un stade où plus rien n’est beau, où tout est gris, sans joie, sans amour, sans vie. Elle a dépassé ce stade où tout ce que l’on souhaite c’est en finir. En finir avec cette douleur lancinante, cette solitude étouffante, ce monde gris et sans espoir...

Elle s’est arrêtée de pleurer. Voyez-vous son regard vide ? Voyez-vous cette détermination nouvelle qui vient d’apparaître ? Voyez-vous son but au fond de ses yeux ? L’avez-vous compris ? Allez-vous l’en empêcher ? Si c’est le cas, il serait mieux que vous vous dépêchiez. Regardez, elle est déjà loin. Qu’attendez-vous pour la suivre ? Elle se dirige tout droit vers le pont. Savez-vous comment les gens d’ici l’appellent ? Le pont des suicidés. N’ayez pas cet air étonné et outré. Vous le savez aussi bien que moi, elle va en finir si vous ne l’arrêtez pas. Alors pourquoi est-ce que vous ne le faites pas ? Pourquoi est-ce que vous restez là, plantés à la regarder ? Pourquoi n’intervenez-vous pas ?

Elle est debout sur la rambarde maintenant. Il sera bientôt trop tard. Elle regarde une dernière fois autour d’elle, les lumières de la ville scintillent, la lune est pleine, les étoiles brillent, mais pas pour elle. Ses yeux se ferment, ce sont les dernières secondes de sa vie. Elle laisse le vent faire onduler ses cheveux et caresser sa peau une dernière fois. Elle écarte ses bras, elle a l’impression de voler, d’être légère, vivante, comme si elle avait enfin trouvé la paix. Alors, doucement, sous vos yeux, elle se laisse tomber dans le vide...

Si elle a de la chance, on retrouvera son corps dans quelques jours. Si non, on la cherchera quelques temps, puis elle finira oubliée, au fond du fleuve qui aura pris sa vie. Mais au fond, n’avait-elle pas déjà été oubliée ? N’était-ce pas comme si elle était déjà morte ? Vous l’avez vue comme je vous vois, mais vous ne l’avez-pas arrêtée pour autant. Elle n’était qu’une ombre parmi tant d’autres. Qu’une jeune fille malheureuse parmi tant d’autres. Qu’une suicidée de plus. En réalité, elle n’était rien. Une personne de passage. Rien d’autre. Et elle ne sera jamais plus qu’une personne de passage, restée moins longtemps que les autres...

Vous sentez-vous coupables de ne pas l’avoir arrêtée ? Non évidemment. Je ne suis pas étonnée. Ce n’est pas vous qui l’avez poussée au suicide. Vous n’avez rien fait, et c’est bien cela le problème. Vous n’avez rien fait. Vous l’avez laissée sauter du pont. Vous l’avez laissée mourir sans rien faire. Vous ne l’avez même pas regardée. Vous avez détourné le regard comme des lâches. Vous avez préféré fuir plutôt que d’affronter la réalité et de tenter quelque chose. Mais comment vous en vouloir ? Vous n’êtes que des humains après tout. Vous n’êtes pas parfaits. Vous n’avez pas de super-pouvoirs. Et vous comme moi, nous sommes de passage pour une durée plus ou moins longue.

Vous ne m’avez pas arrêtée ce soir-là. Mais je ne vous en veux pas. Vous ne pouviez pas me voir. J’étais déjà morte, j’étais un fantôme. Un fantôme qui cherchait seulement à trouver la paix, à enfin reposer là où il devait être. Où suis-je maintenant ? Je suis à la fois partout et nulle part. Je suis dans vos maisons, avec vos enfants, je suis dans le ciel aux côtés des étoiles et dans la mer, allongée me laissant porter par les flots. Je suis libre. Libre de faire ce que je veux, libre de vivre, libre d’être heureuse. La mort m’a libérée de mon ombre et à présent je ne suis que lumière. Votre lumière. Et j’espère qu’elle vous éclairera, même dans vos moments les plus sombres...

PRIX

Image de Automne 2018
68

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Lllia
Lllia · il y a
Un sujet grave. Un sujet vrai. Super bien traité. Mes félicitations ! Toutes mes voix !
Je participe à un concours de dessin, si vous souhaitez jeter un coup d'oeil : https://short-edition.com/fr/oeuvre/strips/victoire-weasley

·
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
Le sujet est difficile et l'écrire a sûrement été difficile . Il a fallu trouver les mots pour raconter les blessures invisibles . Votre texte laisse en nous une atroce souffrance .
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Une histoire très bien écrite et très bien construite, vous avez mes 5 voix!
Je vous invite également à découvrir ma dernière peinture: https://short-edition.com/fr/oeuvre/strips/dumbledores-tattoo-1

·
Image de Hervé Mazoyer
Hervé Mazoyer · il y a
Un mal être profond tenace difficile à vivre difficile à lire aussi parfois...pour tous ceux qui sont passes par la votre texte crie leur souffrance. Bravo. Mes voix et une invitation cordiale à venir lire mes deux textes en competition. Amicalement.
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une superbe œuvre bien écrite pour évoquer une triste réalité ! Mes votes ! Merci de venir découvrir “Sanglante Justice” qui est en Finale pour le Court et le Noir 2018. Merci d’avance et bonne journée!
·
Image de Alain Lonzela
Alain Lonzela · il y a
Ouf ! Très beau texte. Très dur, impitoyable même, mais qui interpelle notre conscience
Bravo et merci pour ce si beau texte

·
Image de Jennyfer Miara
Jennyfer Miara · il y a
La solitude est le pire des maux de notre société, elle est discrète et difficile à repérer, mais mortelle !! Vous avez mes votes !!
Dans un autre style, mon TTC "Le crime parfait" est en finale, n'hésitez pas à venir y jeter un œil :-)

·
Image de Daniel Nallade
Daniel Nallade · il y a
Je trouve ce texte militant, bien écrit et qui pose la question de l'impossibilité de vivre une existence dans un milieu imposé. La vie est elle un mérite, une chance, un pauvre vécu? J'ai ma réponse personnelle, intime, au fond des veines. ( J'ai un ange jazzman qui vous attend sur mon nuage).
·
Image de J.M. Raynaud
J.M. Raynaud · il y a
j'interviens, et je vote
·

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème