6
min

Les eaux chaudes… (altitude-2)

Image de Gérard Sanchez

Gérard Sanchez

31 lectures

4

L’entreprise qui emploie Louis a été retenue sur des marchés de travaux dans une vallée de la chaine pyrénéenne. Il prépare depuis quelques semaines ses chantiers... entre création d’une prise d’eau en rivière, une conduite forcée et une microcentrale hydroélectrique, sans oublier les diverses opérations en galerie situées en amont.
Les travaux vont débuter dans une quinzaine de jours. Cette semaine, il monte sur le site avec les chefs de chantier pour effectuer les dernières reconnaissances. Ils vont aussi rendre visite au petit d’hôtel du village pour retenir des chambres. Antonio les connait bien, il a déjà mené plusieurs campagnes de travaux dans cette vallée. Le village est traversé par la route reliant la mer à la frontière Espagnole, il est encaissé entre les deux versants de la montagne. La salle de restauration donne sur la rue principale et les chambres se répartissent dans les étages, doubles pour la majeure partie et quelques-unes simples. Les prix sont déjà négociés par l’entreprise, le seul point qu’il reste à aborder, le nombre de chambres ou plutôt de couchages. La première phase du chantier va mobiliser une dizaine d’ouvriers, mais par la suite avec les travaux en galerie, les compagnons vont se compter au nombre de soixante... et c’est bien là le problème qu’il faut gérer dès maintenant avec la patronne de l’hôtel. La restauration est répartie sur deux ou trois services, car les équipes en galerie seront postées. Mais pour le couchage, cela s’avère plus compliqué. Nous avons un petit mois pour trouver les solutions sur place afin de ne pas être dans l’obligation de disperser les équipes en amont ou aval et leurs imposer des parcours de route de montagne pour rejoindre leurs hébergements.
Début Mai, Louis arrive à l’hôtel ce lundi matin, les équipes doivent être là en fin de journée. Antonio est avec eux.
Prendre place sur une table de la salle de restauration, Louis fait le point avec la patronne, elle a trouvé une solution pour héberger jusqu’à soixante personnes. Une partie dans l’hôtel et l’autre dans l’annexe, une bâtisse dans la même rue à une dizaine de mètres qui leur appartient et qui est aménagée en chambre et dortoir avec toutes les commodités. Pour l’encadrement, elle a fait appel à des particuliers du village disposant de chambres dans des maisons inoccupées, nous aurons donc une maison de 4 chambres dans les hauteurs de village à une centaine de mètres de l’hôtel. La répartition des chambres dans l’hôtel et l’annexe se fait suivant le choix des compagnons.
Tout le monde est là, Antonio et son équipe sont attablés pour ce premier repas, Louis vient de les rejoindre. Cette première soirée pose les bases d’une période de chantier qui va se poursuivre sur une quinzaine de mois et se répartir sur plusieurs sites.
Antonio est là pour démarrer cette prise d’eau qui va ralentir cette rivière de montagne dans son écoulement vers la Méditerranée.
Mardi matin, le petit déjeuner est pris vers 6h30, le chef cuisinier de l’hôtel-restaurant a préparé le casse-croûte pour la pause de 9h00. L’équipe part en direction de la zone de chantier, le chef d’équipe, Manuel, a dans son véhicule des panneaux de chantier pour indiquer les accès à la rivière en contrebas. L’accès n’est pas des plus faciles dans une courbe au droit d’un pont de franchissement d’un torrent. Deux compagnons sont positionnés par Manuel sur le petit parking en aval de l’embranchement avec consignes d’attendre le premier camion de matériel... une grosse semaine en perspective, l’ensemble du matériel est prévu en livraison entre mardi et jeudi. Ils vont devoir réaliser la mise en place de leur base de vie. Le géomètre du Donneur d’Ordre a positionné des points d’altimétrie et d’alignement sur les points fixes : rochers et piles du pont routier. Sortant théodolite et mire, les voilà prêts à implanter l’ouvrage de part de d’autre de la rivière. Antonio a traversé avec un compagnon sur la rive droite pour poser des chaises (marquage en bois) pour aligner le futur ouvrage. Le dévoiement de la rivière, pour permettre la réalisation de l’ouvrage, impose d’abattre des arbres sur cette rive droite. Les bucherons sont déjà à pied d’œuvre et attendent les consignes de Louis et d’Antonio, demain les engins de chantier arrivent pour ouvrir un bras provisoire et permettre aux eaux de s’écouler.
Tout ce monde est à l’œuvre, le premier chauffeur franchit le tronçon qui sépare la route des berges de la rivière. Les compagnons aident au déchargement.
Les jours s’écoulent, le chantier vit au rythme des semaines, l’ouvrage se dessine sur le lit de la rivière. D’autres équipes ont rejoint celle d’Antonio, de son côté l’équipe de Christian est en charge de la conduite forcée qui va relier la prise d’eau et la microcentrale dont la construction est assurée par l’équipe de José.
Le petit hôtel bouillonne à l’heure des repas, le cuisiner s’affaire pour nourrir ces gaillards. Une nouvelle dynamique est impulsée dans le village, le soir sur la petite place, les compagnons profitent des douces soirées estivales pour partager autour de jeux de cartes.
Le mois d’août approche à grand pas, Louis est préoccupé, il prépare depuis quelques semaines les opérations qui vont avoir lieu dans la galerie souterraine en amont du village. Trois équipes sont attendues dans deux semaines pour une campagne de confortement de huit semaines. Un chantier réalisé en trois postes par vingt-quatre heures.
Cette fin de semaine, il a fait le point avec l’ingénieur du gestionnaire des installations hydroélectriques sur les conditions d’interventions, il est aussi monté à plusieurs reprises sur la plateforme de la fenêtre d’accès à la galerie. Antonio l’a accompagné dans cette reconnaissance, Louis lui a demandé d’assurer avec une partie de son équipe la réception des engins de chantier et des matériaux.
Louis ne connait pas ce secteur et encore moins cette galerie. La vidange est prévue pour la semaine prochaine, ensuite il faudra quelques jours pour assainir les lieux par l’ouverture des portes étanches au droit de la fenêtre d’accès.
Il sera alors possible d’effectuer une première reconnaissance dans l’antre de la terre.
Un air frais sort de la galerie, nous partons en reconnaissance. Les frontales éclairent les parois de la fenêtre d’accès, nous voilà dans le boyau principal.
A peine 2.20m de hauteur pour une largeur d’environ 1.60m... Antonio est déjà rentré ici par le passé, il avait alors travaillé sur le curage des bâtards d’eau.
150m, nous séparent du point de départ de la zone de travaux. Il va falloir poser un éclairage et amener l’énergie pour les outils de chantier. La galerie est rongée par les eaux qui laminent peu à peu le rocher, la pression joue aussi dans cette érosion permanente.
Nous arrivons à pied d’œuvre, dans la lueur de la frontale, nous constatons les dégâts. Antonio m’interpelle, il y a en amont un bâtard d’eau, celui-ci peut nous être utile pour préparer les bétons de renforcement. En aval de cette zone un dépôt s’est formé dû à la déformation du sol dans la galerie.
De retour à l’air libre, nous débriefons sur l’organisation et réglons les derniers détails. Les équipes débutent les opérations demain matin.
La nuit nous a apporté de grosses pluies d’Eté, les orages ont joué dans les cimes, la rivière s’est transformée en torrent.
Les terrassements débutent sous le déluge, la pelle entre en action pour créer un canal de déviation temporaire, cet après-midi les associations de pêche locale viennent pour procéder à une pêche électrique et transférer les poissons pris au piège du chantier dans le lit temporaire de la rivière.
Sur la plateforme de la galerie, la situation n’est guère mieux, le camion qui doit acheminer les premiers équipements a dû renoncer devant les torrents d’eau qui traversent la piste d’accès... prochaine tentative demain matin.
Les fumerolles accrochent encore les parois au-dessus d’Olette, une nouvelle tentative en direction de la galerie d’amenée s’avère fructueuse, le camion se gare sur la plateforme et l’équipe peut dès à présent préparer son intervention... premier poste ce soir à 20h00...
Ce soir la première équipe de la galerie prend son repas avant le reste du groupe, je me suis joint à eux. C’est Pedro en tant que chef de chantier qui va piloter la première équipe. Pour les deux autres postes, Manuel et Diego seront les chefs de chantier.
1ère nuit dans la galerie, 20h00 les compagnons de chantier prennent un à un la direction de leur poste de travail respectif.
Pedro a donné les consignes à ses deux chefs d’équipe. Un est en charge des opérations d’éclairage pendant que la deuxième équipe va procéder à la mise en œuvre des matériels sur la zone des travaux (à 150 m). Louis est attentif à toutes les données et informations qui sont transmises aux compagnons et aux chefs d’équipe, ils travaillent sous sa responsabilité. Ce soir, il profite de la présence d’Antonio pour poser des questions techniques en matière de préparation à l’intérieur de la galerie. Les allers et venues des compagnons ne sont pas facilités par l’étroitesse du boyau.
Déjà 22h30, la fatigue pèse sur les épaules de Louis, il va falloir penser à garder des forces et apprendre à se reposer régulièrement pour permettre de tenir sur la durée.
23h30, il quitte le chantier et les compagnons, il sera de retour avec Antonio pour 4h00 demain matin, heure de prise de poste par l’équipe du matin... il pourra alors constater l’avancement des opérations et le début des piquages de la voûte.
Le rythme restera le même jusqu’à la réception des travaux dans la galerie, des visites régulières pendant les prises de postes ou au cours d’un poste de travail. La tâche se partage entre Antonio et Louis...
La prise d’eau prend aussi du temps, les premières phases de bétonnage passées, Les chefs d’équipe se sont mis au travail sur un ouvrage important pour la faune aquatique... la passe à poisson, elle va permettre aux salmonidés de remonter la rivière au-delà de la prise d’eau et rejoindre dans un premier temps la retenue d’eau qui va se former en amont de l’ouvrage.
Les équipes de soudeur et les spécialistes de conduite ont déjà posé tous les éléments de la conduite, c’est la phase de soudure intérieure qui a débuté ces jours-ci.
Avec Antonio, nous avons entamé la 3ème phase de ce chantier... les terrassements de la microcentrale. L’eau arrive de toute part, les pompes mises en œuvre en fond de fouille ont beaucoup de mal à évacuer cette dernière.
Les mois s’écoule, l’hiver se prépare et déjà le chantier ne voit plus le soleil de la journée, les équipes de la galerie sont reparties à la fin de l’Eté, les soudeurs ont fait de même. Une équipe de 15 compagnons est toujours présente pour la construction de la microcentrale.
4

