Les perce-neige

il y a
6 min
228
lectures
45
Qualifié

Je suis passionnée de littérature, je me souviens d'avoir toujours écrit, textes et poèmes. J'aimais en jouer comme d 'une lyre . Depuis peu retraitée de la fonction publique , j'ai succombé  [+]

Image de Été 2021

On est en l'an mil deux cent trente, en ce mois de février où même le plus petit animal n'ose montrer son bout de museau tant le froid est intense. Les plaines agricoles sont de vastes tenures possédées par les princes de la terre. L'hiver y est rude. Si les branches sèches chancèlent sous le poids de la neige accumulée, c'est que le manteau blanc s'est épaissi dans l'air sifflant par rafales glaciales.

L'homme titube et tombe auprès d'un arbre. Le temps de reprendre son souffle, il reste adossé au tronc parcheminé de lambeaux d'écorces décollés par l'usure des âges et la force des vents, il se laisse aller, transi et soumis à la torpeur qui le gagne. Il ne sent pas la somnolence le gagner, il cherche à lutter contre l'atonie de son corps, mais ne parvient pas à bouger sa haute stature. Il s'affale contre le tronc. Au moment où il sent la prostration le figer, il lui semble entendre une voix :

—  Hé ! Secoue-toi, galérien ! Sinon tu meurs ! Allez debout, bouge ! Pense aux prochaines saisons.

— Hein ? L'homme comprit qu'il allait s'enfoncer dans les couloirs d'un non-retour narcotique. 

Il se redressa, s'ébroua, son manteau piqueté de flocons l'enveloppait déjà comme un linceul. Mais il n'était pas au bout de ses peines :

—  Si tu te levais, tu verrais autre chose que le bout de ton nez givré.

—  Hein ? Cette fois l'homme esquissa un mouvement, la main posée sur le tronc d'arbre comme cherchant un appui. Il laissa échapper un long soupir qui fila se ficher dans le ciel qu'il cherchait.

— Regarde plutôt vers le bas, tu verras plus clair !

Derechef, l'homme baissa les yeux. Près des grosses racines envahies par une neige insistante, un pied de tiges vertes à capsules blanches se dressait après avoir percé une couche de neige.

Bertrand s'agenouilla, il plia sa longue échine, laissa son bras s'enfoncer dans les cristaux de neige. Un brandon de fleurs blanches sur une tige vert émeraude s'étalait comme un nouveau-né enveloppé de langes, posé sur un couffin de neige. Il n'avait pas d'autre comparaison. Tout semblait sortir des pages d'un missel, et les paroles qu'il entendait, c'était les premières paroles d'un offertoire.

— Ben oui, tu ne rêves pas. C'est la Chandeleur aujourd'hui. Ne sens-tu pas les crêpes qui grésillent ?

 Bertrand, empêtré dans le délire ambiant répondit :

— En fait, dans toute cette blancheur, j'ai perdu ma route.

—  On va te mettre dans le droit chemin, sur la bonne voie, comme tu veux, mais le bon chemin ici ne conduit nulle part, repère-toi à l'odeur des crêpes et demande l'avis de mes copines au pied des arbres. Elles ont l'odorat très développé et le verbe haut, l'ouïe fine et les sens très en alerte. Moi c'est Gaïa. Tu rencontreras bientôt Nivalis avec ses tépales gaufrés. Puis Gracilis, Elwesii et Regina. Allez, à la revoyure !

Bertrand trouva les perce-neige qui lui indiquèrent une maison dont la cheminée laissait échapper des fumées réconfortantes. Il se dit qu'il avait grandement besoin de pain et d'une paillasse.

Il semblait y avoir une fête. Les lanternes diffusaient une lumière orangée chargeant la grisaille du ciel d'une trainée de fines écharpes bleutées.

 La maison semblait posée dans un océan de blancheur, il chercha une étable, un atelier, un appentis où s'abriter, mais à ce moment, la porte s'ouvrit brusquement.

