282 lectures

5

Qualifié

Lundi 22 avril, 20h59

« Physiquement vivante. Intérieurement morte. Psychologiquement perdue. »

Je ne sais pas qui a inventé ces trois phrases mais elles résument parfaitement ma situation actuelle. Bon je vais quand même me présenter à toi « cher journal » (ça fait tellement cliché !), mon nom est Llynn Evans et j’ai seize ans. Je sais parfaitement (j’aime ce mot !) quelle question tu te poses ! Comment prononcer ça ? Ben comme si c’était tout simplement « Line » sauf que c’est une idée originale de mon père qui a voulu mettre deux « l » donc tout le monde est obligé de l’écrire comme ça. Soit. Je ne vais pas te raconter les détails futiles de ma vie. Je vais me concentrer d’abord sur le point « physiquement vivante ». Je le suis grâce à la danse et à la boxe qui maintiennent mon corps en vie. « Intérieurement morte » car je viens de perdre mes deux grands-parents paternels en même temps, une de mes meilleures amies (Karen) s’est suicidée et mon petit ami m’a trompée avec une autre de mes meilleures amies. « Psychologiquement perdue » car après tout ça je ne sais plus où j’en suis. Mon regard sur la vie ne distingue plus qu’un nuage d’éléments noirs et négatifs. J’hésite à basculer dans la folie où à prendre l’option de la facilité comme l’a fait Karen, même si je sais que je n’en n’aurais jamais le courage. Bref je n’ai plus aucun repère et je ne vois vraiment pas pourquoi je te raconte tout ça. Adios !

Mercredi 24 avril, 14h03

Bon. Sur les conseils de ma très chère maman, je dois continuer à t’écrire sinon je risque de perdre pied. Je continue juste pour elle, crois-moi. Je veux bien écrire mais je n’ai rien à te dire, ma vie est pourrie. Mon existence est pourrie... Enfin. Je vais quand même te raconter ma journée.
Aujourd’hui c’était la première fois que je voyais Stephan seul depuis notre rupture et depuis le jour où je l’ai surpris avec cette p£@% !# de Sophia. Il m’a dévisagée et je l’ai fusillé du regard sur place. Je parie qu’il a fait dans sa culotte ! Mouaahahahaha [rire diabolique : imagine ce que cela donne en vrai !] Quelque part, je suis contente d’avoir quitté Stephan même si c’était un peu obligatoire vu la situation ! Et j’ai perdu une meilleure amie mais tant pis. Je n’aurais pas supporté les grands airs de Sophia une seconde de plus ! Ils forment un très laid couple de toute façon et je les ai définitivement rayés de ma vie. J’avoue que ça fait du bien d’écrire finalement. Ça change du psy. Il t’écoute mais il te pose plein de questions auxquelles tu n’as pas spécialement envie de répondre. Attention je n’ai rien contre les psy, mais je préfère que personne ne se préoccupe de ma vie. C’est la mienne. Je gère. Bon j’ai des devoirs à terminer mais je n’ai pas vraiment le courage... Salut !

Jeudi 25 avril, 20h

Aujourd’hui je ne suis pas allée à l’école. C’était l’enterrement de mes grands-parents. Je préfère ne rien écrire ce soir. Je pense que tu comprends enfin j’espère. Je garde ma peine pour moi, je ne la partage pas.

Vendredi 26 avril, 18h56

« Début de dépression. Patiente sous antidépresseurs pendant quinze jours. »
Verdict de mon médecin traitant. Ça c’est fait. Comme si ça allait m’aider. J’espère en tout cas. Croise les doigts pour moi !

