5
min

Les fleurons de la défense

Image de Tipee

Tipee

601 lectures

96

Qualifié

— Bonjour.
D’une voix de baryton, le responsable Al Regnum savait ordonner le silence à une salle.
— Si vous êtes présent ici depuis plusieurs semaines, c’est que vous désirez devenir les fleurons de la défense internationale et que vous avez été sélectionné dans ce but. Ce sera grâce à vous que les citoyens de notre chère planète Terre pourront jouir de toujours plus de liberté. Tout habitant vous sera redevable du maintient de l’ordre, de la justice et de la sécurité.
Aujourd’hui débute notre cinquième conférence. Nous allons analyser les comportements d’un citoyen qu’il faudrait absolument éviter au sein de notre société libertaire. Il possède toutes les tares contre lesquelles se battent les organisations sécuritaires mondiale pour le maintien des devoirs et droits universaux.
J’actionne l’holofilm sur tous vos pupitres afin que vous puissiez vous faire votre propre opinion.

Les traqueurs autopropulsés du ministère firent un long zoom partant d’une jungle urbaine orthonormée jusqu’à un parc bétonné de banlieue. Une silhouette fine de dos, le corps droit, longiligne, presque fragile se mit à marcher d’un long pas, sautant d’un pied sur l’autre, sa chevelure blonde, hirsute, dodelinant sur sa tête. La démarche dépareillait. Elle n’était pas fidèle aux normes de sécurité d’après les implants installés dans les cerveaux des futurs hauts responsables de la police.
Marche dangereuse : 17% de risque de blessure : taux inacceptable.
Un taux bien trop important pour être dénigré. Cela est imprudent pour cet homme et surtout pour ceux qui voudrait reproduire son pas. L’holovidéo commençait bien !
L’homme se dirigeait manifestement vers une femme au regard éperdument émerveillé. Ses boucles brunes oscillaient sur ses épaules aux grés des vents. Les implants grésillèrent et un voile clignotant en rouge passa devant les yeux des étudiants.
Taux d’interfécondité de 2% : union non légitime.
L’homme la percuta presque, l’attrapa, la souleva, et l’embrassa avec une passion telle qu’elle devait être proscrite dans les comportements moraux depuis plusieurs siècles. Si des civils apercevaient ce couple, beaucoup pourraient avoir des idées lubriques.
Tout l’auditorium était sidéré de voir une telle sauvagerie pornographique sur leur contenu visuel. Les implants surchauffaient en annonçant aux possesseurs tous les articles légaux que le couple enfreignait. Des femmes ouvraient des yeux écarquillés, d’autres vomissaient sous leurs tablettes. Des hommes s’épongeaient le front emplit de sueur tandis que d’autres tournaient la tête de dégoût en fermant leurs yeux.
— Un peu de calme s’il vous plait et continuer de regarder l’holovidéo. Ne m’obligez pas à brancher les capteurs sensoriels. Analyser cette situation avec sérieux. C’est le seul moyen de juger cette affaire avec tact et aplomb. La société à besoin de vos jugements.
C’est aussi le seul moyen pour moi de maintenir cette société dans le droit chemin et de protéger nos institutions, pensât Al Regnum.
Durant cet intermède vocal, le couple en avait profité pour filer. Il serpentait sur les chemins du parc, longeant des arbres sans branches. C’est en 2271 que l’organisation sécuritaire avait commencé à modifier génétiquement les arbres dans tous les parcs urbains. Maintenant, aucune ville ne pouvait présenter un arbre avec des branches à moins de 3,50m du sol afin d’éviter l’escalade et donc les risques. De plus, ceux-ci étaient dorénavant pourvu de micros conscients. Les bavardages impies du couple étaient donc enregistrés et envoyés au centre des contrôles.
Les amants s’avancèrent vers une voiture. Les usagers durent ouvrir les portières manuellement. Les implants des policiers lancèrent un scan sur le cerveau des deux passagers. Les étudiants étaient stupéfaits. Invraisemblable ! Al Regnum, lui, se réjouissait.
Implant civil de fonctionnement inexistant.
Le couple ne possède pas d’implants civil. Aucun implant ! Ceci explique leur comportement au combien anormal. Ce sont de véritable hors-la-loi, comme l’on n’en a pas vu depuis plusieurs siècles.
L’homme tourna la clef à droite du volant, baissa le frein à main et enclencha une vitesse.
Les étudiants étaient médusés, l’homme allait utiliser la fonction manuelle de sa voiture plutôt que la commande vocale. Toutes les voitures étaient actuellement contrôlées informatiquement par la sécurité routière mondiale. Comment avait-il réussi à obtenir un tel véhicule rétrograde ? Lorsqu’il démarra la femme osa affirmer :
— Je trouve ça sexy que tu pilotes en manuel. Dorénavant, plus personne ne sait réellement se servir de ses mains... et toi tes mains j’aime les sentir se promener sur mon corps chaud et humide...
Langage non répertorié. Erreur 407.
La voiture s’éloigna, les traqueurs décolèrent et suivirent la voiture. Elle longea la côte marine bétonnée afin d’éviter les éboulements. La mer elle-même était terraformée. Elle n’avait plus qu’une profondeur de 1m sur ses deux premiers kilomètres puisque plus personne ne prenait la peine d’apprendre à nager. Les animaux dangereux, eux, avaient été exterminés depuis longtemps.
Éclairage préventif non respecté.
Vitesse limite dépassée.
Passage piéton non observé.
Feu rouge...
Les implants paniquaient. L’homme causait toujours plus de préjudices moraux à la société. Il se fichait de la sécurité de ses concitoyens. Ce qui semblait le motiver, s’était enfreindre le maximum de loi et faire plaisir à cette femme. Une femme non approchée sur la plateforme légale de rencontre algorithmique. Un véritable échec de l’amour vrai.
La voiture avançait maintenant sur des routes vallonnées puis montagneuses. Le revêtement bitumé inutilisé depuis plus d’un siècle était extrêmement dégradé. En plus d’être irrespectueux de ses congénères par son comportement, il ne prenait pas les routes electrocanalisantes qui permettaient de charger les batteries des maisons riveraines.
La voiture serpentait à une allure de plus en plus soutenue, s’approchant dangereusement des ravins. Enfin, elle s’arrêta sur le bas-côté, contre la balustrade protégeant l’ancienne route nationale du gouffre. Le couple sorti de la voiture, se retrouva, s’enlaça, s’embrassa passionnément. Les mains de l’homme brûlaient de désir. Puis il s’approcha du bord pour jeter un coup d’œil dans le vide, apercevant un ruisseau gorgé d’une eau se jetant contre les parois abruptes.
— Tu vois ma chérie, c’est ça la liberté. Conduire manuellement, prendre les virages à la vitesse que je le désire, m’affranchir de toutes ces caméras et micros qui me pourrissent l’existence. Surtout ce que je veux, c’est que l’on profite dans cette nature encore existante de nos corps que l’on nous interdit de toucher. Donnons-leur un plaisir assumé.

« PAUSE. »
Tous les holovidéos s’arrêtèrent ensemble.
— Vous avez bien suivi ces deux personnes. Le comportement de cet homme est ce que l’on veut absolument éviter. Il vit dans une illusion de la liberté qui porte préjudice à l’ensemble de la population. Si tout le monde se comportait ainsi, nous vivrions dans un monde proche de l’apocalypse. Il est temps de supprimer ces individus, et ce, pour le bien de nos libertés collectives et individuelles.
Suivant un geste théâtral du responsable Al Regnum, les holovidéos se lancèrent. Les traqueurs filmant de dessus dévoilèrent un sol basculant au rouge autour de l’homme, de la femme et de la voiture. Puis les satellites de défense inter-spatiale lancèrent un rayon croisé sur les individus. Lorsque le bord de route repris sa couleur normale, tous avaient disparu, détruit à jamais.
— Bientôt ce sera à vous de supprimer ce type d’individu. Ils vivent dans une réalité alternative où leurs désirs sont dictés par leur seul raison. Ils ne respectent plus l’ordre collectif alors qu’il doit faire foi. Le cours est maintenant terminé, vous pouvez disposer.

Al Regnum prit l’ascenseur aéro-dimensionnel menant à la lune. Il entra directement dans son complexe, enleva sa veste et embrassa sa femme sur la joue.
— Salut AM-089 !
— Salut AR-170, passez une bonne journée ?
— Oh oui, j’ai une nouvelle fois formé des humains équipés de nos puces de haute sécurité. Encore une génération qui va détruire les autres humains qui essayent de rêver à un âge d’or irréel. J’ai aussi sécurisé nos installations robotiques présentes dans toutes les gorges et gouffres mondiaux. J’ai fait d’un boulon deux coups
— Notre président AA-001 va être heureux de cette nouvelle avancée majeure. La domination par les robots de cette planète était la seule idée viable pour protéger les humains d’eux-mêmes.
— Oui ! C’était la seule solution. Je vais me brancher sur la centrale nucléaire pour ma recharge annuelle. Merci de m’allumer demain matin. J’ai un cours sur le voyage hors atmosphère à donner pour la NASA afin qu’ils ne puissent pas voir nos installations lunaires souterraines. Ce serait bête qu’ils se posent des questions sur nos cheminées fumantes...

PRIX

Image de Hiver 2018 - 2019
96

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Pherton Casimir
Pherton Casimir · il y a
Un très beau texte... Félicitation à vous !
Je vous invite à me supporter https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/friendzone Friendzone, une très belle histoire.
Merci !

·
Image de Magalune
Magalune · il y a
Au rythme où va le "progrès" on pourrait bien ne pas être loin d'un tel futur. L'écriture est prenante, l'histoire aussi pour nous, pauvres humains jouissant encore de notre illusion de liberté ;-)
·
Image de Nelson Monge
Nelson Monge · il y a
Scénario et déroulé originaux. Bien.
·
Image de Line Chatau
Line Chatau · il y a
Histoire originale et pleine d'humour. Mon soutien +****
Je suis en compétition avec 2 oeuvres d'un style très différent. Si le coeur vous en dit....

·
Image de Tipee
Tipee · il y a
Merci j'irai faire un tour ce weekend.
·
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Un récit où l'on ne s'ennuie pas. +5
Je suis en finale du Prix Imaginarius avec un conte pour enfant que je vous invite à lire pour éventuellement le soutenir.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/larmee-des-ombres

·
Image de Tipee
Tipee · il y a
Merci j'irai voir ce weekend.
·
Image de Claire Bouchet
Claire Bouchet · il y a
Pour un premier texte publié sur Short Edition et déjà en compétition dans un Grand Prix, je trouve que vous vous en sortez très bien. Je me suis facilement laissée happer par votre style et votre histoire. Bravo !
·
Image de Jean-Claude Renault
Jean-Claude Renault · il y a
Bel avenir.
Si cela vous dit, je pense que cette nouvelle trouverait un écho dans une des mes anciennes publications (qui se situerait un peu plus tôt dans le temps) : https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/risque-zero

·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une belle plume pour cette œuvre fascinante ! Mes voix ! Mon œuvre, “ Sombraville”, est
en Finale pour le Prix Imaginarius! Une invitation à venir la soutenir si vous l’aimez !
Merci d’avance et bonne soirée !
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/sombraville

·
Image de Tipee
Tipee · il y a
Je m'en vais de ce pas la lire. Merci d'avoir apprécié le texte.
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Merci d'avance, Tipee ! A bientôt !
·
Image de MaNaïs
MaNaïs · il y a
Les excès auxquels nous mène le fantasme du risque zéro, c'est un sujet qui me préoccupe vraiment, j'apprécie de le retrouver sous l'angle d'une dystopie satirique !
·
Image de Jcjr
Jcjr · il y a
J'ai aimé me laisser prendre dans ce fantasme, où le collectif annihile toute individualité non répertoriée. Mais où se trouve la limite ? Mes voix. Viendriez-vous me voir ?
·
Image de Tipee
Tipee · il y a
Pas de problème, où puis-je trouver vo(s)(tre) oeuvre(s) ?
·
Image de Jcjr

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème