L'envolée

il y a
4 min
689
lectures
66
Qualifié

Un distributeur d'histoires, comme un distributeur de friandises! J'adore l'idée. Dans ce temps clos de l'attente, pétri d'impatience, d'angoisse parfois, le réconfort d'un petit papier doux ... [+]

Image de Grand Prix - Hiver 2022
Image de Très très courts

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

« Guettez les signes, mes oisillons, mes amours, nous disait Fauvette ! Ce sont les anges qui nous les envoient. »
Les signes, c'était un fil de la Vierge, le cri d'un geai, une ligne blanche dans le bleu du ciel...
Engoulevent et moi étions devenus très forts pour découvrir les signes. Ça s'appelait : « Jouer avec les Anges ».

Outre les signes à déchiffrer, Fauvette avait un seul principe d'éducation : « Rappelez-vous, mes oisillons, mes amours, qu'il est plus facile d'obtenir un pardon qu'une permission. »
Fauvette, notre maman, c'était de la légèreté. C'était de l'insouciance ! Ce que nos grands-parents, eux, appelaient de l'inconscience.

Il y avait beaucoup de l'oiseau chez elle. Peut-être en raison de son prénom. Dans sa gorge, ça ramageait, pépiait, dégoisait. C'était chants et gazouillis. Il arrivait pourtant que j'y devine quelques feulements sourds. C'est qu'il y avait aussi du fauve dans son nom. Elle était si perméable à la fragilité des choses, notre maman ! Toujours attendrie par ce qui était bancal, ce qui s'étiole, qui trébuche.

Le soir, elle nous faisait danser, pieds nus sur le tapis du salon d'apparat, danser comme des feux follets. Parfois, son insouciance se chargeait d'une étrange violence. Je le voyais à l'ondulation de ses bras qui chassaient, repoussaient des menaces invisibles. Dansait-elle encore, se débattait-elle et contre quels démons ?


Engoulevent avait quatre ans de plus que moi. Il avait fallu peu de temps à maman pour comprendre que quelque chose clochait dans sa croissance. C'était un oiseau qui ne prendrait jamais son envol. Il resterait blotti dans son nid d'enfance. C'est pour cela que j'étais née : pour l'accompagner.

Je devrais toujours le protéger, parce qu'elle, elle s'envolerait. Elle me l'avait murmuré un jour au creux de l'oreille. Affolée, j'avais demandé : « Mais pourquoi, maman ? » Sans rien m'expliquer, elle avait répondu : « Ne t'inquiète pas. Je t'avertirai. On a tout le temps... »

L'échéance, me dit-elle, ce serait ma sortie de l'enfance. Deux chiffres la marqueraient. Deux chiffres, c'était 10 ans. J'en avais à peine sept. C'était bien loin !
En attendant, je ne devais pas en parler : ni à nos grands-parents, ni à Engoulevent.
Ce secret menaçant s'était allongé comme un vieux chien de garde devant la porte de mon âme.

Avec nous, ses oisillons, ses amours, Fauvette aimait, à la folie, un beau visiteur qui la faisait rêver. Il survenait à l'improviste et Fauvette roucoulait. Quand elle demeurait trop longtemps sans le voir, elle devenait ombrageuse. Son cœur se désagrégeait. Suivaient des nuits de griserie. Sur les flûtes de champagne abandonnées, au matin, on voyait le feston de son rouge à lèvres.

Pour fuir ces attentes éprouvantes qui perturbaient son insouciance, Fauvette avait décidé d'un rituel. Son visiteur viendrait moins souvent, mais ce serait à date régulière. Il nous l'emmènerait pour une semaine, à chaque saison nouvelle. Était-il notre père ? Elle n'en a jamais rien dit.

On l'avait surnommé le Coucou. Pour mériter notre maman, il devait nous apprivoiser. Il savait que si on s'opposait au départ de Fauvette, elle resterait. Il venait les poches pleines de surprises. À mesure que je comprenais les bases de notre relation, je devenais plus exigeante. Ce qu'il ne savait pas, le Coucou, c'est que je n'avais nulle intention de priver maman de sa sortie. La seule fois où Engoulevent l'avait retenue, elle avait raccompagné docilement son amant. Mais à peine rentrée, elle était allée s'enfermer dans sa chambre. Elle pleurait. Je l'avais entendue.

J'avais donc expliqué à mon grand petit frère qu'il fallait parfois laisser s'éloigner Fauvette si on voulait la garder. Dès que l'heure du départ sonnait, on s'installait au balcon et on leur faisait des signes joyeux jusqu'à ce qu'ils aient disparu. Puis, on se laissait tomber, en pleurs dans les bras l'un de l'autre.

