4
min

L'épopée de Timothée

Image de Marie-Françoise

Marie-Françoise

46 lectures

9

Il y a bien longtemps de cela, vivait dans les profondeurs du lac Tanganyika, un crocodile géant appelé Sabari. Il régnait en maître sur toute la faune, nageait à une vitesse prodigieuse. Son corps de quatre mètres était recouvert d’écailles boueuses, il possédait de monstrueuses pattes. Ses yeux perçants et jaunes s’étiraient quand il ouvrait grand sa gueule qui découvrait deux rangées d’énormes dents bien acérées. Tous le craignaient.
Non loin de là, au Burundi, habitait une famille heureuse et très unie dont le plus jeune garçon Timothée possédait le don de parler aux animaux. Il avait recueilli et soigné un varan -Vabou- depuis ils demeuraient inséparables. Malgré les recommandations parentales, les enfants continuaient de se baigner dans ces eaux troubles si dangereuses.
Or un matin, alors que Timothée et son frère Pierre jouaient sur le rivage, Sabari surgit, assomma Pierre d’un coup de queue, l’emporta dans sa gueule en criant ses conditions :
- tu traverseras la forêt primaire
- tu combattras Amphibio l’hippopo
- tu franchiras le lac
- Si tu sors vainqueur de ses trois épreuves, ton frère te sera rendu vivant.
Timothée, terrorisé et piqué au vif s’empresse de remplir sa gourde d’une eau réputée magique. Court garnir son sac à dos de provisions, de son lance pierres, de sa flûte (cadeau d’anniversaire de ses parents), de son arc et de ses flèches. Accompagné de son fidèle Vabou, il prend la route sans tarder. Pour se donner le courage nécessaire, lance son cri de guerre
-« HAKUNA MATATA » et avale une gorgée d’eau de sa gourde.
Timothée découvre une forêt luxuriante dont la cime des arbres atteint des sommets invisibles à ses yeux, des fougères géantes, des milliers d’autres plantes inconnues, des oiseaux, des papillons, des araignées effrayantes, des singes, des impalas. Il ne peut même pas contempler le ciel bleu tant les plantes s’entrelacent formant un plafond composé de toute une gamme de verts du plus tendre au plus foncé.
Il est subjugué par cette diversité, il ne perçoit ni l’affolement mêlé d’agitation de son varan ni le glissement si particulier des Mambas sur le sol feuillu et moussu, qui commencent à les encercler. Les serpents se dressent, lancent leurs langues fourchues, et entament de lentes ondulations autour de leurs deux futures victimes, leurs yeux fascinants happent le regard de Timothée. Un « ksskss » plus intense secoue notre petit gars, qui voyant le danger imminent, extrait prestement sa flûte et joue joue joue à perdre haleine afin que les Mambas, occupés à s’élever au rythme de cette mélodie harmonieuse, oublient de planter leurs crochets venimeux dans la chair de notre héros. Vabou s’empresse alors d’entraîner son maître, qui ne cesse de souffler ses notes envoûtantes, sur les bons sentiers afin de l’éloigner le plus rapidement possible de ce piège.
- HAKUNA MATATA et d’une, hurle Timothée une fois hors d’atteinte.
Après des jours de marche, rendus moins épuisants grâce à son eau magique, le jeune garçon enfin sorti de la forêt, aperçoit une paisible clairière avec en son centre un lac dont l’eau miroite sous le soleil ardent. Il réfrène son intense envie de se baigner afin de se défaire de toute la poussière accumulée depuis le début de son aventure, car il entend des grognements et discerne au loin des éclats d’eau qui jaillissent violemment du lac. Il s’approche doucement et découvre sidéré, toute une famille d’hippopotames au bain, jouant et flottant, l’heure de sa deuxième épreuve est arrivée.
En effet celui qui semble être le patriarche, le mâle dominant, s’extrait avec regret de ses jeux aquatiques. Vient se placer en face de Timothée défiant le garçonnet de ses minuscules yeux cruels et en relief. Agite ridiculement ses oreilles roses, garnies de poils courts frisés. Se présente
- je suis Amphibio l’hippopo, je ne vais faire qu’une bouchée de toi, minus.
Son sourire laisse apparaître sur la mâchoire inférieure des défenses impressionnantes. Vabou, n’a rien perdu de la conversation, se faufile discrètement jusqu’au sac à dos de son maître, en retire l’arc et les flèches. Lui glisse un conseil discret
- Amphibio, semble bénéficier d’une carapace invincible rien ne peut transpercer sa peau tant elle est épaisse et dure, alors vise bien le centre de l’œil c’est son point faible.
Timothée s’arqueboute sur son arc en sortant sa langue rose pour plus de concentration. Tire sa flèche qui va se ficher en plein milieu du cristallin. Amphibio hurle, tombe à genoux, puis sur le flanc. Ses quatre tonnes s’abattent en soulevant des nuages de poussière, le sol tremble. Il est touché à mort.
- HAKUNA MATATA et de deux, lance Timothée soulagé.
Les deux compères reprennent vaillamment leur chemin, non sans avoir avalé une bonne goulée d’eau bienfaisante. Les sentiers sont encore longs et ardus pour rejoindre les rives du lac Tanganyika mais le courage hors norme qui habite Timothée semble lui donner des ailes. Vabou, l’escorte, le stimule du mieux qu’il peut. Cette aventure commune lui plaît beaucoup malgré les dangers qui les guettent à chaque pas.
Timothée découvre avec délice, la route qui longe ce lac. Elle offre une vue splendide sur les mille et une collines du Burundi, le lac et les collines du Congo. Sur les rives, en contrebas, s’étire un charmant petit port de pêche rempli de pirogues. Il déniche, caché derrière un gros arbre, une énorme plaque de métal commémorant le passage de deux explorateurs en 1858. Il se prend à rêver alors à une stèle narrant ses exploits, mais chasse rapidement cette pensée, l’heure est à l’action.
- Quel dommage que ces eaux, si profondes par ailleurs, soient peuplées d’animaux aussi terrifiants que les crocodiles.
Cette troisième et dernière épreuve occupe désormais tout son esprit, il ne sait comment l’aborder. Vabou, lui désigne un minuscule radeau qui semble abandonné et tous deux grimpent à bord. L’équilibre est instable, à plat ventre sur les rondins ficelés, le gamin rame avec ses mains pour faire avancer l’embarcation dans la bonne direction. Tête penchée sur l’eau, trop occupé à éviter toutes sortes de choses flottantes, il n’aperçoit pas les rapaces qui fondent sur eux et manquent d’emporter Timothée par sa culotte. Heureusement Vabou veille, émet un claquement de langue significatif et notre petit héros plonge rapidement la main dans sa poche à la recherche de sa fronde et de ses cailloux. D’un coup sec, il atteint sa cible, une buse trapue au plumage noir équipée d’un bec courbé échoue en tournoyant sur le radeau. Les autres s’éparpillent affolées
- voilà notre prochain repas s’écrie Timothée avec gourmandise.
Il reprend sa position allongée. Il ne s’agit pas de verser et de servir de pitance aux crocodiles maintenant. Il aperçoit leurs sinistres silhouettes aux aguets, tels des troncs d’arbre dérivant, qui flottent autour de la frêle embarcation, en ne laissant dépasser que deux yeux totalement mobiles...des flopées de poissons multicolores s’agitent au gré des flots et contribuent à la beauté du lac, immensité à perte de vue dans sa longueur. Par chance, la largeur du Tanganyika n’est que de 72 km, cela paraît plus accessible à Timothée. Malgré tout, Vabou a pris les devants en conversant avec le chef des poissons qui, conscient du challenge entrepris, envoie aussitôt son ban entier entourer le frêle esquif. Le poussant, le soulevant, l’entraînant dans son sillage si rapidement que la dernière épreuve se déroule sans autre encombre.
- HAKUNA MATATA et de trois, s’époumone Timothée en câlinant son Varan. - - Montre-toi Sabari, j’ai remporté toutes mes épreuves, tiens ta promesse.
C’est alors que, surgie d’on ne sait où, apparaît la silhouette de Pierre, courant au-devant de Timothée. Les deux frères s’empoignent, rient, enchantés de se retrouver. Quant à Sabari, il ne se montra point et nul n’entendit plus jamais parler de lui. Ils reprirent leurs jeux insouciants et vécurent heureux.