Émeline était connue pour sa farouche beauté. Bertrand resta médusé devant l'apparition. Après les fleurs de glace, il se dit qu'il avait devant lui une autre espèce de plante, pulpeuse et autrement plus gaillarde dans sa façon d'être. Elle ne perdit pas de temps en préliminaires. Elle l'empoigna par le bras :

— Venez, entrez, et ne restez pas là à blanchir le pas de ma porte.

 Et ils se retrouvèrent propulsés dans la pièce centrale où un feu rougeoyait dans l'âtre au milieu de plusieurs personnages qui se mouvaient dans un joyeux tumulte de bavardages et de chants. Une mélopée s'échappait de tous les recoins de la pièce que les flammes pourpres révélaient comme des lucioles élargissant des bulles de vie où des hommes sans mémoire, des enfants éclopés, des femmes aux yeux égarés se déplaçaient, offrant des visages au rictus tragique. Toutes ces personnes s'avancèrent vers Bertrand en un ballet d'épouvante, mais dans l'îlot central occupé par une table chargée de victuailles, Émeline faisait tournoyer les crêpes qui arrachaient des rires grumeleux sortis de bouches tordues par le croquis raté d'un dieu oublieux. Dans ce décor hallucinant, la nature cachait ses imperfections, jouant de la blancheur des neiges comme d'une couverture : il y avait les bois calcinés, les moignons hideux, les voix rayées, les visages grêlés. Émeline ressemblait à une rescapée maniant ses poêles et ses casseroles pour le grand bonheur de ces êtres venus de nulle part. Des assiettes pleines de crêpes fumantes s'entassaient pour être vite rassemblées et distribuées.

— Les fleurs blanches m'ont dirigé vers vous.

— Vous voulez parler de Gaïa, de Novalis et de ses amies. Elles sont moqueuses, mais efficaces. Elles doivent vous avoir à la bonne. Habituellement d'humeur taquine, elles vous envoient errer dans la neige, car elles ont si peur d'être arrachées par un méchant qui les surprend et les embarque par pelletées pour leur commerce. Elles détestent finir dans des pots décoratifs.

— Je ne voudrais pas envahir votre maison ni perturber votre fête, dit Bertrand, mais il savait qu'il assistait à une fête singulière où étaient conviés les rejetés, les êtres que la nature dans son incroyable faculté d'absorber les plantes, avait recueillis et gardés dans ses souches.

 Il était sûr que pas un de ces personnages n'eût voulu quitter cette chaumière où brûlaient les fagots d'une vie luisante de lumière ramassée dans les racines, arrachée aux froidures de cœurs disloqués, reconvertis en humains façonnés par un amour immaculé.

—  Restez avec nous. C'est la fête des crêpes, du retour prochain des beaux jours, et ce soir on fera une procession des chandelles avec nos torches. Vous verrez la parade des flambeaux, c'est la fête de la vie, la renaissance des fleurs, des plantes, le premier tressaillement de la lumière. C'est le moment de vous sentir proche de la terre. On parcourt les champs en priant pour que les prochaines semailles soient fructueuses. Et vite sortir des ténèbres hivernales.

Après un moment d'hésitation comme si elle s'étonnait de sa hardiesse, Émeline demanda :

—  D'où venez-vous ?

— D'un pays lointain. J'ai longtemps marché après avoir débarqué d'un navire. J'ai côtoyé, découvert les oubliés de l'histoire.

Dans la pièce, plusieurs personnes s'activaient, les uns agglutinés devant l'âtre, les autres devant d'énormes poêlons que les plus agiles manipulaient à la manière de tourniquets. Des galettes atterrissaient dans les assiettes et chacun se nourrissait autour de la longue table en bois.

