Les mots de jeu de Félix

il y a
7 min
27
lectures
1

Toute ma vie a été bercée par la littérature, la poésie, et le théâtre. J'ai pris la plume très tôt, et bien que légère elle donna du poids à mes mots, qui devinrent des récits, des  [+]

La concurrence des loyales.

Les hippies aiment l'infinitif.

Les fruits de mer poussent sur les abris côtiers !

Une jolie plante laissée en plant est une plante à qui on a fait un mauvais plant, et qui n'a pas de pot.

Toutes les jolies plantes sont des empotées. Elles aiment qu'on leur mettent les points sur les ipomées !

Les jardiniers connaissent tous les bons plants. Une jolie fleur qui fait une proposition indéhiscente !

Certains jardiniers ne sont pas très futaies.

Un écrivain s'apprête à lever l'encre.

Un écrivain qui a bonne mine est un écrivain qui s'éclate. S'éclate mot sphère.

Scène à Rio : évite de parler de carioca il y en aurait une mal soignée !

Plat et replat.

Les rastas du cœur.

Père Noël : homo sapins.

Il pleut. Le ciel ne commet pas d'imper.

Les dépravées piétinent les ruelles dépavées.

Femme à lunettes : elle rêve toute d'une nouvelle paire.

Tache ne prend pas d'accent, c'est l'accent qui fait tâche ! Pisse tache, tache de pisse.

L'auto-spoteuse. Elle meurt en folle !

On vient d'apprendre la mort d'un vivant.

Pendu : qui est sur la corde raide... mort.

En bon VRP de l'été, le soleil fait du porte à porte !

L'hiver, hiémal à la tête !

Le vide bat son plein. Le plein est en pleine recrudescence !

Un cul qui s'la pète... est un vain cul invaincu.

Le futur est un beau présent. Le passé est imparfait.

L'avoir est ma raison d'être. L'être est ma raison d'avoir.

Il poursuit avec acharnement les décharnées.

Ma muse m'amuse, quand elle s'amuse ça m'use.

Quand elle en a marre elle se marre à la marelle.

Le décollement de la rétine est un mal qu'il faut avoir à l'œil. Comme tous les mâles infidèles !

J'ai mis mon ego hors-je. Je fais des égonomies, je suis égonome. La modestie est un égocide. Show-biz : écosystème. Le 6 t'aime.

Le marin dans la marine craint les vagues scélérates !

Les boulangers ont tous peur de devenir des vieux croûtons !

Si tu veux prendre ton pied, je t'attend de pied ferme ! En rut pour de nouvelles aventures !

Tare tard tartare dare-dare, ça le fait !

La facture de téléphone est sans appel ! Les factures de téléphone on les ramassent à la pelle !

Un café empêche de dormir. Dans ce cas il faut prendre un café allongé. Certains se sont endormis au café. Ils ont eu un coup de bar.

Vive les roux libres !

Cannibale : hommnivore.

Péricarpe, dit le pêcheur.

Akène a t-on donné la définition d'akène ?

Femme sans S, toute en fine S.

Faites l'amour comme la guerre, branle-bas de combat ! Pour ceux montés comme des ânes, c'est le braille bas de combat !

Un sextant entre les mains, je retrouve mon chemin entre les étoiles !

Les fous de champignons doivent aller voir un psylologue !

Déclamez haut et fort vos vers ou je vais être obligé de prendre des scansions ! ( C'est la fête de la scansion )

Je ne suis pas né de la dernière pluie. Le ciel n'est pas un bleu !

La dame pipi a un métier à pisser. Elle est sûre de pas se faire chier... dessus !

J'ai maille à partir. Parisis la maille !

L'argent ne fait pas le bonheur. C'est ce que prétendent les déçus des sous dont les sous sont sans dessus dessous et sans dessus à deux sous, mais avec des dessous à deux sous.

Si tu n'as pas la pêche, change de thon et prend un autre thon avec moi. Adopte un autre thon, c'est mieux.

Orfélin : chat abandonné.

J'ai apprécié scier !

Mes proches sont loin. Ils ne sont plus proches mais ils sont mes proches de loin, et de près.

Il est né l'aîné. Fissa papa c'est le cadet de tes soucis ! Elle est née l'aînée Hélène est l'aînée et les névrosées ne s'entendent pas. Je défis celle qui des ficelles défit celles qui s'emmêlent.

Avez-vous tant de temps à gagner ? Avez-vous tant gagné de temps de temps en temps en deux temps trois mouvements ? Avez-vous tant gagné de temps tant et si bien que le temps est si bien chez vous ? Le temps détend. La faim détend.

Nez en moins, moins on est plus le père sévère s'évertue à l'être ! Il a quelques vers de trop dans le nez !

Les carottes sont cuites, n'en abusez pas, mais si vous le faites, pour la cuite c'est râpé !

Je suis atteint d'une jeudemotite aigue !

La montagne nous permet de tourner l'alpage !

Il est important pour un écrivain de se mettre à la page.

Le porc salue le lai de la laie. Qui vivra verrat. Il coche la fée cochette, la met sur sa couchette, lui sonne la clochette. Ne fais pas aux truies ce que tu ne veux pas que l'on te fasse !

Gentil facteur : père missive permissif.

Certains électriciens ont des ampoules aux mains.

L'arthographe.

Vagues : effets mers.

Lorsque je parle de foot je ne match pas mes mots.

K.-O technique : poing finale.

Donnez-nous notre pin quotidien.

Les droits d'auteur, c'est mon droit d'auteur. Des droits à la hauteur de ma hauteur.

Fautographe.

La Drôme adhère.

En prenant le sens interdit j'ai fait preuve de bon sens.

Gaulle de bois.

Je suis un écrivain en rut, je saute même les lignes. Que les lignes aillent se faire sauter !

On parle d'étonnants canons détonnants. Des tonnes de canons détonnent, ça t'étonne quand ça détonne !

Eve : démarrage en côte. Il faudrait inventer le démariage.

Les arbres écrivent leur histoire sur leurs propres feuilles.

La pêche a la pêche. La pêche donne la pêche.

La crème solaire, si je m'en passe c'est que je ne peux pas m'en passer ! Le soleil plombe l'ambiance !

La mère morte.

Les singes colobus.

Les mignonnes aiment les mignonnettes. Comme c'est mignon !

Les pétomanes sont des hommes de paroles ! avec eux il n'y a pas de pet-en-l'air ! Qu'ils reposent en pets.

La petite reine sait que dans le monde du cyclisme, la roue tourne. Il y a des rouetournements de situation !

Le coiffeur ma pris sous sa coupe ! J'ai eu du bol ! Ça me coupe la chique ! Comme j'ai du bol je vais chez le coiffeur pour avoir une coupe chic !

Merci de la cueillir comme il se doit, cette jolie fleur !

Le vent brise la brise, cette bise d'air.

Le silence commence à s'ébruiter. Le silence s'honore !

Festif : poil au cul. Un repas festif : bouffer un cul !

Kiné-bûcheron : masse if central.

Jasmine aime le jasmin.

La vieillesse, c'est grisant ! Un vieux, c'est grisonnant !

La voix qui se fit tant tendre se fit entendre : " tendrement songe, tendre mensonge."

Les thés l'été, boisson énergisante. Il est thé une fois.

Dès qu'on finit d'être des cons finit on n'en finit plus d'être con !

Tu as l'air d'avoir du bol d'avoir pris un bol d'air !

Un électricien qui a un discours un peu trop ampoulé, c'est comme un flic.

Méfiez-vous de ceux qui veulent vous mettre dans la merde. Ne leur tourner jamais le dos.

L'écrivain se fait un sang d'encre.

Les pas perdus ne sont pas perdus.

Je vais me mettre à mon conte, à contes d'auteur, et demander mon solde de tous contes !

Vous êtes déjantée ? Je suis enfanté de faire votre connaissance ! Notre relation va démarrer sur les chapeaux de roues ! Et voici et voilées !

Enfer et Dame Nation. (EDN )

QCM. MCQ

PTDR : on peut tout dire en riant !

La belle boulangère gagne son pain en vendant ses miches !

Les fleuves, j'en ai connu d'Épire et des meilleurs. C'est celui l'Acheron.

Vétérinaire : panse-bêtes.

Il y a des mâtins calmes. Abandonner un chiot au petit mâtin.

Le silence est d'art. Il aime les farcéties.

Squatter : il fait du pote à pote. Des potes qui dépotent !

Le mastic mastoc j'en ai en stock. J'ai mon stock de mastic et m'astique mon stock mastoc de mastic.

Un maki s'est enfuit dans le maquis. C'est le maki d'un marquis  qui démarre qui se démarque.

Elle a un régime vergetarien. Elle se méfie des palétuviers.

Fais preuve de gaité. Ceux qui te mettent dans la merde te veulent du bien.

Une langue morte est une langue bien pendue !

L'amour est plat tonique, nous lance des piques, nous fait la nique.

Le poète, devant un ver solitaire, bu un verre salutaire !

Autan en emporte le vent.

Quand on a la pêche c'est qu'on a gardé la banane. Il faut se fendre la poire, ne pas tomber dans les pommes !

Celui qui prend le melon il prend une pastèque et il aura un marron. Il va se ramasser une châtaigne !

Une châtaigne. Un chat teigne.

Culturisme : altère ego. Cultourisme

Les belles lettres et les bons mots se savourent en toute quiétude. Ils ne font grossir que le contenu d'une histoire. Ils sont bons pour la ligne.



Dernière nouvelle ! ( Félix fait son mot à CULPA )

Ce matin je rencontre un gars qui me dit : t'as lu ma nouvelle nouvelle ? Ta nouvelle nouvelle quoi ? que j'y dis. Ben, la dernière ! qu'y m'dit. Ah bon, première nouvelle, qu'j'y répond. Mais non, qu'y m'dit, c'est ma dernière nouvelle et c'est une première. Ah bah faudrait savoir, que j'y dis, elle est première ou dernière ? Y m'répond: aux premières nouvelles c'est la dernière, mais ma dernière nouvelle c'est une première. Alors j'y dis: elle est fraîche au moins ta nouvelle ? Non, parc'que aux dernières nouvelles y z'annoncent de la canicule !! Ça c'est du nouveau ! Pourtant la canicule, c'est pas nouveau aux dernières nouvelles, mais on risque d'avoir de ses nouvelles ! PTDR !


La scie à six sous

La scie à six sous il faut s'en soucier et sans les cent sous scier si celui à qui ça sied s'assied sur les cent sous sans le sou. Cent sous scier c'est mieux que s'y soucier. Si la scie à six sous scie six sous sous ses dessous de scie, ça fait deux scies à un sou. Vous voulez parier ? Avec des scies on mettrait le pari en bouteille. La scie à six sous s'y soumet ! Tesson meilleur scieur.
Une scie à sans sous et une scie sans soucis. Qui se soucie des cent sous de la scie sans soucis ? La scie à deux sous adoucit les mœurs. Ça sent souvent les cent sous sans sous si sans soucis la scie scie. On peut se payer en passant la passante du Sans-Souci si sans soucis les cent sous si demandés sont là. On peut se payer une passante en passant, pas cent passantes qui sans pas sentent impatientes un passant arriver. C'est lassant ? C'est là sans être là !


Le régime

J'ai tout essayé pour perdre du poids ! Je n'ai rien perdu ! Je n'ai plus rien à perdre ! J'envisage de faire un nouveau régime. Il paraît que c'est du lourd et qu'il ne faut pas prendre ça à la légère. J'espère que je serais à la hauteur, c'est un régime de taille. Je me sens tout petit quand j'y pense. Je pèse pas lourd
à côté, je ne fais pas le poids. Ils ont découvert un nouveau brûle graisse ! Si la Grèce est en feu, je pourrais toujours me faire un Grec, sauce barbecue. Il faut aussi faire du sport, ça aide à éliminer la Grèce. La Grèce a été éliminée ? Je ne savais pas. Ils leur ont mit le feu, ils font feu de tout poids ! C'est vraiment du lourd ce régime, c'est pour ceux qui n'ont plus rien à perdre !


Le silence est d'or 

Cela commençait à se savoir. Tout le monde savait que le silence était riche. Le bruit, qui était était jaloux, ne put contenir sa rage :

— je vais te briser ! jura t-il.
Il alla trouver le silence, et lui confia un secret :

— Silence, je sais à quel point tu es riche. Tout le monde dit de toi : " le silence s'honore, le silence est d'or et la parole est d'argent, le silence ceci, le silence cela. " Quel bruit fait donc l'or ? lui demanda t-il. Sort de ton mutisme, parle ! Je te prendrai tout ton or, de toute façon ! 
— Chuuut ! pas un bruit, murmura le silence. L'or ne fait aucun bruit. Il s'agit de l'or que l'on a à l'intérieur de soi, celui qui constitue la véritable richesse, intérieure, celle du cœur. Tu ne pourras jamais me prendre ce qu'il y a à l'intérieur de moi !  Quand à pouvoir me briser sache que la meilleure façon de le faire, c'est avec la vérité, l'esprit et l'intelligence, et non avec ton vacarme.
Quand je suis brisé de la sorte, c'est une douce brise que le souffle des mots intelligents, et je me reconstitue juste après, en devenant l'allié de la méditation et de la réflexion. Tu es loin du compte, et tu es très bruyant. Tu dois apprendre à être pauvre, ainsi, en tant que bruit pauvre tu t'approcheras de moi, et peut-être qu'à force d'être pauvre, tu te tairas par humilité, et tu deviendras, à ton tour, un silence en or !


La journée porte ouvertes

C'est la journée portes ouvertes, alors je fais du porte à porte. Hélas j'ai trouvé porte close, alors je me suis fait mettre à la porte. Comme j'avais décidé en amont de prendre la porte, il n'y avait donc plus rien à prendre. Même une porte cochère m'aurait suffit, et aurait également suffit aux bons cruciverbistes qui cochèrent porte ! Que l'on m'apporte une porte que je fasse du porte à porte ! Je suis un double battant !

***********************









1
1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Un coup pour rien

Gilles Golik

Je suis arrivé à cette fête, la fille qui m’a ouvert portait une espèce de jupe bouffante dans les bordeaux soyeux, et une haie de types et nanas se perdait jusqu’au fond d’un interminable... [+]