Dimanche 28 avril, 20h38

Bonjour. Je ne pense pas pouvoir réussir à vivre ma vie comme avant. L’histoire avec Stephan ? Je m’en contrefous désormais. Je n’ai plus que des idées noires. Il faut que je m’occupe tout le temps sinon je pense à la mort. J’essaye de rester courageuse comme mon père mais une fois seule je craque. Je me demande comment il fait... Il a perdu ses deux parents en même temps tu t’imagines ? Je pense à la famille de Karen qui doit être effondrée. Elle était fille unique. Elle représentait la raison de vivre de ses parents. Ils ont essayé tant de choses pour l’avoir et là elle part brusquement, elle les abandonne. Je trouve que ce qu’elle a fait n’est pas entièrement égoïste. D’une certaine façon je la comprends. Elle ne voulait pas faire endurer ses propres souffrances à ses proches et moi non plus. Mais je ne mettrai pas fin à mes jours, tracasse. Je n’ai pas envie de passer à côté de ma vie. Elle me réserve peut-être des surprises qui sait ? Bon je vais te laisser, j’ai des trucs à faire. Ciao !
Ps : Ah oui y a un nouveau qui est arrivé avant-hier dans notre classe. Il s’appelle Samuel mais il préfère qu’on l’appelle Sam. Un nouveau au mois d’avril : Why not ?

Lundi 29 avril, 19h58

Hello to you !
Dire que cette journée s’est quand même bien passée serait assez bizarre donc je ne vais pas te mentir. Voici ma journée : le matin, j’apprends que j’ai deux heures d’étude. La prof de physique n’est pas là et on n’a donc pas de contrôle : cool ! Deux heures d’étude pour un peu travailler et beaucoup se reposer, génial ! Mais j’avais oublié un minuscule détail... Sophia et Stephan sont avec moi en physique donc j’ai passé la première heure à travailler derrière ma farde pour ne pas voir leurs bouches collées en permanence. Vers la fin de la première heure, j’ai craqué. Essaye de comprendre ! Ils faisaient ça devant moi et je souffre encore de cette rupture ! [Hum] Alors j’ai balancé un : « y a des chambres d’hôtel pour ça ! » Et ils m’ont dévisagée de haut en bas.
— Mais enfin Llynn, je veux que tout le monde voit que Stephan m’aime, moi au moins ! a répondu Sophia.
Euh rapport ? Le truc qui est bien c’est que étant une ex-meilleure amie de Sophia, je connais tous ses petits secrets. Donc... :
— Ça c’est sûr qu’il doit t’aimer pour embrasser une fille qui a mauvaise haleine et qui a une bouche remplie de champignons ! ai-je rétorqué du tac au tac.
Elle a ouvert la bouche mais je l’ai coupée :
— N’en rajoute pas, tu vas avoir mal !
J’ai entendu quelques rires autour de moi et me suis remise à travailler.
Pendant la deuxième heure, le nouveau est venu me trouver.
— Salut ! Tu saurais me passer tes feuilles de physique ? Je n’étais pas encore là quand vous avez comm...
— Tiens Samuel, ai-je répondu en lui tendant mes feuilles.
— Merci mais moi c’est Sam parce que..., a-t-il commencé.
— Tu préfères qu’on t’appelle comme ça je sais, ai-je dit calmement sans lever mes yeux vers lui.
— Toi c’est Llynn c’est ça ?
J’ai acquiescé d’un bref signe de tête (toujours sans lever les yeux) et j’ai répondu : « ... »
— En tout cas, bravo pour ta répartie ! m’a-t-il lancé.
J’ai levé la tête pour lui balancer un « mais de quoi je me mêle ?! ». Nos regards se sont croisés et le monde autour de nous s’est figé. Il avait un de ces regards que vous ne voyez qu’à la télé ou chez les mannequins. Des yeux bleus aux reflets gris vert absolument magnifiques. Avant que je dise quelque chose, il me souffla à l’oreille : « N’aie pas de regrets et crois-moi, un gars comme Stephan ne te mérite pas. »
Puis il est parti à sa place, me laissant complètement abasourdie et agacée. Qui était-il pour oser me dire une telle chose ? Bon passons. L’après-midi il m’a rendu les feuilles et j’ai remarqué que toutes les filles le regardaient. D’accord j’avoue ; il est assez mignon mais il s’est mêlé de ce qui ne le regardait pas ! Enfin. Sinon la fin de journée ça a été. J’aurais bien voulu que grand-pa et grand-ma passent à la maison comme tous les lundi soirs mais j’ai attendu encore et encore devant la porte et rien. Mon papa s’est approché de moi, le regard triste et il m’a dit en me prenant dans ses bras : « Ils ne viendront pas LLynn. Ils ne viendront plus jamais. » Et là, les larmes se sont mises à couler le long des mes joues, contentes de pouvoir enfin s’échapper de mes yeux...

