3
min

… LES FRANÇAIS… LES FRANÇAIS… LES FRANÇAIS… LES FRANÇAIS…

Image de Bellinus

Bellinus

12 lectures

0

Partout, dans la presse, sur les ondes, au fil des sondages, des reportages et des hit-parades, on n’invoque que les Français : les Français pensent... les Français souhaitent... les Français attendent... les Français redoutent... les Français plébiscitent... le moral des Français... les héros préférés des Français... bref, une unique et morne rengaine : les Français !

Or, ce leitmotiv est imbécile et fallacieux, généralisation aussi hâtive qu’improductive. Même si l’intelligence de masse – ou la bêtise – doit rassurer quelque part les sondeurs dès lors qu’elle est collective. Mais où se terre donc la connerie hexagonale de masse ? Qui sont ces braves Français unanimes ? Toi qui me lis ? Moi qui t’écris ? J’en doute. Je le nie. Puisque ni toi ni moi ne faisons partie de ces Français-là, pour la bonne raison qu’ils N’EXISTENT PAS.

Certes, il y a quelques millions de Français crétinisés par TF1 ; d’autres assommés nuit et jour par BMFTV ; d’autres traumatisés par le clownesque feuilleton estival (cette grotesque« affaire d'Etat » à la sauce Benalla devenue « affaire d’Eté » par la grâce du Monde et autres échotiers opportunistes, selon la redoutable règle des trois L : « Ils lèchent, ils lâchent, ils lynchent »). Il y a aussi des Français hypnotisés par nos grands dadais en bleu. Tous ceux qui se lèvent tôt et aspirent aux heures sup. Ceux qui rêvent d’être proprios et de passer à la télé. Les veaux et les génisses du RER (troupeau docile dont je fais hélas partie) ingurgitant en cohortes compressées l’info prédigérée de 20 Minutes et autres « gratuits ». Les ex-aoûtiens aussi qui partirent frire sur des plages surpeuplées. Les bourges ripolinées d’Auteuil-Neuilly-Passy et les snobs enyachtés de Trouville. À moins que ce soient les bios bobos embrocantés ou meublés en Ikéa. Les fans de Bigard le Couillu ou les abonnés sourdingues de la salle Gaveau. Les accrocs du Morpion Gagnant ou les dévots de la Bourse plate. Braves Français mes frères ! Panem et circenses ! Epate et audimat ! Pognon et Opinion ! Résumons : oui, c’est un fait, il y a bien DES Français, par poignées ou par millions, mais « LES » Français, non, sondés ou non, ça n’existe pas, ça ne veut rien dire, ça n’a jamais existé ; ce n’est qu’un mythe idéologique/sociologique troué de mites qu’ils inventent pour nous classer, nous comptabiliser, nous manipuler, nous uniformiser, nous abêtir, nous baiser. Tout en se rassurant, eux, d’avoir bien fait leur boulot de sondeurs-comptables et de bonimenteurs manipulateurs. Mais qui, ils ? Qui, à la fin ? Les faiseurs d’opinion professionnels et les journalistes-snipers, grands spécialistes de la guéguerre d’usure et de l'intox médiatique, Dieu me l’astique !

En fait – et là, je sollicite toute ton attention – le plus grand responsable de la « théorie des Français-en-rangs-serrés-je-ne-veux-voir-qu'une-seule-tête », souvent théorie du complot, généralisation des sots, manipulation des statistiques, etc., c’est... TOI-MÊME : quand tu y crois, quand tu continues de croire aux mirages et aux miracles. (Moi-même aussi, rassure toi : je ne suis pas ici un donneur de leçons, sus aux cons.) Donc, oui, souvent, tu crois à ce Dogme débile et indélébile des Français au pluriel impersonnel et tu l’assumes, tu te l’assimiles, tu te prosternes, parfois tu bats ta coulpe... quand tu t’imagines faire partie du troupeau virtuel et que tu le prouves en étant hypermédiatisé, hyperscotché à tes écrans, hypersensible aux sondages frémissants, hyper esclave de la mode (jeans troués de partout, surtout aux genoux, mode qui, dieu merci, fait le bonheur des mercières et autres ravaudeuses !), hypersensibilisé également aux potins, aux rumeurs, aux stars, aux news, aux fausses priorités, aux insignifiances préprogrammées, aux vraies fausses vérités assénées. Bref, en pensant et en « te » pensant comme l’un d’entre eux, forcément, puisque tu habites en France,... LES Français, te dis-je, – masse anonyme, dépersonnalisée, sorte d’Alien mou aux mille tentacules émondeuses de ta subjectivité libre et singulière, même à ton corps défendant et malgré ton pauvre petit cœur navré et honteux d’être asservi et statistiquement crétinisé et embrigadé.

Eh bien moi, en cette veille de rentrée qui va rameuter LES Français sous les marronniers et les coaguler statistiquement en faveur d'un anti-macronisme primaire à la sauce pisse-copie, je m’honore de ne pas appartenir à ce peuple-là, je me vante haut et fort de ne pas être Français. Ni Gaulois d’ailleurs. Oui, fidèle à mon bel adage (« Connais-toi toi-même pour devenir qui tu es envers et contre tous »), assumant mon orgueil, mon narcissisme, ma différence, mon indépendance, mon indigence, ma révolte, ma bouffonnerie, mon mépris, ma suprématie hors médias hors marigot hors nationalisme hors Française des Jeux hors bannières bleu blanc rouge hors opinion publique hors sondages pub hit-parade prime time marketing s’miles soldes et autres conneries télécommandées, je déclare encore et toujours, je hurle, j’insinue, je jubile, je persifle, je m’époumone, je susurre, j’affiche ma solidarité complaisante et exclusive avec mon cher ego, pardon, mon cher EGO majuscule et je décline ici en boucle mon trio-credo et mon hymne nationale européenne internationale mondiale et planétaire : moi moi-même moi m’aime moi moi-même moi m’aime moi moi-même moi m’aime moi moi-même moi m’aime moi moi-même moi m’aime moi moi-même moi m’aime moi moi-même moi m’aime moi moi-même moi m’aime moi moi-même moi m’aime moi moi-même moi m’aime moi moi-même moi m’aime moi moi-même moi m’aime moi moi-même moi m’aime moi moi-même moi m’aime moi moi-même moi m’aime moi moi-même moi m’aime... car mon jour de Gloire est arrivé ! oui, encore toujours avant tout et à jamais je pense d’abord prioritairement exclusivement à moi, je me cultive, je me bichonne, je me sculpte, je m’ausculte, je me protège, je me surprotège, je me préfère, je m’hyperprotège, je m’écoute, je me comprends, je me console, je me câline, je me ménage, je m’encourage, je me consulte, je m’approuve, je me cite, je m’autoédite, je me plébiscite, je m’autocélèbre, je me présélectionne, je m’adoube, je m’adore, je m’idolâtre, je me caresse, je m’empoigne, je me branle et dès le premier tour de ma candidature unique à l’Erection Providentielle, à guichet fermé et à 150% des inscrits, de mon unique voix ultra minoritaire dans l’isoloir confiné de mon ego démesuré dévastateur surdimensionné et pourtant hyper généreux (puisque je compense à toute heure du jour et de la nuit mon narcissisme par un altruisme effréné et jubilatoire), néanmoins, plus que jamais, je vote explicitement unilatéralement prioritairement pour Moi...

... ET J’EMMERDE LES FRANÇAIS !

Theme

Image de Nouvelles
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,