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Flore
Flore · il y a
J'avais lu "Les entrailles du géant" avant, je retrouve les Pyrénées...C'est superbe de mettre vos mots et vos descriptions sur papiers. On peut relire, et c'est un avantage et non des moindres. On ne peut pas imaginer la complexité de la mise en oeuvre de ces travaux. Bravo, je ferai lire à l'occasion à notre ami...si ça peut lui donner des idées...Bon WE.
·
Image de Gérard Sanchez
Gérard Sanchez · il y a
merci,
une vie de chantier quelques années ont passées et les souvenirs se posent sur une page blanche.
après une série " la montagne en acrostiche - un jour un texte"...
la série souvenir de chantier (15 ans dans les Pyrénées, les Alpes et le Massif Central)...

·
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
On ne s'imagine pas le travail ! C'est bien de l'écrire.
·
Image de Gérard Sanchez
Gérard Sanchez · il y a
Merci,
les compagnons de chantier de cette période étaient de vrais bosseurs... les connaissances apprises à leur côté sont mises à profit tous les jours...

·
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
Un bel hommage à ces travailleurs !
·
Image de Gérard Sanchez
Gérard Sanchez · il y a
Merci,
cet épisode de la vie relate des faits réels, seuls les prénoms ont été changés.

·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

Du même thème