Les petits perdreaux.

il y a
2 min
25
lectures
4

Peintre du dimanche, scribouillard de petits textes 1,2 maxi 4 pages, drôle en société, ai beaucoup aimé R.Lamoureux puis le grand Coluche, aime la lecture SF, Thriller ainsi que des plus anciens  [+]

Eh oui, je suis un ancien chasseur, je chassais avec mon père.
Depuis que la chasse est ouverte, plus d'un chasseur vous a conté une histoire, une mésaventure, alors écoutez...
En plus il est à noter que cette petite aventure je la tiens du vieux paysan qui était en plus un ami des bêtes et qui comprenait leur langage, notre société de chasse lui louait ses terres et ses bois pour la saison.
Alors jugez-en...
Donc la saison de chasse venait de débuter et l'on voyait sur la plaine les chasseurs en ligne marcher, les chiens un peu fous courir partout, le gibier lui, fuyait les coups de fusil qui crépitaient comme les pétards le jour du 14 juillet, pour les hommes et leur orgueil mais un jour de deuil pour le triste peuple des bêtes.
Là dans un sillon deux perdreaux se tapissaient par peur de la fusillade, l'un frémissant, un jeune de l'année aux plumes si tièdes encore de la couvaison de sa mère, et dans
le tumulte des «pan, pan», pour lui, un drôle de début dans ce monde, l'autre, gros, grand, l'air paisible d'un vieux briscard, lui le vétéran qui en avait vu bien d'autres,
dit a son jeune ami:
_Voyons! Ne tremble pas! Écoute! les chasseurs traversent la route pour attaquer un autre carré, un espoir nous est encore permis, la saison dernière, j'ai su leur échapper, car je possède plus d'un tour dans mon sac, l'important lorsque l'on voit poindre comme là, deux chasseurs au même moment c'est de reconnaître le moindre, tiens, des deux qui approchent, lequel est le moins dangereux pour toi?
_Peux être le plus vieux, n'a-t-il pas l'air trébuchant à chaque pas sur les mottes de terre, un peu crotté avec sa casquette de cultivateur, et ce n'est pas un fusil qu'il tient, mais un vieux clou, on croirait une escopette? Alors qu'au contraire l'autre, oh! La! La! Un aspect des plus redoutable avec son fusil neuf ainsi que sa veste, ses bottes, son feutre élégant et ses jolis gants, comme il doit faire dans nos rangs des veufs et des veuves.
_Tu vas en juger, ne dis plus un mot et suis-moi! Dit le vieux perdreau en remontant le sillon à toutes pattes, suivit du plus jeune.
Le vieux chasseur avec sa casquette et ses bottes crottées, sur le champ venait d'étendre pour le compte avec son escopette et en un seul coup un magnifique lièvre.
Les deux oiseaux, pattes au cou et non coudes au corps de l'autre côté se hâtèrent.
_Vite, à vous cria le paysan!
Le jeune tireur avec son beau et rutilant fusil, tira mais les

plombs allèrent se perdre dans la terre, deux coups, trop
rapide, pas de visé, le trac...
_Sauvés! Fit le sage et vieux perdreau, filons gamin, au petit trot et sans nous faire de bile jusqu'au prochain dimanche, les chasseurs ne sont pas tous habilés et bien arrangés, ne jamais petit juger et se fier à personnes ici-bas, même sur sa mine.
4

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !