6
min

LES ANIMAUX

80 lectures

27

Dans le livre de la Genèse, 1,1-2,2 , Dieu après avoir créé les poissons, et les animaux terrestres, Dieu créa l’homme à son image, le 6° jour. Dieu dit « Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance, qu’il soit le maitre des poissons de la mer, des oiseaux du ciel, des bestiaux, de toutes les bêtes sauvages, et de toutes les bestioles qui vont et viennent sur la terre.
Cela implique que le monde animal est plus ancien que le monde des humains. Peut- on y voir une signification ? D’autre part, alors que le monde des humains a évolué, le monde animal continue à perdurer selon les gestes ancestraux. Il continue à se nourrir de pêche de chasse, et de cueillette. Pendant que le monde des humains a développé des techniques et une mécanisation sophistiquée.
Le monde des animaux est semblable à l’origine de l’humanité. Cela peut être un sujet de réflexion pour l’homme ?
Je voudrais réfléchir ici, sur les relations humains /animaux, au cours des millénaires de vie commune sur cette terre. Tout d’abord sur le fait qu’il n’y ai qu’un genre humain, et une infinité de genres animal, marins, et terrestres. Du plus petit au plus gros, je crois d’ailleurs que l’animal le plus gros, soit du genre marin.
Que veut dire la Genèse quand il y est affirmé que l’homme doit être le maitre du genre animal, que faut-il comprendre ? Bien sûre vous me direz « C’est la Genèse ! ». Et c’est l’homme avec son intelligence qui décide en dernier lieu, de quel animal il doit se nourrir, et pas de tel autre. Peut- être, mais cela ne me satisfait qu’à moitié ! Pourquoi peut-on tuer et manger un lapin, et pas un chat ? Par ce que me direz- vous le chat est un animal domestique, un animal de compagnie.
Cela me fait penser aux dernières statistiques, il y aurait dans notre pays, 63 millions d’animaux de compagnie pour 66 millions d’habitants. Et en même temps il y a des humains pauvres qui ne peuvent même pas se nourrir ! Question !
Peut- être ne faut-il pas poser ce genre de question !
Enfin, nous vivons en bonne entente d’une part avec les animaux de compagnie, puis d’autre part avec les animaux sauvages, qui vivent en liberté, où dans des réserves, (comme les indiens d’Amérique) ! Il y a aussi les animaux qui peuplent nos zoo, et nos parc d’attractions, mais il n’y a plus d’humain dans ces parcs, c’est interdit ! La dernière était peut-être la vénus Hottentote,(1789 /1815) dont la dépouille à été depuis, restituée à son pays d’origine en 2002 (Loi n° 2002-323 du 6 mars 2002), par notre pays civilisé.
Puis les animaux ont un ADN, mais ils n’ont pas d’âme. C’est ce qui se dit, mais en est-on certain ? Il y a bien une légende qui dit que c’est à 3 voix près, qu’au concile de Trente, il a été admis, que les femmes avaient une âme, mais c’est une légende. Nous sommes tous des créatures de Dieu, et peuplons la terre ensembles. L’homme descend peut-être du singe, et le singe de l’arbre, mais il y a 300 millions d’années, l’homo sapiens, découvert au Maroc, ressemblait à un homme, pas à un singe.
Je crois- moi, que Dieu créa le singe, et ensuite Il créa l’homme, en dernier, et Il les créa homme et femme. L’homme c’est l’homme, l’animal c’est l’animal, je ne crois pas qu’il faille rechercher des passerelles entre les deux espèces, au nom d’une évolution, difficile à prouver, même si c’est pour chercher à éliminer Dieu. Puis quand même, la civilisation humaine est aujourd’hui arrivée à un tel degré de développement, alors que le genre animal est resté au temps de la Genèse, n’en déplaise à certain.
Comment le monde animal a-t- il été considéré par le genre humain, au cours des temps ?
Selon le bestiaire de la Bible :
-Abeille : l’abeille sauvage ( Jg,14,8) est appréciée pour son miel ( Si 11,3). Mais un essaim est dangereux
22

-Agneau : L’agneau dans la Bible, est le symbole privilégié, modèle de douceur et d’innocence, et de docilité. L’agneau représente l’Israélite qui appartient au troupeau de Dieu. -Aigle : Il est impure car il se nourrit de charognes, mais on vente ses qualités ( Jb 39,27-30,25 1,23). –Bélier : On parle surtout de lui lors de sacrifices (Ex 29,15-18) C’et lui qu’Abraham offre à la place d’Isaac (GN 22,13) .-Caille : Leur migration au- dessus du désert explique le miracle de la viande qui tombe du ciel, lors de l’exode (Ex 16,13). Cette nourriture merveilleuse (Sg 16,2) ne profite pas à tout le monde ( Nb 11,31-34). –Chat : La lettre de Jérémie dit qu’il fréquente les temples des dieux païens, avec les chauves- souris et les oiseaux (Ba 6,21). -Cheval : Il n’a pas bonne réputation, car il incarne la force militaire des Egyptiens, engloutie dans la mer (Ex 15,1). -Chien : Il ne devient compagnon de l’homme qu’à l’époque hellénistique (Tb 6,1 :11,4) Il venait manger les miettes de la table ( Mt 15,26-27) . -Colombe : A la fin du déluge, elle ramène à Noé un rameau d’olivier (Gn 8,8-12).Symbole de la paix et de l’Amour. -Coq : On le dit intelligent, car il annonce le lever du jour quand il fait encore noir (Jb 38,36). Son chant est associé au reniement de Pierre, dans la nuit de la passion (Mt 26,74-75). Plus près de nous c’est l’emblème des gaulois, et de la France. On le trouve aussi à la pointe des clochers, de nos Eglises. -Lion :A cause de sa force proverbiale (Pr 30,30) ne peuvent le combattre, que des hommes courageux comme Samson (Jg 14,5-18) ou David ( 23 17,34-37). -Loup : Il est l’ennemi mortel des troupeaux et de leurs bergers ( Jn 10,11-12). Il représente aussi les faux prophètes qui trompent et détruisent les croyants (Mt 7,15 : Ac 29,29). -Poisson : A leur création, ils reçoivent une bénédiction spéciale ( Gn 1,22) et échappent au déluge. Ils symbolisent la vie abondante, la fécondité, la nourriture (Ez 47,9-10). Dans la multiplication des pains il y avait aussi 2 poissons (Mt 15 :32-38). Le poisson était aussi l’emblème des premiers Chrétiens. Ils voyaient dans son nom Grec les initiales de « Jésus Christ Fils de Dieu Sauveur ».
Les animaux et la justice des hommes. ( Source WIKIPEDIA)
« La procédure pratiquée contre les animaux, ainsi que les châtiments qu’on leur faisait subir étaient sensiblement les mêmes que ceux employés à l’égard des hommes. Durant l’antiquité, une loi de Dracon (législateur Athénien du VII siècle avant J.C.), ordonne la mise à mort du cheval, ou tout autre animal qui a tué ou blessé un homme. Selon le livre de l’exode «  Si un bœuf encorne un homme ou une femme et cause sa mort, le bœuf sera lapidé, et l’on n’en mangera pas la viande, mais le propriétaire du bœuf sera quitte » (Ex 21,28)
Au moyen âge, il faut remonter au XIII siècle pour rencontrer des jugements écrits contre les animaux. En France en 1226, un porc fut brulé vif à Fontenay-aux-roses, pour avoir dévoré un jeune enfant. En 1386, un juge de Falaise, condamne une truie, pour avoir mordu mortellement la jambe et le visage d’un enfant, la fait mutiler aux mêmes endroits, et pendre, non sans l’avoir humanisée en l’affublant d’un haut de chausses, et d’une veste et de gants blancs à ses sabots antérieurs.
Jean Duret, avocat du roi, eut la sénéchaussée et siège présidial de Moulin. Il écrivit en 1673 : « Si les bestes ne blessent pas seulement, mais tuent ou mangent, la mort y eschet, et les condamne-t-on à estre pendues, et estranglées, pour faire perdre mémoire de l’énormité du faict ». La peine de mort était encore prononcée contre tout animal qui avait servi à l’accomplissement par une personne de certains actes honteux ( zoophilie). Dans ce cas c’était le supplice du feu. L’individu lui-même était brulé avec sa complice. Le 23 avril 1794, une famille de Béthune et son perroquet, se retrouvent devant le tribunal révolutionnaire : L’animal a la fâcheuse habitude de crier « vive le Roi » , ce qui rend ses maitres coupables d’être anti- révolutionnaires.
23

Ils seront guillotinés, tandis que le perroquet est remis à la citoyenne Le Bon, chargée de lui apprendre à crier « vive la révolution » ou «  vive la république ».
Les instances civiles
En regard de ces procès criminels, il y avait les instances civiles. Celles-ci étaient dirigées contre toutes sortes de bêtes nuisibles et malfaisantes telles que chenilles, rats, taupes mulots ect. Les bêtes, opposant généralement la force d’inertie, le juge ecclésiastique fulminait contre elles les monitoires qui devaient précéder l’excommunication. Si cette dernière sommation restait encore sans effet, l’autorité supérieure prononçait solennellement la malédiction et l’excommunication des animaux ravageurs.
La première de ces excommunication remontent au XII siècle.
Quelques cas révèlent que l’Eglise s’est opposée aux dégâts des insectes nuisibles, en voici les principaux : En 1498, les grands vicaires d’Autun mandent aux curés du diocèse, d’enjoindre à une sorte de charançon, pendant les offices et processions de cesser leurs ravages et de les excommunier . ......
En 1585, Nicolas Chorrier ( 1612/1692) Historien dauphinois rapporte que le grand vicaire de Valence ordonne aux chenilles de comparaitre devant lui , leur donne un avocat pour se défendre et finalement leur ordonne de quitter le diocèse.
Ces animaux étaient aussi parfois condamnés à mort pour crimes de sorcellerie.
Ces pratiques n’étaient pas sans soulever de vives critiques chez les esprits éclairés, et même parfois de la part des membres du clergé. Ces étranges mœurs eurent encore de beaux jours. Elles persistèrent dans tous les pays de la chrétienté jusqu’à la fin du XVII siècle. Pour la France on connait une centaine de jugements et d’excommunications concernant les animaux. Le XVII siècle en comptait à lui seul, une quarantaine. Un seul a été rendu au siècle suivant, en 1749, contre une vache ».
A l’époque contemporaine :
En 1958 / 1962, au cours du « Grand bon en avant » le grand Timonier condamna à mort les 4 nuisibles. C’est-à-dire : Les rats, Les moustiques, Les mouches, Les oiseaux. « En 2003, le conseil des anciens du village Turc d’Akpinar, en Anatolie orientale, condamna à mort un âne au comportement agressif : Le maire du village, accusé de n’être pas intervenu après les agressions répétées de l’équidé contre, des habitants, des vaches, et des moutons, avait réuni les anciens pour juger le fauteur de troubles, selon le journal, Zaman ».
Voilà, j’arrive à la fin de ma réflexion. J’ai fait des découvertes, sur les pratiques anciennes des humains. Et cela me conforte dans ma position. Il faut protéger les animaux, les lasser le plus possible dans leurs habitats naturels, respecter leur façons de vivre. Mais si un Lion peut tuer avec douleur une gazelle pour se nourrir, un homme doit pouvoir tuer sans douleur, un animal de boucherie, élevé dans ce but. Car il en a les moyens, contrairement au Lion.
La loi des humains, permet bien aux hommes de pratiquer l’IVG à l’encontre de sa propre espèce, au nom de la liberté, sans se préoccuper de la vie de l’embryon qu’il supprime. Tout cela à cause de son incapacité à réfréner ses pulsions sexuelles. Peut-être au nom de la liberté ?
Les animaux sont plus logiques avec la vie !
+
27

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Sonia Pavlik
Sonia Pavlik · il y a
Comme Silvie, je ne suis pas d'accord avec tout, mais j'apprécie votre réflexion sur les animaux. Et je suis bien d'accord qu'ils peuvent nous servir de modèles... Ma fable a été sélectionnée en finale, si jamais ça vous dit de la soutenir, ma taupe et ma buse vous en seront très reconnaissantes ! https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-taupe-et-la-buse-fable-en-prose
·
Image de Dranem
Dranem · il y a
Une réflexion fort bien documentée sur le monde animal ( d'après la genèse )
·
Image de Daniel Grygiel Swistak
Daniel Grygiel Swistak · il y a
Merci pour votre franchise Silvie, et pour votre vote
·
Image de Silvie
Silvie · il y a
Je suis en désaccord avec une partie de vos idées mais je respecte votre réflexion approfondie et la liberté d'expression. C'est pourquoi je vote quand même pour ce texte.
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une œuvre bien conçue qui nous oblige à réfléchir à
la création ! Un grand bravo, Daniel ! Une invitation à découvrir
“Le Vortex” qui est en FINALE pour la Matinale en Cavale 2019,
et vous ne serez pas déçu ! Merci d’avance et bonne soirée!
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/le-vortex-1

·
Image de Pamela Hayek
Pamela Hayek · il y a
Bravo pour ce texte qui incite à la reflexion. Je crois comme vous que Dieu a créé les humains humains et les differentes especes d'animaux telles quelles. Bravo pour votre vaste culture biblique. Je vous invite à mon tour à explorer ma page.
·
Image de Daniel Grygiel Swistak
Daniel Grygiel Swistak · il y a
Merci, vos avis me font plaisir
·
Image de Subtropiko
Subtropiko · il y a
Quel magnifique bestiaire (je n'avais jamais songé que la nourriture qui tombait du ciel pouvait provenir d'un vol de cailles ! et le perroquet remis à la citoyenne Le Bon, chargée de lui apprendre à crier « vive la révolution » ou « vive la république », a-t-il été rééduqué ou condamné ?), et que de questions profondes !
·
Image de SakimaRomane
SakimaRomane · il y a
C'est très documenté ...Bravo ! :)
·
Image de Dimaria Gbénou