Durant ces absences, pour faire patienter Engoulevent, j'échafaudais de grandes stratégies. Il fallait rendre le retour de notre maman nécessaire. Alors, on tapissait sa chambre de pétales de roses et d'iris. Dans la cuisine, on dressait une pyramide rutilante de potirons, pâtissons, potimarrons. De grands bouquets de feuilles mortes s'égouttaient dans les porte-parapluies. On traçait des chemins en feuilles de houx, en aiguilles de sapin. Notre saison préférée, c'était le printemps : sa coiffeuse disparaissait sous nos couronnes de marguerites.

J'avais compris qu'il fallait lui donner envie de rentrer, la faire rêver à la surprise qui l'attendrait. Préparer nos rires et nos baisers pour elle.

À ses retours, elle ne touchait plus terre. Son corps irradiait d'éclats nouveaux qui m'inquiétaient. Elle était allée s'ensauvager. La vie lui tendait des embuscades. Rendait son envol inévitable. Alors je faisais un semis de petits bonheurs sous ses pas pour l'engluer dans notre vie, empêcher son départ. Livre partagé, son doigt sur la ligne... Cannelle sur les pommes sorties du four... Serrés tous les trois, à gober les étoiles...

Pourtant, malgré tous mes efforts, l'année de mes neuf ans, j'ai su que j'allais la perdre. Je maintenais mon chagrin à venir en apnée. Mais parfois, de petites bulles de peur montaient, crevaient et je serrais les poings.

Pour mon anniversaire, Fauvette s'est surpassée. Lanternes vénitiennes dans les arbres. Pyramides de macarons. Fleurs en pâte d'amande. Les tables rondes en rotin étaient couvertes de nappes vertes, brodées de lilas blancs. Coulée de billes, corbeilles de fruits exotiques... Elle a tenu à nous faire boire dans sa coupe de champagne.

On a beaucoup ri : j'aurais pu crier ! On a dansé jusqu'à l'aurore : mes pieds étaient de plomb. Elle a soufflé, seule, sur mes dix bougies. Mon enfance a disparu dans leurs volutes impalpables.

Son envolée a eu lieu à la fin de l'été, juste avant mon entrée au collège.

C'est vrai, elle m'avait prévenue. Mais, un malheur annoncé rend-il le chagrin moins déchirant ?
66

Un petit mot pour l'auteur ? 112 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de françoise CLAUDE
françoise CLAUDE · il y a
Oh que c’est beau !!! J’ai des frissons partout !
Image de Zou zou
Zou zou · il y a
Tout en émotion.. j'aime..
Image de François Duvernois
François Duvernois · il y a
De la douceur mais une grande tristesse aussi. L'écriture est très poétique. Bravo, Mome !
Image de Mome de Meuse
Mome de Meuse · il y a
Merci pour la visite François. J'en suis très touchée. Et à très vite sur votre page. Des nouveautés peut-être.
Image de François Duvernois
François Duvernois · il y a
Oui, une nouveauté que je vous laisse découvrir.
Image de Choubi Doux
Choubi Doux · il y a
C'est écrit avec une plume ciselée comme une poésie et ça remue profond l'émotion.
Image de Mome de Meuse
Mome de Meuse · il y a
Oh, Choubi Doux, comme votre joli commentaire me fait chaud au coeur. Mille mercis et à bientôt.
Image de Monique Feougier
Monique Feougier · il y a
Ça ne pouvait être qu'une belle plume pour écrire une si délicate envolée ! Quel petit bijou de texte ! Admiration
Image de Mome de Meuse
Mome de Meuse · il y a
Je suis touchée, Monique par votre gentillesse et votre enthousiasme. J'irai très vite vous rendre visite pour prolonger le partage.
Image de Phil Bottle
Phil Bottle · il y a
Tout en délicatesse! C'est beau et bien écrit. J'aime.
Image de Mome de Meuse
Mome de Meuse · il y a
Merci Phil, votre délicat commentaire me fait vraiment plaisir. A très vite.
Image de France Passy
France Passy · il y a
C’est très bien écrit. Un conte de la vie qui s’envole si vite pour certains
Image de Mome de Meuse
Mome de Meuse · il y a
Très heureuse de votre passage, France. Et merci pour votre gentil commentaire. A bientôt sur votre page.
Image de Mica Deau
Mica Deau · il y a
Intense, émouvant, tout mon soutien pour votre texte !
Image de Mome de Meuse
Mome de Meuse · il y a
Mille mercis à vous, Mica. J'apprécie sincèrement votre visite. A bientôt.
Image de Victor L'homme du Rail
Victor L'homme du Rail · il y a
Beaucoup de poésie dans cette belle histoire.
Image de Mome de Meuse
Mome de Meuse · il y a
Comme c'est gentil à vous, Victor! Merci pour votre lecture et à bientôt sur votre page.
Image de Hortense Remington
Hortense Remington · il y a
Un texte magnifique ! Un personnage superbement décrit !
Image de Mome de Meuse
Mome de Meuse · il y a
C'est vraiment très gentil à vous, Hortense. Merci pour le partage.

Vous aimerez aussi !