Mardi 30 avril 16h46

Bonjour ! J’ai eu fini une heure plus tôt aujourd’hui à cause des conseils de classe et devine qui m’a parlé ! La bonne réponse est... Stephan ! Tu pensais à lui ? Si oui, bravo, tu connais mon ex mieux que moi ! (A toi de voir si c’est cool ou pas)
— Llynn je suis désolé si je t’ai fait de la peine mais tu vois avec Sophia c’est arrivé comme ça et je ne peux pas l’expliquer...
J’ai jeté un coup d’œil derrière lui et j’ai vu Sam(uel) se foutre complètement de moi. J’ai senti une nouvelle force monter en moi qui me poussait à dire : « Stephan, je m’en fous ! Je n’ai jamais compris pourquoi je suis sortie avec toi et n’essaie pas de te faire pardonner quoi que ce soit ! Nous deux c’était une grosse erreur ; la plus grosse que j’aie jamais faite d’accord ?! »
J’ai vu son visage se décomposer [tant mieux, il le mérite !] et celui de Sam s’illuminer d’un grand (et charmant) sourire.
— Ok, a lâché Stephan avant de partir.
Je suis vite sortie de l’école et Sam m’a rattrapée :
— Tu vois que j’avais raison !
— Mouais... ai-je répondu. Au fait pourquoi t’es encore là ?
Bam !
— Arrête avec tes airs de fille supérieure ! Tu fais genre tu t’en fous de tout mais ce n’est pas vrai. Tu te caches derrière un masque pas si efficace que ça !
— Tu penses vraiment ce que tu viens de dire ? me suis-je énervée.
— Parfaitement, me répondit-il d’un calme olympien.
A ce moment j’ai voulu le gifler mais j’ai préféré garder mon énergie pour la boxe de tantôt. Je partais vers la voiture de ma mère et il a crié : « Je t’aurais un jour Evans ! »
J’ai légèrement tressaillis puis ai répondu : « C’est ce qu’on verra ! »
Bref cette journée a été assez énervante mais au moins sans idées noires. J’ai décidé que les jours où j’ai boxe et danse (le mardi et le mercredi), je n’aurai que des pensées positives et pour le moment ça marche ! Je fais mes devoirs puis je vais à la boxe tchao !

Mercredi 1er mai 11h46

Bonjour ! Aujourd’hui : congé du 1er mai ! Et qui dit 1er mai dit journée shopping avec Mia et Alice ; les filles les plus géniales du monde. Mais cette journée ne sera pas pareille sans Karen... Le 1er mai est NOTRE journée à toutes les quatre depuis nos huit ans. Pourquoi ? Parce qu’on a fait un pacte le 1er mai il y a huit ans et lors de celui-ci, nous avons décrété que ce jour serait notre journée ! C’était notre premier pacte donc il fallait trouver un truc pour qu’il reste gravé dans notre mémoire et ça a fonctionné mais « KALM » (on ne l’est pas vraiment crois-moi !) ne sont plus que « ALM » sans Karen... J’espère que ça se passera bien même si l’une d’entre nous ne sera plus jamais là... Je te dis (enfin t’écris !) quoi tantôt !

Mercredi 1er mai 21h28

Re-bonjour journal. La journée s’est mieux passée que je ne le pensais ! Nous sommes allées au centre commercial en ville et j’avoue qu’on a acheté pas mal de trucs mais quand nous sommes entrées dans le Starbucks pour prendre notre goûter, un voile de tristesse s’est abattu sur nous. Le Starbucks était l’endroit préféré de Karen. On a des tas de souvenirs ici. De très loin j’ai pu entendre nos éclats de rire résonner et revoir le sourire en coin de Karen. Nous avons mangé puis nous sommes rentrées dans nos maisons respectives avec un manque. Un manque de sa voix, de ses blagues, de son rire. Mais ce jour était en son honneur donc nous avons essayé d’être naturelles et souriantes et j’espère qu’elle a apprécié de là où elle est...
« Les amis sont les anges qui nous soulèvent quand nos ailes n'arrivent plus à se rappeler comment voler. » (Anonyme)
Karen est réellement un ange maintenant...