 Bertrand était un peu éméché par le breuvage qu'on lui avait servi. Les flammes de l'âtre projetaient des ombres gigantesques. Un théâtre se jouait sur les murs de pierres apparentes, des silhouettes bossues, brisées, gigotaient dans l'horreur d'une douleur intraduisible. Bertrand pourtant se dit que la souffrance si elle était visible, elle n'en était pas moins retenue. Ils riaient tous, petits et grands, et les femmes souriaient, assurées d'offrir une beauté céleste quand elles avançaient en claudiquant dans les travées entre les chaises et les bancs de bois une écuelle à la main, distribuant galettes et crêpes, servant des boissons chaudes, caressant les cheveux d'enfants à la frêle ossature. Visages mangés, membres écartelés, dos cassés, des plantes sans nom. Émeline les avait baptisés de sa folle imagination de fée des bois. Bertrand rencontra Grelot, Narcisse, Euphorbe. Des plantes qui les embaumaient, des carillons qui les rendaient vivants, palpitant d'une sève nouvelle, celle qui leur manquait.

Il comprit mieux leur dénuement quand le crépuscule coucha une mare de sang rose sur la blancheur des terres vides. Un à un, ils sortirent avec des flambeaux, les épaules couvertes de pelisses élimées, chaussés de godillots fourrés qui s'enfonçaient dans les mottes crissantes. Formes hirsutes, de guingois, tenant à bout de bras leurs bougies pendant que les chandelles du ciel se mêlaient aux plaquettes brillantes de cristaux d'argent. Des gangues de glace avaient formé des sculptures sur les troncs évidés et on ne reconnaissait plus aucune souche. Les arbres devenaient des lyres de givre, figés dans leurs moignons gelés. Les résineux, stalactites de flûtes traversières, en longues lanières sidérées, paralysées d'immobilisme, se taisaient. On entendait le silence alourdi d'hébétude, se réveiller doucement à l'écoute des chants qui montaient.  

La forêt montrait ses cheveux blancs, des mots gravement épelés s'élevèrent pour scander la joie d'une fête que des voix enrouées reprirent. On crut entendre le chant des ménestrels quand Émeline suivit une piste maculée du pourpre de la lumière. Les flammes se tordaient, non dans le vent, mais dans la tourmente des êtres malbâtis, qui quémandaient la guérison dans une opération à cœur ouvert.

Le bonheur de suivre les sursauts de la nature, les sécrétions de son installation dans les racines qui retravaillent la sève originelle. Les perce-neige en racontaient le cheminement. Bertrand écoutait, muet devant le ballet des flaques d'eau gelées, du grésil écrasé. Les étoiles fragilisées par le ciel argenté se répandaient en colliers translucides dans des timbales d'eau pure qui frétillait sous ses lèvres desséchées. Il s'était posé auprès d'un perce-neige ; il en avait repéré quelques-uns autour de la chaumière. Elles semblaient s'épanouir par rondes mutines sur les racines, étalant leurs dentelles vertes et les capsules blêmes, courbées de timidité. 

— C'est un jour de bonheur, on sait où le trouver et quand on ne sait pas, on porte haut la flamme pour qu'elle vous voie et vienne à nous.

— Donc vous connaissez Émeline ?

— Avec mes dignes consœurs, je sais qu'elle vient à la Chandeleur en réunissant tous ceux qu'elle connaît. Ceux qu'elle découvre, ceux qui sont là en silence. Elle s'occupe de ses manses, ce sont des domaines agricoles qu'Émeline gère avec courage, et l'aide de quelques journaliers est un don du ciel. Elle n'y verra que bonne fortune si tu lui offres ton savoir-faire. C'est une vraie meneuse de troupes. Elle te prendra bien comme chevalier attaché à ses services ; elle a besoin de tous les bras et je suppose que tu sais tout faire.  

— Il faudrait que je me pose.

