1
min

LITTLE UMBRELLA

Image de Hugo Canesson

Hugo Canesson

0 lecture

0

Little umbrella



14h30 au funérarium. La famille réunie fait grimace. Ils, elles sont là, avec mines contrites et blessants opercules visibles de fatigue. Certaines vont chavirer. Les larmes dans le bateau sont à vider, à écoper, comme disent les plus chevronnés. Le peuple, réuni autour du cercueil, se compte sur les doigts de la famille. Il reste des places pour son dernier spectacle. Le défunt, Régis Le Roy compte peu d’ami. Après croix et bannières d’une vie à tenter d’exister il est mort dans de beaux draps. Une tante veuve et fortunée va se taper la facture. Les cousines, les nièces font posture. Oncles et tantes s’abritent. Il pleut sur la famille. Après la cérémonie, peut-être nous reconnaîtrons-nous et boirons le verre de l’amitié en s’embrassant comme pain béni par je ne sais qui.
En attendant, Régis, dans sa boîte aux poignées d’or nous attend. Il a choisi « Little umbrella » de Frank zappa. Drôle et élégant pour nous accompagner durant la cérémonie. Surprise générale. Le public se lève et se trémousse.
Dansent oncles et tantes autour du cercueil de Régis. Dansent nièces et neveux. Une odeur, un parfum, celui de mes cousines qui virevoltent. Ces effluves à jamais imprégnées par la rondeur de formes naissantes, de pubis peignés tels des poupées de chiffon au mois d’août. Armé d’épuisettes, bord de mer et draps humides, dans cette maison de famille, je chavirai d’émotions. Mon enfance baignée de sables blonds et de magiques marées me porte, m’emporte. Je divague cher cousin Régis, je sais.
Si tu pouvais mourir plus souvent.
J’adore mes cousines.
0

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Elle a les cuisses de Dionne Warwick et la voix de Michel Ange. Tina Chinon est la nouvelle star du 20h, apothéose technologique du marketing en pleine déconfiture. La presse est dans l’actu, et ...

Du même thème

NOUVELLES

— Papa, regarde ce que j’ai trouvé ! Elle était dans le vieux livre que tu m’as donné.Antoine surgit dans le salon. Il tient dans sa main une petite photo en noir et blanc. J’observe...