Jeudi 2 mai, 21h03

Hello ! Je sens que je commence à aller mieux. Les anti-dépresseurs ont l’air de faire effet ! Merci d’avoir croisé les doigts ! Ma journée s’est bien passée et j’ai un scoop : Mia sort enfin avec Lucas ! Elle en rêvait depuis des mois et c’est arrivé ! Avec Alice, on l’envie un petit peu. Mia – comme Karen – a toujours eu un grand succès auprès de la gent masculine, peut-être à cause de ses cheveux blonds quasi platine (leur couleur naturelle si si !), son sourire charmant et ses nombreux autres atouts qui font qu’elle finit toujours par obtenir ce qu’elle veut. Alice et moi sommes brunes, un peu asociales (et alors tu me diras !) bref tout l’opposé de Mia et Karen ! Et contrairement à elles, nos histoires d’amour n’ont pas fait long feu. Stephan m’a trompée et James a largué Alice parce qu’il trouvait qu’elle ne l’aimait pas assez. Pourtant elle l’aimait mais tout comme moi, Alice n’est pas trop démonstrative. Parfois il m’arrive de ne pas me sentir à ma place parmi elles. Karen était magnifique, Mia aussi, Alice plus qu’elle ne le pense. Elles diront évidemment le contraire parce qu’elles trouvent que mes longs cheveux bruns sont super beaux, que ma soi-disant taille de guêpe me ferait gagner un concours de beauté, que mes yeux sont à tomber... fin bref que des (excuse-moi le mot !) conneries ! Sinon je n’ai rien d’autre à dire. A plus !

Vendredi 3 mai 19h21

Cette journée était irréelle. J’ai beau essayer de me convaincre que ça s’est réellement passé mais je n’y arrive pas trop. Je te raconte :
La matinée s’est déroulée normalement. C’est l’après-midi que tout a commencé (houuu !). Je marchais assez rapidement pour aller à mon cours suivant : seule car Mia et Alice y étaient déjà. Dans la cour j’ai croisé Stephan. Je ne lui ai pas accordé un regard mais j’ai vu qu’il se rapprochait lentement de moi. Soudain sans prévenir, il m’a plaquée contre le mur et m’a embrassée avec une force surhumaine. Je tentai de me dégager sans succès. Il s’est arrêté deux secondes puis a dit : « T’aime ça hein ?! »
J’ai crié : « Quoi... ? » Puis il a recommencé en me plaquant encore plus contre le mur. J’allais le pousser quand il a été projeté par terre. Je suis redressée et j'ai vu que Matt était en train de frapper Stephan et de crier : « Espèce de... ! » Je vais plutôt censurer ces paroles peu pieuses on va dire ! Après avoir repris mes esprits, j’ai crié aux garçons qui se battaient presque à mort (je te promets !) : « STOP ! Matt lâche-le ! » Matt l'a lâché et Stephan s'est relevé tant bien que mal. Nous nous sommes dépêchés de rentrer en classe et tout le monde est resté bouche bée, même le prof. Je n’avais même pas remarqué que les garçons étaient un peu amochés. Matt avait un coin de la bouche et la main qui saignaient et Stephan avait un coup qui s’étalait sur la partie droite de son visage et du sang qui coulait d’une de ses plaies. Pour couronner le tout, mes cheveux étaient en bataille et j’avais l’air plus que choquée.
« Vous trois chez le proviseur immédiatement ! » s’est exclamé le prof.
Je te résume la suite. Nous sommes allés chez le proviseur en silence et les garçons ont eu respectivement des heures de retenue. Six pour Matt et huit pour Stephan avec un renvoi d’une journée et demie pour Stephan étant donné qu’il m’a agressée sans raisons justifiées. A la fin des cours j’ai pu parler à Matt parce qu’il remontait à pied comme moi.
— Merci. Je ne sais pas ce que j’aurais fait sans toi, lui ai-je dit.
— De rien... Aïe ! s’est-il exclamé.
— Ça va ? ai-je demandé un peu inquiète.
— Ouais c’est juste que j’ai mal quand je parle.
— Ah ok.
On venait d’arriver devant chez moi.
— Viens entre, je vais te passer de la glace, lui ai-je proposé.
Je suis vite partie en chercher puis l’ai déposée au coin de sa bouche.
— Merci, a-t-il soufflé.
— De rien. Tu es un peu mon héros maintenant ! me suis-je exclamée.
[Mon Dieu j’ai vraiment dit ça ? Pff... Va te cacher Llynn !]
Il a ri puis a dit :
— Bon j’y vais, salut Evans !
— Tchao Matt !
Je te préviens tout de suite : il ne s’est rien passé d’autre et tant mieux d’ailleurs. L’histoire avec Stephan m’a assez effrayée. J’ai appris, quelques heures plus tard, que Sophia avait lancé une rumeur sur moi qui disait que j’aurais trompé Stephan quand on était toujours ensemble – ce qui est entièrement faux – et donc c’est pour ça qu’il a fait pareil avec moi. Il m’a trompée parce qu’il croyait que je l’avais trompé. Je ne lui montrais pas trop mes sentiments certes mais je ne l’aurais jamais trompé, moi ! Et comme si ça ne suffisait pas, Sophia a osé dire que j’avais couché avec plusieurs mecs quand j’étais avec Stephan d’où la réaction violente de ce dernier. Bref c’est passé.
Maintenant je te laisse, je vais regarder un film. Salut !