« A cœur vaillant, rien d’impossible* ».

*devise de Jacques Cœur

9

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Epicurien78
Epicurien78 · il y a
Vous êtes une parfaite conteuse, chère Marie Françoise. Au début, j'ai cru relire Les yeux jaunes des crocodiles, puis ce fut presque le Livre de la jungle avec toutes ces petites bestioles, et à la fin je me suis transporté dans mes années pré-ado où je fus deux ans un "cœur vaillant" !
Et de toute manière "Y a pas de problème", n'est-ce pas ?... :)))

·
Image de Marie-Françoise
Marie-Françoise · il y a
Merci hakuna matata ! spécialement dédiée à qqn qui m’est très cher..
·
Image de Badgeguru
Badgeguru · il y a
Mes félicitations Marie Françoise ! Vos textes sont très imaginatifs, originaux quant aux thèmes, d'une grand qualité littéraire et
narrative, pleins de rythme et de références historiques. j'apprécie beaucoup !
Souvenir amusé du Kenya : alors que nous chantions en coeur une chanson locale reprenant cette phrase célèbre "hakuna matata" notre
guide Kenyan, qui pilotait une pirogue à moteur, se bidonna soudain en changeant le mot "matata" par "matiti". Il nous expliqua alors
que "matiti" désignait la poitrine de la femme ...

·
Image de Marie-Françoise
Marie-Françoise · il y a
je pense que je connais cette chanson locale pour l'avoir chantée aussi, mais pas avec matiti joli clin d'œil merci pour ces souvenirs.
·
Image de Annick
Annick · il y a
On se laisse emporter par cette belle histoire bravo....je la raconterai à Arthur
·
Image de Marie-Françoise
Marie-Françoise · il y a
Merci Annick, double résonnance pr celle-ci....😉
·
Image de Nimou D-Vil
Nimou D-Vil · il y a
Absolument génial, un régal à lire à haute voix!
·
Image de Marie-Françoise
Marie-Françoise · il y a
Bientôt sur scène avec mon texte alors...une si bonne actrice ne peut que le porter merci Nimou
·
Image de Brigitte Godfroy-Andrieu
Brigitte Godfroy-Andrieu · il y a
Belle histoire pour nos petits enfants ! on rêve de pays lointains où la nature est plus luxuriante et sauvage que dans nos contrées ! Toujours Bravo !
·
Image de Marie-Françoise
Marie-Françoise · il y a
Merci Brigitte c'est écrit pour nos chers et tendres petites têtes...
·
Image de Monique
Monique · il y a
Les paysages , l'atmosphère , tout y est. Une belle histoire qui pourra enchanter les enfants et les grands. Bravo .
·
Image de Marie-Françoise
Marie-Françoise · il y a
Merci Monique
·
Image de Catherine Corbin
Catherine Corbin · il y a
Quel melange subtil...histoire personnages de fiction ou pas..références de vie réelle atmosphère.
Souvenirs present.message..
Bravo...

·
Image de Marie-Françoise
Marie-Françoise · il y a
Merci Catherine un réel mélange effectivement
·