4
min

Les enfants de la liberté

Image de Argan

Argan

55 lectures

7

- Nathan ? Tu dors ?
- Non, j’ai trop chaud... Quelle heure est-il ?
- Je ne sais pas... Tu entends ce bruit, Alex ?
- Ouais... C’est bizarre, on dirait qu’il y a des gens dehors ! Tu crois que c’est les boches ?
- Peut-être qu’ils font un entrainement comme la semaine dernière !
- Ça sent le feu !
Les deux enfants se lèvent et regardent par la fenêtre qui donne sur la place du village.
- Mon Dieu ! Regarde Alex, il y a le feu chez les Jublanc ! Les pompiers sont là !
- Tu as vu les allemands ! Il n’y en a pas un qui aiderait ! On descend ?
- Ouais d’accord ! Je suis sûr que tes parents sont déjà dehors pour donner un coup de main !
Ce soir Nathan dort chez Alexandre. Ils sont copains depuis toujours. Ils avaient cinq ans quand la guerre a été déclarée. Leurs parents disaient comme tout le monde que les Français allaient donner une raclée aux Allemands. Cela semblait abstrait pour eux. Quand les Allemands ont investi le village, ils ont compris que la guerre était perdue. Ce n’était plus aussi drôle... Il fallait faire attention aux camions qui transportaient les soldats, aux motos qui roulaient vite dans le bourg et les parents leurs interdisaient d’adresser la parole à l’envahisseur.
Les enfants du village allaient toujours à l’école. Ils apprenaient une chanson à la gloire de Pétain ! Maréchal, nous voilà ! La vie s’écoulait presque normalement sauf quand il y avait un attentat contre les Allemands dans la région mais cela restait rare à Sainte Mère Eglise. Le mois dernier, ils ont exécuté un jeune résistant de 19 ans. C’était un gars de Gourbesville.
Les enfants constatent en effet que les parents d’Alex sont sortis avec d’autres villageois pour tenter d’éteindre le feu. Ils ont fait une chaine, du puit, situé au centre du village, jusqu’à la maison des Jublanc. Les flammes ont une hauteur impressionnante et éclairent toute la place. Les efforts des habitants semblent bien vains à cet instant.
- C’est magnifique Nathan !
- Quoi ! Qu’est-ce que tu racontes ?
- Je trouve que c’est vachement beau toutes ces lumières dans la nuit !
- Ouais... C’est vrai... Tiens, tu as vu dans le ciel ! On dirait qu’il y a des trucs qui tombent !
Brusquement, des tirs de mitraillette retentissent et les villageois s’enfuient dans tous les sens lâchant leur seau. Nathan et Alex courent et se cachent derrière l’église. Ils se blottissent l’un contre l’autre. Une rafale de mitraillette percute le mur de l’église en projetant des éclats de granit.
Les premiers parachutistes tombent sur la place de l’église. Beaucoup meurent sous les balles allemandes dès qu’ils touchent le sol. D’autres se font tuer alors qu’ils sont encore dans les airs. C’est un vrai massacre. Alex et Nathan regardent en pleurant ce spectacle terrifiant, impuissant. Cela dure plusieurs minutes. Le nombre de parachutiste à s’écraser sur la place est de plus en plus important. Les soldats américains survivants s’organisent pour combattre l’ennemi.
Les deux enfants crient et sursautent en entendant un grand bruit au-dessus de leur tête. Des tuiles tombent à leurs pieds. Ils lèvent les yeux et distinguent des bottes, puis des jambes se balançant dans tous les sens et une grande voile blanche faseyant.
- Purée ! Il y a un soldat américain qui est accroché au clocher !
- Il va se faire zigouiller Nathan !
Soudain, un couteau tombe juste à côté de Nathan. Il le prend et le cache dans sa poche.
- Regarde Nathan, il ne bouge plus... Il est mort...
John Steele, parachutiste américain, a fait le mort pendant deux heures avant d’être fait prisonnier par les allemands.
Au même moment, un autre américain atterrit à quelques mètres des deux enfants. Il est protégé des combats par l’église. En tombant, il s’est blessé à la cheville. Il pousse un cri de douleur effroyable. Il voit les deux enfants.
- Help ! Help !
- Qu’est-ce qu’il dit, Nathan ?
- Je ne sais pas ! J’ai l’impression qu’il est blessé.
Le soldat tente de se relever mais retombe au sol immédiatement en criant.
Les Allemands ont vu l’américain tomber et ils accourent.
- Il faut l’aider Alex ou il va se faire tuer ! Suis-moi !
- T’es fou Nathan, on va se faire descendre par les boches !
- T’inquiète pas ! On va le cacher chez moi !
Nathan et Alex se précipitent vers l’Américain. Ils l’aident à se relever. La maison de Nathan n’est qu’à quelques dizaines de mètres.
Alex est mort de trouille mais il est avec son copain. Ils soutiennent cet Américain qui pèse une tonne. Il baragouine des choses incompréhensibles pour les deux jeunes garçons. Les Allemands vont bientôt déboucher dans la rue parallèle à la place de l’église.
Ils arrivent enfin ! Nathan pousse la porte ! Elle est restée ouverte. Ses parents sont certainement sortis lors de l’incendie. Alex referme juste au moment où trois soldats allemands arrivent. Une seconde plus tard et ils étaient fichus...
Les tirs intensifs se poursuivent sur la place de l’église.
Ils allongent le soldat par terre. Nathan regarde par la fenêtre et distingue trois soldats qui cherchent l’américain. Ils entrent dans toutes les maisons pour fouiller. Ils seront bientôt là !
- Nathan ! Je crois que l’amerlock est tombé dans les pommes !
- Bon Dieu, les Allemands seront là dans cinq minutes !
Il s’avère que la blessure du soldat est beaucoup plus grave que ce que les enfants imaginaient. Il a une double fracture du tibia.
- On fait quoi Nat ! On s’enfuit ?
Nathan regarde dans tous les sens et tente de trouver une solution. Si les Allemands trouvent l’Américain, ils le tueront, c’est certain !
- La trappe de la cave !
- Quoi ? Tu veux qu’on se planque dans la cave ?
- Oui... Heu non ! On va pousser l’américain jusqu’à la trappe. Les Allemands ne le trouveront pas !
Les deux enfants tentent de le tirer par les mains mais peine perdue...
Les soldats vont arriver dans une minute...
- Il faut le rouler !
Au prix d’un effort surhumain, les deux jeunes garçons réussissent à faire rouler le soldat inconscient sur lui-même.
Il tombe lourdement sur le sol de la cave en terre battue.
Les Allemands ouvrent la porte de chez Nathan. La trappe se referme au même moment.
Les deux enfants entendent le bruit des bottes sur le plancher.
Alex et Nathan tremblent et se serrent.
L’américain se réveille à cet instant.
- Oh my God ! My Leg !
- Chut !
Nathan le regarde avec de gros yeux et lui intime de se taire.
Ils entendent des voix et puis plus rien...
- Tu crois qu’ils sont partis Nathan ?
- Oui, je pense... Mais on va rester là encore un peu... Tu ne parles pas un peu anglais, Alex ?
- Non, je suis nul... Il parle peut être français, l’Américain ?
Ils le regardent. Le soldat leur fait un grand sourire. Il a de belles dents toutes blanches comme sur les affiches publicitaires pour le dentifrice.
Au même instant, la trappe s’ouvre brutalement. Les canons de mitraillettes apparaissent. Les enfants s’allongent sur l’Américain pour le protéger. C’est immédiatement un déluge de feu qui s’abat...
Les tirs s’arrêtent enfin... Il n’y a plus un bruit dans la cave...
- Il y a quelqu’un là-dedans ? crie une voix avec un accent américain.
Nathan, Alex et l’américain n’en reviennent pas d’être vivant !
L’Américain appelle ses camarades et bientôt ils sont sortis de leur cachette par des parachutistes.
Pendant que les infirmiers installent l’américain blessé, il s’écrie :
- Thank you boys !
Nathan et Alex se regardent incrédules... Puis, ils rigolent !
En montant, ils voient deux soldats Allemands morts sur le plancher. Le dernier, blessé à la jambe, est soigné par un infirmier américain.
Le lieutenant Arthur s’adresse aux deux jeunes héros :
- Vous avez sauvé la vie de notre ami, les enfants et il vous est très reconnaissant. Nous allons le soigner. Sa blessure est grave mais il s’en remettra. Il s’appelle Marcus Emerson.
- Ils sont morts les Allemands ? demande Nathan.
- Oui... Ils allaient vous tuer, nous n’avions pas le choix... C’est la guerre... Beaucoup d’Américains sont morts sur cette place, ce soir.
Le clocher sonne minuit, nous sommes le 6 juin 1944.
- Aujourd’hui des milliers d’hommes vont se battre pour votre liberté... Au revoir les enfants.
7

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Gargamel
Gargamel · il y a
Il y a eu beaucoup de courage, ce jour-là.
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
Ah Ste Mère Eglise ! Incroyable l'histoire du parachutiste suspendu au clocher (je la connaissais plus ou moins naturellement). Vous aimez vraiment l'Histoire ! Mon vote
Image de Argan
Argan · il y a
C'est mon fils, passionné d'histoire, qui souhaitait se retrouver au coeur de la libération de la France en 44 ! C'est un des deux garçons ! Au plaisir de se lire ! Argan
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Bravo à ce courageux petit gars et à son copain !
Je n'ai apparemment pas lu tous tes textes Argan, je le ferai progressivement.
Bises

Image de Sophie Copinne
Sophie Copinne · il y a
L'histoire dans l'histoire. Emouvant .

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

NOUVELLES

Je prends un troisième ris dans la grand-voile après avoir hissé mon tourmentin à l’avant. Il semble bien ridicule sur ce grand voilier de 16 mètres tout en bois vernis, flamboyant. C’est ma ...