Les mains dans le cambouis

il y a
2 min
603
lectures
125
Finaliste
Jury
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Une atmosphère très sombre et un style impeccable nous plongent dans cette histoire d’invention ! En quelques lignes, l’auteur nous transmet

Lire la suite

Des mots posés sur le bout de ma langue et de ma plume pour me relier aux autres et au monde alentour : http://poussieres.histoires.free.fr Actuellement en lancement de mon projet de 3ème recueil ... [+]

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Il en avait plein les paluches, de cette affaire-­là. Il ne pouvait pas s'en passer. C'était plus fort que lui, plus fort que tout. Il en oubliait la vie, la vraie comme on dit, et le monde d'ici-­bas pouvait bien s'écrouler. Il y passait des plombes, dès le jour levé et jusqu'à ce que ses yeux clignotent telle l'ampoule jaune qui se balançait lamentablement à son fil. Sa vie à lui s'ancrait là, ou plutôt s'encrait là. Saisissez la nuance. Et le noir de la graisse laissait des veines profondes qu'il ne cherchait pas même à faire disparaître. Elles traçaient les chemins des heures qui s'ajoutaient. Depuis combien de temps, d'ailleurs, se penchait-­il au-­dessus du turbin ?
Il en avait plein sous les ongles, et leurs angles cassés prouvaient qu'il s'acharnait. Un coup de tournevis, une vis qui ripe. Des blessures, parfois petites, qui faisaient mal pourtant, et qui marquaient sa chair en mille incarnations.
Il courbait le dos. Ça lui donnait une drôle d'allure : sorte de botte de paille, mais velue et hirsute. Parfois, il se redressait, portait ses poings à ses hanches, oscillait sa carcasse et relevait ses manches. Il grognait, il soufflait, puis il s'y remettait.
Il se grattait la tête, sans égard pour sa tignasse qui devenait crasseuse. Il passait sa pogne dans ces liens de broussailles. Parfois il secouait sa trogne pour comprendre ce qui lui échappait. La faille qui résiste, qui gêne les poursuites, qui grippe ce qu'on cherche et met tout de travers.

On lui avait bien dit qu'il n'était bon à rien, qu'il marchait de traviole, qu'il n'y avait rien à faire. On l'avait relégué ailleurs qu'en société. Il n'en faisait pas partie, il devait s'éclipser. De lui, on n'avait aucun besoin.
Mais lui avait toujours su, au plus profond de lui-­même, ce qu'il voulait faire. Envers et malgré tous, tous ceux et toutes celles qui détournaient leurs cœurs, mais aussi leurs yeux et leurs culs.

Comme il traînait souvent ici et là, personne n'y prit garde. Un soir pourtant, il osa : il poussa, haletant, le battant d'un réduit en bouillie dont personne n'avait cure, tout au bout du village. Puisque les ombres nocturnes lui faisaient un manteau, il installa ici son bazar de ferraille. On ne le vit pas faire, chacun étant rentré chez soi. Il plaça un caillou pour arrêter la porte, pour qu'elle ne s'ouvre pas, pour garder son secret. Il commença de suite à souder, à piper, à poser à l'envers, à remettre à l'endroit, à tordre et à détordre, ou encore à tirer sur des cordons ductiles. Il n'abandonna pas.

Parfois, certains passants l'entendaient frapper. Ils n'auraient pu deviner l'entreprise de ce diable. D'ailleurs, personne n'osait se frotter à lui. Bien sûr, ça inquiétait bonnes gens et notables ; on parlait de lui, on disait ses peurs. On commençait maintenant à penser qu'il fallait qu'il s'en aille, pour de bon et ailleurs.

Lorsque, ce matin-­là, ils poussèrent du pied la porte qui céda sans plus de résistance, ils ne virent rien dans la pièce aux couleurs de charbon, rien que du sable. L'homme-­bête partit sans qu'ils aient à agir. Ils étaient soulagés, enfin débarrassés.

C'est alors qu'ils entendirent un étonnant ramage de rouages grinçants, de roues et de chimères. Venait sur la voie droite qui traversait le bourg, un foutraque équipage fait de bric et de broc, mais qui avançait bien. Perché tout en haut, sur son trône royal, se tenait, fier et droit, l'Inventeur hilare qui filait son chemin.

Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Une atmosphère très sombre et un style impeccable nous plongent dans cette histoire d’invention ! En quelques lignes, l’auteur nous transmet

Lire la suite
125

Un petit mot pour l'auteur ? 11 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Pat Vermelho
Pat Vermelho · il y a
Très différent de vos poèmes. Une belle histoire de revanche sur les mépris des autres.
Image de Véronique Pédréro
Véronique Pédréro · il y a
J'écris des courts de temps à autre, avec souvent des portraits qui se décalent. Actuellement en route pour un 3ème ouvrage aux éditions ThoT (https://editionsthot.com/editions-thot/nos-auteurs/veronique-pedrero) qui mêlera haïkus, tankas, poèmes + longs et courts récits + quelques photos.
Image de Pat Vermelho
Pat Vermelho · il y a
Merci Véronique pour toutes ces infos sur vous. Je connais les éditions Thot.
Image de Véronique Pédréro
Véronique Pédréro · il y a
Ah ! Seriez-vous de l'Isère ?
Image de Pat Vermelho
Pat Vermelho · il y a
Pas loin, de la banlieue lyonnaise côté isère, et j'y ai de la famille. Mais je connais les éditions Thot pour leur avoir proposé plusieurs de mes manuscrits et pour être abonné à leur Newsletter.
Image de Véronique Pédréro
Véronique Pédréro · il y a
Drôle tout de même : perso, je suis originaire de Givors. Faites-vous partie des auteurs chez ThoT ?
Image de Pat Vermelho
Pat Vermelho · il y a
Non, je suis chez 3 autres maisons d'édition.
Image de Véronique Pédréro
Véronique Pédréro · il y a
Je suis preneuse de pistes d'éditeurs. Pourriez-vous me transmettre cela ?
Image de Pat Vermelho
Pat Vermelho · il y a
éditions Estelas avec pour contact Max Hertz (c'est aussi l'un des auteurs maison), la petit maison d'édition lyonnaise éditions Hugo Stern. La 3ème étant une maison d'édition participative qui oblige l'auteur à acheter 50 exemplaires, je tarai son nom.
Image de Brigitte G.
Brigitte G. · il y a
Les efforts enfin récompensés de celui que tous méprisaient.
Image de Camille Berry
Camille Berry · il y a
Quelle superbe écriture !

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Sous la Prade

JH C

Nous allions souvent jouer au bord de la voie ferrée. A une vingtaine de minutes du village, le grand champ de la Prade se terminait par un coteau abrupt couvert de broussailles qui descendait ... [+]