Les dépositaires

il y a
5 min
278
lectures
10
En compétition
Image de Printemps 2021
— Bonjour.
— Où... où je suis ? Que m’est-il arrivé ?
— Cela n’a pas d’importance pour le moment.
— Pardon ?... Quoi ? Comment je suis arrivé là ?... Je suis mort ?
— Pas encore. Mais vous n’êtes plus ce que vous pourriez qualifier de « vivant ».
— Quoi ?! Cela n’a aucun sens !
— Le corps et l’esprit ne sont pas limités à deux états basiques, mais cela n’a pas d’importance pour le moment.
— Que m’est-il arrivé ?! Qu’est-ce que je fais ici ?!
— Détendez-vous. Vous êtes, ici, en sécurité. Nous reprendrons cette conversation plus tard, dormez maintenant.
— Mais je n’ai...

*******

— Bonjour.
— Mmmhh ! Vous revoilà, qu’est-ce que vous m’avez fait ? Vous m’avez drogué ?
— Non, nous n’utilisons pas ces méthodes, mais cela n’a pas d’importance pour le moment.
— Vraiment ? Qu’est-ce qui en a alors ?...
— Vous sentez-vous plus serein ?
— Pas vraiment non. Être enfermé et retenu prisonnier ne correspond pas tout à fait à mon top cinq des meilleurs moments de ma vie.
— Vous n’êtes pas enfermé, ne voyez-vous pas ?
— Merde !!! Comment avez-vous fait ça ?!!! J’aurai juré... nous étions dans cette pièce !!! Et là...
— Il faut des clefs pour ouvrir des portes. Mais cela n’a pas d’importance pour le moment.
— Non, ce n’est pas possible, je suis devenu dingue, c’est impossible, il y a une explication concrète !... Comment... comment sommes-nous sortis ?!!! Où sommes-nous ?!
— Détendez-vous. Vous êtes ici en sécurité. Nous reprendrons cette conversation plus tard, dormez maintenant.

*******

— Bonjour.
— Vous pouvez arrêter de faire ça ? Sérieux.
— Vous sentez-vous plus serein ?
— Si ça peut vous faire plaisir... Qui êtes-vous ? À moins que cela aussi n’ait pas d’importance.
— Cela en a. Vous nous connaissez depuis longtemps, sous différents noms.
— Le F.B.I ? La C.I.A ? Les Anonymous ?...
— De tout âge, votre monde a parlé de nous dans ses récits, sous une forme ou sous une autre.
— Attendez... vous avez dit, votre monde ?... Alors quoi ? J’ai été enlevé par des extraterrestres ? Ahah ! C’est du délire, vous vous moquez de moi.
— En ces termes, cela peut vous paraître irréel, mais le propos reste exact, nous ne sommes pas terriens. Voyez.
— Encore ce tour de passe-passe ! Comment vous faites... ; c’est... c’est la terre là, dans le ciel ?!
— Pas exactement, plutôt une projection. Votre conscience doit intégrer mes informations avec parcimonie.
— C’est un peu difficile à croire quand même, je n’y comprends rien, pourquoi je suis là ?
— Détendez-vous. Vous êtes, ici, en sécurité. Nous reprendrons cette conversation plus tard, dormez maintenant.

*******

— Bonjour.
— Non vraiment, il faut arrêter de faire ça.
— Vous sentez-vous plus serein ?
— Désorienté plutôt. Pourquoi m’avoir choisi, moi ? Si vous prétendez vraiment être ce que vous êtes, vous n’avez eu que l’embarras du choix, alors pourquoi moi ?
— Vous n’êtes pas le seul, il y en a d’autres, une multitude.
— Il y en a d’autres ? Combien ?... J’ai... tellement de questions...
— Nous aurons tout le temps d’y répondre, mais cela n’a pas d’importance pour le moment, vous devez comprendre avant.
— Comprendre quoi ?
— Nous vous avons trouvé par hasard. L’univers est infini et notre technologie plus avancée que la vôtre, mais matériellement, elle ne nous permet pas encore de voyager où bon nous semble. Dans un certain sens, vous vous êtes déjà rendu plus loin que nous avons pu le faire.
— Comment suis-je arrivé là alors ? Vous avez dit être allé sur terre pendant des siècles ?
— Nous ne nous sommes jamais rendus sur votre planète, pas au sens où vous l’entendez du moins, mais nous vous avons étudié, longtemps.
— J’ai du mal à vous suivre, dites-moi franchement ce que vous attendez de moi parce que là, je....
— Détendez-vous. Vous êtes, ici, en...
— Attendez !!! Pas encore !!! Ça va, je suis détendu.
-.... Nous ne pouvons quitter notre planète, la force de gravité étant extrêmement puissante la dépense énergétique serait considérable. Les ressources naturelles n’étant pas inépuisables, nous avons jugé sage de ne pas les gaspiller.
— Alors comment êtes-vous allé sur terre ?
— Il y a d’autres chemins qui relient les mondes. Avez-vous déjà rêvé ?
— Bien sûr que oui, mais où est le rapport ?
— Avez-vous déjà rêvé de lieux inconnus, mais familiers ? Rêver d’un parent, un ami, mais être dans l’incapacité de le reconnaître tout en sachant qu’il s’agissait bien de lui ? Rêver d’un livre, ou d’une lettre et être dans l’incapacité d’en déchiffrer le texte, mais de le comprendre ?
— Oui, mais c’est le cas de tout le monde non ?
— Évidemment, mais comprenez-vous le sens de cela ?
— Son fonctionnement ? En modelant des rêves, notre cerveau trie et organise les informations les plus récentes, il n’y a pas de logique, c’est simplement un traitement de données.
— Vous avez en partie raison pour l’aspect mécanique, mais pour créer un rêve, il faut une pensée, je vous laisse juger, nous reprendrons cette conversation plus tard, dormez maintenant.

*******

— Bonjour.
-..... Je suis mort, c’est ça ? J’étais chez moi, j’ai vu ma famille comme... Mais je n’étais pas là n’est-ce pas ?
— Je vous l’ai dit, la mort n’est qu’un état, non une finalité. Pourriez-vous dire qu’il s’agissait vraiment de votre famille ?
— Je les ai vus.
— Vraiment ? Vous devez comprendre, vos savants étaient sur le point d’entrouvrir la porte menant au déplacement psychique, mais trop tard. Ils n’ont pu concrétiser leur théorie.
— Trop tard pour quoi ?
— Cela n’a pas d’importance pour le moment.
— Évidemment... et pour le déplacement psychique ? Vous voulez parler de quitter son corps ? De N. D.E ?
— Non, je parle de déplacement conscient. Dans ce que vous appelez « physique quantique », il est avéré qu’une particule peut être soumise à plusieurs états différents, vitesse, position, le tout simultanément. C’est le principe de superposition quantique. À travers les rêves, la pensée suit le même schéma de façon inconsciente. En comprenant cela, l’univers vous ouvrait ses portes. Au fil des siècles, nous avons appris à maîtriser cette aptitude d’ubiquité à travers nos rêves. Nos premières tentatives de communication avec vos peuples lors de projections hasardeuses ont malheureusement marqué votre histoire. N’avez-vous jamais entendu parler d’apparitions mystérieuses, d’esprits, de voix ineffables ou autres présences irrationnelles ?
— Attendez, vous voulez dire que vous seriez à la base de nos légendes ? De nos religions ?
— Oui, je le crains, mais depuis nous avons appris à ne plus interférer, seulement observer.
— Je ne suis pas sûr que le kidnapping entre dans la catégorie « observation ».
— Les personnes que vous avez vues ont été votre famille, mais ne le sont plus.
— C’est... Je... Je crois que ne me sens pas très bien, j’ai besoin de m’allonger un moment.
— Les informations ont été denses, vous comprendrez mieux la prochaine fois. Détendez-vous. Vous êtes, ici, en sécurité. Nous reprendrons cette conversation plus tard, dormez maintenant.

*******

— Bonjour.
— Bonjour.
— Vous sentez-vous plus serein ?
— C’est bizarre, mais à chaque fois que j’ai ce blackout, j’ai l’impression à mon réveil de vivre une nouvelle réalité. C’est difficile à expliquer.
— Je comprends, n’êtes-vous pas une personne différente de la veille à chaque réveil ? Votre esprit a évolué, votre corps a changé. Vos cellules se renouvellent à chaque instant et il en est de même pour toute chose dans l’univers, des plantes meurent, changent, naissent. Des animaux. Des minéraux. Tout est en perpétuelle évolution.
— Vous digressez encore.
— Ne saisissez-vous pas ? Tout est lié, le temps, l’espace, la matière, l’énergie, n’êtes-vous pas cela ? Matière et énergie ? Vos rêves vous en donnent l’accès.
— Alors les lieux que j’ai vus en rêve existent donc réellement ? Tous mes rêves étaient réels ? Ma famille ?
— Sous une certaine forme oui, n’étant qu’énergie pure, votre esprit navigue librement sans contrainte de temps ni d’espace. Vous croyez avoir vu votre famille, mais ce n’était qu’une empreinte résiduelle, quand votre enveloppe charnelle se décompose, les atomes la constituant sont assimilés par la terre, puis redistribués, dans les végétaux, l’eau, l’air, et retournent aux animaux qui s’en nourrissent. C’est une façon parmi des milliers de vous réintégrer au cycle.
— Au cycle de la vie ?
— À plus grande échelle. Au cycle cosmique. Toute la matière constituant l’univers existe depuis l’origine, chaque atome de votre corps a déjà appartenu à un autre groupe de particules formant peut-être une étoile, une nébuleuse, un grain de sable, ou même un simple proton.
— C’est vertigineux.
— L’affinité que vous avez pu ressentir pour une personne est due à la présence en quantité plus ou moins dense de vos particules passées se trouvant en elle, c’est la résonance. Grâce à vos rêves, vous pouvez ressentir cette concentration, ce vestige, et voyager vers elles à travers l’espace et le temps.
— Mais je ne saisis pas, si à un moment ou à un autre, j’ai fait partie de toute la matière existante, je devrai entrer en résonance avec n’importe quoi, non ?
— Cela est infiniment plus complexe en réalité. Nous-mêmes sommes loin de tout connaître sur le fonctionnement de l’univers, le chemin est long, mais nous aurons le temps.
-.... Je ne rentrerai jamais n’est-ce pas ?
— Non.
— Et ma famille ?
— Vous avez vu une résonance de leur passé.
— Alors c’est fini ?
— Pas encore, bien au contraire, vous êtes libéré du temps à présent. Afin que votre esprit survive ici, vous deviez assimiler progressivement ces nouvelles informations, les accepter, sans cela le choc aurait été trop grand.
— Où sommes-nous ?
— Votre terre a disparu, depuis maintenant plusieurs siècles. Nous stockons les connaissances de mondes éteints. Votre enveloppe charnelle n’existe plus telle que vous l’imaginez. Ici, vous n’êtes plus qu’une partition, une sauvegarde de la mémoire de votre espèce.
— Êtes-vous... ?
— Non. Simplement des Dépositaires du savoir. Mais cela n’a pas d’importance.

Pour le moment.
10

Un petit mot pour l'auteur ? 3 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Etienne Mutabazi
Etienne Mutabazi · il y a
Beau texte. Bonne continuation
Image de Gabriel Éoz
Gabriel Éoz · il y a
Un GRAND merci pour votre commentaire, c'est une première pour moi que de participer à un concours de nouvelle, votre commentaire me va droit au coeur, j'espère que mes prochaines histoires vous apporteront autant de plaisir.
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Vertigineux , évanescent , transcendantal .
on dit bien qu'on n'est que poussière mais là on est de la poudre d'escampette , une partition ... !

Vous aimerez aussi !