Samedi 4 mai, 13h42

Bon-jour ! Je viens de recevoir deux messages. Un de Stephan et un de Matt.
Message 1 : « On doit parler. 14h30 dans le parc. »
De Stephan ou l’ex envahissant
Message 2 : « We need to talk Evans. 14.30 in the park »
De Matt(hew) ou le héros lunatique
Hum... Toi qui ne comprends certainement pas l’anglais, le deuxième message veut dire exactement la même chose que le premier. C’est juste que Matt aime montrer sa maîtrise de la langue de Shakespeare ! Donc si je résume, j’ai deux rendez-vous : un de l’ex et un du héros ce qui donne une totale confusion car les deux me demandent au même endroit et au même moment. WTF ?! Bon l’heure tourne. Je vais terminer mon exercice de physique puis aller à ces rendez-vous un peu étranges... à tout à l’heure !

Samedi 4 mai, 18h26

Ha ha ! C’était très bizarre.
Stephan m’a parlé genre trois secondes. Il a dit : « Salut ! Je voulais te dire que j’ai cassé avec Sophia et je suis désolé pour hier et pour tout ».
Puis il est parti sans me laisser le temps de lui répondre. Matt est arrivé même pas dix secondes après. Et on a parlé, parlé et encore parlé. De tout et de rien. Puis à un moment je lui ai demandé : « Pourquoi tu voulais me parler en fait ? »
Il m’a regardée droit dans les yeux et a dit en haussant les épaules : « Parce que je voulais te voir c’est tout. »
D’ordinaire j’aurai giflé un mec aussi nonchalant et je-m’en-foutiste mais au lieu de ça j’ai senti mes joues s’empourprer et je lui ai adressé un sourire timide. Se transformer en groupie qui vient de recevoir un autographe de son chanteur préféré : CHECK ! Pff... Plus bête que ça tu meures ! Sinon c’était cool de passer du temps avec lui. Il est sympa, un peu con mais surtout très drôle. Tantôt je vais à la soirée d’anniversaire de Léa, une fille qui est dans ma classe de bio et avec laquelle je m’entends super bien. Ça va être cool et Matt sera là... Quoi ? Je te vois venir : NO COMMENT ! (La suite dans le prochain épisode de : La vie trépidante de LLynn Evans ! Ha ha ha !)

