Les perroquets de Mme.Amanda

il y a
1 min
2
lectures
0

Écrire, une passion  [+]

Mme. Amanda était une vielle dame, potelée et surtout d'une gentillesse infinie. Après l'école, elle nous invitait toujours à venir prendre le goûter; elle nous cuisinait des madeleines ou des cookies tous chauds parce qu'ils sortaient du four. Elle nous installait sur une table nappée à carreaux et nous servait du jus d'ananas ou de goyave. Car Mme. Amanda était créole, et elle disait nous transmette ses origines car elle n'avait pas d'enfants.
Mais la passion de Mme. Amanda, c'était les perroquets. Elle en avait plein; ils étaient tous plus colorés les uns que les autres, plus beaux les uns que les autres. Mon préféré était celui qui s'appelait Mao. Il était doux, et discret. Il aimait que je lui caresse les plumes. Il était si gentil.
Mme. Amanda prétendait que son perroquet préféré était son mari. Ah, le mari de Mme. Amanda... On ne l'a jamais vu sortir de son rocking-chair en rotin, toujours en train de fumer sa pipe.
Mme. Amanda lui criait toujours depuis la cuisine: "Fetnat! Viens donc goûter à mes petits gâteaux!" Et son mari lui répondait de sa voix grave: "La prochaine fois". Puis on rigolait tous ensemble.
Puis un jour, après l'école, Mme. Amanda avait l'air triste. Elle nous avait acheté des brownies au chocolat. Elle ne cria pas à travers la cuisine. Quand je suis allée voir Mao sur la terrasse carrelée, le rocking-chair était vide. Vide! Mais où était le mari de Mme. Amanda? Je compris soudain le déchirement et la souffrance de Mme. Amanda. Les larmes me montaient et je me suis précipitée dans sa robe à carreaux créole. En silence, nous nous sommes mises à pleurer toutes les deux sous les yeux de mes camarades de classe et de goûter.

Jamais je n'ai revu Mme. Amanda, ni Mao; le rocking-chair du mari de Mme. Amanda. Leur maison a été revendue à un couple sans enfants mais qui déteste ceux des autres. À chaque fois que je repassais devant et que les Grincheux -- surnom qu'on leur avait donné -- étaient dans le jardin, je leur tirais la langue et je partais en courant.

C'est aujourd'hui que je me demande ce qu'est devenu Mme. Amanda. Seulement.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Influenza

Chris

« Saloperie de berde ! Je be suis salebent enrhubé ! »
Au rythme d’un million par seconde, les microbes prospéraient. À cette cadence, ils auraient raison de mon cerveau en moins de... [+]