— Alors, pose-toi chez elle, elle est très ouverte à autrui. Elle indique par ses travaux et ses fêtes ce qui est important pour elle. Tout le monde a la même place, dit-elle souvent. Ce sera le commencement de quelque chose pour toi et je te verrai dans les bois. Au moins, je suis sûre que tu ne me cueilleras pas pour m'envaser dans des cageots !

Bertrand sourit vaguement. Il ne cessait de regarder Émeline qui entraînait la farandole de troubadours ébouriffés, d'unijambistes, de gnomes hilares, de vieux restes édentés, de gamins mal grandis, de femmes à la poitrine sèche, de filles sans breloques, de fillettes serrant des poupées sans orbites. Des multitudes de pas creusèrent la neige de poches de glace pilée. Les bras tordus des arbres envahirent les lueurs jaunes, aussi noires et tenaces que les bras qui brandissaient les torches. Les corps gesticulaient, s'efforçant de suivre la gestuelle des danses qui continuaient dans les taillis. Les yeux des danseurs brûlaient de joie. Bertrand voyait les visages s'éveiller, les lèvres dévastées frémir et répercuter dans les espaces glacés le langage de leur allégresse.

Et les chants montèrent de plus en plus fort, les cris filèrent dans les arbres, les mots devinrent vie, les mains tendues partirent sillonner le crépuscule éclatant de rubis.

Le ballet dura jusqu'au moment où le ciel donna le glas du repos. Il devint obscur et n'oublia pas d'allumer ses veilleuses étoilées.

Bertrand ne put s'arracher à la contemplation du monde qui s'affaisse. Il resta longtemps à se demander quelle exigence l'avait emmené en ces terres rudes, ce qu'on attendait de lui, ce qu'il avait à leur apporter à ces êtres sans nom et sans âge.  

45

Un petit mot pour l'auteur ? 51 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Georges Saquet
Georges Saquet · il y a
Un texte utile, beau et réconciliant ! Une perle de pureté ... Mon vote.
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
J'en suis ravie. Merci à vous.
Image de . LaNif
. LaNif · il y a
Féérique et humaniste. Superbement écrit.
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Merci beaucoup, LaNif.
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
Perce-neige, l'éveil de l'amour, mais aussi symbole de la consolation et de l'espérance... Le renouveau de la vie, même éclopés.
Un joli conte porté par votre belle écriture. Et une très belle idée cet hommage à l'association de Lino Ventura.

Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Merci pour tout ce que vous dites.
C'est un très beau commentaire, Dolotarasse. Cela me fait vraiment plaisir.

Image de Didier Poussin
Didier Poussin · il y a
Au pays du bonheur
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
C'est un peu, beaucoup, infiniment cela.
Merci , Didier .

Image de Robert-Haïtam Péaud
Robert-Haïtam Péaud · il y a
Une très belle histoire qui encense la nature.
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Cela me fait vraiment plaisir, Robert.
Merci beaucoup.

Image de Atoutva
Atoutva · il y a
Un conte merveilleux et poétique. On attendrait presque une suite...
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Je suis charmée par votre commentaire, Atoutva.
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
L'impression que tu as abusé du Chouchen 🤣 N'empêche que ton texte est un bel hymne à la vie, l'entraide et la tolérance
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
chouchen : boisson alcoolisée obtenue à partir de la fermentation du miel dans l'eau, très ancrée dans la culture celte.
J'aurais appris quelque chose !
Votre visite me fait plaisir , Loodmer.

Image de Kruz BATEk Louya
Kruz BATEk Louya · il y a
Quelle plume!
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Merci , Kruz d'avoir apprécié.
Image de Ralph Nouger
Ralph Nouger · il y a
Un joli voyage dans la nature entourée de ces fleurs blanches.
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Merci beaucoup, Ralph.
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
C'est très beau, Ginette... un conte à s'envoler ...et respirer sur les mots pour tout prendre " jusqu'au moment où le ciel donne le glas du repos"
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Merci beaucoup, chère Viviane.

Vous aimerez aussi !