4
min

l'endroit et l'envers...

Image de Fred

Fred

19 lectures

3

Paul est assis sur le bord d’un nuage céleste, il s’ennuie. Voilà huit mois qu’il a rejoint le paradis. Un stupide accident de la route lui a ôté la vie à l’âge de 64 ans. Paul a été un bon vivant toute sa vie, du bien il en a distribué tout autour de lui, avec sa famille, ses amis, bref dans tous ses actes. Il a été un bon chrétien, pas, une grenouille de bénitier, mais il participait volontiers à la vie de sa paroisse. C’est pourquoi il se trouve aujourd’hui au Paradis.
Comme lui a souvent répété dans son enfance le curé au catéchisme :

- le Paradis c’est là que vont les âmes pures dans l’attente de la résurrection générale et alors, les justes jouiront en corps et en âme les délices ineffables, les corps seront alors doués de quatre qualités qui les assimileront en quelque sorte aux esprits, à savoir : la clarté ou la splendeur, l’agilité, la subtilité et l’impassibilité ou l’immortalité et nous vivrons sans souffrance, sans faim ni soif sur une terre remplie de beauté et d’animaux dans la contemplation de Dieu.

Seulement en attendant la résurrection générale, la destinée de Paul est d’errer sous la forme d’un esprit comme un gars qui fait les cent pas sur le quai d’une gare attendant le train qui va l’emmener au soleil. La vie sur terre lui manque.

Saint Pierre, le gardien du Paradis remarque la tristesse que reflète son âme et s’approche gentiment de Paul.

- Paul, tu m’as l’air bien triste. Tu n’es pas heureux d’avoir été choisi par Dieu et de vivre au Paradis dans ce lieu parfait et infini dans le bonheur éternel en attendant la résurrection générale ?

- mon bon saint Pierre, bien sûr que je suis reconnaissant à Dieu de m’avoir choisi mais pour tout vous avouer moi qui ai toujours été un bon vivant sur terre, je m’emmerde ici et parfois je me dis que je serais bien curieux de voir comment cela se passe en bas, en Enfer !

- Mon brave ami tu n’es pas le premier à vouloir connaître l’autre destination, l’Enfer. C’est pourquoi nous organisons de temps en temps des « vacances » en Enfer pour que vous puissiez découvrir ce sinistre endroit. La prochaine navette intemporelle pour les abysses part ce jour même et il reste une place...

- alors je la prends, je suis trop curieux d’aller voir, de me faire mon opinion.

- bien suis-moi.

Voilà Paul dans la navette en compagnie de milliers d’âmes toutes impatientes de connaître l’Enfer.
La navette arrive en vue de l’Enfer, une grande porte magnifiquement décorée est ouverte par deux diablotins en livrée. A peine ont-ils franchi la porte qu’ils reprennent apparence humaine. Ils sont reçus par une charmante créature.

- Bienvenue à vous tous qui avez choisi de passer vos vacances dans notre magnifique hôtel, l’ENFER. Vous serez traités comme des princes et des princesses, tous vos désirs seront exaucés vous n’avez qu’à souhaiter....

Les voici installés chacun dans une suite que même sur terre les milliardaires ne connaissent pas. Tout est luxe et volupté. Il suffit de désirer et votre souhait est exaucé. Paul qui n’a connu sur terre que des petits hôtels que son train de vie permettait de fréquenter de temps en temps est ébloui. Il se rend sur la terrasse privative et contemple un paysage d’une beauté à couper le souffle. C’est simple il se croit au Paradis Terrestre celui d’avant le péché originel. A peine a-t-il levé une main qu’une charmante demoiselle apparaît comme par enchantement ; à votre service Monsieur, je me prénomme Isabelle et je suis votre toute à vos désirs.
Paul vit la plus belle semaine de sa destinée, les rêves les fous sont tous accordés. Il est grisé de plaisirs. Rien ne lui est refusé. Il est, j’oserais le dire, aux anges.

Mais tout à une fin, la navette apparait à nouveau et les élus de Dieu sont priés de la rejoindre. A peine ont-ils franchis la porte qu’ils reprennent l’apparence d’une âme. Les voilà en vue du Paradis, saint Pierre les reçoit avec un sourire taquin.

- chères âmes élues je vous invite à rejoindre le grand nuage afin que nous parlions de votre expérience dans les Abysses.

Les voilà tous réunis sur le grand nuage encore tous remplis de merveilleuses images vécues en Enfer. D’une voix forte saint Pierre s’adresse à l’assistance ;

- âmes élues vous venez de vivre une semaine de vacances chez Lucifer. Je ne suis moi-même jamais rendu mais je devine à votre extase que cela vous a plus ! Seulement n’oubliez pas que le diable est le mal incarné qu’il a recours à toutes les ruses pour vous tenter et vous attirer dans les Abysses d’où l’on ne peut plus revenir et finir pour l’éternité dans des souffrances horribles qui alimentent les feux de l’Enfer. Ne croyez pas ce que vous avez vu, Satan est retors et l’illusion son crédo. Cependant Dieu qui est la bonté infinie vous offre la possibilité de choisir : rester auprès de lui et attendre dans l’amour le jugement final ou retourner chez Lucifer. Mais votre choix est irrévocable.

Paul n’entend point les enseignements et mises en garde de saint Pierre, il n’a qu’un but retourner en Enfer et vivre pour l’éternité dans la luxure et la félicité auprès d’Isabelle. Le voilà avec une centaine d’autres âmes élues en voyage définitif pour les Abysses.

La navette est en vue de la porte, mais ce n’est pas celle de la dernière fois. Elle est horrible, décorée d’une iconographie représentant Satan comme un être anthropomorphe effrayant, velu, avec des cornes, des griffes, de petite taille, la peau ridée, un visage difforme, le crâne allongé avec un museau de chien et des oreilles hérissées, une barbe de bouc, les cheveux sales et raides, les dents d’un loup, une bosse sur le dos, les fesses pendantes et les vêtements malpropres entouré de figures grimassantes de douleur, les yeux exorbités par la peur. La lourde porte est ouverte par des diables laids. A peine le seuil franchit par la navette, l’atmosphère devient irrespirable, une chaleur étouffante et des cris d’épouvante envahissent l’espace.
Le visage de Paul qui a à nouveau pris apparence humaine est tordu par la peur et d’une voix forte crie :

- Mais ce n’est pas l’Enfer que j’ai connu. Je veux retourner dans les Abysses de la luxure et de la félicité hurle-t-il.

Alors un rire sinistre et lugubre se fait entendre et Lucifer apparait :

- Mon ami Paul sache que venir en vacances ou habiter à demeure en un endroit ce n’est pas pareil. Lors de ton séjour tu n’as connu que l’endroit, à partir de cet instant tu vas connaître l’ENVERS.... Et il disparait dans un rire glaçant.

Thèmes

Image de Nouvelles
3

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Manita
Manita · il y a
Une visite qui souffle le chaud et le froid ! Bravo. Je vous invite à me lire si vous le voulez. Une nouvelle pas très longue...
·
Image de Elisabeth Marchand
Elisabeth Marchand · il y a
Belle écriture, mais pas certaine de la morale de l'histoire!!
·
Image de Fred
Fred · il y a
merci Elisabeth
·
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Ces vacances sont jubilatoires. Et il y a une belle morale à la fin, tant il est vrai que vivre ou visiter ne sont pas la même chose.
·
Image de Fred
Fred · il y a
merci Pascal
·