Dimanche 5 mai 14h06

Oh mon Dieu !
La soirée d’hier était... oups je dois aller aux toilettes, tu sauras la suite dans deux minutes !
*deux minutes*
Voilà donc j’écrivais que la soirée d’hier a été très spéciale. Mia a eu l’idée d’aller draguer Stephan pour que Sophia soit jalouse. Elle est allée près de lui et – l’alcool aidant – l’a embrassé sous les yeux d’une Sophia rouge de colère et d’Alice et moi complètement mortes de rire. L’idée de Mia – en plus d’avoir énervé Sophia, ce qui est très bien ! — a effacé quelque chose en moi. Le sentiment d’oppression et de tristesse que la rupture m’avait laissé s’est envolé. Y a rien à faire, les amies ont toujours le truc qui te fait oublier tes problèmes. Autre détail de la soirée — explication de mon « oh mon Dieu » — Matt est venu comme il l’avait dit. Au milieu de la soirée (je ne l’avais pas encore vu), je dansais avec les filles quand le dj a passé la musique sur laquelle je danse au cours de danse. C’est une choré plus belle que les autres et c’est ma préférée. J’ai commencé à la faire et les gens se sont peu à peu écartés de moi. Au final je dansais au milieu d’un cercle de gens plus étonnés les uns que les autres car je suis d’ordinaire discrète et là, je danse au milieu de tout le monde. Ce monde s’est littéralement arrêté. Tous avaient les yeux rivés sur moi puis je l’ai vu. Il s’est avancé vers moi et a commencé à danser. Il suivait mes pas avec une facilité déconcertante et quand il m’a pris par la taille pour improviser un genre de pas de deux, nos corps dépendaient vraiment l’un de l’autre. Le moindre sursaut dans la musique les faisait réagir exactement de la même façon. Je n’avais pas prévu ça. A la fin de la chanson, on s’est regardés droit dans les yeux et j’ai soufflé : « Tu danses bien. » Il a chuchoté : « Toi aussi. » Et juste à ce moment là, les invités restés jusqu’à présent silencieux ont applaudi. Léa est montée sur l’estrade près du dj et a dit au micro : « Merci à vous, c’était magnifique. » Et les gens nous ont encore applaudis. Je n’aurai jamais pensé faire ça il y a quelques jours. La danse m’a libérée de toute la peine que j’avais et je suis sûre que Karen et grand-ma auraient bien aimé. Elles s’entendaient bien et adoraient quand je faisais des spectacles privés. Karen m’a dit un jour : « J’aime quand tu danses parce que quelque part, en dansant, tu te mets à nu, tu t’exprimes librement via ton art et ça c’est beau. C’est touchant. J’assiste à l’éclosion d’une personnalité. Ça fait partie de toi mais c’est plus beau quand tu le dévoiles. » C’est vrai, la danse n’est qu’une manière d’exprimer mes émotions. C’est pour ça que j’aime ce sport. Inutile de te préciser que j’ai dansé pour ma Karen et pour mes grands-parents hier soir. Je n’ai pas recroisé Matt mais je suis persuadée qu’il ne reparlera pas de cette soirée. J’ai quitté la fête vers 2h30, un peu crevée et aujourd’hui matin, Alice et Mia sont passées à la maison.
— C’était juste waouw quoi ! Je ne savais pas que Matt dansait aussi bien ! s’est exclamée Mia.
— Moi non plus, ai-je avoué. Je n’y pensais même pas d’ailleurs.
— Tu l’as revu après ? a-t-elle demandé.
— Malheureusement non, mais je ne pense pas qu’il va me reparler de cette soirée. A mon avis il évitera le sujet ou b...
— Non Llynn, m’a coupée Alice. Il s’est passé un truc entre vous hier. Ça se voyait. Vous ne formiez plus qu’un. C’était magique et je suis sûre qu’il ne l’oubliera pas. Vous vous êtes en quelque sorte avoués vos sentiments par la danse...
— Alice a raison, a dit Mia.
— Je suis entièrement d’accord, ai-je répondu.
Les filles sont parties il y a une heure et moi je vais te laisser parce que j’ai des trucs à relire.
A demain peut-être !

