Le vieil homme solitaire

il y a
1 min
7 262
lectures
533
Lauréat
Public
Recommandé

Ex journaliste du Quotidien de La Réunion, je me suis lancé en 2016 dans l'aventure des séries audio avec mes amis de 8000 Mondes. J'ai également un roman en attente de publication. Ca faisait ... [+]

Image de Très très courts

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Il aurait pu se faire écraser trois fois sur la quatre-voies. Mais, sous le soleil bleu, ce jour-là, il ne voyait personne : ni voiture, ni camion, ni moto. Pas de piéton, de cycliste, de pervenche. Pas même un chien errant. Le non-chant des oiseaux n'était pas perturbé par les bourrasques de vent, qui, seules, se faisaient entendre. Ça faisait trois jours que ça durait.

Le vieil homme s'était rendu compte que quelque chose clochait en essayant d'allumer son poste de télévision. Le bouton enclenché ne donnait ni son ni bruit. Le téléphone avait ensuite perdu sa tonalité, puis le poste de radio était resté sans voix. Les interrupteurs cliquetaient sans allumer d'ampoule. « Allons, c'est une coupure de courant » se dit-il. Les plombs n'avaient pas sauté.

Il était sorti de son pavillon, avait jeté un coup d'œil chez l'immigré qui l'inquiétait, n'avait vu personne. Il avait sonné à la porte du mécanicien qui lui parlait de temps en temps, avant de se souvenir qu'il avait fui pour la campagne, un mois plus tôt. Il avait finalement décidé de partir à travers les rues pour trouver du monde, en commençant par l'épicier... qui n'était pas là, le coiffeur non plus et le garagiste, volatilisé.

Le lendemain matin, il repensa au bonimenteur qui voulait lui vendre le four tout-en-un. Le vieil homme se demanda ce qu'il était devenu en préparant son petit déjeuner sur sa bonne vieille gazinière. Il repensa aussi à sa nièce qui moquait sa manie de stocker la nourriture. Où était-elle ? Où étaient les gens ? Là, il avait à manger et de quoi faire à manger, mais personne à qui parler et les mets perdirent leur goût. Il tourna en rond, solitaire.

Le troisième jour semblait interminable au cœur de la ville blanche sans odeur, sans parfum, sans sens. Il avait chaud. Ses jambes, peu habituées à l'exercice, lui pesaient lourdement. Il commençait à partir sur le côté quand il heurta quelqu'un.
— Ça va, monsieur ?
Alors des milliers de bruits lui revinrent aux oreilles : marteau-piqueur, voitures, injures. Il s'évanouit et se réveilla dans l'ambulance rugissante.
— Ne bougez pas monsieur, c'est un malaise !

Il aurait pu se faire écraser trois fois sur la quatre-voies.

Recommandé
533

Un petit mot pour l'auteur ? 4 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Bernadette Lefebvre
Bernadette Lefebvre · il y a
Oui je m abonne aussi j aime beaucoup votre style
Image de Pierre-Hervé Thivoyon
Pierre-Hervé Thivoyon · il y a
Joli. Prenant à chaque mot. Bravo ! Je m abonne.
Image de Nicolas Bonin
Nicolas Bonin · il y a
Merci ! Si vous voulez découvrir un autre de mes textes, plus long, je participe à un concours ici :
https://fyctia.com/stories/les-impromptus/chapters/207264

Image de Daniel Grygiel Swistak
Daniel Grygiel Swistak · il y a
Belle description, j'ai aimé, mon soutien.

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Baskettons la vie

Dolotarasse

« Tout se passe dans la semelle », nous assura la vendeuse. « On ne plaisante pas avec les chaussures », ajouta-t-elle, et elle semblait avoir un clou dans les siennes. Pour la ... [+]

Nouvelles

Le mot envolé

Actinea

Ce matin au lever j’ai remarqué que j’avais perdu le mot. La panique entra alors dans le lit. Je la sentis monter sous la couette et étreindre mon ventre. L’asphyxie me guettait. J’ai bondi ... [+]