les deux soeurs

il y a
6 min
2
lectures
0
Des sœurs, je pense qu'il a été tout dit et tout écrit sur ce sujet ! J'ai cherché à comprendre qu'est ce qui pouvait nous unir et nous opposer si cruellement, puis j'ai arrêté. On s'aime, on se déteste, on est liées par des liens familiaux. Issues du même père, de la même mère. Elle n'aurait pas été ma sœur, je ne l'aurai pas choisi comme amie, c'est une évidence.

Je m'appelle Lana, ma mère trouvait ce prénom original, allez savoir pourquoi, elle ne voulait pas pour moi quelque chose de classique. Et bien, est ce du à ce choix je n'en sais rien mais ma personnalité est, comment dire, plutôt excentrique. Je suis artiste peintre et aujourd'hui du haut de mes bientôt trente ans, je suis fière de moi. Je commence à être reconnu dans ce milieu et les quelques toiles que je vends m'ont permis de stopper ces boulots alimentaires que j'étais obligés de faire, histoire de ne pas mourir de faim ou de ravaler ma fierté et de supplier mes parents de m'aider. Je loue une vielle maison dans une campagne qui m'apaise, j'ai peu de besoin, je n'aime pas la mode. pour autant, je ne suis pas non plus une ermite, j'adore sortir, m'amuser, faire la fête, et... manger ! D'ailleurs un des sujets de dispute fréquent avec ma sœur bien aimée ! Elle me supplie de me mettre au régime, de faire du sport. Elle ne comprend pas que j'assume mes kilos en trop et reste persuadée que je dois en être tellement malheureuse. d'ailleurs, elle insiste une fois de plus pour m'amener faire un jogging dans une heure. Je cède souvent à ses exigences, pour lui faire plaisir, cela semble si important pour elle. Je ne sais pas pourquoi, à chaque fois, elle obtient gain de cause. Mais aujourd'hui je vais résister. C'est ma vie, c'est mon poids.

Peut être a t'elle raison ? Elle vient de m'envoyer un texto me demandant de cesser de la harceler avec mes idées de vouloir la faire maigrir à tout prix. c'est ma petit sœur et je l'aime. Je voudrais qu'elle soit heureuse. L'est elle ? Certes elle commence à être reconnu en tant qu'artiste, je sais qu'elle a des amis mais sa vie sentimentale est un désastre. Elle va avoir trente ans, enchaîne les histoires d'amour mais ne se fixe jamais.

Je m'appelle Marie, ma mère a voulu pour moi un prénom classique, intemporel et féminin. Mon père ne s'y est pas opposé, comme il a validé celui de ma sœur, cinq ans plus tard. Moi, je suis née vite après leur rencontre, ils souhaitaient cette vie de famille conventionnelle et rassurante. En avaient ils assez pour la naissance de Lana ? Rêvaient ils d'exotisme ? Ces choix ont ils eu une incidence sur nos différences ? Je me suis mariée assez jeune et j'ai deux enfants. J'habite au centre ville et je suis assistante commerciale dans une grosse boite. J'aime la vie que je mène, elle me structure, me protège. J'aime la mode, et je suis encore très jolie à regarder, me semble t'il ! L'apparence est importante, quoiqu'on en dise, les gens sont jugés dés le premier regard, et il est bien prouvé que ceux agréables à regarder ont la vie plus facile que les autres. Et puis ce que je lui propose c'est du sport, c'est bon pour la santé, pour le moral. Tant pis pour son sms, je vais quand même aller la chercher, elle viendra avec moi coûte que coûte !

Je sais qu'elle ne renoncera pas. j'ai rentré ma voiture au garage, fermé tous les volets et verrouillé ma porte à double tour. Je me réfugie dans mon atelier, la partie la plus isolée de la maison. C'est là que ses coups de klaxons furieux, puis les sonneries intempestives de la porte d'entrée me dérangeront le moins. Je fixe ma dernière toile, saisit mon pinceau.... mais rien. Je ne sais pas quelle couleur irait le mieux sur ce bleu que j'ai commencé, ce tableau qui me semblait prometteur hier encore me donne juste envie de le labourer à coups de grands pinceaux rageurs. Et puis zut ! pourquoi a t'elle toujours autant d'importance à mes yeux? Normalement c'est de ses parents qu'on a du mal à se délivrer, pour moi il s'agit de Marie. Ma grande sœur si belle, toujours sûre d'elle et de ses choix. Pas de discussions possible. Elle a raison et les autres ont tort. Alors que j'hésite et peut mettre des heures à me décider, elle sait, elle tranche, elle avance. Tout est mené tambour battant avec elle, vous pouvez lui confier l'organisation d'un mariage où de n'importe lequel événement, elle n'oubliera rien. Tiens d'ailleurs je pourrais lui suggérer de tenter sa chance dans cette voie professionnelle, histoire de mettre un peu de fantaisie dans sa vie ! Je regarde mon portable, elle ne m'a pas répondu mais je sais qu'elle doit être en route. Alors pour l'embêter encore plus, même si elle ne le verra pas, je décide d'aller me préparer un plat de pâtes. Bientôt midi, l'heure de manger et non d'aller courir, oui des pâtes, excellent choix, et de plus carbonara, c'est encore meilleur.

Je démarre, il ne me faut que 30 minutes pour arriver chez Lana. Elle loue une maison dans l'endroit le plus paumé qu'elle ait pu trouver sans être forcément très loin de la ville. Le plus proche voisin habite à un kilomètre. Déjà toute petite, elle aimait la solitude, elle pouvait jouer pendant des heures avec ses jouets sans déranger qui que ce soit. Son imagination débordante lui suffisait Elle laissait traîner ses affaires partout, ne faisait déjà aucun effort pour s'habiller. Moi j'aimais que ma chambre soit rangée, j'aimais les belles robes qui volaient autour de mes jambes. Dés mes onze ans, je me souviens de mon ventre légèrement rebondi qui me gênait, alors j'ai pris l'habitude de le serrer. J'ai commencé un régime et depuis je maintiens mon poids. Tout est question de volonté, si on veut on peut. Lana s'en fiche, elle avalait les biscuits avec avidité, incapable de résister dés qu'une occasion se présentait.J'ai toujours voulu la protéger, lui éviter les peines et déceptions que j'avais pu rencontrer. Je dois aussi m'avouer, je me dois d'être franche, que je suis jalouse d'elle. Oui, un tout petit peu. Tout semble lui réussir mieux que moi. J'ai trimé à l’école pour avoir de bonnes notes, travaillant sans relâche alors qu'elle trônait dans le palmarès de tête sans jamais avoir à relire un devoir à la maison. Et malgré ses capacités, elle a décide de devenir artiste ! même là, elle réussit... la seule chose qui je sais la gène, c'est son poids.Adolescente, Eele a essayé un nombre incalculable de régime, pour finalement renoncer. Je veux juste l'aider.

Elle va arriver je le sens. Je prends la casserole d'eau bouillante, quand soudain une pensée m'arrête. J'ai bien fermé la porte à clé mais pas celle du garage? J'ai un doute. Et du garage, Marie peut accéder au couloir de l'entrée. Ah non pas ça, il faut que j'aille vérifier ! Car je connais Marie, elle ne va pas lâcher l'affaire. Elle va faire le tour de la maison, essayer chaque porte et fenêtre en me hurlant d’arrêter de faire ma gamine et de lui ouvrir ! C'est un vrai pitbull quand elle s'y met, rien ne l'arrête. Je me dépêche de verser l'eau dans l'égouttoir quand soudain je dérape. Tout n'a duré qu'une seconde, est j'ai crié ? j'ai mal, j'ai mal. Je gîs au sol, dans une marée de pâtes et l'eau m'a brûlé une partie du corps. Un élancement dans le bas du rein me fait souffrir énormément. J'essaie de me relever, je regarde. Oh,non! du sang ! c'est alors que je le vois, dans ma chute j'ai du également faire tomber le couteau que j'avais posé sur le plan de travail. Il s'est planté sur mon flanc., La douleur me terrasse. Je sens mes forces me lâcher, la panique commence à m'envahir. Non je ne vais pas mourir à cause d'un plat de pâtes, ce serait trop bête ! Marie ! elle va venir, elle va venir !

Je suis devant chez elle. je klaxonne puis je sors de la voiture. Tout est silencieux. je sais qu'elle est là. Elle a du tout fermer, je la connais Lana. j'avance dans l'allée d'un pas résolu. Soudain je m'arrête. Et si je lui fichais la paix, pour une fois ? Elle a peut être raison, c'est sa vie, ses choix, quelle est ma place la dedans ? Qui suis je pour lui dire qu'elle doit se bouger, qu'il faut qu'elle perde du poids ? je l'aime ma petite sœur. Peut être que je fais tout cela parce que j'ai simplement envie de passer du temps avec elle et que je ne suis pas sûre qu'elle m'en accorderait si je ne la forçais pas ? Mais je dois l'énerver avec mes principes et mes ordres. On n'a jamais eu les mêmes goûts, j'adorerais faire les magasins avec elle, elle ne supporte pas. Elle adorerait m’entraîner dans des expositions, je déteste. J'hésite, j'ai envie de faire demi tour, de rentrer chez moi. pourtant j'avance lentement jusqu'à l'entrée. Je tape doucement, j'essaie d'ouvrir. Fermée. je m'y attendais. Est ce que je dois faire le tour ? Je sais que Lana a forcément du laisser une porte fenêtre du salon ouverte. ou celle du garage, tiens ! elle est comme cela Lana, elle oublie, elle fait les choses à moitié. Qu'est ce qu'il m'arrive, je n'ai jamais hésité ainsi. Je vais rentrer dans cette maison, je vais m’asseoir en face d'elle et nous allons discuter. je vais lui dire tout ce que j'ai sur le cœur. Ou alors je renonce, je la laisse tranquille et je l'inviterais une autre fois.elle doit être en colère contre moi, de toute façon, à quoi bon tenter une discussion aujourd'hui ? je regarde le ciel, comme pour attendre une réponse de sa part.

C'est une belle journée, une de celles où il faut apprendre à se décider.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,