Mardi 7 mai, 20h47

[Je ne t’ai pas écrit hier sorry !]
Matt est remonté avec moi à pied. On a parlé de tout et de rien sans évoquer la soirée puis on est arrivé devant chez moi. Il m’a dit : « J’ai remarqué que la danse est ta bouée de sauvetage et c’est aussi la mienne. Je n’ai jamais montré à personne que je savais danser. Ça fait longtemps que je n’avais plus recommencé et j’ai adoré danser avec toi. »
Je suis restée muette deux secondes puis j’ai répondu :
— Moi aussi.
— Sais-tu que quand tu danses, tu dégages un sentiment, une émotion contenue en toi qui s’envole et va se loger dans le cœur de ceux qui te regardent ?
— Je... ai-je commencé.
— Chut. Ne réponds pas..., a-t-il dit.
— Non je ne le savais pas, ai-je quand même répondu.
Il a esquissé un sourire puis s’est approché de moi.
— Merci de t’être confiée à moi par ce moyen.
Et là je lui ai déposé un baiser... sur la joue. Léger. Ephémère. Comme notre univers à nous.
Il n’a rien dit et s’est juste contenté de faire son sourire de canaille intéressée (trop craquant !). En résumé, cette journée était l’une des meilleures ! Depuis longtemps...

Jeudi 9 mai, 21h55

J’ai voulu l’embrasser sur la joue comme hier mais il s’est légèrement détourné. Nos lèvres se sont effleurées une fraction de secondes puis je n’ai rien su dire. Lui non plus. Alors il m’a embrassée pour de vrai cette fois. Tendrement, doucement. C’était magique. Avant je ne faisais pas attention à ce qu’était l’amour. Je ne peux pas vraiment dire que j’étais amoureuse de Stephan, je l’appréciais c’est tout. Ce n’était pas de l’amour. Je m’en moquais d’ailleurs de l’amour, je ne suis pas une romantique dans l’âme et je ne trouvais pas ça vraiment beau mais l’auteur Lauren O. a dit : « Tant de choses deviennent belles quand on sait les regarder ». C’est vrai. Et aujourd’hui, le jeudi 9 mai, c’est la dernière fois que je t’écris. Il me manquait quelque chose d’essentiel pour aller mieux. Pas seulement le fait d’être aimée parce que ça je le suis mais le fait d’aimer.

« Et si c'était ça le bonheur ? Pas un rêve ni une promesse.
Juste l'instant présent. »
Delphine de Vigan

***

Epilogue :
Comme Llynn l’a écrit, c’était la dernière fois mais dans ce journal. Elle continuera à écrire mais dans un autre cahier car elle a tourné un chapitre de sa vie. Elle est restée avec Matt... jusqu’à la fin. Ils se sont mariés et ont eu deux enfants. Comme dans un conte de fées ! Qui l’aurait cru ? Toi peut-être ? En tout cas, elle est heureuse et ça personne ne pourra jamais rien y changer.

PRIX

Image de Hiver 2014
5

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Virginie Havelange
Virginie Havelange · il y a
AVIS IMPORTANT : Matt est Sam et Sam est Matt ! Au départ, je l'avais appelé Matt puis j'ai changé d'avis mais j'ai oublié de le changer dans la fin de la nouvelle. En espérant que cela ne vous a pas trop dérouté et avec toutes mes excuses si ça a été le cas ;-)
·
Image de Tom Tixry
Tom Tixry · il y a
Il me faut avouer que je me suis demandé où était passé Sam !Quoiqu'il en soit tu écris très bien :-)
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

Du même thème

NOUVELLES

Irrécupérable. Je pensais qu’il me suivait mais, quand je tourne la tête, je constate qu’il s’est immobilisé quelques pas derrière moi et qu’il regarde ses pieds.— Qu’est-ce ...