L'épreuve du feu

il y a
2 min
79
lectures
17

Mon avatar : Un graf depuis longtemps disparu. Il personnalise mon état d'esprit : Réagir et l'écrire. Mon blog vous attend depuis peu à l'adresse suivante : https://73a4a27e37f99e.wifeosite.com ... [+]

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

« Je vous hais ! »

Sa grande carcasse se découpe sur le mur de feu qui dévore la forêt depuis la fin de l'après-midi. Face à lui, les enragés qui le traquent par les chemins forestiers avec leurs chiens frustrés de gibier dans cette période de fermeture.

Ils seraient peut-être plus utiles à l'appui des pompiers, mais ils comptent sur les coupes-feu pour faire le boulot. Dans ces contrées, depuis longtemps on pratique les brûlis et leurs corollaires les coupes qui privent le feu de combustible. Il prend sa part et s'éteint de lui-même. Surtout quand le vent se fait tout petit comme aujourd'hui et ne l'aide pas à sauter l'espace libre.

Les pompiers ne voient pas les choses sous cet angle et ils préfèrent ne pas avoir la population dans les pattes. Chacun son boulot. C'est pourquoi les enragés ont eu toute latitude pour organiser la curée.

*****

Dans le bureau du directeur du centre éducatif fermé

— Jérémie, tu vas nous quitter prochainement. Ton âge et l'absence de parcours éducatif plus élevé dans notre structure font que nous ne pouvons te garder plus longtemps. Toutefois nous nous sommes occupés à te garantir un travail et les moyens de vivre dans l'immédiat.
Monsieur le Maire s'est engagé à te prendre dans son équipe d'entretien des espaces verts où tu trouveras une activité au grand air et un soutien amical. Ça te va ?

Jérémie ne répond pas. Il n'a pas le choix, la seule autre alternative c'est la taule. Multirécidiviste, déjà un tiers de sa vie derrière les barreaux, ballotté de famille d'accueil en institution, il a connu ce qu'il se fait de mieux en termes de réinsertion au rabais.

*****

Aujourd'hui, au terme d'une année de vexations, de quolibets et même de sévices de la part des personnes ayant une autorité sur lui dans ce village, Jérémie a pris une décision lourde de conséquences pour lui et la collectivité.

Seuls l'instituteur et le curé l'ont soutenu pendant ce calvaire, multipliant les signalements auprès des autorités qui n'ont jamais donné suite.

Ce sont eux encore qui, accompagnant le groupe des enragés, espèrent préserver Jérémie d'un règlement de compte digne du KKK.

« je vous hais ! »

Toute la rage de Jérémie est contenue dans cette affirmation. Il n'a plus rien à perdre et en face on comprend, un peu tard que les choses sont allées trop loin. Mais on se refuse à faire marche arrière et malgré la chaleur de l'incendie qui leur roussi les moustaches et les appels à la raison de l'instituteur et du curé, on lâche les chiens.

En quelques enjambées, Jérémie répétant son leitmotiv «Je vous hais !», parcourt les quelques mètres le séparant des flammes et disparaît de la vue des villageois. Sûrement pas de leur conscience.
17

Un petit mot pour l'auteur ? 18 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer  Commentaire de l'auteur · il y a
Bien que d'actualité, ce texte ne saurait excuser les pyromanes.
Image de Hortense Remington
Hortense Remington · il y a
Terribles. Et le feu, et la mort de Jérémie. Et sa vie aussi…
Froid dans le dos malgré la chaleur !

Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
D'autres choisissent l'essence, mais la raison est tj plus ou moins la même
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Je connais ....Il suffirait parfois, d’une parole, d’un sourire…
Il ne sera jamais des vôtres.
Ni du clan des bourgeois intellos, ni du groupe des beaufs incultes.
A part il était, à part il est, à part il restera.
Vos sourires d’hypocrites, de jésuites, l’ont définitivement dégouté.
Les coups reçus, l’ont rapproché du divin marquis.
Attention ! A ne pas exciter le fauve, le psychopathe.
Après il sera trop tard, vous ne le savez peut être pas, mais il suffit de rien, de rien.
Ensuite attention, on n’éteint pas le Vésuve.

Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
bien dit, bravi bravo, je vais aller vous lire de ce pas alerte et vif!
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
MERCI, mes amitiés
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Wouah ! Tu t'es lâché là. Merci pour ce cri du coeur. So LMB qui trouve ce texte assez nul va en être sur le cul, qu'il suscite cette réaction.
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Tu vécu mon ami ..Bonne journée
Image de Mireille d agostino
Mireille d agostino · il y a
Quand un homme est poussé à son extrémité... Dur mais réaliste.
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Il y a dans le coeur et la conscience des bombes prêtes à s'enflammer .
Votre texte brûle de toute sa terrible réalité humaine .

Image de JLK
JLK · il y a
Certains humiliés sont des bombes à retardement...
Image de Alice Merveille
Alice Merveille · il y a
Parfois on ne comprend pas l'indicible...
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
un texte enflammé sur certains pyromanes et leur parcourt coruscant
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
Capitaine c'est une histoire forte et touchante qui dit la fragilité des choses et des gens ...
Image de So LMB
So LMB · il y a
Bonjour, ce texte ne me paraît pas abouti. Il y a un manque de contextualisation, certaines phrases sont un peu trop banales et l'ensemble manque de profondeur.
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Enfin une critique, critique 😂
Image de Phil Bottle
Phil Bottle · il y a
La haine, cousine germaine de l'amour... mais la question première est: pourquoi. Pourquoi, de la graine, a germé en une plante toxique?
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
C'est peut-être pas la peine de chercher très loin. Le parcours de mon "héros" est explicite

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Noah et Nuit

Francis Boquel

On a donc enfin l'explication de ces reniflements continuels, de ces mains sanglantes à force d'être grattées. Noah, six ans, est allergique aux chats.
Retour lugubre à la maison, dans la ... [+]